Socialisez

FacebookTwitterRSS

Afghanistan. Sarkozy annonce le retrait anticipé des troupes d’ici 2013

Auteur/Source: · Date: 28 Jan 2012
Catégorie(s): Monde

A l’issue d’un entretien avec Hamid Karzaï, président de l’Afghanistan, hier à Paris, Nicolas Sarkozy a annoncé que le rapatriement des troupes françaises combattantes serait achevé fin 2013, soit une année plus tôt que prévu.

Une semaine après la mort de quatre militaires français tués dans la vallée de la Kapisa, en Afghanistan, Nicolas Sarkozy a annoncé, hier, à l’issue d’un entretien qu’il venait d’avoir avec le président de l’Afghanistan Hamid Karzaï, que « le rapatriement des troupes françaises combattantes déployées dans ce pays sera achevé dès la fin de 2013 ». C’est une année plus tôt que le terme de fin 2014 jusque-là retenu par l’Otan.

Le chef de l’État a également indiqué que la France allait transférer à l’armée nationale afghane (ANA) la responsabilité de la sécurité dans la province de la Kapisa, au nord-est de la capitale, Kaboul, « à partir de mars 2012 ».

« La poursuite de la transition et ce transfert graduel des responsabilités de combat permettront de planifier le retour de la totalité de nos forces combattantes dès la fin de l’année 2013 », a poursuivi M. Sarkozy.

Le nouveau calendrier du retrait des quelque 3 600 soldats français toujours présents sur le sol afghan prévoit que 1 000 soldats rentreront en France pendant l’année 2012, contre 600 dans le projet précédent, a précisé le chef de l’État lors d’un bref point de presse donné en compagnie du président afghan.

Demande de réflexion à l’Otan

Nicolas Sarkozy a également fait savoir que la France allait « demander à l’Otan une réflexion sur une totale prise en charge des missions de combat de l’Otan par l’armée afghane au cours de l’année 2013 ».

L’échéance fixée jusque-là par la coalition pour la fin de ce transfert était l’année 2014.

Nicolas Sarkozy a par ailleurs indiqué que les missions de formation de l’armée afghane menées par l’armée française, qui avaient été suspendues la semaine dernière après la mort des quatre militaires français tués par un soldat afghan, reprendraient « dès demain » (c’est-à-dire aujourd’hui) samedi.

Le chef de l’État a spécifié que l’armée française continuerait cependant, au-delà de 2013, des missions de formation de l’armée afghane avec un effectif « résiduel » par rapport à celui déployé actuellement. « Il sera à tout le moins de l’ordre de quelques petites centaines » d’hommes, a dit M. Sarkozy.

Depuis l’intervention de la France en Afghanistan au sein de la force internationale, pas moins de 82 militaires français, dont plusieurs issus de régiments du Grand Sud, ont trouvé la mort.

le décès des quatre derniers soldats avait propulsé au cœur de la campagne présidentielle l’idée d’un retrait anticipée de nos troupes, comme le souhaitent bon nombre de candidats dont François Hollande.

Revirements

En rupture avec la ligne qu’il avait fixée, le chef de l’État avait clairement posé la question de l’accélération du retrait français d’Afghanistan la semaine dernière, juste après avoir appris la mort de quatre soldats, tués par une recrue afghane dont ils assuraient la formation.

Ce revirement a causé l’inquiétude des alliés américains et d’officiers français. La gauche avait dénoncé des motivations « électorales ». Pour rassurer, l’exécutif avait alors entamé un virage à 180°. Mardi, le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, avait appelé au « sang-froid ». À moins de trois mois de la présidentielle, le chef de l’État a finalement décidé d’anticiper le retrait militaire. Son calendrier se rapproche désormais de celui de son rival socialiste dans la course à l’Élysée François Hollande, qui souhaite que le retrait français soit achevé dès la fin 2012. 


SUR LE MÊME SUJET
Pourquoi Sarkozy n’a pas annoncé sa candidature dimanche
Malgré les appels du pied de nombreux responsables de droite, le chef de l'Etat n'a donc pas, comme prévu, franchi le Rubicon à la télévision. Il préfère jouer de sa posture de "président courage". Jusqu'à quand ? « Courage et lucidité ». A entendre les maîtres-mots de la droite après l'intervention de Nicolas Sarkozy, on devinait la stratégie du chef de l'Etat dimanche soir : reprendre la main sur le fond et se montrer en homme aux commandes du pays et au service des Français. Et tant pis pour tous ses amis à droite qui réclamaient une déclaration rapide de candidature, ...
Lire l'article
La France annonce la fermeture de sa base militaire au Sénégal et le retrait de 900 de ses 1.200 militaires stationnés dans le pays. "En accord avec le Sénégal, la France propose de conserver en effet à Dakar un simple 'pôle opérationnel de coopération à vocation régionale', fort d'environ trois cents militaires", indique l'état-major des forces françaises du Cap-Vert (FFCV) dans un communiqué publié par l'ambassade de France . La France conservera ses deux autres bases africaines, au Gabon et à Djibouti, ajoute le communiqué. "Une cérémonie de restitution symbolique des emprises occupées par les forces françaises au Sénégal, aura lieu au Camp ...
Lire l'article
La France annonce la fermeture de sa base militaire au Sénégal et le retrait de 900 de ses 1.200 militaires stationnés dans le pays. "En accord avec le Sénégal, la France propose de conserver en effet à Dakar un simple 'pôle opérationnel de coopération à vocation régionale', fort d'environ trois cents militaires", indique l'état-major des forces françaises du Cap-Vert (FFCV) dans un communiqué publié par l'ambassade de France . La France conservera ses deux autres bases africaines, au Gabon et à Djibouti, ajoute le communiqué. "Une cérémonie de restitution symbolique des emprises occupées par les forces françaises au Sénégal, aura lieu au Camp ...
Lire l'article
Le député de Corrèze François Hollande a jugé lundi que la victoire de la gauche au second tour des élections régionales était "une triple sanction à l'égard de Nicolas Sarkozy". "Il y a une triple sanction à l'égard de Nicolas Sarkozy. Il faut qu'il l'entende. Il y a une sanction à travers le vote en faveur de la gauche. Il y a une sanction dans l'abstention où son électorat s'est sans doute réfugié. Et, hélas, une sanction à travers la poussée de l'extrême droite", a-t-il affirmé sur France Info. L'ancien Premier secrétaire du Parti socialiste appelle le gouvernement à changer de politique. ...
Lire l'article
Sous la pression de Dakar, Paris a annoncé une réduction considérable de sa présence militaire au Sénégal. Une décision politique dont les conséquences économiques inquiètent au plus haut point le personnel sénégalais employé par l’administration française. C’est à Libreville que le président français l’a confirmé, le 24 février. La France ne conservera que 300 soldats au Sénégal, contre 1 200 actuellement. Une décision politique dont les modalités ne sont pas encore connues mais qui inquiète les 400 employés du « Personnel de recrutement local » (PRL) répartis sur les trois sites des Forces françaises du Cap-Vert (FFCV) à Dakar (23e Bataillon ...
Lire l'article
Le président français Nicolas Sarkozy est arrivé mercredi au Gabon pour apporter son soutien au nouveau chef de l'Etat du pays, Ali Bongo Ondimba, et réaffirmer sa volonté d'en finir avec les relations troubles de la "Françafrique". C'est la deuxième visite de M. Sarkozy au Gabon, après celle qu'il avait faite en juillet 2007 au père de l'actuel chef de l'Etat, Omar Bongo, allié historique de la France qui a tenu le pays d'une main de fer pendant plus de 40 ans, jusqu'à sa mort en juin 2009 à l'âge de 73 ans. Le président français a été l'un des premiers ...
Lire l'article
Le chef de l’Etat Gabonais, Ali Bongo Ondimba est à Franceville (capitale provinciale du Haut – Ogooué, sud – est) depuis ce mardi, en début d’après – midi, où il va accueillir, mercredi en matinée, son homologue Français, Nicolas Sarkozy, en mini tournée africaine. Le Gabon par Franceville et Libreville, sa capitale, vont constituer la première étape de la tournée africaine de Nicolas Sarkozy qui va ensuite se rendre à Kigali, au Rwanda. La visite de 48 heures du chef de l’Etat français au Gabon sera marquée de symboles du point de vue des relations qu’entretiennent Paris et Libreville. Car de ...
Lire l'article
Le président français, Nicolas Sarkozy arrive mercredi à Franceville (650 km au sud-est de Libreville), pour une visite d’amitié et de travail de 24 heures. Selon des sources autorisées, le président français sera reçu par son homologue gabonais Ali Bongo Ondimba qui devrait quitter Libreville ce mardi pour le chef-lieu de la province du Haut-Ogooué. Le numéro un français, au cours de son séjour à Franceville visitera le Centre internationale de recherches médicales de Franceville (CIRMF). Ce centre dont la renommée scientifique dépasse largement les frontières nationales est en partie financé par la société TOTAL GABON, filiale du groupe pétrolier français TOTAL. Selon les ...
Lire l'article
"L'armée française n'est pas là pour soutenir des régimes" en Afrique, a affirmé mercredi le président français Nicolas Sarkozy, qui s'est en revanche engagé à soutenir "les régimes démocratiques". Nicolas Sarkozy, qui s'exprimait à l'occasion de la 16e conférence des ambassadeurs, a renouvelé son engagement à réviser de manière systématique les accords de défense qui lient la France et les Etats africains. "J'ajoute que tous ces accords, je souhaite qu'ils soient publiés", a-t-il dit. "Nous voulons soutenir les régimes démocratiques", a cependant ajouté le chef de l'Etat français, citant en exemple l'action française en Mauritanie.
Lire l'article
Après le drame qui a coûté la vie, lundi et mardi à 10 soldats français engagés sur le front de la restauration de la paix en Afghanistan, le président gabonais, Omar Bongo Ondimba, a adréssé mercredi, via un communiqué de presse paru dans le quotidien national l’ « Union » ses condoléances à Nicolas Sarkozy, président de la République française. Relavant au préalable les faits, le président Bongo Ondimba, à travers ce communiqué déclare: « le contingent militaire français en Afghanistan vient d’enregistrer, suite à une embuscade meurtrière, la perte cruelle de dix soldats. A cet effectif considérable s’ajoutent ...
Lire l'article
Pourquoi Sarkozy n’a pas annoncé sa candidature dimanche
La France va retirer l’essentiel de ses troupes du Sénégal
La France va retirer l’essentiel de ses troupes du Sénégal
France: Régionales: “une triple sanction à l’égard de Nicolas Sarkozy”, selon François Hollande
Sénégal: Retrait militaire français : combien ça coûte ?
Sarkozy au Gabon pour tourner la page de la “Françafrique”
Ali Bongo Ondimba à Franceville pour accueillir mercredi son homologue français, Nicolas Sarkozy
Arrivée de Nicolas Sarkozy mercredi au Gabon
La France “n’est pas là pour soutenir des régimes” en Afrique, plaide Nicolas Sarkozy
Gabon: Bongo Ondimba adresse ses condoléances à Nicolas Sarkozy après la perte de dix soldats en Afghanistan


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 28 Jan 2012
Catégorie(s): Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*