Socialisez

FacebookTwitterRSS

Libye: Les pro-Kadhafi reprennent le contrôle de Bani Walid‎

Auteur/Source: · Date: 23 Jan 2012
Catégorie(s): Afrique

Libye : affrontements à Bani Walid

Des forces du gouvernement libyen sont déjà en route pour Bani Walid, ex-bastion de Kadhafi, qui serait retombé lundi aux mains de partisans de l’ancien «Guide», selon des sources locales. Un responsable de Bani Walid, à 170 km au sud de Tripoli, craint un «bain de sang». M’barek al-Fotmani a assuré que le drapeau vert flottait sur la ville pour la première fois depuis sa chute aux mains des révolutionnaires le 17 octobre. La base de la «Brigade du 28-Mai, la plus importante à Bani Walid et la seule qui dépende du ministère de la Défense» selon le responsable, a été attaquée en plein jour. Cinq ex-rebelles, dont le commandant de la brigade, ont été tués et une trentaine ont été blessés.

Un ancien slogan, celui des derniers jours du régime Kadhafi, aurait retenti lui aussi pour la première fois depuis la victoire finale de Tripoli, en août dernier. «Les assaillants crient Allah, Mouammar, la Libye et c’est tout. La veille, ils avaient distribué des tracts disant: Nous reviendrons bientôt, nous allons mettre les rats dehors», a affirmé M. al-Fotmani. «J’appelle les révolutionnaires de Libye à sauver d’urgence les révolutionnaires de Bani Walid, a-t-il ajouté. Leurs munitions sont bientôt épuisées», a-t-il dit.

D’après lui, les blessés n’ont pas pu être évacués car les ambulances n’ont pas été en mesure de les approcher, «des snipers étant positionnés sur l’école et la mosquée». Selon un membre du Conseil national de transition (CNT), au pouvoir en Libye, les autorités «discutent de la question de Bani Walid.»

Le porte-parole du conseil local de Bani Walid, Mahmoud el-Werfelli, a dit craindre «un massacre». «Nous avons demandé l’intervention de l’armée mais le ministère de la Défense et le Conseil national de transition nous ont trahis, ils nous ont laissés entre le marteau et l’enclume. Cela fait deux mois que nous leur demandons de trouver une solution».

«Problèmes internes» à la ville

Toutefois, le ministre libyen de l’Intérieur a démenti que ces violences soient le fait de partisans de l’ancien régime de feu Mouammar Kadhafi, affirmant qu’il s’agissait de «problèmes internes» à cette ville. «Les informations que nous avons en provenance de l’intérieur de la ville ne disent pas qu’il y a des drapeaux verts et il n’y a rien qui soit lié à l’ancien régime», a-t-il ajouté. Le ministre a expliqué que les violences étaient liées à la question des compensations destinées aux personnes affectées par la guerre et qu’ «il y a un différend entre deux parties dans la ville sur cette question». Il a confirmé le bilan de cinq morts.

Un correspondant de l’AFP qui a pu brièvement se rendre dans la ville a constaté qu’il y régnait la plus grande confusion et qu’il n’était pas possible de savoir qui était du côté des rebelles ou de l’ancien régime.

L’apparition de poches de résistance longtemps après la fin du régime était l’une des hypothèses envisagées par les spécialistes. Bani Walid, bourgade de quelques dizaines de milliers d’habitants, perdue au milieu du désert, figurait en tête de ce scénario. Le «Guide» avait donné à ses habitants, membres de la tribu Warfalla, de nombreux avantages, et ils lui en étaient reconnaissants.

Cette grande tribu, forte d’un million et demi de membres, avait ensuite fait allégeance au nouveau pouvoir, par pragmatisme. Mais certains parmi eux n’ont sans doute pas digéré le long siège de leur ville par les rebelles d’alors, ni les violences qui avaient entouré sa chute. Ils ont peut-être décidé de se venger, espérant ainsi reprendre la main dans un pays sans armée et doté d’un gouvernement transitoire faible, dont le vice-président a du démissionner lundi après avoir été malmené par des étudiants à Benghazi. L’histoire semble aujourd’hui se répéter: tous les ex-combattants désoeuvrés, et ils sont nombreux, vont trouver là l’occasion de retrouver l’odeur de la poudre et de la vengeance. 


SUR LE MÊME SUJET
Libye: Bani Walid aux mains de pro-Kadhafi, 5 morts dans l’assaut
Il s'agit des violences les plus graves à Bani Walid depuis la "libération" en octobre 2011 de la Libye après huit mois d'un conflit meurtrier. La ville n'était tombée que quelques jours avant la mort dans la ville de Syrte de l'ancien dirigeant, capturé par les révolutionnaires ou thowars. Des partisans lourdement armés du régime libyen déchu de Mouammar Kadhafi ont pris lundi le contrôle de la ville symbolique de Bani Walid, tuant cinq ex-rebelles, au moment où les nouvelles autorités font face à la crise politique la plus grave depuis leur prise du pouvoir. Des fidèles au défunt colonel Kadhafi, armés ...
Lire l'article
Libye: les combats s’intensifient à Syrte, Kadhafi appelle à manifester
Les forces des nouvelles autorités libyennes bombardaient jeudi lourdement Syrte et s'engageaient dans de dangereux combats urbains face aux partisans de Mouammar Kadhafi. L'ex-dirigeant toujours en fuite a de son côté appelé les Libyens à manifester "par millions" contre le nouveau pouvoir, le Conseil national de transition (CNT), dans un message sonore diffusé jeudi soir par la chaîne Arraï basée en Syrie. "Je leur dis n'ayez peur de personne, vous êtes le peuple, vous appartenez à cette terre. Faîtes entendre votre voix contre les collaborateurs de l'Otan", a affirmé le "Guide" déchu dans ce message où il était à peine audible. "Certains parlent ...
Lire l'article
Libye: le porte-parole de Kadhafi capturé, selon le CNT
Des commandants du nouveau pouvoir en Libye ont annoncé jeudi la capture du porte-parole du régime déchu, Moussa Ibrahim, au moment où le Niger a refusé d'arrêter l'un des fils de l'ex-leader Mouammar Kadhafi, réfugié sur son territoire. Parallèlement, Mahmoud Jibril, un libéral qui dirige le bureau exécutif du Conseil national de transition (CNT) où il fait face à une opposition des islamistes, a provoqué la surprise en annonçant qu'il ne ferait pas partie du prochain gouvernement attendu pour après la "libération" totale du pays. Interrogé au cours d'une conférence de presse à Tripoli, M. Jibril a dit: "J'espère que nous libérerons ...
Lire l'article
Les forces du nouveau régime en Libye se heurtaient jeudi à la ténacité des combattants bien armés de l'ex-leader en fuite Mouammar Kadhafi, deux semaines après le lancement de l'offensive contre leurs derniers bastions. Elles ont parallèlement accentué leur traque des proches de Mouammar Kadhafi avec une demande officielle d'arrestation d'un de ses fils, Saadi, réfugié au Niger voisin depuis le 11 septembre, alors que l'ex-dirigeant reste introuvable. Deux autres de ses fils sont réfugiés dans les bastions pro-Kadhafi de Syrte et Bani Walid, selon le CNT. "Ce dont nous sommes sûrs c'est que Seif al-Islam est à Bani Walid et que ...
Lire l'article
Libye, le surplace des ex-rebelles
Les villes de Syrte et de Bani Walid sont toujours aux mains des partisans de Kadhafi. Des luttes intestines empêchent la formation d’un gouvernement provisoire à Tripoli. Les Libyens s’impatientent. Un peu plus d’un mois après la chute de Mouammar Kadhafi, les villes de Syrte et de Bani Walid résistent toujours aux assauts des forces armées du Conseil national de transition (CNT). Bombardée depuis quatre jours par l’Otan, la ville de Syrte, située à 360 kilomètres à l’est de Tripoli, n’est toujours pas tombée. Hier, les combattants du CNT ont resserré encore un peu plus l’étau sur cette cité de 70 000 habitants. À ...
Lire l'article
Libye: les pro-CNT dans les bastions kadhafistes de Bani Walid et de Syrte
Le Conseil national de transition (CNT) a annoncé que ses forces étaient entrées vendredi à Bani Walid, à 170 km au sud-est de Tripoli, tandis que des combattants pro-CNT ont assuré avoir pris le contrôle de la moitié de Syrte, l'autre grand bastion pro-Kadhafi en Libye. "Les révolutionnaires sont entrés dans Bani Walid", a déclaré à l'AFP Mahmoud Chammam, porte-parole du CNT, qui a dit ne pas disposer de plus de détails, assurant cependant que "la situation sera réglée ce soir". En début d'après-midi, des combats se déroulaient sur le marché de la ville, selon un photographe de l'AFP sur place. Jeudi soir, ...
Lire l'article
Libye: violents combats à Bani Walid entre forces du CNT et pro-Kadhafi
De violents combats opposaient samedi les forces du Conseil national de transition (CNT) aux loyalistes pro-Kadhafi retranchés à Bani Walid (140km au sud-est de Tripoli), l'un des derniers bastions fidèles au "Guide" libyen toujours introuvable. L'ultimatum donné par le CNT aux kadhafistes a expiré samedi, mais les combats ont éclaté dès vendredi, s'intensifiant depuis. Samedi à la mi-journée, des combattants de l'insurrection ont été pris sous de violents tirs des kadhafistes, à environ trois kilomètres de Bani Walid. De fortes explosions faisaient trembler l'air tandis que des obus de mortier tombaient sur le sol, soulevant des nuages de sable et de fumée. ...
Lire l'article
Libye: Kadhafi aurait été aperçu dans le sud du pays
MONDE - Mouammar Kadhafi, toujours introuvable, pourrait être du voyage... Mouammar Kadhafi a probablement quitté la ville de Bani Walid et se dirige plus au sud, vers le Tchad ou le Niger, avec l'aide de tribus loyalistes, a déclaré mardi soir un haut responsable militaire des nouvelles autorités libyennes. Selon lui, le dirigeant libyen aurait été aperçu par «plusieurs sources». Parallèlement, des dizaines de véhicules militaires libyens ont franchi la frontière avec le Niger et sont arrivés lundi dans la soirée près d'Agadez, ont indiqué des sources militaires française et nigérienne. Il pourrait s'agir d'une tentative d'exil secrètement négociée de Mouammar Kadhafi vers ...
Lire l'article
La menace d'une attaque planait lundi sur Bani Walid, au sud-est de Tripoli, devenue selon les nouvelles autorités un repaire pour des proches de Mouammar Kadhafi en fuite, après l'échec de négociations pour sa reddition pacifique. Les forces pro-CNT attendaient une décision des nouvelles autorités pour entrer ou pas à Bani Walid inquiètes que des civils soient utilisés comme "boucliers humains" par les pro-Kadhafi. "Nous attendons toujours la décision du Conseil national de transition (CNT). Ils ne veulent plus de sang", a déclaré à la presse Abdelrazzak Naduri, commandant opérationnel sur ce front, interrogé au poste de Chichan, situé à 70 km ...
Lire l'article
Les forces régulières libyennes ont repris lundi Zouara, une des dernières villes de l'ouest du pays que tenaient les insurgés. A l'est, Ajdabiya se prépare à subir un assaut des forces de Mouammar Kadhafi. Des bombardements ont déjà visé la ville dans la matinée. Les rebelles en déroute depuis quelques jours, ont promis de défendre Ajdabiya, carrefour routier vital entre plusieurs villes de l'Est. Sur la route entre Ajdabiya et Benghazi, de nombreux civils fuyaient lundi à bord de camionnettes chargées de valises, de sacs et de matelas. Inquiétude à Benghazi Benghazi, fief de l'insurrection situé à 160 km au nord d'Ajdabiya, ...
Lire l'article
Libye: Bani Walid aux mains de pro-Kadhafi, 5 morts dans l’assaut
Libye: les combats s’intensifient à Syrte, Kadhafi appelle à manifester
Libye: le porte-parole de Kadhafi capturé, selon le CNT
Libye: des pro-Kadhafi tenaces dans leurs bastions de Bani Walid et Syrte
Libye, le surplace des ex-rebelles
Libye: les pro-CNT dans les bastions kadhafistes de Bani Walid et de Syrte
Libye: violents combats à Bani Walid entre forces du CNT et pro-Kadhafi
Libye: Kadhafi aurait été aperçu dans le sud du pays
Libye: la menace plane sur Bani Walid possible repaire de proches de Kadhafi
Libye: les pro-Kadhafi reprennent Zouara et marchent sur Benghazi


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 23 Jan 2012
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à Libye: Les pro-Kadhafi reprennent le contrôle de Bani Walid‎

  1. Tate Lekamb

    24 Jan 2012 a 12:43

    C’est bien fait pour le CNT. Les problèmes des africains doivent être reglés par les africains eux-mêmes.Les pays africains qui ont soutenu l’OTAN et tous les autres voyous européens doivent comprendre qu’un jour, si rien n’est fait pour se libérer totalement de l’impérialisme de ces blancs, ce sera leur tour un jour.
    Comme pour la Côte d’Ivoire, les blancs n’agissent que pour leurs intérêts. Une illusion fait croire aux afeicains que la démocratie existe dans certains pays de l’Afrique de l’ouest (cas du Bénin et du Mali), mais c’est totalement faux. Dans les pays pauvres de l’Afrique, les blancs n’ont pas beaucoup d’intérêts, donc ils se permettent de tolérer des alternances à la tête de ces états.
    En Afrique centrale, zone des pays riches à causes des ressources naturelles de ces pays, point d’altérnance pour ne pas mettre en péril leurs intérêts. L’ex président Pascal LISSOUBA du Congo l’avait appri à ses dépends. Khadafi a construit son pays et pronait pour une Afrique libre. Et c’est à juste titre que certains présidents africains demandent aujourd’hui de combattre l’impérialisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*