Socialisez

FacebookTwitterRSS

Sénégal : Paris et Washington mettent Wade sous pression

Auteur/Source: · Date: 2 Fév 2012
Catégorie(s): Afrique,Monde

Les heurts s’enchaînent à Dakar. Mercredi soir, c’est l’Université Cheikh Anta Diop, au centre de la capitale sénégalaise, qui était le théâtre d’affrontements entre les forces de l’ordre et des étudiants. Ils protestaient contre la mort, la veille, de l’un des leurs lors de la dispersion d’une précédente manifestation. La mort de ce jeune homme, qui aurait été renversé par une voiture de police, porte à cinq le nombre de victimes des heurts. Un bilan lourd pour un pays peu habitué aux violences politiques.

La colère des étudiants et d’une large partie des Sénégalais fait suite à la décision d’Abdoulaye Wade, 86 ans dont douze passés au pouvoir, de se présenter à sa succession moyennant un tour de passe-passe constitutionnel lors du scrutin du 26 février prochain. Le président se dit malgré tout serein, réduisant la contestation à une simple «brise». «Une brise est un vent léger qui secoue les feuilles des arbres, mais elle ne devient jamais un ouragan», a-t-il expliqué.

Son entourage mise sur un essoufflement des manifestants. Le Mouvement du 23 juin (M23), qui regroupe les partis politiques d’opposition et la société civile, a comme seul mot d’ordre l’hostilité à une nouvelle candidature Wade et il tarde à rebondir. Ses responsables promettent une nouvelle stratégie pour les jours à venir mais ils peinent à définir un objectif précis.

Les divisions au sein du M23, composé de plusieurs leaders eux-mêmes candidats à la présidentielle, se font plus patentes. La campagne, qui commence officiellement dimanche, ne devrait pas arranger les choses.

Pour Abdoulaye Wade, les soucis se concentrent paradoxalement hors du Sénégal. Washington a ainsi très clairement exprimé son mécontentement face à la tournure prise par les événements dans un pays considéré comme l’une des plus stables démocraties d’Afrique.

«L’attitude digne d’un chef d’État serait de céder la place à la prochaine génération. La démocratie sénégalaise est assez mûre pour se tourner vers la génération suivante», a réaffirmé lundi Victoria Nuland, la porte-parole du département d’État américain.

Positions tranchées

La France, ancienne puissance coloniale, est longtemps restée plus réservée, voire conciliante. Mais mercredi, le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, s’est fait plus direct en demandant, lui aussi, que «le passage de générations soit organisé», ajoutant regretter que «certaines sensibilités ne soient pas représentées» au scrutin – allusion au rejet de la candidature du célèbre chanteur Youssou Ndour.

Ce duo accentue l’impression que l’Occident prend ses distances avec le vieux président. Un coup dur pour Abdoulaye Wade, qui durant ses quarante années d’opposition passait pour le favori des capitales européennes. La presse ne s’y est pas trompée. «La France ne veut plus de Wade», «Sarkozy liquide Wade», «Après les États-Unis, la France lâche Wade», titraient jeudi les quotidiens.

Mercredi, Dakar a réagi par la voix du ministre des Affaires étrangères, Madické Niang, qui a qualifié les recommandations internationales de «diktat». «Le vote ne se fera ni aux États-Unis, ni en France, ni ailleurs», a-t-il dit. Pour Abdoulaye Wade, ces pressions sont d’autant plus délicates qu’il ne pourra sans doute pas compter sur un soutien sans faille de ses pairs africains.

Au cours des dernières années, le président a multiplié les positions tranchées, comme en Libye ou en Côte d’Ivoire, n’hésitant pas à s’aligner sur les points de vue occidentaux, quitte à choquer certains grands d’Afrique.

Isolé, Abdoulaye Wade doit désormais jouer de son seul talent politique pour convaincre le pays et l’étranger de sa bonne foi. L’Union européenne a déjà fait savoir qu’elle surveillerait de très près le déroulement de l’élection.

Mis à jour le 03/02/2012 à 09:16 | publié le 02/02/2012  


SUR LE MÊME SUJET
Sénégal: Wade n’envisage pas la retraite
Le président sénégalais Abdoulaye Wade, candidat à sa propre succession, a affirmé aujourd'hui devant la presse que pour lui, "la retraite, ce n'est pas pour demain", après une tournée dans plusieurs quartiers de Dakar dans le cadre de sa campagne électorale. "Je suis très satisfait de constater que je suis encore très, très, très populaire" au Sénégal, a déclaré M. Wade sur le perron du palais présidentiel à la presse l'ayant suivi dans cette tournée dakaroise, qualifiée par son entourage de "visite de proximité". "C'est un plébiscite de la rue. (...) La retraite, ce n'est pas pour demain. Vous allez voir, ...
Lire l'article
Pour Wade, la contestation au Sénégal n’est qu’une «simple brise»
Le président sénégalais Abdoulaye Wade a comparé à une simple «brise» la contestation de sa candidature à la présidentielle de la fin du mois alors que l'opposition devait présenter jeudi un nouveau plan d'action. «Une brise est un vent léger qui secoue les feuilles des arbres, mais elle ne devient jamais un ouragan», a déclaré mercredi soir M. Wade, qui s'exprimait au cours d'une cérémonie publique à Dakar. «Le président commentait les menaces de l'opposition qui avait dit que (sa) marche serait l'assaut final sur le palais présidentiel», a précisé l'un de ses proches, El Hadj Amadou Sall. Regroupées au sein du Mouvement ...
Lire l'article
Sénégal: appel à un nouveau rassemblement, Wade juge les tensions “normales”
Le président sénégalais Abdoulaye Wade a jugé "normales" jeudi les tensions politiques actuelles dans son pays "au vu des enjeux" de la présidentielle, tandis que l'opposition a appelé à un nouveau rassemblement vendredi à Dakar en hommage aux "victimes de la répression". "Le Sénégal a une longue tradition d'élections (...) et la paix a toujours prévalu malgré les tensions notées par ailleurs", a déclaré M. Wade à l'occasion d'un déplacement à Tivaouane (ouest). "Cette situation que le Sénégal vit à l'approche de l'élection est tout à fait normale au vu des enjeux, mais la paix finira par triompher grâce à la tenue ...
Lire l'article
Sénégal/présidentielle : Juppé et Wade d’accord pour une alternance après 2012
Le ministre français Alain Juppé, qui a souhaité un passage de générations à la tête du Sénégal, est sur la même longueur d'ondes que le président Abdoulaye Wade car ils évoquent tous les deux une alternance après la présidentielle de 2012, a affirmé jeudi la présidence sénégalaise. Contrairement à l'angle qu'on a voulu donner à ses déclarations mercredi devant les députés français, M. Juppé, chef de la diplomatie française, a voulu dire : +à partir de 2012, il faut que le président Wade pense à l'alternance générationnelle+, a déclaré le porte-parole de la présidence Serigne Mbacké Ndiaye à l'antenne de la ...
Lire l'article
L’opposition appelle à “résister” à Abdoulaye Wade au Sénégal
L'opposition sénégalaise a appelé samedi à la "résistance" contre le président Abdoulaye Wade après une nuit d'émeutes déclenchées par l'autorisation donnée au chef de l'Etat, âgé de 85 ans, de briguer un troisième mandat en février. Le ministère de l'Intérieur a confirmé samedi qu'un policier était mort durant ces émeutes, qui ont vu des manifestants jeter des pierres, renverser des voitures et brûler des pneus face à des forces de sécurité usant de gaz lacrymogènes. Le calme est revenu samedi matin à Dakar, où le dispositif de sécurité a été renforcé autour du palais présidentiel. Armés de grenades lacrymogènes, des policiers en ...
Lire l'article
Sénégal: la candidature de Wade validée pour la présidentielle, un policier tué dans des violences
La validation vendredi soir par le Conseil constitutionnel de la candidature du chef de l'Etat sénégalais Abdoulaye Wade à la présidentielle de février a provoqué une vague de violences dans plusieurs villes du Sénégal, dont sa capitale, Dakar, où un policier a tué. L'opposition a appelé pour sa part à "marcher sur le palais présidentiel dans les prochains jours" afin d'en "sortir Wade". Dès l'annonce de la validation de la candidature du président Wade et du rejet de celle du chanteur Youssou Ndour, des jeunes rassemblés depuis des heures Place de l'Obélisque, à Dakar, à l'appel de l'opposition ont jeté des pierres ...
Lire l'article
Le Sénégal s’embrase après le “coup de force” de Wade
Les violences à Dakar ont fait un mort après la validation de la candidature d'Abdoulaye Wade, qui brigue un troisième mandat présidentiel, bien que la Constitution limite le nombre de mandats possibles à deux. Youssou N'Dour, dont la candidature a été écartée, parle d'un "coup de force". Les premiers heurts ont éclaté dès vendredi soir à Dakar, puis dans plusieurs villes sénégalaises, avec l'annonce de la validation par le Conseil constitutionnel de la candidature d'Abdoulaye Wade à l'élection présidentielle. Une annonce d'autant plus mal perçue par les opposants au président que, parallèlement, la candidature du très populaire Youssou N'Dour était, elle, ...
Lire l'article
Sénégal. Manifestation contre la candidature de Wade
Les manifestations de Sénégalais hostiles à une nouvelle candidature du président sortant Abdoulaye Wade se sont étendues dans le pays dans la nuit de vendredi à samedi. Le Conseil constitutionnel a autorisé le chef de l’Etat à briguer sa propre succession le 26 février. La candidature du chanteur Youssou N’Dour a en revanche été écartée. Un policier a succombé à des blessures reçues à la tête lors d’échauffourées à Dakar hier, rapporte la télévision locale. Des journalistes de Reuters ont rapporté que de jeunes manifestants avaient incendié des piles de pneus et des voitures renversées. Wade : une candidature contestée Les adversaires de ...
Lire l'article
La tension monte au Sénégal entre Wade et l’opposition
Le Conseil constitutionnel doit se prononcer vendredi sur la candidature contestée du chef de l'Etat sortant. L'opposition appelle à braver une interdiction de manifester. Le Sénégal est à la veille d'une journée tendue. Le Conseil constitutionnel doit se prononcer vendredi sur la nouvelle candidature controversée du chef de l'Etat Abdoulaye Wade à la présidentielle. La candidature du président sortant est jugée anticonstitutionnelle par ses opposants et la société civile. Parmi les principaux candidats figurent trois ex-Premiers ministres d'Abdoulaye Wade devenus opposants, Moustapha Niasse, Idrissa Seck et Macky Sall, ainsi qu'Ousmane Tanor Dieng, leader du Parti socialiste (PS). Candidat également, la ...
Lire l'article
Pneus brûlés par des jeunes, dégradations, provocations visant la police et même jets de pierres contre la maison familiale du président sénégalais, Abdoulaye Wade... Les manifestations de colère de la part de nombreux jeunes contre les problèmes de délestage d'électricité se multiplient au Sénégal, et à Dakar en particulier. Depuis le samedi 8 janvier, date des premières manifestations d’envergure dans la capitale sénégalaise, il ne se passe pas une semaine sans « au minimum deux ou trois soirées d’émeutes dans plusieurs quartiers », rapporte un observateur. Ouakam, Dieuppeul, Liberté, Sacré Cœur, Khar Yalla, Kër Serign-bi, autant de quartiers gagnés par la ...
Lire l'article
Sénégal: Wade n’envisage pas la retraite
Pour Wade, la contestation au Sénégal n’est qu’une «simple brise»
Sénégal: appel à un nouveau rassemblement, Wade juge les tensions “normales”
Sénégal/présidentielle : Juppé et Wade d’accord pour une alternance après 2012
L’opposition appelle à “résister” à Abdoulaye Wade au Sénégal
Sénégal: la candidature de Wade validée pour la présidentielle, un policier tué dans des violences
Le Sénégal s’embrase après le “coup de force” de Wade
Sénégal. Manifestation contre la candidature de Wade
La tension monte au Sénégal entre Wade et l’opposition
Sénégal : la jeunesse exaspérée par les délestages prend Wade à partie


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 2 Fév 2012
Catégorie(s): Afrique,Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*