Socialisez

FacebookTwitterRSS

Martine Aubry a estimé ce matin, sur RTL que Nicolas Sarkozy était «un peu perdu”

Auteur/Source: · Date: 30 Jan 2012
Catégorie(s): Monde

| Fred Dufour

La campagne présidentielle s’est encore accélérée hier soir. Avec l’intervention du chef de l’Etat retransmise en direct sur huit chaînes de télévision -du jamais vu-, les réactions politiques ne tournent ce matin qu’autour des annonces de Nicolas Sarkozy. Il faut dire que le Président de la République n’a pas lésiné sur le nombre de mesures. Hausse de la TVA de 1,6 %, création d’une banque de l’Industrie, augmentation de droit de construire de 30 %, il a annoncé près de huit mesures qui devrait rentrer en vigueur au plus tard en octobre… Ce qui pose évidemment la question incontournable de sa candidature.

Bien que le Président de la République se défend de rentrer officiellement dans la course à sa réélection, Nicolas Sarkozy sans jamais le citer, a lancé toute la soirée des piques contre François Hollande, son adversaire socialiste, estimant notamment qu’il faisait preuve d’«arrogance». Et Nicolas Sarkozy a levé le peu de doutes sur sa volonté de se frotter à une nouvelle campagne présidentielle. « J’ai un rendez-vous avec les Français, je ne me déroberai pas», a assuré Nicolas Sarkozy en concluant l’émission.

7h50. «Nicolas Sarkozy est perdu», selon Martine Aubry. Invitée sur RTL, la première secrétaire du PS, n’a pas mâché ses mots contre le chef de l’Etat. «Le Président de la République est un peu perdu», assure la maire de Lille estimant notamment qu’il y a eu «beaucoup d’improvisations» notamment sur le logement. «Il est candidat nous le savons tous et on connait déjà son programme : plus d’austérité et plus de précarité», résume-t-elle.

7h30. Nicolas Sarkozy fait la une de la presse quotidienne. «Le Figaro» titre sur les réformes choc de Sarkozy, qui cite «la TVA, le logement, les 35 heures». «Libération» a vu «Un président perdu» à la télévision. «Largué dans l’opinion, Sarkozy a tenté hier de reprendre la main (…) sans paraître lui-même convaincu», peut-on lire dans ses colonnes. Nicolas «Sarkozy reprend l’initiative» analyse de son côté «La Croix».
 


SUR LE MÊME SUJET
Pascaline Bongo, fille d’Omar Bongo, a démenti mercredi toute contribution financière du défunt président Gabonais à la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy. « Je tiens à démentir formellement les propos sans fondement ni connexion avec la réalité » a fait savoir celle qui pendant un temps a occupé le poste de directrice de cabinet du président gabonais Omar Bongo. Des propos qui interviennent en réaction aux accusations de Mike Jocktane, ancien conseiller du président gabonais passé à l’opposition, qui affirme qu’Omar Bongo aurait contribué au financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. La fille d’Omar Bongo a ...
Lire l'article
Omar Bongo a-t-il financé la campagne de Nicolas Sarkozy ?
Un proche du président défunt gabonais affirme dans un livre à paraître jeudi que de l'argent aurait été versé au candidat français. Un proche d'Omar Bongo affirme que le défunt président gabonais a "contribué au financement de la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy", dans un ouvrage sur le scandale des biens mal acquis des chefs d'État africains en France, à paraître jeudi. Interrogée mardi par l'AFP, la présidence française se refuse à tout commentaire. L'accusation émane de Mike Jocktane, conseiller personnel d'Omar Bongo depuis 2005 promu directeur adjoint de son cabinet en janvier 2009, avant de rejoindre l'opposition à ...
Lire l'article
Selon l’association, en plein « dictateur-gate », Paris continue de soutenir les régimes autocratiques en Afrique. Réagissant à la réception du président gabonais Ali Bongo par son homologue français Nicolas Sarkozy aujourd'hui (21/2/11), l’association Survie a souligné dans un communiqué émis ce lundi que cette réception officielle disqualifiait une fois de plus la politique étrangère de la France : "En plein 'dictateur-gate' pour Michèle Alliot Marie et François Fillon, Nicolas Sarkozy maintient le cap d'un soutien fidèle et assumé aux régimes autocratiques en Afrique en recevant, ce lundi 21 février 2011, le président gabonais, Ali Bongo. Cette réception officielle disqualifie une ...
Lire l'article
Le remaniement ministériel annoncé lundi 22 mars par l'Elysée a été vivement critiqué au sein de la classe politique. A travers ce remaniement "cosmétique", selon le PS, véritable "opération d'enfumage" pour le PCF, Nicolas Sarkozy "n'a visiblement pas pris conscience de l'ampleur du désaveu démocratique qu'il vient de subir" lors des élections régionales, estime le FN. Notant le départ de Martin Hirsch, haut commissaire aux solidarités actives et figure de l'ouverture à gauche, l'UMP se réjouit "de la volonté de l'exécutif de rassembler toutes les sensibilités de la majorité présidentielle". Avec les arrivées du chiraquien François Barouin (budget), du villepiniste ...
Lire l'article
Le député de Corrèze François Hollande a jugé lundi que la victoire de la gauche au second tour des élections régionales était "une triple sanction à l'égard de Nicolas Sarkozy". "Il y a une triple sanction à l'égard de Nicolas Sarkozy. Il faut qu'il l'entende. Il y a une sanction à travers le vote en faveur de la gauche. Il y a une sanction dans l'abstention où son électorat s'est sans doute réfugié. Et, hélas, une sanction à travers la poussée de l'extrême droite", a-t-il affirmé sur France Info. L'ancien Premier secrétaire du Parti socialiste appelle le gouvernement à changer de politique. ...
Lire l'article
Gabon - Mercredi 24 février, Nicolas Sarkozy s'est rendu au Gabon où il a visité une usine du groupe forestier français Rougier. Pour l'association écologiste Greenpeace, en effectuant cette visite, le président a agi comme un représentant de commerce "de l'exploitation des forêts tropicales". "Cette visite trahit la vision qu’a Nicolas Sarkozy des forêts tropicales et la manière dont il entend les protéger, affichant le soutien unilatéral de la France aux industriels du bois. Le président français semble encore considérer les forêts comme une simple matière première" a déploré Grégoire Lejonc, chargé de campagne forêts pour Greenpeace France. En novembre dernier, le ...
Lire l'article
Le chef de l’Etat Gabonais, Ali Bongo Ondimba est à Franceville (capitale provinciale du Haut – Ogooué, sud – est) depuis ce mardi, en début d’après – midi, où il va accueillir, mercredi en matinée, son homologue Français, Nicolas Sarkozy, en mini tournée africaine. Le Gabon par Franceville et Libreville, sa capitale, vont constituer la première étape de la tournée africaine de Nicolas Sarkozy qui va ensuite se rendre à Kigali, au Rwanda. La visite de 48 heures du chef de l’Etat français au Gabon sera marquée de symboles du point de vue des relations qu’entretiennent Paris et Libreville. Car de ...
Lire l'article
Le président français, Nicolas Sarkozy arrive mercredi à Franceville (650 km au sud-est de Libreville), pour une visite d’amitié et de travail de 24 heures. Selon des sources autorisées, le président français sera reçu par son homologue gabonais Ali Bongo Ondimba qui devrait quitter Libreville ce mardi pour le chef-lieu de la province du Haut-Ogooué. Le numéro un français, au cours de son séjour à Franceville visitera le Centre internationale de recherches médicales de Franceville (CIRMF). Ce centre dont la renommée scientifique dépasse largement les frontières nationales est en partie financé par la société TOTAL GABON, filiale du groupe pétrolier français TOTAL. Selon les ...
Lire l'article
Nicolas Sarkozy recevra ce vendredi à 19h son homologue gabonais Ali Bongo Ondimba pour un entretien consacré aux relations bilatérales, annonce l'Elysée en précisant que la situation régionale et "les principaux enjeux globaux", notamment le climat, seront également abordés. Vainqueur de l'élection présidentielle du 30 août 2009, Ali Bongo a succédé en octobre à son père Omar Bongo, au pouvoir pendant plus de 41 ans, jusqu'à sa mort en juin dernier à l'âge de 73 ans. L'opposition a contesté les résultats de l'élection mais ses réclamations ont été rejetées par la Cour constitutionnelle.
Lire l'article
"L'armée française n'est pas là pour soutenir des régimes" en Afrique, a affirmé mercredi le président français Nicolas Sarkozy, qui s'est en revanche engagé à soutenir "les régimes démocratiques". Nicolas Sarkozy, qui s'exprimait à l'occasion de la 16e conférence des ambassadeurs, a renouvelé son engagement à réviser de manière systématique les accords de défense qui lient la France et les Etats africains. "J'ajoute que tous ces accords, je souhaite qu'ils soient publiés", a-t-il dit. "Nous voulons soutenir les régimes démocratiques", a cependant ajouté le chef de l'Etat français, citant en exemple l'action française en Mauritanie.
Lire l'article
Gabon : d’après sa fille, Omar Bongo n’a pas financé la campagne de Nicolas Sarkozy
Omar Bongo a-t-il financé la campagne de Nicolas Sarkozy ?
L’association ”Survie” critique la réception d’Ali Bongo par Nicolas Sarkozy
France: “Sarkozy ne sait pas ce qu’il fait”, estime Cohn-Bendit
France: Régionales: “une triple sanction à l’égard de Nicolas Sarkozy”, selon François Hollande
Greenpeace décrit Nicolas Sarkozy comme un “VRP de l’exploitation des forêts”
Ali Bongo Ondimba à Franceville pour accueillir mercredi son homologue français, Nicolas Sarkozy
Arrivée de Nicolas Sarkozy mercredi au Gabon
Nicolas Sarkozy reçoit son homologue gabonais en fin de journée
La France “n’est pas là pour soutenir des régimes” en Afrique, plaide Nicolas Sarkozy


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 30 Jan 2012
Catégorie(s): Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*