Socialisez

FacebookTwitterRSS

Ouattara en France : comme au temps de la Françafrique ?

Auteur/Source: · Date: 26 Jan 2012
Catégorie(s): Afrique,Françafrique,Monde

Cela faisait un petit moment que Nicolas Sarkozy n’avait pas accueilli un chef d’Etat avec un tel faste. De son arrivée à l’aéroport d’Orly mercredi 25 janvier à son diner d’Etat à l’Elysée le lendemain, le parcours du président ivoirien, Alassane Ouattara, lors de ces trois jours de visite, a été jalonné d’intentions toutes particulières.

Le journal ivoirien “L’expression” rapporte avec fierté les honneurs rendus à leur président : “Cinq sections de l’armée française ont été mobilisées. Trois de l’armée de l’air, une de la marine nationale et une des forces paramilitaires.”

A son arrivée à l’aéroport, accueilli par le ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, le ministre de la Défense, Gérard Longuet, au “son de musique de la garde républicaine”, le chef d’Etat étranger a passé en revue les troupes. Ensuite, il a rallié la place des Invalides à bord “d’un hélicoptère présidentiel escorté par deux autres hélicos de combat”.

De la place, Alassane Ouattara est monté à bord “d’une Citroën hors série blindée escortée par une centaine de motards de la police et de la gendarmerie. Le point de chute étant l’hôtel cinq étoiles Le Meurice où il a pris ses quartiers.” Au programme de jeudi, le chef d’Etat ivoirien s’est rendu sur la tombe du soldat inconnu avant de remonter l’avenue des Champs-Elysées décorée aux couleurs des deux pays, sous escorte de la cavalerie. Sur le plan des symboles, Paris a décidé de frapper fort.

A l’ancienne

“On a l’impression que la France a accueilli Houphouët Boigny (premier président de la Côte d’Ivoire et acteur de la Françafrique, ndlr) au temps de la guerre froide!”, s’étonne Antoine Glaser, ancien rédacteur en chef de “La lettre du continent”, spécialiste de l’Afrique. “Il y a quelque chose de très rétro qui ne correspond pas à la mondialisation de l’Afrique. C’est un accueil anachronique, d’un autre temps”.

En effet, d’avis d’observateurs, aucun chef d’Etat ivoirien n’avait eu autant d’honneurs depuis ceux qui avaient été rendus au père de l’indépendance ivoirienne. A l’ancienne, Nicolas Sarkozy renoue ainsi avec un protocole loin de la rupture et en contradiction de la distance qu’il avait dit vouloir mettre avec les anciennes colonies lors de son élection en 2007.

Pour le spécialiste, c’est “l’échec d’une politique d’ouverture, une forme de régression”. “Nicolas Sarkozy a eu la volonté de sortir du pré-carré français. Le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, s’est d’ailleurs appliqué ces derniers temps à se rendre en Afrique du Sud et au Nigéria délaissant les anciens partenaires. Voir aujourd’hui le président français recevoir Alassane Ouattara comme s’il représentait le pivot de la stratégie de la France en Afrique est un retour en arrière”.

Une rupture non consommée

Et si la France n’avait jamais vraiment rompu son partenariat privilégié avec la Côte d’Ivoire ? C’est ce pense Gilles Labarthe, journaliste et auteur “Sarko l’Africain” : “On est dans la continuité de la politique françafricaine. La promesse de Nicolas Sarkozy de rompre avec les anciennes méthodes n’a pas été appliquée. Il poursuit la démarche de clientélisme initiée dans les années 1980. La différence aujourd’hui c’est qu’on est dans la période des fils à papa.”

Le contexte a cependant évolué. L’interventionnisme français a largement diminué. Mais Alassane Ouattara est aussi venu à Paris pour remercier la France de l’avoir soutenu lors de l’épisode électoral. Les soldats français ont même aidé les Ivoiriens à déloger Laurent Gbagbo.

“Cet accueil en fanfare est aussi une manière pour Nicolas Sarkozy de s’auto-congratuler, de se mettre en valeur. Il estime que son action en Côte d’Ivoire a résolu le conflit et a aidé à l’instauration de la démocratie”, estime Gilles Labarthe.

L’ami de Sarkozy

Les liens particuliers qu’entretiennent Nicolas Sarkozy et Alassane Ouattara peuvent aussi expliquer tout ce décorum. Les deux hommes ne cachent pas leurs années d’amitié. Le couple ivoirien avait été reçu l’année dernière par Nicolas Sarkozy et Carla Bruni dans leur résidence d’été en Cap Nègre. Martin Bouygues, ami du chef d’Etat français, a assisté au mariage d’Alassane Ouattara et de son épouse Dominique –qui a fait le voyage aussi. RFI rappelle que pendant la traversée du désert de Nicolas Sarkozy, après la défaite d’Edouard Balladur en 1995, Alassane Ouattara n’a jamais rompu les liens.

Intérêts économique, militaire et diplomatique

Bien sûr, même les non-avertis savent que les intérêts économiques priment et que derrière ces honneurs affichés se cachent la préservation de la cinquantaine de grands groupes français présents en Côte d’Ivoire. “Bouygues va avoir un troisième pont important sur la lagune, Bolloré continue d’être très bien implanté. Total, arrivé en même temps que Laurent Gbagbo, devrait signer un contrat d’exploration pétrolier pour un gisement très prometteur qui se trouve à la frontière du Ghana”, détaille Antoine Glaser. Le groupe Accor devrait signer officiellement la reprise de l’Hôtel Ivoire à Abidjan.

Sur le plan diplomatique, l’influence de la Côte d’Ivoire reste importante. “On peut imaginer qu’aux Nations Unis, la France puisse obtenir le soutien d’un bloc de voix africaines sur les différents sujets, par exemple. Ce qui avait manqué à Paris lors de l’intervention en Libye”, fait remarquer le spécialiste de l’Afrique.

Sur le plan militaire, la priorité a été donnée à la signature d’un nouvel accord de défense. Quelque 300 soldats français devraient rester stationner en Côte d’Ivoire. Certes loin des milliers présents il y a encore quelques années, mais suffisamment pour asseoir une présence française en Afrique.

“Cette présence équivaut à mon sens à l’installation d’une base militaire permanente en Afrique”, juge David Mauger de l’association Survie qui milite pour plus de transparence dans les relations franco-africaines.

La réconciliation en France mais pas en Côte d’Ivoire

Surtout cette visite tranche fortement avec la situation sur le terrain. Alors que la France et la Côte d’Ivoire célèbre la “réconciliation”, à Abidjan les populations ne sont pas encore prêtes à oublier les violences post-électorales. Mercredi 24 janvier, à Yopougon, un quartier d’Abidjan fief de l’ex-président Laurent Gbagbo, la justice ivoirienne a exhumé le corps d’un homme découvert dans une fosse.

L’existence de nombreuses autres fosses a déjà été signalées. Les Nations unis avaient déjà fait état en 2011 de la découverte de 68 corps dans dix fosses communes. Dans un rapport datant d’octobre 2011, l’ONG Human Rights Watch (HRW), a appelé le président ivoirien a accentuer ses efforts pour enquêter sur les auteurs des massacres et note une “approche déséquilibrée” de la quête de justice. “Le gouvernement Ouattara a pris des mesures louables pour poursuivre en justice certains dirigeants du précédent régime […] Cependant, la justice doit être au service des victimes des deux bords qui ont vu leurs proches être tués […] et ne peut être un outil au seul service des vainqueurs.”

Dans le rapport 2012 de HRW, on peut aussi lire que “les initiatives de justice nationale partiale, dans le cadre desquelles aucune charge n’a été portée contre des membres de son camp, ont menacé d’approfondir les divisions entre les communautés et ont mis à mal le retour à l’État de droit”. “Le Président Ouattara doit rapidement traduire en actes ses belles paroles sur la fin de l’impunité, en poursuivant de manière crédible ceux qui, dans son camp, ont commis des crimes graves”, encourage le rapport. “S’ils (les bailleurs de fonds et les gouvernements) veulent que la Côte d’Ivoire redevienne le moteur pacifique et prospère de l’Afrique de l’Ouest qu’elle a été dans le passé, ces partenaires doivent s’assurer que justice soit faite, et de manière visible, pour les crimes commis par les deux camps”.

Un sujet qui ne semble pas être la priorité de la rencontre entre Nicolas Sarkozy et Alassane Ouattara.

Créé le 26-01-2012 à 20h36 – Mis à jour le 27-01-2012 à 14h51 


SUR LE MÊME SUJET
France-Côte d’Ivoire : Ouattara et Sarkozy signent le retour de la Françafrique
Huit mois après avoir été débarrassé de Laurent Gbagbo, le président ivoirien vient "remercier" son "ami" français à Paris. "La paix est revenue en Côte d'Ivoire." C'est par ces mots que le président ivoirien Alassane Ouattara a lancé vendredi, au siège du Medef, un vibrant appel aux chefs d'entreprise français afin qu'ils s'associent à ce qu'il nomme la "renaissance" de son pays. Au coeur de la crise ivoirienne, déclenchée en décembre 2010 par le refus du président sortant Laurent Gbagbo de reconnaître sa défaite à la présidentielle, nombreuses sont les PME françaises à avoir fui les violences entre les deux camps, ...
Lire l'article
France – Côte d’Ivoire : Ouattara à Paris, Copé et Guéant à Abidjan
Alors qu'Alassane Ouattara est attendu dans la capitale française en décembre, des proches de Nicolas Sarkozy se rendront en Côte d'Ivoire entre fin octobre et novembre. Réception à l’hôtel de ville de Paris, probable discours à l’Assemblée nationale, entretien en tête à tête avec Nicolas Sarkozy… Le programme de la prochaine visite d’État en France (19-20 décembre) d'Alassane Ouattara s’annonce chargé, d’autant que le président ivoirien devrait également signer un nouvel accord de défense, qui sera du même type que ceux récemment conclus par la France avec le Gabon et le Sénégal. Il prévoit notamment le stationnement de 300 militaires (rebaptisés ...
Lire l'article
Côte d’Ivoire: Ouattara aux commandes pour une difficile réconciliation
De Thomas MORFIN (AFP) – Investi lors d'une cérémonie samedi à Yamoussoukro, Alassane Ouattara est désormais pleinement président de la Côte d'Ivoire, mais il aura fort à faire pour rassembler et réconcilier, priorité pour un pays déchiré par six mois d'une sanglante crise post-électorale. "ADO", comme le surnomment ses partisans, assis sur son majestueux fauteuil présidentiel, et entouré dans la capitale politique d'une vingtaine de chefs d'Etat, dont le président français Nicolas Sarkozy, et du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon: la fête avait tout d'un couronnement. Même s'il est aux commandes depuis plus d'un mois, "il fallait à Ouattara le sacre ...
Lire l'article
Côte d’Ivoire : Sarkozy à Yamoussoukro pour l’investiture de Ouattara
Dans un communiqué, Paris annonce que Nicolas sarkozy sera l'hôte d'Alassane Ouattara lors de l'investiture de ce dernier à Yamoussoukro, le 21 mai. L'annonce renforcera peut-être la conviction de ceux qui croient qu'Alassane Ouattara est le « président de la France ». L'Élysée a indiqué dans un communiqué que Nicolas Sarkozy assisterait à l'investiture du nouveau président ivoirien, accompagné par son ministre des Affaires étrangères Alain Juppé et Henri de Raincourt, le ministre chargé de la Coopération. Selon le communiqué, Sarkozy rencontrera ensuite la communauté française de Côte d'Ivoire à Abidjan, sur la base de Port-Bouët et y prononcera une allocution. Lire ...
Lire l'article
Côte d’Ivoire : pourquoi la France y est allée
Paris a tourné le dos à la doctrine en vigueur depuis l’arrivée au pouvoir de Nicolas Sarkozy. Après la Libye, la Côte d’Ivoire : l’armée française n’hésite plus à ouvrir le feu en Afrique. Intervenir ou pas ? Pendant quelques jours, Nicolas Sarkozy hésite. Normal. Depuis son arrivée au pouvoir, en mai 2007, le président français a une formule magique : « La France n’est plus le gendarme de l’Afrique. » En février 2008, au lendemain de la bataille de N’Djamena, il lance même fièrement : « Je n’ai pas autorisé à ce qu’un seul soldat français tire sur un Africain. » Quelques jours plus ...
Lire l'article
Des partisans au Gabon d'Alassane Ouattara, l'un des deux présidents ivoiriens proclamés, exigent "le départ immédiat" de l'ambassadeur de Côte d'Ivoire au Gabon, selon une motion de soutien à M. Ouattara transmise à l'AFP jeudi. "Nous, militants du RHDP (Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix, coalition pro-Ouattara) vivant au Gabon (...) avons décidé (...) (d') exiger le départ immédiat de Gnohité Roger, ancien ambassadeur de Côte d'Ivoire au Gabon", indique la motion datée de mercredi. "Nous ne pourrons tolérer plus longtemps les attitudes de Monsieur Roger Gnohité ancien ambassadeur, (qui) bien que rappelé, refuse de se soumettre à la décision ...
Lire l'article
Le camp d'Alassane Ouattara, président ivoirien reconnu par la communauté internationale, espère que l'organisation régionale de la Cédéao se prononcera vendredi sur une option militaire pour chasser du pouvoir Laurent Gbagbo, selon un de ses porte-parole. Pour résoudre la crise née de l'élection présidentielle du 28 novembre, il y avait "trois leviers, la diplomatie, les finances et l'armée", a déclaré à l'AFP Patrick Achi, soulignant que son camp l'avait déjà emporté sur les deux premiers. L'ONU a reconnu mercredi Youssouf Bamba, l'ambassadeur désigné par Alassane Ouattara auprès de l'organisation internationale. Jeudi, l'Union économique et monétaire ouest-africaine (Uémoa) a reconnu que M. Ouattara était ...
Lire l'article
Gabon - Mercredi 24 février, Nicolas Sarkozy s'est rendu au Gabon où il a visité une usine du groupe forestier français Rougier. Pour l'association écologiste Greenpeace, en effectuant cette visite, le président a agi comme un représentant de commerce "de l'exploitation des forêts tropicales". "Cette visite trahit la vision qu’a Nicolas Sarkozy des forêts tropicales et la manière dont il entend les protéger, affichant le soutien unilatéral de la France aux industriels du bois. Le président français semble encore considérer les forêts comme une simple matière première" a déploré Grégoire Lejonc, chargé de campagne forêts pour Greenpeace France. En novembre dernier, le ...
Lire l'article
Pour la troisième fois en trois ans, Nicolas Sarkozy était en visite au Gabon, mercredi 24 février. Une visite éclair pendant laquelle le président français a déclaré : "Il n'existe plus de pré carré et je ne le regrette pas. Ce sont des conceptions d'un autre temps." Une opinion que ne partage pas Bruno Ben Moubamba, vice-président d'Union nationale, l'une des deux principales formations de l'opposition gabonaise. Depuis la France, il estime que le président français "est inscrit dans un processus qui consiste à renvoyer l'ascenseur à ceux qui l'ont soutenu". Que pensez-vous du voyage de Nicolas Sarkozy au Gabon ? Nicolas ...
Lire l'article
Pour Elikia M'Bokolo, historien congolais, la prochaine équipe dirigeante au Gabon risque de se détourner de la France, devenue un partenaire avec lequel il faut prendre ses distances... Après des obsèques en grandes pompes à Libreville au Gabon mercredi, le chef d'Etat gabonais doit être inhumé ce jeudi à Franceville, sa terre natale dans le Haut-Ogooué. Passé le temps du deuil, les tractations pour sa succession vont pouvoir commencer. Quelle sera la place de la France dans la nouvelle donne politique gabonaise? L’analyse d’Elikia M'Bokolo, historien congolais, auteur de «Médiations africaines: Omar Bongo et les défis diplomatiques d'un continent» (Editions Archipel), ...
Lire l'article
France-Côte d’Ivoire : Ouattara et Sarkozy signent le retour de la Françafrique
France – Côte d’Ivoire : Ouattara à Paris, Copé et Guéant à Abidjan
Côte d’Ivoire: Ouattara aux commandes pour une difficile réconciliation
Côte d’Ivoire : Sarkozy à Yamoussoukro pour l’investiture de Ouattara
Côte d’Ivoire : pourquoi la France y est allée
Gabon: des partisans de Ouattara exigent le départ de l`ambassadeur ivoirien
Côte d’Ivoire: le camp Ouattara espère une décision sur l’option militaire
Greenpeace décrit Nicolas Sarkozy comme un “VRP de l’exploitation des forêts”
“Je crains que la France considère le Gabon comme une vache à lait”
«En France, on parle beaucoup du Gabon… Mais au Gabon, la France est devenue un partenaire comme les autres»


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 26 Jan 2012
Catégorie(s): Afrique,Françafrique,Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*