Socialisez

FacebookTwitterRSS

La CAN fait flamber les prix des denrées alimentaires

Auteur/Source: · Date: 26 Jan 2012
Catégorie(s): Economie,Société,Sports

La Coupe d’Afrique des Nations 2012 est un événement qui, à n’en point douter, a stimulé plusieurs secteurs de l’économie, même ceux considérés comme informels. Mais cela, visiblement, ne se fera pas sans contrecoups car la hausse des prix de certains produits enregistrée depuis le début de la compétition apparaît comme le prix à payer.

Les prix des produits alimentaires de première nécessité, tels que le lait, l’huile, la farine et le sucre connaissent ces derniers temps, une variation des prix sur le marché gabonais, notamment à Libreville. Nombreux sont les Librevillois qui se plaignent de l’envolée des prix de certains de ces produits constatée depuis le début de la coupe d’Afrique des Nations sur les différents marchés de la capitale. Du marché de N’kembo à celui du PK8 via Mont-Bouët les témoignages sont concordants. La grand-messe du football africain que notre pays abrite a créé un climat propice à la spéculation sur les prix de certaines denrées alimentaire en l’occurrence.

« Il y a deux semaines à peine j’ai acheté un carton de poulet à 9 000 FCFA, je suis surprise de constater aujourd’hui qu’il coûte au même endroit 12 000 FCFA. C’est la CAN qui favorise tout cela. Tout le monde veut en tirer profit », lance, écœurée, Elisabeth Tsame, venue effectuer ses emplettes au marché municipal de N’kembo. Ce qu’il y a lieu de qualifier ici d’inflation est une situation qui apparemment n’épargne aucun secteur d’activité chez les commerçants. Des grossistes aux plus petits revendeurs, la tendance se généralise. « Avant le début de la CAN j’achetais mon kilogramme de viande à 2300 Fcfa, mais aujourd’hui il faut que je prévoie au moins 3000 FCFA pour la même quantité de viande. Et comme je suis tenancier d’une petite cafétéria je ne peux plus me permettre de vendre un plat de viande au même prix que d’ordinaire. Mais malheureusement les clients ont du mal à me comprendre. Si je continue à vendre au même prix c’est la faillite assurée pour moi. C’est ainsi que le plat de riz-viande par exemple est passé de 900 à 1000 FCFA, je n’y peu rien », témoigne Moussa Diakité, au marché du PK8. Si la hausse des prix gagne progressivement du terrain à Libreville à la faveur de cette coupe d’Afrique des Nations, un secteur en particulier enregistre une envolée de prix beaucoup plus vertigineuse : la vente des gadgets liés à l’évènement. Il est bien loin le temps où l’on pouvait acheter un maillot des Panthères du Gabon à 3500 FCFA. Il faut quasiment avoir le triple de cette somme pour se le procurer aujourd’hui.

« Le jour du match Gabon-Niger j’ai dû faire le tour des marchés pour chercher un maillot de l’équipe nationale du Gabon. En plus du fait qu’ils étaient rares ce jour-là, ils coûtaient excessivement chers. On m’a demandé jusqu’à 12000 FCFA pour un seul maillot. A ce prix là, je ne pouvais me permettre de l’acheter. J’ai donc dû me résigner à allez au stade sans le maillot », confie Yanick Mangaboula, fervent supporter des Panthères du Gabon. Les vendeurs de gadgets et autres accessoires en rapport avec la CAN au demeurant ne cachent pas leur désir de faire de gros profits durant la période que durera la compétition. Conscients de la très forte demande à laquelle ils doivent satisfaire, Ils font dorénavant quasiment tous dans la surenchère. « La coupe d’Afrique des Nations est un évènement qui doit rapporter de l’argent aux pays qui l’organisent. Pour le cas du Gabon tout le monde doit en profiter, de l’Etat jusqu’au plus petit commerçant. Un évènement de cette envergure ne s’organise pas tout le temps, alors laissez-nous en profiter. C’est juste pour un temps, après la CAN ces gadgets ne vaudront plus rien », lance Eric Ekoto, vendeur de gadgets à l’ancienne gare routière de Libreville.

Depuis le week-end, l’on note également une légère pénurie de pain en certain point de la capitale. Cela s’expliquerait semble t-il par l’accroissement de la population Librevilloise du fait de la CAN. L’on constate aussi une augmentation considérable du prix des chambres dans certains hôtels et motels de la place. Toutes choses qui, si elle cause quelques soucis financiers à ceux qui sollicitent ces établissements, devraient permettre à leurs tenanciers de réaliser de bons chiffres d’affaires. 


SUR LE MÊME SUJET
Les prix des produits alimentaires ont flambés dans le département du Cap Estérias, notamment au marché du Premier Campement, principal marché de la localité très fréquenté par de nombreux touristes en cette période de la coupe d’Afrique des nations (CAN) 2012. Les prix entre autres des avocats, les tubercules et les feuilles de manioc, les aubergines, les papayes, les ignames et les champignons ont augmenté au marché du Premier Campement. Les commerçants font la spéculation des prix et chacun veut gagner gros en cette période de la CAN 2012, où de nombreux visiteurs choisissent les zones touristiques du Cap Estérias pour ...
Lire l'article
Quinze inspecteurs du contrôle des denrées alimentaires d’origine animale et végétale ont prêté serment vendredi dernier au tribunal de première instance de Mouila. Le président du Tribunal de première instance de Mouila, chef-lieu de la province de la Ngounié, Christ Mangono, a présidé, vendredi dernier, la cérémonie de prestation de serment de quinze inspecteurs du contrôle des denrées alimentaires d’origine animale et végétale. Après la lecture du serment et l’appel des récipiendaires par le greffier correctionnel, Jean Rodrigue Makéla Makéla, le Substitut du procureur, Alain Georges Moukoko a donné ses réquisitions à l’endroit des inspecteurs qui ont prêté serment. Pour ...
Lire l'article
La problématique de la mercuriale au marché municipale Mouandza Barata de Lébamba, dans le département de Louétsi-Wano, se pose encore avec acuité, laissant perplexe les consommateurs qui ne savent à quel saint se vouer. Selon de nombreux consommateurs habitant Lébamba, la hausse des prix des denrées alimentaires au marché Mouandza Barata est entretenue par les commerçantes véreuses qui n’en font qu’à leur guise, au mépris de la règlementation de la mercuriale par la municipalité de cette ville. Pour ces consommateurs, les prix du taro, manioc, banane, voire des légumes est passé du simple au double, lorsque ce ne sont pas les quantités ...
Lire l'article
Comme l’avait annoncé la Direction générale de l’économie en janvier, les prix à la consommation connaissent effectivement une hausse en 2011. Depuis quelques semaines, les prix des produits alimentaires de première nécessité, tels que le lait, l’huile, la farine ou encore le sucre, connaissent effectivement une hausse significative. Les prévisions de la Direction générale de l’économie dans son rapport "Tableau de bord : situation 2009 et perspectives 2010-2011", se sont avérées justes concernant la hausse des prix à la consommation en 2011. Il a été, en effet, enregistré ces dernières semaines, à Libreville notamment, une augmentation des prix ...
Lire l'article
La Direction générale de la concurrence et de la consommation du Gabon (DGCC) a déploré mercredi l'augmentation des prix de plusieurs produits de grande consommation sur l'ensemble du territoire national, malgré les dispositions prises par le gouvernement pour faire respecter les prix. Le directeur général-adjoint de la Consommation, Fidèle Angoué Mba, a accusé "les commerçants véreux", tout en appelant les consommateurs à la vigilance. Le carton de 10 poulets en provenance du Brésil est passé de 11.000 francs CFA à 12.000 FCFA, alors que le carton 20 kg de viande de b?uf a augmenté de plus de 30 pour cent. Selon l'Indice harmonisé ...
Lire l'article
Une forte augmentation des prix a été enregistrée ces deux derniers mois dans tout le Gabon sur certaines denrées alimentaires (poulet, poisson, viande de boeuf...), a constaté l'AGP. Initialement vendu à 9.500 francs CFA, le carton de poulet en provenance des Etats-Unis ou du Brésil est passé à près de 12.000 FCFA dans certains magasins alors que le carton de viande de bœuf a enregistré une hausse de plus de 30% qui atteint même plus de 60% chez des détaillants des quartiers périphériques de Libreville. La flambée des prix est en violation flagrante des nouvelles mesures gouvernementales en faveur de la baisse ...
Lire l'article
Les carburants font flamber les prix dans les pays de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (CEMAC). Depuis un an, les prix des produits alimentaires flambent également partout en Afrique, un phénomène mondial face auquel les gouvernements sont impuissants. L’extension des cultures destinées aux biocarburants et la flambée du cours du pétrole en sont les principales causes. Les émeutes contre la vie chère qui ont secoué le Cameroun et la Guinée Equatoriale. Des marches à Libreville par des femmes avaient pour objectif de réclamer la baisse des produits de première nécessité. Au Congo, les populations ont manifesté contre de promesses ...
Lire l'article
Franceville, chef-lieu de la province du Haut-Ogooué (sud-est) connaît depuis lundi, une pénurie de certaines denrées alimentaires de base dont le manioc, a constaté mercredi un journaliste de l’AGP. L’arrivée de plusieurs délégations à Franceville serait à l’origine de ce phénomène, pense-t-on. Hôtels et restaurants de la ville auraient fait de grandes commandes de ladite denrée, privant ainsi les consommateurs locaux, estime plusieurs habitant de Franceville. A quelques mois de la célébration du demi siècle de l’accession du Gabon à la souveraineté internationale et à deux ans de l’organisation de la coupe d’Afrique des Nations dans la région, des précautions doivent être prises ...
Lire l'article
Les prix des denrées alimentaires ont doublé, voire triplés dans la commune de Mouila, dans la province de la Ngounié, à quelques jours de la célébration, dans cette ville ainsi qu’à Tchibanga, du 48ème anniversaire de l’accession du Gabon à la souveraineté internationale. Selon notre source résidente à Mouila (Centre-Sud), la ville a enregistré une forte démographie ces derniers jours. Ainsi, cela cause déjà de nombreux désagréments à l’exemple de cette inflation qui ne dit pas son nom, une situation qui dérange les populations qui ne savent plus à quel saint se vouer. « C’est terrible ce que le 17 août ...
Lire l'article
A la suite du président de la Banque mondiale, Robert Zoellick, qui prône un « new deal » alimentaire à l’échelle mondiale, les appels se multiplient en faveur d’initiatives des pays riches pour aider les pauvres à faire face à la hausse des prix des denrées alimentaires, à l’exemple du premier ministre britannique, Gordon Brown, qui a écrit une lettre à son homologue japonais, dont le pays préside le G8, appelant notamment à examiner l’impact des biocarburants sur les prix alimentaires, lors du sommet des huit nations les plus industrialisées, qui se tiendra au Japon en juillet prochain, alors que ...
Lire l'article
Flambée des prix des produits alimentaires dans le département du Cap Estérias
Quinze inspecteurs du contrôle des denrées alimentaires prêtent serment
Les commerçants de Lébamba dictent leur loi sur les prix des denrées alimentaires
Gabon : Hausse des prix des produits alimentaires de première nécessité
Hausse des prix des produits alimentaires au Gabon
Flambée des prix des denrées alimentaires au Gabon
Gabon : Les carburants font flamber les prix en zone CEMAC
Gabon: Société: Pénurie de quelques denrées alimentaires de base à Franceville
Gabon: Flambée des prix des denrées alimentaires à Mouila à quelques jours du 17 août
Les pays riches promettent d’agir face à la flambée des prix des denrées alimentaires dans les pays pauvres


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 26 Jan 2012
Catégorie(s): Economie,Société,Sports
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*