- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Heurts entre étudiants et forces de l’ordre au Sénégal

[1]Des affrontements ont opposé mercredi 1er février sur le campus de l’université publique à Dakar les forces de l’ordre à des étudiants protestant contre la mort la veille d’un des leurs lors de la dispersion d’un rassemblement de l’opposition par la police, a constaté un journaliste de l’AFP.

Les incidents ont éclaté lorsqu’un groupe d’étudiants de l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) a voulu sortir du campus dans la matinée pour aller assister dans un hôpital voisin à la levée du corps du manifestant tué, étudiant en Lettres modernes, selon des témoins. Il est mort des suites de ses blessures après avoir été renversé par un véhicule lors de la dispersion du rassemblement des opposants à la candidature du chef de l’Etat sénégalais Abdoulaye Wade à la présidentielle de février.

“APOLITIQUE”

Les affrontements, jets de pierres contre gaz lacrymogènes et balles en caoutchouc, se sont poursuivis jusqu’en fin d’après-midi. Les affrontements dans cette université entre étudiants et forces de l’ordre sont relativement courants, mais presque toujours liés à des questions concernant les bourses ou les conditions de vie scolaire. “On en a marre du régime Wade et de ses ministres devenus milliardaires à force de voler l’argent des Sénégalais”, clamait l’un des protestataires. “On va lutter jusqu’à ce qu’il quitte le pouvoir”, promettait un autre étudiant qui, à l’image de la plupart de ses camarades, se dit “apolitique”. “Non à la candidature de Wade !” : de nombreux graffitis ont été inscrits à la peinture noire sur les façades blanches des immeubles de trois étages.

Quelques étudiants plus politisés et se réclamant de candidats de l’opposition dénonçaient le rôle des “corrompus” du Conseil constitutionnel, qui a validé vendredi dernier la candidature du chef de l’Etat sortant, 85 ans et au pouvoir depuis douze ans. L’annonce de cette validation avait été suivie de violences dans plusieurs quartiers de la capitale. Quatre personnes, dont un policier, sont mortes depuis lors en quatre jours dans ces violences liées aux tensions politiques à l’approche de la présidentielle.

“IL DOIT PARTIR”

Par la voix de son ministre des affaires étrangères, Alain Juppé, la France, ancienne puissance coloniale et l’un des principaux investisseurs étrangers dans ce pays d’Afrique de l’Ouest, a appelé toutes les parties à la retenue et souhaité un changement de génération dans la vie politique sénégalaise. Il y a actuellement 18 000 Français au Sénégal, dont la moitié possède également la nationalité sénégalaise. Le chanteur sénégalais Youssou Ndour a demandé mercredi au gouvernement français de dire au président Abdoulaye Wade “qu’il doit partir”, car la Constitution “ne lui permet pas de participer à l’élection” présidentielle du 26 février, sur RTL.

Lundi, William Burns, secrétaire d’Etat adjoint américain, avait déclaré que la candidature de Wade à un troisième mandat risquait de mettre en péril la démocratie et la stabilité au Sénégal. Le ministre sénégalais des affaires étrangères, Madicke Niang, a rejeté les critiques venues de l’étranger. “Si ces déclarations viennent vraiment des autorités citées par la presse, je voudrais dire à ces autorités que le Sénégal n’a rien à apprendre de personne en matière de démocratie”, a-t-il dit lors d’une conférence de presse.

Le Monde Avec AFP 


SUR LE MÊME SUJET
Sénégal: la campagne présidentielle entre dans le vif du sujet
A peine entamée, la campagne pour l'élection présidentielle du 26 février au Sénégal battait son plein mercredi, au lendemain d'une marche de l'opposition à Dakar où le chef de l'Etat sortant, Abdoulaye Wade s'était de son côté rendu à la rencontre de ses concitoyens. Le président Wade participera dans l'après-midi à un grand meeting dans la ville de Thiès (ouest). Après Mbacké (centre), c'est son second meeting depuis le début officiel de la campagne dimanche. Mardi, le chef de l'Etat sortant, 85 ans, au pouvoir depuis 2000 et qui sollicite un nouveau mandat, a rendu aux Dakarois une visite surprise "de proximité". "Je ...
Lire l'article [2]
Sénégal: l’opposition entre en campagne, unie pour exiger le retrait de Wade
L'opposition sénégalaise a tenu dimanche à Dakar son premier meeting de la campagne électorale pour l'élection présidentielle du 26 février sous la bannière de "l'unité" et avec un unique mot d'ordre: "Wade doit retirer sa candidature!". Un peu plus d'un millier de personnes se sont retrouvées en fin d'après-midi sur la place de l'Obélisque, esplanade devenue le lieu symbole de la contestation contre la participation du chef de l'Etat sortant au scrutin. Sur l'estrade, le décor est planté: "Pas d'élection présidentielle au Sénégal avec Wade", proclame une large banderole signée du Mouvement du 23 juin (M23), qui regroupe opposants et représentants de ...
Lire l'article [3]
Sénégal : meetings de l’opposition et du parti au pouvoir au premier jour de la campagne présidentielle
Par RFI La campagne électorale pour la présidentielle a débuté ce dimanche 5 février 2012 au Sénégal. Les principaux candidats de l'opposition se sont retrouvés Place de l'Obélisque à Dakar, avec toujours le même objectif affiché : obtenir le retrait de la candidature d'Abdoulaye Wade. Le président qui était, lui, dans son fief de Mbacké, près de Touba, la ville sainte des Mourides. Au Sénégal, les principaux candidats d'opposition à l’élection présidentielle, membres du M23, le Mouvement du 23 juin, ont décidé de battre campagne ensemble pour pousser le président Abdoulaye Wade à renoncer à sa candidature. Parmi les militants réunis en ...
Lire l'article [4]
Sénégal: appel à un nouveau rassemblement, Wade juge les tensions “normales”
Le président sénégalais Abdoulaye Wade a jugé "normales" jeudi les tensions politiques actuelles dans son pays "au vu des enjeux" de la présidentielle, tandis que l'opposition a appelé à un nouveau rassemblement vendredi à Dakar en hommage aux "victimes de la répression". "Le Sénégal a une longue tradition d'élections (...) et la paix a toujours prévalu malgré les tensions notées par ailleurs", a déclaré M. Wade à l'occasion d'un déplacement à Tivaouane (ouest). "Cette situation que le Sénégal vit à l'approche de l'élection est tout à fait normale au vu des enjeux, mais la paix finira par triompher grâce à la tenue ...
Lire l'article [5]
Sénégal: affrontements à l’université de Dakar, l’opposition promet une nouvelle stratégie
Des affrontements ont éclaté mercredi sur le campus de l'université de Dakar pour protester contre la mort d'un étudiant lors de la dispersion d'un rassemblement de l'opposition qui a promis une "nouvelle stratégie" face au président Abdoulaye Wade. La France a par ailleurs adressé un message aux autorités sénégalaises exprimant le souhait d'un renouvellement de génération à la tête de l'Etat lors du scrutin présidentiel du 26 février, auquel le chef de l'Etat sortant, 85 ans et au pouvoir depuis 12 ans, est candidat à sa propre succession. A l'appel du Mouvement du 23 juin (M23), coalition qui regroupe des représentants de ...
Lire l'article [6]
Sénégal: Youssou Ndour lance un appel
Le chanteur sénégalais Youssou Ndour a appelé ce matin la communauté internationale à exprimer son désaccord après la confirmation, dans la nuit, par le Conseil constitutionnel du Sénégal de la liste des candidats à la présidentielle de février qu'il avait publiée vendredi. "Le Sénégal a honte. Le Sénégal est meurtri. Le processus de coup d'Etat constitutionnel est consommé. 52 ans de construction démocratique viennent d'être balayés", a déclaré Youssou Ndour interrogé par la radio française RFI. "Le Sénégal et son peuple ont mal. Nous avons été trahis par cette décision honteuse. J'ai dit bien honteuse...", a-t-il poursuivi sur les ondes de Radio ...
Lire l'article [7]
Sénégal: l’opposition lance “la résistance” après de graves violences
L'opposition a lancé samedi "la résistance" contre le président sénégalais Abdoulaye Wade, 85 ans, malgré la validation de sa candidature à la présidentielle de février par le Conseil constitutionnel qui a provoqué de graves violences dans plusieurs villes. Les tenants de cette "résistance", dont les modalités restent à préciser, s'opposent d'ores et déjà à une vague d'arrestations de responsables et partisans du Mouvement du 23 juin (M23), qui regroupe partis d'opposition et organisations de la société civile à la pointe du combat contre la candidature de Wade. "Nous nous organisons pour faire face par une résistance contre l'oppression, et nous avons lancé ...
Lire l'article [8]
La tension monte au Sénégal entre Wade et l’opposition
Le Conseil constitutionnel doit se prononcer vendredi sur la candidature contestée du chef de l'Etat sortant. L'opposition appelle à braver une interdiction de manifester. Le Sénégal est à la veille d'une journée tendue. Le Conseil constitutionnel doit se prononcer vendredi sur la nouvelle candidature controversée du chef de l'Etat Abdoulaye Wade à la présidentielle. La candidature du président sortant est jugée anticonstitutionnelle par ses opposants et la société civile. Parmi les principaux candidats figurent trois ex-Premiers ministres d'Abdoulaye Wade devenus opposants, Moustapha Niasse, Idrissa Seck et Macky Sall, ainsi qu'Ousmane Tanor Dieng, leader du Parti socialiste (PS). Candidat également, la ...
Lire l'article [9]
Le Sénégal et l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA) ont signé mercredi après-midi un accord d’établissement pour la représentation de l’ASECNA au Sénégal et le Centre de contrôle régional (CCR) de l’agence localisé à Dakar, a constaté l’APS. Le texte a été paraphé par le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères, Madické Niang et le directeur général de l’ASECNA, Youssouf Mahamat, en présence du ministre d’Etat, ministre de la Coopération internationale, de l’Aménagement du territoire, des Transports aériens et des Infrastructures, Karim Wade. S’adressant à la presse à la fin de la cérémonie, Karim ...
Lire l'article [10]
Le maire de la commune de Port-Gentil, André Jules Ndjambé, a reçu vendredi, l'ambassadeur du Sénégal au Gabon, Ndiogou Ndiaye, rapporte le correspondant local de l'AGP. De passage à Port-Gentil dans le cadre d'une tournée de contact avec les Sénégalais vivant dans la capitale provinciale, M. Ndiaye, a indiqué qu'il venait saluer le premier magistrat de la ville. Les deux hommes ont fait un rapide tour d'horizon sur la présence de la colonie sénégalaise qui, aux dires du maire, ''ne pose pas de problème particulier, bien au contraire''. En effet, selon M. Ndjambé, chaque fois qu'ils ont été sollicités, les Sénégalais de Port-Gentil ...
Lire l'article [11]
Sénégal: la campagne présidentielle entre dans le vif du sujet
Sénégal: l’opposition entre en campagne, unie pour exiger le retrait de Wade
Sénégal : meetings de l’opposition et du parti au pouvoir au premier jour de la campagne présidentielle
Sénégal: appel à un nouveau rassemblement, Wade juge les tensions “normales”
Sénégal: affrontements à l’université de Dakar, l’opposition promet une nouvelle stratégie
Sénégal: Youssou Ndour lance un appel
Sénégal: l’opposition lance “la résistance” après de graves violences
La tension monte au Sénégal entre Wade et l’opposition
Signature d’un accord de siège entre le Sénégal et l’ASECNA
Le maire de Port-Gentil reçoit l’ambassadeur du Sénégal au Gabon