Socialisez

FacebookTwitterRSS

Sénégal: l’opposition lance “la résistance” après de graves violences

Auteur/Source: · Date: 28 Jan 2012
Catégorie(s): Afrique

L’opposition a lancé samedi “la résistance” contre le président sénégalais Abdoulaye Wade, 85 ans, malgré la validation de sa candidature à la présidentielle de février par le Conseil constitutionnel qui a provoqué de graves violences dans plusieurs villes.

Les tenants de cette “résistance”, dont les modalités restent à préciser, s’opposent d’ores et déjà à une vague d’arrestations de responsables et partisans du Mouvement du 23 juin (M23), qui regroupe partis d’opposition et organisations de la société civile à la pointe du combat contre la candidature de Wade.

“Nous nous organisons pour faire face par une résistance contre l’oppression, et nous avons lancé un mot d’ordre à l’ensemble des Sénégalais de se tenir prêts à (y) faire face”, a déclaré à la presse Macky Sall, un des dirigeants du M23, candidat à la présidentielle, aux côtés des autres leaders du mouvement.

Il faut “tout mettre en oeuvre pour que Wade retire sa candidature, parce qu’il n’est pas question qu’il prenne part aux prochaines élections”, le scrutin présidentiel du 26 février, a-t-il ajouté. “C’est tout à la fois les marches, les sit-in, la résistance”, mais “pas la violence”

Selon le M23, des “dizaines” de ses militants et responsables ont été arrêtés samedi dans tout le pays, dont son porte-parole, Alioune Tine, célèbre défenseur des droits de l’Homme en Afrique, qui se trouvait samedi soir dans les locaux de la Division des investigations criminelles (DIC) à Dakar.

Youssou Ndour, dont la candidature a été rejetée par le Conseil constitutionnel, a été “malmené” par des policiers alors qu’il se rendait à la DIC pour soutenir Alioune Tine, selon un de ses porte-paroles, Doudou Sarra.

Violences prévisibles

Un policier tué à Dakar, émeutes dans plusieurs quartiers, bâtiments incendiés, affrontements entre jeunes et policiers dans la capitale et à Thiès, Kaolack, Matam, Tambacounda: dès l’annonce de la validation de la candidature contestée de M. Wade, le Sénégal s’est enflammé.

Le gouvernement a ouvert une enquête sur le “crime odieux” du policier tué “d’un jet de brique”.

Samedi, le calme était revenu à Dakar qui porte encore les stigmates des violences: restes carbonisés de boutiques incendiées, rues encombrées de pierres et pneus brûlés, que les équipes de la municipalité s’affairaient à nettoyer sous la surveillance des forces de l’ordre.

La décision du Conseil constitutionnel était attendue avec anxiété et les violences prévisibles de la part de Sénégalais, en particulier les jeunes, déçus par les douze ans de règne du président Wade: ils restent confrontés au chômage, à la vie chère, aux pénuries, aux coupures d’eau et d’électricité.

Outre celle de M. Wade, le Conseil a validé treize autres candidatures sur dix-sept présentées.

Les candidats ont désormais jusqu’à samedi minuit pour déposer des recours contre les validations et invalidations auprès du Conseil. Sept opposants l’ont fait contre M. Wade qui a lui saisi le Conseil contre trois d’entre eux. Youssou Ndour a déposé une requête séparée contre le rejet de sa candidature.

La France “attend que le Conseil constitutionnel statue de manière claire et impartiale sur les réclamations” émises par les candidats exclus de la présidentielle, a déclaré le ministère français des Affaires étrangères.

Elu en 2000, réélu en 2007 pour cinq ans après une révision constitutionnelle de 2001 instituant un quinquennat renouvelable une fois, M. Wade se représente pour sept ans après le rétablissement du septennat en 2008, à la suite d’une nouvelle révision constitutionnelle. Ses opposants jugent sa candidature anti-constitutionnelle. 


SUR LE MÊME SUJET
Sénégal/présidentielle : Juppé et Wade d’accord pour une alternance après 2012
Le ministre français Alain Juppé, qui a souhaité un passage de générations à la tête du Sénégal, est sur la même longueur d'ondes que le président Abdoulaye Wade car ils évoquent tous les deux une alternance après la présidentielle de 2012, a affirmé jeudi la présidence sénégalaise. Contrairement à l'angle qu'on a voulu donner à ses déclarations mercredi devant les députés français, M. Juppé, chef de la diplomatie française, a voulu dire : +à partir de 2012, il faut que le président Wade pense à l'alternance générationnelle+, a déclaré le porte-parole de la présidence Serigne Mbacké Ndiaye à l'antenne de la ...
Lire l'article
Sénégal : deux morts dans une manifestation violente à Podor
Les manifestants protestaient contre la candidature du président sortant Abdoulaye Wade à l'élection présidentielle de février. La contestation de la candidature à la présidentielle au Sénégal du président Abdoulaye Wade a été marquée lundi par de nouvelles violences avec deux morts à Podor (nord), à la veille d'un rassemblement à Dakar de l'opposition faisant craindre des débordements. Ces violences ont éclaté lors d'une manifestation de militants du Mouvement du 23 juin (M23), regroupant des partis d'opposition et organisations de la société civile contre la candidature de Wade, 85 ans, au pouvoir depuis douze ans, une candidature confirmée par le Conseil constitutionnel ...
Lire l'article
Sénégal: les candidats à la présidentielle initialement retenus confirmés
Le Conseil constitutionnel du Sénégal a confirmé dans la nuit de dimanche à lundi la liste des candidats à la présidentielle de février qu'il avait publiée vendredi, sur laquelle figure le chef de l'Etat Abdoulaye Wade, ce qui avait provoqué des violences. Dans son arrêt, le Conseil stipule que les requêtes présentées par des opposants pour l'annulation de la candidature de M. Wade et celle de ce dernier contre trois de ces opposants sont "recevables", mais "non fondées". Le Conseil constitutionnel devait se pronocer sur les recours en annulation de la candidature Wade déposés par sept candidats d'opposition qui la jugeaient non ...
Lire l'article
Sénégal: Youssou Ndour lance un appel
Le chanteur sénégalais Youssou Ndour a appelé ce matin la communauté internationale à exprimer son désaccord après la confirmation, dans la nuit, par le Conseil constitutionnel du Sénégal de la liste des candidats à la présidentielle de février qu'il avait publiée vendredi. "Le Sénégal a honte. Le Sénégal est meurtri. Le processus de coup d'Etat constitutionnel est consommé. 52 ans de construction démocratique viennent d'être balayés", a déclaré Youssou Ndour interrogé par la radio française RFI. "Le Sénégal et son peuple ont mal. Nous avons été trahis par cette décision honteuse. J'ai dit bien honteuse...", a-t-il poursuivi sur les ondes de Radio ...
Lire l'article
Sénégal : la candidature de Youssou Ndour jugée irrecevable
Le Conseil constitutionnel a jugé irrecevable vendredi la candidature à la prochaine élection présidentielle, prévue le 26 février, de la star internationale de la chanson Youssou Ndour. L'instance a en revanche validé celle du président sortant Abdoulaye Wade. Youssou NDour : "Je ne vois pas ce que l'on peut me reprocher, je pense qu'ils ont peur de moi" Violences à Dakar après ces annonces Dès l'annonce de ces décisions, des jeunes rassemblés depuis des heures sur une place de Dakar à l'appel de l'opposition ont jeté des pierres sur les policiers qui ont riposté à coups de gaz lacrymogène et ...
Lire l'article
Présidentielle au Sénégal 2012 : troubles à Dakar après la validation de la candidature de Wade
Les réactions n'ont pas tardé après l'annonce par le Conseil constitutionnel de la validation de la candidature d'Abdoulaye Wade à la présidentielle de février et du rejet de celle du chanteur populaire Youssou N'Dour. De violentes altercations ont eu lieu dans la nuit de vendredi à samedi à Dakar et dans plusieurs villes du Sénégal entre manifestants et forces de l'ordre. La police affirme qu'un de ses membres a été tué dans ces affrontements. L'opposition dénonce un coup d'Etat institutionnel et appelle à manifester vers le palais présidentiel. Abdoulaye Wade est bien autorisé à briguer un troisième mandat. Les candidatures de ...
Lire l'article
Sénégal: la candidature de Wade validée pour la présidentielle, un policier tué dans des violences
La validation vendredi soir par le Conseil constitutionnel de la candidature du chef de l'Etat sénégalais Abdoulaye Wade à la présidentielle de février a provoqué une vague de violences dans plusieurs villes du Sénégal, dont sa capitale, Dakar, où un policier a tué. L'opposition a appelé pour sa part à "marcher sur le palais présidentiel dans les prochains jours" afin d'en "sortir Wade". Dès l'annonce de la validation de la candidature du président Wade et du rejet de celle du chanteur Youssou Ndour, des jeunes rassemblés depuis des heures Place de l'Obélisque, à Dakar, à l'appel de l'opposition ont jeté des pierres ...
Lire l'article
Le Sénégal s’embrase après le “coup de force” de Wade
Les violences à Dakar ont fait un mort après la validation de la candidature d'Abdoulaye Wade, qui brigue un troisième mandat présidentiel, bien que la Constitution limite le nombre de mandats possibles à deux. Youssou N'Dour, dont la candidature a été écartée, parle d'un "coup de force". Les premiers heurts ont éclaté dès vendredi soir à Dakar, puis dans plusieurs villes sénégalaises, avec l'annonce de la validation par le Conseil constitutionnel de la candidature d'Abdoulaye Wade à l'élection présidentielle. Une annonce d'autant plus mal perçue par les opposants au président que, parallèlement, la candidature du très populaire Youssou N'Dour était, elle, ...
Lire l'article
Sénégal. Manifestation contre la candidature de Wade
Les manifestations de Sénégalais hostiles à une nouvelle candidature du président sortant Abdoulaye Wade se sont étendues dans le pays dans la nuit de vendredi à samedi. Le Conseil constitutionnel a autorisé le chef de l’Etat à briguer sa propre succession le 26 février. La candidature du chanteur Youssou N’Dour a en revanche été écartée. Un policier a succombé à des blessures reçues à la tête lors d’échauffourées à Dakar hier, rapporte la télévision locale. Des journalistes de Reuters ont rapporté que de jeunes manifestants avaient incendié des piles de pneus et des voitures renversées. Wade : une candidature contestée Les adversaires de ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) – La situation revenait progressivement à la normale lundi matin à Port-Gentil (sud-ouest), après des violences post-électorales qui ont fait officiellement trois morts à la suite de la proclamation des résultats de la présidentielle, selon des sources concordantes sur place. ’’Les taxis et autres véhicules ont commencé à circuler dans la ville. Tout semble calme ici’’, a affirmé Marlyse, une habitante de Bac aviation, quartier populaire ayant été touché par ces violences qui ont duré 3 jours. ’’Certains magasins ont rouvert leurs portes, mais la plupart d’entre eux sont restés fermés aujourd’hui (lundi)’’, a ajouté Marlyse jointe par téléphone par ...
Lire l'article
Sénégal/présidentielle : Juppé et Wade d’accord pour une alternance après 2012
Sénégal : deux morts dans une manifestation violente à Podor
Sénégal: les candidats à la présidentielle initialement retenus confirmés
Sénégal: Youssou Ndour lance un appel
Sénégal : la candidature de Youssou Ndour jugée irrecevable
Présidentielle au Sénégal 2012 : troubles à Dakar après la validation de la candidature de Wade
Sénégal: la candidature de Wade validée pour la présidentielle, un policier tué dans des violences
Le Sénégal s’embrase après le “coup de force” de Wade
Sénégal. Manifestation contre la candidature de Wade
Présidentielle/violences : Retour progressif lundi des activités à Port-Gentil après des violences post-électorales


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 28 Jan 2012
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*