Socialisez

FacebookTwitterRSS

La tension monte au Sénégal entre Wade et l’opposition

Auteur/Source: · Date: 26 Jan 2012
Catégorie(s): Afrique

Le Conseil constitutionnel doit se prononcer vendredi sur la candidature contestée du chef de l’Etat sortant. L’opposition appelle à braver une interdiction de manifester.

Le Sénégal est à la veille d’une journée tendue. Le Conseil constitutionnel doit se prononcer vendredi sur la nouvelle candidature controversée du chef de l’Etat Abdoulaye Wade à la présidentielle. La candidature du président sortant est jugée anticonstitutionnelle par ses opposants et la société civile.

Parmi les principaux candidats figurent trois ex-Premiers ministres d’Abdoulaye Wade devenus opposants, Moustapha Niasse, Idrissa Seck et Macky Sall, ainsi qu’Ousmane Tanor Dieng, leader du Parti socialiste (PS). Candidat également, la star de la chanson et homme d’affaires Youssou Ndour, lui aussi opposé à la nouvelle candidature d’Abdoulaye Wade.

Toute la difficulté pour les cinq “sages” va être de trancher entre deux interprétations de la Constitution, diamétralement opposées, faites par les partisans et les opposants au chef de l’Etat: Elu en 2000, Abdoulaye Wade a été réélu en 2007 pour cinq ans après une réforme constitutionnelle en 2001 qui a institué un quinquennat renouvelable une fois. Mais aujourd’hui, il se représente pour sept ans après le rétablissement, en 2008, du septennat renouvelable une fois, à la suite d’une nouvelle réforme constitutionnelle.

Le chantre du “changement” ne veut plus partir

Pour ses opposants, cette nouvelle candidature constitue un troisième mandat, et est donc illégale. En face, les partisans d’Abdoulaye Wade affirment que le décompte doit se faire à partir de la première réforme constitutionnelle de 2001 instituant le quinquennat et qu’il s’agit donc d’un second mandat conforme à la Constitution.

La candidature du président sortant, âgé de 85 ans, est de plus en plus contestée dans le pays. Elu en 2000 comme candidat -libéral- du “changement” (sopi en wolof) -après 40 ans de pouvoir socialiste-, le président semble ne plus vouloir quitter le pouvoir. En juin dernier, l’opposition l’a fait reculer lorqu’il envisageait de modifier à nouveau la constitution: le projet aurait permis d’élire simultanément, dès cette année, un président et un vice-président sur la base d’un “ticket” qui, pour l’emporter, pouvait ne recueillir au premier tour que 25% des suffrages exprimés. En fait, il s’agissait, selon l’opposition, de préparer une succession dynastique, via Karim Wade, le fils controversé de l’actuel président.

“Atteinte au droit de manifester pacifiquement”

La validation de la candidature de Wade fait craindre des réactions violentes. Le gouvernement en a donc profité pour interdire toutes les manifestations à caractère politiques à partir de ce jeudi, dernier jour de dépôt des candidatures, jusqu’à lundi. Une décision considérée “illégale”, par les principaux dirigeants de l’opposition qui ont appelé “le peuple sénégalais à une résistance active”.

Et le Mouvement du 23 juin (M23) qui regroupe les partis d’opposition et la société civile -dont le collectif “Y’en a marre”- a appelé à manifester vendredi à Dakar en dépit de cette interdiction. “La Constitution nous autorise à manifester et ne peut pas être abrogée par un arrêté ministériel”, en l’occurrence celui du ministre de l’Intérieur, a déclaré Alioune Tine, porte-parole du M23 qui entend par ailleurs “attaquer” cet arrêté “devant la Cour suprême”.

Selon Amnesty International, “il n’y a pas de justification apparente à cette interdiction qui porte atteinte au droit de manifester pacifiquement”. Il s’agit d’une “décision des plus inquiétantes”, affirme l’organisation, ajoutant que “le potentiel de déstabilisation est immense”.

Des déclarations du président Wade publiées jeudi par le site sénégalais d’information en ligne DakarActu risquent d’exacerber les tensions, puisqu’il y affirme qu’il peut “légalement” se présenter non seulement en 2012, mais également “une autre fois en 2019”.

Par Catherine Gouëset, avec AFP 


SUR LE MÊME SUJET
Sénégal: Wade n’envisage pas la retraite
Le président sénégalais Abdoulaye Wade, candidat à sa propre succession, a affirmé aujourd'hui devant la presse que pour lui, "la retraite, ce n'est pas pour demain", après une tournée dans plusieurs quartiers de Dakar dans le cadre de sa campagne électorale. "Je suis très satisfait de constater que je suis encore très, très, très populaire" au Sénégal, a déclaré M. Wade sur le perron du palais présidentiel à la presse l'ayant suivi dans cette tournée dakaroise, qualifiée par son entourage de "visite de proximité". "C'est un plébiscite de la rue. (...) La retraite, ce n'est pas pour demain. Vous allez voir, ...
Lire l'article
Sénégal: l’opposition entre en campagne, unie pour exiger le retrait de Wade
L'opposition sénégalaise a tenu dimanche à Dakar son premier meeting de la campagne électorale pour l'élection présidentielle du 26 février sous la bannière de "l'unité" et avec un unique mot d'ordre: "Wade doit retirer sa candidature!". Un peu plus d'un millier de personnes se sont retrouvées en fin d'après-midi sur la place de l'Obélisque, esplanade devenue le lieu symbole de la contestation contre la participation du chef de l'Etat sortant au scrutin. Sur l'estrade, le décor est planté: "Pas d'élection présidentielle au Sénégal avec Wade", proclame une large banderole signée du Mouvement du 23 juin (M23), qui regroupe opposants et représentants de ...
Lire l'article
Sénégal: l’opposition promet un front commun face à Wade pour la présidentielle
Huit candidats à la présidentielle du 26 février au Sénégal ont rejeté tout boycott du scrutin et se sont engagés samedi à "rester unis" durant la campagne électorale qui s'ouvre dimanche, pour obtenir le retrait de la candidature du président sortant Abdoulaye Wade. "Nous prenons l'engagement de rester unis et de mener solidairement des activités communes de mobilisation et de lutte jusqu'au retrait de la candidature" de Wade, écrivent-ils dans une déclaration présentée samedi à la presse. La "déclaration" est signée des quatres principaux candidats de l'opposition: Moustapha Niasse, Macky Sall, Idrissa Seck (tous trois d'anciens Premier ministre de Wade), Ousmane Tanor ...
Lire l'article
Présidentielle au Sénégal 2012 : troubles à Dakar après la validation de la candidature de Wade
Les réactions n'ont pas tardé après l'annonce par le Conseil constitutionnel de la validation de la candidature d'Abdoulaye Wade à la présidentielle de février et du rejet de celle du chanteur populaire Youssou N'Dour. De violentes altercations ont eu lieu dans la nuit de vendredi à samedi à Dakar et dans plusieurs villes du Sénégal entre manifestants et forces de l'ordre. La police affirme qu'un de ses membres a été tué dans ces affrontements. L'opposition dénonce un coup d'Etat institutionnel et appelle à manifester vers le palais présidentiel. Abdoulaye Wade est bien autorisé à briguer un troisième mandat. Les candidatures de ...
Lire l'article
Sénégal: la candidature de Wade validée pour la présidentielle, un policier tué dans des violences
La validation vendredi soir par le Conseil constitutionnel de la candidature du chef de l'Etat sénégalais Abdoulaye Wade à la présidentielle de février a provoqué une vague de violences dans plusieurs villes du Sénégal, dont sa capitale, Dakar, où un policier a tué. L'opposition a appelé pour sa part à "marcher sur le palais présidentiel dans les prochains jours" afin d'en "sortir Wade". Dès l'annonce de la validation de la candidature du président Wade et du rejet de celle du chanteur Youssou Ndour, des jeunes rassemblés depuis des heures Place de l'Obélisque, à Dakar, à l'appel de l'opposition ont jeté des pierres ...
Lire l'article
Le Sénégal s’embrase après le “coup de force” de Wade
Les violences à Dakar ont fait un mort après la validation de la candidature d'Abdoulaye Wade, qui brigue un troisième mandat présidentiel, bien que la Constitution limite le nombre de mandats possibles à deux. Youssou N'Dour, dont la candidature a été écartée, parle d'un "coup de force". Les premiers heurts ont éclaté dès vendredi soir à Dakar, puis dans plusieurs villes sénégalaises, avec l'annonce de la validation par le Conseil constitutionnel de la candidature d'Abdoulaye Wade à l'élection présidentielle. Une annonce d'autant plus mal perçue par les opposants au président que, parallèlement, la candidature du très populaire Youssou N'Dour était, elle, ...
Lire l'article
Sénégal. Manifestation contre la candidature de Wade
Les manifestations de Sénégalais hostiles à une nouvelle candidature du président sortant Abdoulaye Wade se sont étendues dans le pays dans la nuit de vendredi à samedi. Le Conseil constitutionnel a autorisé le chef de l’Etat à briguer sa propre succession le 26 février. La candidature du chanteur Youssou N’Dour a en revanche été écartée. Un policier a succombé à des blessures reçues à la tête lors d’échauffourées à Dakar hier, rapporte la télévision locale. Des journalistes de Reuters ont rapporté que de jeunes manifestants avaient incendié des piles de pneus et des voitures renversées. Wade : une candidature contestée Les adversaires de ...
Lire l'article
Crise de la dette: la tension monte entre les Etats-Unis et l’Europe
Les Etats-Unis ont exhorté vendredi la zone euro à mobiliser plus d'argent face à l'aggravation de crise de la dette qui inquiète le monde entier et à mettre fin à ses divisions, une leçon que les responsables européens ont peu goûtée. Convié exceptionnellement à une réunion des ministres européens des Finances à Wroclaw en Pologne, le secrétaire au Trésor américain Timothy Geithner s'est alarmé des divisions en Europe sur les meilleurs moyens de régler la crise, notamment entre les gouvernements et la Banque centrale de Francfort dirigée par Jean-Claude Trichet. "Tout le monde doit travailler ensemble (...) afin d'éviter des ...
Lire l'article
La tension est montée d'un cran supplémentaire en Côte d'Ivoire. Laurent Gbagbo, l'un des deux présidents proclamés de Côte d'Ivoire, a demandé, samedi, le départ "immédiat" de la mission de l'ONU dans le pays, l'Onuci, et de la force militaire française Licorne, selon un communiqué de son gouvernement lu à la télévision d'État, alors que la communauté internationale le somme de céder le pouvoir au plus vite à son rival Alassane Ouattara. Cette annonce intervient au moment où une reprise de la quasi-guerre civile de 2002-2003 - qui avait conduit à l'envoi de ces forces d'interposition - est de plus ...
Lire l'article
A l'issue de l'assemblée générale tenue le 11 octobre à Libreville, les différents syndicats de l'Education nationale réunis au sein de la Convention nationale des syndicats du secteur de l'éducation (CONASYSED) ont décidé de maintenir leur mouvement de grève sur l'étendue du territoire national jusqu'à la mise en place des préalables exigés dans le cadre de négociations avec la tutelle. Convoqués le 10 octobre par le ministère de l'Education nationale pour entamer les pourparlers, les enseignants ont boycotté la rencontre en raison des pressions exercées par la tutelle qui menace de suspendre les salaires des grévistes. Jusqu'où ira ce bras ...
Lire l'article
Sénégal: Wade n’envisage pas la retraite
Sénégal: l’opposition entre en campagne, unie pour exiger le retrait de Wade
Sénégal: l’opposition promet un front commun face à Wade pour la présidentielle
Présidentielle au Sénégal 2012 : troubles à Dakar après la validation de la candidature de Wade
Sénégal: la candidature de Wade validée pour la présidentielle, un policier tué dans des violences
Le Sénégal s’embrase après le “coup de force” de Wade
Sénégal. Manifestation contre la candidature de Wade
Crise de la dette: la tension monte entre les Etats-Unis et l’Europe
CÔTE D’IVOIRE : La tension monte d’un cran entre les pro-Gbagbo et la communauté internationale
Gabon : La tension monte entre les enseignants et la tutelle


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 26 Jan 2012
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*