Socialisez

FacebookTwitterRSS

Yémen : le Printemps arabe a fait sa quatrième victime

Auteur/Source: · Date: 23 Jan 2012
Catégorie(s): Monde

Le président Ali Abdallah Saleh a accepté de quitter son pays pour les États-Unis après avoir gagné son immunité totale.

À l’occasion de son premier anniversaire, le Printemps arabe s’offre un quatrième dictateur. Un an après la chute de Zine el-Abidine Ben Ali, suivie de celle de Hosni Moubarak, puis de la mort de Muammar Kadhafi, c’est au tour d’Ali Abdallah Saleh de quitter le pouvoir. Après plus de trois décennies aux commandes du Yémen, le président a fait, dimanche, ses adieux à son peuple, devenant la victime moyen-orientale du Printemps arabe. Fait rare, juste avant son départ, le leader a demandé “pardon” à ses compatriotes pour “tout manquement pendant (ses) 33 ans de pouvoir”, ajoutant qu’il rentrerait bientôt au pays en tant que président du Congrès populaire général, son parti au pouvoir.

“Il s’agit d’une sortie définitive déguisée, note le spécialiste Mathieu Guidère (*), d’autant plus que le pardon est un acte très important dans les mentalités yéménites.” En dépit des regrets de circonstance, le dictateur demeure le premier à avoir négocié son départ. Accusé de corruption et de népotisme, Ali Abdallah Saleh, 69 ans, a accepté de quitter le pays en vertu d’un accord signé le 23 novembre dernier en Arabie saoudite. Celui-ci, conclu sans l’assentiment des manifestants, garantit l’immunité du président et de ses proches. Ce n’est donc pas une surprise si son départ intervient au lendemain du vote d’une loi empêchant toute poursuite à son encontre.

Embarras de Washington

À la différence du président Ben Ali, qui a trouvé refuge en Arabie saoudite, c’est cette fois aux États-Unis que le dictateur yéménite va s’exiler. Visiblement embarrassé, le département d’État américain a annoncé dimanche avoir “approuvé” la demande de Saleh yéménite dans “l’unique but” d’y être soigné. C’est donc pour une “durée limitée” que le président déchu sera accueilli sur le territoire américain, a assuré Washington. D’après plusieurs experts, Saleh se verra interdire d’entretiens avec la presse une fois à New York.

Pour Mathieu Guidère, cet accueil s’explique par le fait qu’Ali Abdallah Saleh a toujours été “l’allié indéfectible” des États-Unis dans la région, notamment dans leur lutte contre le terrorisme. “Le président yéménite a donné carte blanche aux Américains pour intervenir où ils le souhaitaient sur son territoire contre al-Qaida.” Cette coopération a notamment abouti à l’élimination, en septembre dernier, de l’imam radical américano-yéménite Anwar al-Awlaqi, lié à al-Qaida et abattu à l’aide d’un drone américain.

“Timide transition” (Mathieu Guidère)

En vertu de l’accord conclu en nombre à Riyad, Ali Abdallah Saleh restera président honorifique jusqu’au 21 février, date de l’élection présidentielle qui verra le transfert du pouvoir au seul candidat déclaré, le vice-président Abd Rabbo Mansour Hadi, pour un mandat intérimaire de deux ans. Une transition pour le moins “timide”, selon Mathieu Guidère : “L’influence de Saleh ne faiblira pas. Hadi fait partie de sa garde rapprochée depuis des décennies”, rappelle le spécialiste.

Or, cette fin négociée est loin de ravir les manifestants, mécontents que le responsable de plusieurs centaines de morts depuis janvier 2011 puisse ainsi échapper à la justice. Dimanche, ils étaient encore des dizaines de milliers dans les rues de Sanaa à manifester contre l’immunité du président déchu. “Il est de notre devoir d’exécuter le tyran”, “le peuple yéménite a décidé, Saleh doit être exécuté”, ont-ils scandé. Une revendication également exprimée par l’émissaire de l’ONU pour le Yémen, Jamal Benomar, qui a souligné le droit des “victimes” de réclamer des comptes.

Toutefois, ce jugement pourrait ne jamais avoir lieu. Les puissants chefs tribaux yéménites, mais surtout les monarchies du Golfe, s’accommoderaient allégrement de cette transition de façade, freinant tout vent démocratique dans l’une des seules républiques de la région. “Il est important de ne pas donner l’impression que le peuple yéménite a bouleversé l’ordre établi, résume Mathieu Guidère. Une révolution populaire constituerait un précédent très fâcheux pour les États-Unis et l’Arabie saoudite.”

(*) Professeur d’islamologie à l’université de Toulouse-II, auteur du Choc des révolutions arabes (éditions Autrement, 2011) 


SUR LE MÊME SUJET
Yémen: Ali Saleh quitte le pouvoir
Un an de contestation et de violences et enfin un changement de pouvoir. Le président yéménite Ali Abdallah Saleh est intervenu dimanche à la télévision pour annoncer qu'il allait partir se faire soigner aux Etats-Unis, et donc quitter le pouvoir. Il a aussi prié ses compatriotes de l'excuser pour « toute éventuelle défaillance » lors de ses… 33 années de règne ! « Si Dieu le veut, je partirai me faire soigner aux Etats-Unis et je regagnerai Sanaa en tant que président du parti du Congrès général du peuple », a promis le chef de l'État sortant. Le départ de Saleh était prévu. En novembre, à ...
Lire l'article
Syrie: le régime rejette le plan arabe prévoyant à terme un départ d’Assad
Les autorités syriennes ont rejeté lundi une nouvelle initiative arabe prévoyant à terme un départ du président Bachar al-Assad, les pays européens estimant que ce plan pourrait "changer la donne" à l'ONU. Ces développements politiques n'ont cependant pas influé sur la situation sur le terrain, où les forces du régime continuent de réprimer la révolte populaire lancée il y a plus de dix mois, avec la mort de 18 civils lundi à travers le pays, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme. Face à la répression sans répit malgré la prolongation de la mission des observateurs arabes, l'Union européenne a adopté de ...
Lire l'article
L’armée syrienne libre appelle la Ligue arabe à reconnaître l'”échec” de la mission
Le chef de l'Armée syrienne libre (ASL), qui regroupe les militaires dissidents, a appelé jeudi 5 janvier la Ligue arabe à reconnaître l'"échec" de la mission de ses observateurs en Syrie. Le colonel faisait référence au comité ministériel arabe qui se réunit dimanche pour entendre le rapport du chef de la mission des observateurs, de plus en plus décriée par l'opposition, le régime ayant poursuivi sa répression sanglante malgré leur présence sur le terrain. Mais en dépit des critiques émanant même de ses propres rangs sur le travail de ses observateurs en Syrie, la Ligue arabe n'écourtera pas leur mission, a ...
Lire l'article
Syrie: nouvelles violences avant l’expiration d’un ultimatum arabe
Les violences ne connaissaient pas de répit samedi en Syrie, faisant au moins dix-sept morts dont onze civils, à quelques heures de l'expiration d'un ultimatum de la Ligue arabe sommant le régime de cesser la répression de la révolte populaire. Dans le même temps, de plus en plus de voix s'élevaient pour mettre en garde contre une guerre civile en Syrie, l'un des pôles du Proche-Orient, allié de l'Iran, des groupes islamistes du Hezbollah libanais et du Hamas palestinien. Faisant fi des appels internationaux à la retenue, le régime a poursuivi sa violente répression, faisant onze morts parmi les civils à travers ...
Lire l'article
La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a aussi déploré la possibilité d'une "guerre civile, avec une opposition très déterminée, bien armée et finalement bien financée". Les forces syriennes ont tiré pour disperser des milliers de manifestants hostiles au régime vendredi, tuant au moins douze civils dont deux enfants, à la veille de l'expiration d'un ultimatum arabe sommant le président Bachar al-Assad de cesser la répression. Les Etats-Unis, l'Iran mais aussi la France et la Turquie ont dit craindre une "guerre civile" alors que se multiplient les attaques de militaires dissidents parallèlement aux manifestations pacifiques. Trois membres des forces de sécurité ont ainsi été ...
Lire l'article
S’il fallait voter un article du trimestre en Afrique, ce serait celui-ci. C’est le buzz depuis quelques temps, notamment sur les réseaux internautes gabonais, le lien d’article qui circule de mail en mail. De même que Gene Sharp, Prix Nobel de la Paix en 2009, a mis en lecture libre son ouvrage, "D’une dictature à la démocratie, comment réaliser une révolution" et que le "Manuel du guérillero urbain" de Carlos Marighela, est à la portée de tous, voici ce texte de Kidi Bebey et Alex Ndiaye. Pour une promotion de la Démocratie et pour que les dictatures africaines comprennent que ...
Lire l'article
La police a dispersé, le lundi 21 février, de nombreux groupuscules voulant participer à une manifestation consécutive à une campagne lancée la semaine dernière sur l’Internet en vue de «déloger Ali Bongo». Une dizaine d’arrestations a été effectuée selon une source de l’Union nationale. Sans doute inspirés de la dernière actualité en Tunisie et en Égypte, des SMS, des post sur les forums et les réseaux sociaux d’Internet, ont circulé durant les dernières semaines appelant à un soulèvement populaire le 21 février dernier à Libreville. D’abord lus sur Internet, des tracts ont été distribués ou éparpillés à travers ...
Lire l'article
Libreville, 15 septembre (GABONEWS) – Le Secrétaire du bureau de la Grande Jamahiriya arabe Libyenne populaire et socialiste au Gabon, Abdel Hakim Al Mahdi Al Chérif, a, pour commémorer le 40ème anniversaire de la Révolution Libyenne ayant conduit au pouvoir, le 1er septembre 1969, le colonel Mouammar Kadhafi, donné une fête lundi soir dans une structure de la coopération Gabon-Lybie à Libreville, a constaté GABONEWS. Actualité du :15/09/2009 L’événement, célébré en différé au Gabon, a été rehaussé par la présence des Ambassadeurs, des membres du gouvernement gabonais, des présidents des institutions nationales et internationales et ...
Lire l'article
Les résultats de la quatrième journée retour du championnat civil de deuxième division de la Ngounié après homologation ont donné lieu le weekend dernier dans les différents stades de la province aux résultats suivants: Zone A, groupe 2 - Lac Bleu ≠ Dikongo FC, forfait - Ngounié FC ≠ Temple sportif de Bourgeon (TSB), 1-2 Zone A, groupe 1 - Variété athlétique club (VAC) ≠ Union sportive éclair de Fougamou (USEF), 4-0 - Etoile du Sud ≠ Càki Football club de la Mougalaba (CFM), score 2-0 Zone C - Volcan Malébé de Lébamba # Dola FC de Ndendé 0-1
Lire l'article
Le président du parti démocrate de l'Arkansas (sud), victime mercredi d'une fusillade, est mort des suites de ses blessures, ont annoncé Bill et Hillay Clinton dans un communiqué. "Nous sommes profondément attristés par la mort de Bill Gwatney", a indiqué dans un communiqué le couple Clinton. Bill Gwatney, victime d'une fusillade dans le local du parti démocrate de l'Arkansas à Little Rock, était un ami personnel des Clinton. L'ancien président américain a été gouverneur de l'Arkansas et Mme Clinton avait bénéficié de son soutien pendant la campagne des primaires démocrates. Bill Gwatney avait été touché de plusieurs balles peu avant midi (17H00 GMT) ...
Lire l'article
Yémen: Ali Saleh quitte le pouvoir
Syrie: le régime rejette le plan arabe prévoyant à terme un départ d’Assad
L’armée syrienne libre appelle la Ligue arabe à reconnaître l'”échec” de la mission
Syrie: nouvelles violences avant l’expiration d’un ultimatum arabe
Syrie: 12 morts dans la répression avant l’expiration d’un ultimatum arabe
Comment se débarrasse-t-on d’un dictateur? Vade-mecum pour un printemps arabe
Gabon : La contagion du syndrome révolutionnaire arabe n’a pas fonctionné
Gabon: La Lybie commémore, en différé à Libreville, le 40ème anniversaire de la Grande Jamahiriya arabe
Gabon: Football/ Résultats de la quatrième journée retour du championnat de deuxième division de la Ngounié
Etats-Unis: mort du président du parti démocrate d’Arkansas, victime d’une fusillade


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 23 Jan 2012
Catégorie(s): Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*