Socialisez

FacebookTwitterRSS

Sénégal/présidentielle : Juppé et Wade d’accord pour une alternance après 2012

Auteur/Source: · Date: 2 fév 2012
Catégorie(s): Non classé

Le ministre français Alain Juppé, qui a souhaité un passage de générations à la tête du Sénégal, est sur la même longueur d’ondes que le président Abdoulaye Wade car ils évoquent tous les deux une alternance après la présidentielle de 2012, a affirmé jeudi la présidence sénégalaise.

Contrairement à l’angle qu’on a voulu donner à ses déclarations mercredi devant les députés français, M. Juppé, chef de la diplomatie française, a voulu dire : +à partir de 2012, il faut que le président Wade pense à l’alternance générationnelle+, a déclaré le porte-parole de la présidence Serigne Mbacké Ndiaye à l’antenne de la télévision publique RTS.

Mercredi, M. Juppé a déclaré : Nous avons regretté que certaines sensibilités ne soient pas représentées dans la liste des candidats validée pour la présidentielle du 26 février au Sénégal, nous avons même souhaité que le passage de générations soit organisé. Je préfère vous dire que le message a été entendu à Dakar.

En faisant cette déclaration, le ministre français savait que le Conseil constitutionnel du Sénégal avait déjà validé la candidature de M. Wade, donc, en parlant d’alternance générationnelle, il ne voulait pas parler de ce mandat (à compter de 2012) et ça, je peux vous dire que j’ai des informations de source absolument sûre, a dit Serigne Mbacké Ndiaye (bien Ndiaye).

Ce qu’il voulait dire, c’est que à partir de ce mandat de 2012, Abdoulaye Wade doit maintenant penser à l’alternance générationnelle. (…) Alain Juppé et Abdoulaye Wade émettent exactement sur la même longueur d’ondes, a-t-il dit.

Donc, à ce niveau, il n’y a pas de quoi foutter un chat, a-t-il poursuivi, en indiquant que M. Wade a dissuadé un groupe de ses jeunes partisans de se rendre devant l’ambassade de France à Dakar pour exprimer leur colère.

M. Ndiaye a également réitéré le refus d’injonctions de l’étranger concernant l’organisation de la présidence sénégalaise, refus exprimé mercredi par le ministre sénégalais des Affaires étrangères Madické Niang.

Nous n’accepterons jamais de diktat venant de qui que ce soit, de quelque pays que ce soit, a soutenu M. Ndiaye. 


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...Loading...

Auteur/Source: · Date: 2 fév 2012
Catégorie(s): Non classé
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>