Socialisez

FacebookTwitterRSS

L’Union africaine étale ses divisions au grand jour

Auteur/Source: · Date: 31 Jan 2012
Catégorie(s): Afrique

Après quatre tours de scrutin, aucun des deux candidats en lice pour la présidence de la Commission de l’Union africaine ne l’a emporté.AP/Ding Haitao

Abidjan (Côte d’Ivoire) Correspondant régional – Pour son premier sommet depuis la crise de Libye, l’Union africaine (UA) devait entrer dans une nouvelle ère, celle de l’après-Kadhafi. L’organisation panafricaine, qui a pour vocation de conduire les réformes au niveau du continent et d’y résoudre les conflits, devait aussi renouveler la présidence de son organe exécutif, la Commission. Le spectre du Guide libyen semble avoir plané au-dessus des divisions de l’Afrique qui ont éclaté, lundi 30 janvier, à Addis-Abeba (Ethiopie) avant de tout balayer sur leur passage.

Du blocage politique à Madagascar, où l’ex-président Marc Ravalomanana tente de rentrer sans se faire arrêter, aux deux Soudans, au bord de la guerre, aucune des urgences inscrites au programme n’a eu droit de cité à Addis-Abeba, tandis que se déchiraient deux blocs. Le premier, réuni autour de la candidature de Jean Ping (Gabon). Le second autour de la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma.

Lundi, aucun des deux candidats n’est parvenu à l’emporter à la majorité des deux tiers au terme de trois tours successifs. Un quatrième a alors été organisé, comme le prévoient les statuts en cas de blocage, au cours duquel M. Ping, président sortant, s’est présenté seul, son adversaire étant contraint de se retirer. Allait-il enfin l’emporter, comme l’espéraient les pays qui le soutenaient, notamment en Afrique francophone ? C’était compter sans la profondeur des divisions de l’Union africaine. Ses adversaires ayant voté blanc, Jean Ping n’a pu être élu.

Ces scissions se sont révélées d’abord durant la crise en Côte d’Ivoire, l’Afrique du Sud menant le camp des pro-Gbagbo. Elles se sont transformées en déchirements durant la crise libyenne, Pretoria prenant la tête des pays opposés à toute action contre le Guide, regroupés autour de l’idée que ses ennemis faisaient le jeu des pays occidentaux. L’organisation a perdu la main sur le dossier libyen, suscitant une immense amertume, et d’autant plus de violence dans le combat autodestructeur à venir pour la conquête du pouvoir au sein de la Commission de l’UA.

Après l’annonce de la défaite de M. Ping, tandis que la délégation sud-africaine dansait de joie dans le hall flambant neuf du siège de l’UA – inauguré la veille en grande pompe en présence de la Chine (qui paye la facture) -, les participants les plus réalistes cédaient à l’abattement. L’Union venait de faire la démonstration de ses divisions, et des blocages de l’institution.

Nouvelles règles de vote

Il a fallu plusieurs heures pour décider, ensuite, de la marche à suivre. L’élection est repoussée au prochain sommet, qui doit se tenir dans six mois ; Jean Ping reste dans l’immédiat à la tête de la Commission. Et un comité de cinq chefs d’état, représentant toutes les régions du continent, doit travailler pour encadrer, par de nouvelles règles, le vote à venir et éviter la répétition de ce désastre.

Jean Ping demeure candidat potentiel, tout comme Nkosazana Dlamini-Zuma. Cette dernière, ex-ministre des affaires étrangères, avait été l’un des piliers du rayonnement diplomatique de l’Afrique du Sud lorsque Thabo Mbeki en était le président, et s’impliquait dans les conflits de l’Afrique des Grands lacs (Congo-Kinshasa, Burundi), tout en développant une politique de tolérance vis-à-vis de Robert Mugabe, qui, déjà, suscitait des divisions.

Jean-Philippe Rémy

Article paru dans l’édition du 01.02.12 


SUR LE MÊME SUJET
Union africaine : oui, le Gabon soutient Jean Ping !
Candidat à sa propre succession à la tête de la Commission de l'Union africaine (UA), Jean Ping pourra bien compter sur le soutien du Gabon. Malgré les doutes émis par certains... Parce que certains doutaient de la réalité de leur soutien à Jean Ping, président de la Commission de l’Union africaine (UA) et candidat à un deuxième mandat, les autorités gabonaises se sont fendues, fin décembre, d’un communiqué pour appuyer sa candidature. Il semble que, dès le mois d’août, elles aient adressé un courrier à la Guinée équatoriale pour l’informer de leur position. Depuis, des émissaires ont été dépêchés dans plusieurs ...
Lire l'article
Le président de la République, chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba séjourne au Maroc depuis hier, selon la presse présidentielle. Avant son départ, il a reçu en audience Jean Ping, président de la Commission de l’Union Africaine dans le salon d’honneur de l’aéroport international Léon Mba de Libreville. Candidat à sa propre succession à la tête de l’institution panafricaine, Jean Ping effectue actuellement une tournée dans les différents Etats africains. L’audience que lui a accordée le président gabonais s’inscrit dans ce cadre. Les deux hommes ont eu l’opportunité de faire un bilan de cette tournée à quelques jours de l’élection devant ...
Lire l'article
Le ministre gabonais de l’Education nationale, Séraphin Moundounga, lors d’une visite de travail récemment en Chine, a exhorté les jeunes étudiants gabonais en Chine à ne pas se laisser distraire par les divisions et la tentative d’une « tribalisation » de la vie politique. « Nous sommes les nouveaux enjeux de l’appartenance au PDG, qui ne doit plus être le fait d’un suivisme ou celui de la recherche d’un intérêt personnel comme cela a été le cas dans le passé. Ne vous laissez pas distraire par les divisions et la tentative d’une tribalisation de la vie politique », ...
Lire l'article
Politique africaine - Le Gabon a exprimé son soutien sans faille à son ancien ministre des Affaires étrangères, Jean Ping, pour obtenir un second mandat à la tête de la Commission de l'Union africaine (UA). 'La candidature de M. Ping, telle que soumise par le Gabon, bénéficie de l'appui des autorités gabonaises, au plus haut niveau', a déclaré à la presse l'ambassadeur du Gabon en Ethiopie et auprès de l'UA, André William Anguile. Il dément ainsi des informations selon lesquelles M. Ping ne pourrait pas être candidat à sa propre succession faute de soutien de son pays. «Je n'accuse aucun pays d'avoir ...
Lire l'article
Depuis un certain temps, des informations erronées font écho dans la presse africaine et internationale du retrait de la candidature de SE Dr Jean PING de la course à la présidence de la Commission de l’Union Africaine (CUA). Les mêmes informations relayées par les mêmes canaux prétendent que le candidat-président ne bénéficie pas du soutien de son pays le Gabon. Le Gouvernement gabonais, à travers son Ambassade, Mission Permanente à Addis Abeba en Ethiopie en concertation avec le candidat a, par Note Verbale n° 1146/AMBAGAB/ADDIS/MP-UA, CEA&PNUE du 8 septembre 2011, déposé officiellement auprès du Bureau du Conseiller Juridique de la CUA, ...
Lire l'article
Jean Ping, le président de la Commission de l'Union africaine, serait bien parti pour décrocher un second mandat en février 2012, selon un diplomate onusien. « Nous avons travaillé en bonne intelligence, Jean Ping a été très présent lors des crises ivoirienne et libyenne », explique un diplomate onusien, convaincu que le président de la Commission de l’Union africaine décrochera un second mandat, en février 2012, face à Nkosazana Dlamini-Zuma, l’ex-épouse de l’actuel chef de l’État sud-africain. Les raisons de cet optimisme ? L’unité du bloc francophone (exception faite, semble-t-il, de l’Algérie), le fait que le Gabon, son pays, siège actuellement au ...
Lire l'article
Selon El-Ghassim, porte-parole de la Commission de l’Union africaine (UA), le président de la Commission de cette instance, Jean-Ping, est «hors de danger». En effet, victime d’un malaise lors d’une réunion à Toyako, dans l’île japonaise de Hokkaïdo, avec des Chefs d’Etat et de gouvernement du G8, Jean-Ping a été brièvement hospitalisé. «Comme il est tard au Japon, a-t-il confirmé à l’AFP, les médecins ont préféré le garder en observation, mais il est hors de danger ». Jean-Ping, 65 ans, ancien ministre gabonais des Affaires étrangères et vice-Premier ministre, a été élu le 1er février 2008 à la présidence de la Commission ...
Lire l'article
Elu à la tête de la Commission de l'Union africaine (UA) le 1er février dernier, le gabonais Jean Ping enregistre son baptême de feu : Le problème zimbabwéen pour lequel il revient d'une mission en Afrique australe et à propos duquel il a déclaré, le 7 mai à Arusha (Tanzanie), que le devoir du gouvernement zimbabwéen est d’assurer la sécurité de ses citoyens. Ouverte le mardi 6 mai dernier à Arusha en Tanzanie, la 11è session extraordinaire du Conseil exécutif de l’UA était essentiellement consacrée à au projet d'intégration africaine. La crise zimbabwéenne y a également été évoquée, même si ...
Lire l'article
Porté à la présidence de la Commission de l’Union Africaine le 2 février dernier à Addis-Abeba, en Ethiopie, à l’occasion du dixième sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’organisation continentale, le Gabonais Jean Ping a pris ses fonctions ce 28 avril dans la capitale éthiopienne. Presque trois mois après son élection, le gabonais Jean Ping a officiellement pris ses ses de président de la Commission de l’Union Africaine, ce 28 avril à Addis-Abeba, lors d’une cérémonie co-présidée par le chef de l’Etat tanzanien et président de l’Union Africaine, Jakaya Morisho Kikwete, et le Premier ministre éthiopien, Meles Zenawi. L’ancien ...
Lire l'article
Combien l’élection de Jean Ping à la tête de la commission africaine a-t-elle coûté au contribuable gabonais’
Nous avons tous applaudi l'élection de Jean Ping à la tête de la commission Africaine. Il remplace à ce prestigieux poste le charismatique Alpha Oumar Konaré. "Le chinois de Bongo" comme on le surnomme dans certains milieux diplomatiques brille par sa connaissance des arcanes de la diplomatie africaine. C'est lui qui était au four et au moulin au Darfour, en Centrafrique, en Angola, aux deux Congo, c'est encore lui qui a été victime il y a quelques année d'un vol d'une importante somme d'argent dans un hôtel parisien, pour quelle mission' Personne ne l'a su. Au delà de sa valeur intrinsèque ...
Lire l'article
Union africaine : oui, le Gabon soutient Jean Ping !
Ali Bongo Ondimba, en partance pour le Maroc, a reçu le président de la Commission de l’Union Africaine
Séraphin Moundounga exhorte les gabonais de Chine á ne pas se laisser distraire par les divisions et la tentative d’une « tribalisation » de la
Union Africaine: Le Gabon soutient Jean Ping pour un 2nd mandat
Le Gabon réaffirme son soutien à la candidature du Dr Jean PING à la présidence de la Commission de l’Union Africaine
Union africaine : Ping bien noté par l’ONU
Jean Ping hors de danger
Union africaine : Le Gabonais Jean Ping prend son baptême de feu sur la crise zimbabwéenne
Gabon : Jean Ping prend les rennes de la Commission de l’Union Africaine
Combien l’élection de Jean Ping à la tête de la commission africaine a-t-elle coûté au contribuable gabonais’


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 31 Jan 2012
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*