Socialisez

FacebookTwitterRSS

Un nouveau projet de résolution sur la Syrie au menu du Conseil

Auteur/Source: · Date: 2 Fév 2012
Catégorie(s): Monde

Au terme de nouvelles tractations entre leurs ambassadeurs, les quinze pays membres du Conseil de sécurité des Nations unies ont entre les mains une nouvelle version du projet de résolution sur la Syrie, ont indiqué des diplomates jeudi 2 février. Cette résolution “soutient la décision de la Ligue arabe du 22 janvier de faciliter une transition politique menant à un système politique démocratique et pluraliste”, tout en faisant des concessions à la Russie dans l’espoir de lever son blocage.

Ainsi, les détails du processus de transition mentionnés dans le projet initial – notamment le transfert des pouvoirs du président Bachar Al-Assad à son vice-président – n’apparaissent plus. Le projet initial appelait effectivement à ce transfert des pouvoirs dans le cadre d’une transition démocratique aboutissant à des élections libres.

DERNIÈRES MISES AU POINT

Le texte faisait jeudi l’objet d’ultimes discussions entre les ambassadeurs des quinze pays membres afin de s’assurer le plus large consensus possible. A l’ouverture d’une nouvelle réunion à New York, l’ambiance était à l’optimisme. “Il y a un esprit consensuel, a estimé l’ambassadeur allemand, Peter Wittig. J’espère que cet esprit consensuel prévaudra mais je ne veux pas être trop optimiste, il faudra encore convaincre les capitales.” Il a expliqué que le texte contenait des concessions réciproques susceptibles de mener à “un accord global”.

“Je pense que nous sommes très proches” d’un consensus sur le texte de la résolution, a déclaré à la presse l’ambassadeur pakistanais, Abdullah Hussain Haroon. Son homologue américaine Susan Rice a tempéré cet optimisme : “C’est toujours une discussion difficile”, a-t-elle dit. L’ambassadeur français, Gérard Araud, a “espéré” que ses homologues soient en mesure d’envoyer ce soir à leurs capitales respectives un texte de consensus, qui pourrait être soumis au vote “dès que possible […] dans les prochains jours”.

LE NOUVEAU TEXTE

Dans le texte actuellement en discussion, les décisions de la Ligue “ne sont pas explicitées dans le dernier texte, mais on comprend clairement à quoi elles se réfèrent”, a fait valoir un diplomate occidental. “L’essentiel, a expliqué un autre diplomate, est que le Conseil de sécurité soutienne le plan de la Ligue arabe” et qu’il y ait une clause prévoyant que le Conseil refera un point de la situation dans les trois semaines suivant l’adoption d’une résolution. A l’égal de ses prédécesseurs, le nouveau texte “condamne la violence d’où qu’elle émane”.

Le texte abandonne aussi la référence aux sanctions économiques décidées par la Ligue arabe contre Damas en novembre 2011, ainsi qu’un paragraphe où le Conseil s’inquiétait des ventes d’armes à la Syrie, que Moscou souhaite poursuivre.

La Russie n’a pas encore réagi au nouveau texte, qui a été transmis aux capitales pour examen. “Nous ne savons pas ce que les Russes vont dire” aujourd’hui, quand les discussions entre ambassadeurs reprendront dans l’après-midi, a expliqué un diplomate. “La Russie ne veut pas une transition imposée”, a souligné un diplomate. Il a expliqué qu’il s’agissait sur ce point essentiel de “trouver les mots”, les Occidentaux voulant exprimer un soutien fort au plan de la Ligue tandis que Moscou s’efforce d’affaiblir le texte sur ce point.

Une réunion du Conseil de sécurité nationale russe doit se tenir vendredi à Moscou. Le sujet de la Syrie serait aussi discuté à la 48e Conférence sur la sécurité de Munich ce week-end. Plusieurs diplomates ont estimé qu’un vote sur une résolution ne devrait pas intervenir avant la semaine prochaine.

UNE OFFRE D’EXIL

Manifestation en faveur de Bachar Al-Assad, dans le centre de Damas, le 26 octobre. Depuis le début de l’insurrection en mars, le pouvoir syrien organise des contre-manifestations de soutien.REUTERS/KHALED AL-HARIRI

Les Etats-Unis, des gouvernements européens et des Etats arabes sont en contact sur un possible exil pour le président syrien, même s’il est difficile de penser que Bachar Al-Assad accepte leur offre, a-t-on appris mercredi de sources occidentales proches des discussions. Trois pays seraient disposés à accueillir M. Assad sur leur sol pour tenter de mettre un terme à la crise sanglante que traverse la Syrie depuis dix mois.

Selon deux sources, aucun Etat européen ne serait prêt à héberger le président syrien. Les Emirats arabes unis seraient en revanche ouverts à cette idée. A ce stade de la crise syrienne, aucun signe ne suggère que M. Assad serait prêt à quitter son pays. Le 10 janvier, il a réaffirmé qu’il ne démissionnerait pas et a promis de frapper “les terroristes d’une main de fer”. Son régime a rejeté l’appel que lui ont lancé les pays de la Ligue arabe, qui l’ont exhorté le 22 janvier à se démettre de ses fonctions et à transférer ses pouvoirs à un vice-président.

Depuis des semaines, la Maison Blanche affirme que les jours de Bachar Al-Assad sont comptés. Il n’est pas certain cependant que les discussions en cours visent à donner au président syrien une dernière chance de placer sa famille et lui-même à l’abri d’un destin identique à celui qu’a connu Mouammar Kadhafi, traqué et tué l’an dernier en Libye. L’initiative pourrait en revanche avoir pour objectif d’ouvrir un front au sein du premier cercle de personnalités entourant le président Assad.

“Nous entendons que certains pays ont proposé de l’accueillir s’il devait choisir de quitter la Syrie”, a dit sous couvert de l’anonymat un haut responsable de l’administration Obama. Mais avant cela, il faudrait régler la question d’une forme d’immunité pour le président syrien, comme cela a été fait pour le président yéménite, Ali Abdallah Saleh, qui a quitté son pays. “Finalement, ces questions seront tranchées par le peuple syrien de concert avec les partenaires régionaux et internationaux”, poursuit-il. Les différentes sources contactées soulignent que les discussions n’en sont qu’à un stade préliminaire et qu’aucun plan n’a encore été arrêté.

La Jordanie retire ses observateurs de la mission de la Ligue

La Jordanie a affirmé jeudi avoir retiré de Syrie ses 12 observateurs, sans préciser si elle les renverrait en cas de reprise de la mission de la Ligue arabe dans ce pays.

“A la suite de la décision de la Ligue arabe de suspendre sa mission d’observation en Syrie, la Jordanie a retiré les observateurs qu’elle avait mandatés en Syrie”, a affirmé le porte-parole du ministère des affaires étrangères M. Mohamad Kayed.

La Ligue arabe avait annoncé le 28 janvier sa décision de suspendre la mission d’observation de la Ligue arabe en raison de la “recrudescence des violences” dans ce pays. Les ministres des affaires étrangères arabes se réuniront le 11 février au Caire pour examiner l’avenir de la mission d’observation.

Le Monde avec AFP 


SUR LE MÊME SUJET
Les six Etats du Conseil de coopération du Golfe retirent leurs ambassadeurs de Syrie
Comme les Etats-Unis la veille, les six Etats du Conseil de coopération du Golfe (CCG) ont annoncé mardi le retrait de leurs ambassadeurs de Syrie avec effet immédiat, en raison de la poursuite de la répression. Le communiqué du CCG a été publié mardi au Koweït, un des six Etats du Conseil avec l'Arabie Saoudite, le Bahreïn, le Qatar, Oman et les Emirats arabes unis. Lundi, suite au veto chinois et russe à l'ONU, les Etats-Unis ont fermé leur ambassade à Damas et évacué l'ensemble de leurs diplomates présents en Syrie, la mesure la plus spectaculaire prise par Washington depuis le début ...
Lire l'article
Manifestations massives en Syrie : huit morts
Des milliers de Syriens manifestaient vendredi dans l'ensemble du pays, y compris à Damas, pour marquer le 30e anniversaire du massacre de Hama (centre), où les forces du régime de Bachar al-Assad ont tiré comme ailleurs pour disperser les manifestants. «Hafez (al-Assad) est mort, Hama n'est pas morte, Bachar va mourir et la Syrie ne mourra pas», proclamaient des pancartes brandies par des manifestants dans le quartier al-Kidam à Damas, en référence à l'ex-président syrien, père de l'actuel chef de l'Etat, selon une vidéo publiée par des militants. «La politique de la punition collective ne portera pas ses fruits cette fois-ici», assurait ...
Lire l'article
Au moins 74 personnes sont tuées dans une escalade de la violence en Syrie
DAMAS, Syrie - Deux jours de violences sanglantes en Syrie ont causé la mort d'au moins 74 personnes, incluant des enfants, alors que les forces fidèles au président Bachar el-Assad ont mené des raids de maison en maison et tiré sur des foules dans une escalade de la crise, ont soutenu vendredi des militants. Des vidéos publiées en ligne montrent les corps ensanglantés de cinq enfants, cinq femmes et un homme, dans ce qui semble être un appartement après qu'un édifice eut été touché dans la ville de Homs. La plupart des violences ont eu lieu à Homs, où des tirs à ...
Lire l'article
Syrie: le régime rejette le plan arabe prévoyant à terme un départ d’Assad
Les autorités syriennes ont rejeté lundi une nouvelle initiative arabe prévoyant à terme un départ du président Bachar al-Assad, les pays européens estimant que ce plan pourrait "changer la donne" à l'ONU. Ces développements politiques n'ont cependant pas influé sur la situation sur le terrain, où les forces du régime continuent de réprimer la révolte populaire lancée il y a plus de dix mois, avec la mort de 18 civils lundi à travers le pays, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme. Face à la répression sans répit malgré la prolongation de la mission des observateurs arabes, l'Union européenne a adopté de ...
Lire l'article
Syrie: nouvelles violences avant l’expiration d’un ultimatum arabe
Les violences ne connaissaient pas de répit samedi en Syrie, faisant au moins dix-sept morts dont onze civils, à quelques heures de l'expiration d'un ultimatum de la Ligue arabe sommant le régime de cesser la répression de la révolte populaire. Dans le même temps, de plus en plus de voix s'élevaient pour mettre en garde contre une guerre civile en Syrie, l'un des pôles du Proche-Orient, allié de l'Iran, des groupes islamistes du Hezbollah libanais et du Hamas palestinien. Faisant fi des appels internationaux à la retenue, le régime a poursuivi sa violente répression, faisant onze morts parmi les civils à travers ...
Lire l'article
La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a aussi déploré la possibilité d'une "guerre civile, avec une opposition très déterminée, bien armée et finalement bien financée". Les forces syriennes ont tiré pour disperser des milliers de manifestants hostiles au régime vendredi, tuant au moins douze civils dont deux enfants, à la veille de l'expiration d'un ultimatum arabe sommant le président Bachar al-Assad de cesser la répression. Les Etats-Unis, l'Iran mais aussi la France et la Turquie ont dit craindre une "guerre civile" alors que se multiplient les attaques de militaires dissidents parallèlement aux manifestations pacifiques. Trois membres des forces de sécurité ont ainsi été ...
Lire l'article
Le gouvernement américain a qualifié jeudi d'"incorrect" l'avertissement de la Russie selon lequel les violences continues menées par l'opposition syrienne pourraient plonger le pays dans une guerre civile. "Nous pensons que c'est une appréciation incorrecte", a dit le porte-parole du département d'Etat américain Mark Toner, en réponse à l'avertissement lancé par le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov plus tôt dans la journée, selon lequel si les opposants syriens poursuivent les violences, "ils vont déclencher une véritable guerre civile". "Nous ne voyons pas cela comme une guerre civile", a déclaré M. Toner. Le porte-parole, qui n'a pas condamné les attaques de ...
Lire l'article
Les Etats-Unis ont appelé jeudi leurs ressortissants à "quitter immédiatement" la Syrie "tant que des moyens de transport commerciaux sont encore disponibles". Après six mois de contestation et de répression violente, les Américains devant rester dans le pays doivent "limiter leurs déplacements non essentiels", demande par ailleurs le département d'Etat dans une note d'alerte. Au-delà de "l'incertitude et l'instabilité" de la situation en Syrie, le nouveau message, remplaçant un précédent émis le 5 août, vise à prendre en compte l'appel à un changement de régime lancé le 18 août par le président américain Barack Obama. Le département d'Etat évoque "une hausse du sentiment ...
Lire l'article
Le comité directeur des Nations-Unies du Conseil mondial des religions qui veut faire de la décennie 2011/2021, la décennie du dialogue Inter-religieux souhaite que le Gouvernement Gabonais fasse partie des pays qui soutiendront le vote de la résolution de septembre 2011 à l'occasion de l'Assemblée générale des nations-unies. Ce souhait a été exprimé le 1er mai dernier à l'occasion d'une conférence religieuse tenue à la Chambre de Commerce de Libreville par Sérigne Mansour Sy Diamil, membre du comité directeur du Conseil mondial des nations-unies. « L'assemblée générale des nations-unies du mois de septembre prochain doit se réunir pour voter la résolution ...
Lire l'article
Le ministère gabonais des Affaires étrangères a demandé mardi à travers un communiqué publié dans la presse locale l’observation d’un cessez-le-feu et reste disposé à apporter sa contribution à une issue pacifique de la crise actuelle en Libye. Le Gabon qui a signé la résolution 1973, suit avec une extrême attention la situation en Libye dont l’application de la résolution 1973 semble viciée car elle évolue à géométrie variable avec une multiplication des bombardements de la part des forces coalisées alliés. Des bombardements non mentionnés par le texte de la résolution. Le Gabon qui fait partie des trois pays africains ...
Lire l'article
Les six Etats du Conseil de coopération du Golfe retirent leurs ambassadeurs de Syrie
Manifestations massives en Syrie : huit morts
Au moins 74 personnes sont tuées dans une escalade de la violence en Syrie
Syrie: le régime rejette le plan arabe prévoyant à terme un départ d’Assad
Syrie: nouvelles violences avant l’expiration d’un ultimatum arabe
Syrie: 12 morts dans la répression avant l’expiration d’un ultimatum arabe
Les Etats-Unis qualifient d'”incorrect” l’avis de la Russie sur une possible guerre civile en Syrie
Les USA appellent les Américains à “quitter immédiatement” la Syrie
Religion/ Le Gouvernement Gabonais invité à soutenir la résolution des nations-unies du Conseil mondial des religions sur le dialogue interreligieux
Le Gabon semble embarrassé d’avoir voté la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l’ONU


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 2 Fév 2012
Catégorie(s): Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*