Socialisez

FacebookTwitterRSS

L’opposition appelle à “résister” à Abdoulaye Wade au Sénégal

Auteur/Source: · Date: 28 Jan 2012
Catégorie(s): Afrique

L’opposition sénégalaise a appelé samedi à la “résistance” contre le président Abdoulaye Wade après une nuit d’émeutes déclenchées par l’autorisation donnée au chef de l’Etat, âgé de 85 ans, de briguer un troisième mandat en février.

Le ministère de l’Intérieur a confirmé samedi qu’un policier était mort durant ces émeutes, qui ont vu des manifestants jeter des pierres, renverser des voitures et brûler des pneus face à des forces de sécurité usant de gaz lacrymogènes.

Le calme est revenu samedi matin à Dakar, où le dispositif de sécurité a été renforcé autour du palais présidentiel. Armés de grenades lacrymogènes, des policiers en tenue anti-émeutes patrouillaient à bord de camions dans la capitale, a rapporté un journaliste de Reuters.

Un défenseur des droits de l’homme et adversaire déclaré de Wade, Alioune Tine, a fait savoir par SMS à Reuters qu’il avait été arrêté samedi après-midi par des hommes de la brigade criminelle.

“Nous demandons à la population de rester vigilante et de résister à Abdoulaye Wade”, a déclaré Abdoul Aziz Diop, porte-parole du M23, un front d’opposants au chef de l’Etat, interrogé au téléphone par Reuters. “Si Wade tente de s’imposer à nous (…) nous résisterons.”

Des dirigeants de l’opposition et des représentants de la société civile ont prévu de se rencontrer samedi pour se concerter sur la marche à suivre désormais, a-t-il ajouté.

Le Conseil constitutionnel a validé vendredi soir la candidature d’Abdoulaye Wade et de 13 autres personnalités pour le premier tour de l’élection présidentielle prévu le 26 février, déclenchant la colère de l’opposition.

“MANIFESTATIONS D’HUMEUR”

Les adversaires du chef de l’Etat ne lui reconnaissent pas le droit de se représenter et renvoient à la Constitution, qui interdit d’effectuer plus de deux mandats présidentiels consécutifs.

Le M23 a estimé samedi dans un communiqué que la décision de la Cour était un putsch constitutionnel, et le prélude à ce qui sera un “putsch électoral”.

Abdoulaye Wade, arrivé au pouvoir en 2000 puis réélu en 2007, leur répond que son premier mandat ne compte pas, car il a été entamé avant l’introduction de cet amendement constitutionnel, en 2001.

Le président est intervenu tard vendredi soir à la télévision publique pour lancer un appel au calme, en promettant un scrutin libre et juste.

“Arrêtez ces manifestations d’humeur qui ne conduisent à rien”, a-t-il dit. “La campagne électorale sera ouverte, il n’y aura pas de restrictions à la liberté.”

Le Conseil constitutionnel a en revanche écarté la candidature de Youssou N’Dour au motif que cette vedette internationale de la chanson n’avait pas recueilli les 10.000 signatures nécessaires.

L’institution a indiqué que 4.000 des 12.000 soutiens revendiqués par l’artiste n’avaient pu être vérifiés. En réaction, Youssou N’Dour a appelé ses partisans à s’opposer à la tenue du scrutin.

“Nous n’autoriserons jamais Abdoulaye Wade à participer à cette élection”, a-t-il affirmé à l’antenne de sa chaîne de télévision, TFM.

“La décision de me tenir à l’écart n’a rien à voir avec le droit. C’est une décision politique, à laquelle nous répondrons par une décision politique”, a-t-il ajouté, sans donner plus de détails.

RÉSERVES

Epargné par les coups d’Etat depuis la fin de l’ère coloniale, le Sénégal s’avance vers l’élection présidentielle dans un climat de plus en plus tendu.

Ses détracteurs reprochent à Abdoulaye Wade, opposant pendant 26 ans, de ne pas avoir suffisamment lutté contre la pauvreté et la corruption au cours de ses 12 années au pouvoir.

Le camp présidentiel met en revanche en avant les dépenses dans l’éducation et dans les infrastructures engagées sous Abdoulaye Wade comme le signe de sa volonté de modernisation du pays.

Candidate à la présidentielle, Amsatou Sow Sidibé a invité Abdoulaye Wade à se retirer de lui-même. “La paix et la tranquillité du Sénégal en dépendent”, a-t-elle dit à Reuters.

“Wade n’a aucun droit d’effectuer un troisième mandat, et le peuple saura résister”, a assuré Moustapha Niasse, un ancien Premier ministre de l’actuel président, désormais candidat face à lui.

La volonté du chef de l’Etat de se maintenir au pouvoir suscite aussi des réserves à l’étranger. Interrogé sur RFI, l’Américain William Fitzgerald, vice-secrétaire d’Etat adjoint aux Affaires africaines, a jugé la candidature d’Abdoulaye Wade “un peu regrettable”.

Dans la nuit de vendredi à samedi, un commissariat de la ville de Kaolack, dans le centre, a été mis à sac, selon un témoin, et la radio publique a par ailleurs rapporté que l’antenne locale du Parti démocratique sénégalais (PDS), la formation de Wade, avait été détruite par les flammes. On a également signalé des manifestations dans les localités de Thies et de Mbour.

Parmi les treize autres candidatures validées par le Conseil constitutionnel, on trouve le chef de fil du Parti socialiste, Ousmane Tanor Dieng, et deux autres ex-Premier ministres en plus de Moustapha Niasse: Idrissa Seck et Macky Sall.

Bertrand Boucey et Eric Faye pour le service français
 


SUR LE MÊME SUJET
Sénégal: Wade n’envisage pas la retraite
Le président sénégalais Abdoulaye Wade, candidat à sa propre succession, a affirmé aujourd'hui devant la presse que pour lui, "la retraite, ce n'est pas pour demain", après une tournée dans plusieurs quartiers de Dakar dans le cadre de sa campagne électorale. "Je suis très satisfait de constater que je suis encore très, très, très populaire" au Sénégal, a déclaré M. Wade sur le perron du palais présidentiel à la presse l'ayant suivi dans cette tournée dakaroise, qualifiée par son entourage de "visite de proximité". "C'est un plébiscite de la rue. (...) La retraite, ce n'est pas pour demain. Vous allez voir, ...
Lire l'article
Sénégal: l’opposition promet un front commun face à Wade pour la présidentielle
Huit candidats à la présidentielle du 26 février au Sénégal ont rejeté tout boycott du scrutin et se sont engagés samedi à "rester unis" durant la campagne électorale qui s'ouvre dimanche, pour obtenir le retrait de la candidature du président sortant Abdoulaye Wade. "Nous prenons l'engagement de rester unis et de mener solidairement des activités communes de mobilisation et de lutte jusqu'au retrait de la candidature" de Wade, écrivent-ils dans une déclaration présentée samedi à la presse. La "déclaration" est signée des quatres principaux candidats de l'opposition: Moustapha Niasse, Macky Sall, Idrissa Seck (tous trois d'anciens Premier ministre de Wade), Ousmane Tanor ...
Lire l'article
Sénégal/présidentielle : Juppé et Wade d’accord pour une alternance après 2012
Le ministre français Alain Juppé, qui a souhaité un passage de générations à la tête du Sénégal, est sur la même longueur d'ondes que le président Abdoulaye Wade car ils évoquent tous les deux une alternance après la présidentielle de 2012, a affirmé jeudi la présidence sénégalaise. Contrairement à l'angle qu'on a voulu donner à ses déclarations mercredi devant les députés français, M. Juppé, chef de la diplomatie française, a voulu dire : +à partir de 2012, il faut que le président Wade pense à l'alternance générationnelle+, a déclaré le porte-parole de la présidence Serigne Mbacké Ndiaye à l'antenne de la ...
Lire l'article
Présidentielle au Sénégal 2012 : troubles à Dakar après la validation de la candidature de Wade
Les réactions n'ont pas tardé après l'annonce par le Conseil constitutionnel de la validation de la candidature d'Abdoulaye Wade à la présidentielle de février et du rejet de celle du chanteur populaire Youssou N'Dour. De violentes altercations ont eu lieu dans la nuit de vendredi à samedi à Dakar et dans plusieurs villes du Sénégal entre manifestants et forces de l'ordre. La police affirme qu'un de ses membres a été tué dans ces affrontements. L'opposition dénonce un coup d'Etat institutionnel et appelle à manifester vers le palais présidentiel. Abdoulaye Wade est bien autorisé à briguer un troisième mandat. Les candidatures de ...
Lire l'article
Sénégal: la candidature de Wade validée pour la présidentielle, un policier tué dans des violences
La validation vendredi soir par le Conseil constitutionnel de la candidature du chef de l'Etat sénégalais Abdoulaye Wade à la présidentielle de février a provoqué une vague de violences dans plusieurs villes du Sénégal, dont sa capitale, Dakar, où un policier a tué. L'opposition a appelé pour sa part à "marcher sur le palais présidentiel dans les prochains jours" afin d'en "sortir Wade". Dès l'annonce de la validation de la candidature du président Wade et du rejet de celle du chanteur Youssou Ndour, des jeunes rassemblés depuis des heures Place de l'Obélisque, à Dakar, à l'appel de l'opposition ont jeté des pierres ...
Lire l'article
Le Sénégal s’embrase après le “coup de force” de Wade
Les violences à Dakar ont fait un mort après la validation de la candidature d'Abdoulaye Wade, qui brigue un troisième mandat présidentiel, bien que la Constitution limite le nombre de mandats possibles à deux. Youssou N'Dour, dont la candidature a été écartée, parle d'un "coup de force". Les premiers heurts ont éclaté dès vendredi soir à Dakar, puis dans plusieurs villes sénégalaises, avec l'annonce de la validation par le Conseil constitutionnel de la candidature d'Abdoulaye Wade à l'élection présidentielle. Une annonce d'autant plus mal perçue par les opposants au président que, parallèlement, la candidature du très populaire Youssou N'Dour était, elle, ...
Lire l'article
Sénégal. Manifestation contre la candidature de Wade
Les manifestations de Sénégalais hostiles à une nouvelle candidature du président sortant Abdoulaye Wade se sont étendues dans le pays dans la nuit de vendredi à samedi. Le Conseil constitutionnel a autorisé le chef de l’Etat à briguer sa propre succession le 26 février. La candidature du chanteur Youssou N’Dour a en revanche été écartée. Un policier a succombé à des blessures reçues à la tête lors d’échauffourées à Dakar hier, rapporte la télévision locale. Des journalistes de Reuters ont rapporté que de jeunes manifestants avaient incendié des piles de pneus et des voitures renversées. Wade : une candidature contestée Les adversaires de ...
Lire l'article
La tension monte au Sénégal entre Wade et l’opposition
Le Conseil constitutionnel doit se prononcer vendredi sur la candidature contestée du chef de l'Etat sortant. L'opposition appelle à braver une interdiction de manifester. Le Sénégal est à la veille d'une journée tendue. Le Conseil constitutionnel doit se prononcer vendredi sur la nouvelle candidature controversée du chef de l'Etat Abdoulaye Wade à la présidentielle. La candidature du président sortant est jugée anticonstitutionnelle par ses opposants et la société civile. Parmi les principaux candidats figurent trois ex-Premiers ministres d'Abdoulaye Wade devenus opposants, Moustapha Niasse, Idrissa Seck et Macky Sall, ainsi qu'Ousmane Tanor Dieng, leader du Parti socialiste (PS). Candidat également, la ...
Lire l'article
Libreville, 15 septembre (GABONEWS) – Le président sénégalais, Abdoulaye Wade, a dressé mardi ses félicitations, via une note parvenue ce mardi à GABONEWS, à Ali Bongo Ondimba, président élu du Gabon. Actualité du :15/09/2009 « Suite à votre élection aux hautes charges de président de la République gabonaise, je voudrais vous adresser toutes mes félicitations. J’y ajoute les vœux ardents que je forme pour le succès de votre mandat», a écrit le président sénégalais Abdoulaye Wade. « Au peuple gabonais ami et frère, j’adresse mes souhaits les meilleurs de paix, de stabilité et ...
Lire l'article
Le chef de l'Etat gabonais, Omar Bongo Ondimba a présenté jeudi ses condoléances à son homologue sénégalais Abdoulaye Wade, suite à la mort de l'ancien premier ministre Mamadou Dia. « Monsieur le président de la République et cher frère, c'est avec émotion que j'ai appris la mort de Mamadou Dia. La disparition de cet illustre fils du Sénégal nous plonge dans la tristesse, au regard du parcours de l'homme, dans son pays comme l'une des grandes figures politiques ayant marqué les luttes africaines pour l'accession à la souveraineté internationale », a écrit Omar Bongo. « Homme de conviction et d'action, auteur ...
Lire l'article
Sénégal: Wade n’envisage pas la retraite
Sénégal: l’opposition promet un front commun face à Wade pour la présidentielle
Sénégal/présidentielle : Juppé et Wade d’accord pour une alternance après 2012
Présidentielle au Sénégal 2012 : troubles à Dakar après la validation de la candidature de Wade
Sénégal: la candidature de Wade validée pour la présidentielle, un policier tué dans des violences
Le Sénégal s’embrase après le “coup de force” de Wade
Sénégal. Manifestation contre la candidature de Wade
La tension monte au Sénégal entre Wade et l’opposition
Gabon: Le président Abdoulaye Wade adresse ses félicitations à Ali Bongo Ondimba
Gabon: Bongo Ondimba présente ses condoléances à Abdoulaye Wade suite à la mort l’ancien premier ministre Mamadou Dia


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 28 Jan 2012
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à L’opposition appelle à “résister” à Abdoulaye Wade au Sénégal

  1. obone ndong

    29 Jan 2012 a 16:17

    C’est vraiment regrettable!pauvre Afrique!celui qui parlait du soppi.Il doit savoir que le sopi commence par là, renoncer à sa candidature.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*