Socialisez

FacebookTwitterRSS

La suspicion des damnés de l’uranium

Auteur/Source: · Date: 3 Fév 2012
Catégorie(s): Economie,Société

Pendant des décennies, les mineurs de Mounana, dans la province du Haut-Ogooué, ont extrait de l’uranium radioactif pour le compte de la Compagnie des mines de Franceville (Comuf), adossée au géant français Areva. Beaucoup souffrent de graves atteintes aux poumons. La mine est aujourd’hui fermée et les mineurs doutent du dernier dispositif sanitaire mis en place par Areva.

Lancé le 19 octobre 2010 par le groupe nucléaire français Areva, l’Etat gabonais et d’anciens travailleurs des mines d’uranium du Gabon, l’Observatoire de la santé de Mounana commence à susciter la suspicion des habitants de cette petite ville minière du Sud-est Gabon.

L’observatoire avait été présenté comme une sorte de clinique pour les anciens travailleurs et pour les populations de Mounana, selon les explications alors fourbies par Alain Acker, médecin du groupe nucléaire français : «Nous souhaitons faire des visites médicales tous les deux ans de façon périodique avec un certain nombre d’examens de dépistage des maladies qui pourraient être en lien avec l’activité professionnelle.»

Un an après les premiers prélèvements sanguins et radios pulmonaires, aucun patient n’a reçu les résultats de ses examens médicaux. Nombreux soupçonnent donc le médecin chargé des entretiens d’avoir reçu des consignes spécieuses d’Areva, surtout que le Dr Angélique Kombila qui avait commencé ce travail a été renvoyée sans raisons officielles, estime-t-on

Certains notables de la localité qui se demandent maintenant à quoi servent ces visites médicales auraient voulu qu’elles soient d’ailleurs étendues aux populations ayant une longévité certaine dans la ville. Bien avant sa mise en place de l’observatoire, ces notables réclamaient une indemnisation Mais, des membres du Cercle des anciens travailleurs miniers de Mounana (Catram) ont recalé ces propositions, contents qu’ils sont de leurs sièges au sein du conseil d’administration de l’Observatoire de la santé de Mounana.

Les rumeurs vont bon train et l’humeur tourne au noir depuis qu’il a été annoncé qu’Areva va indemniser les ayants droits de deux de ses anciens salariés français, morts d’un cancer du poumon. Ceux-ci ont travaillé pendant plusieurs années dans la mine d’uranium de Mounana.

Cette décision d’indemnisation est une première. Elle est la conséquence d’un accord conclu en 2009 avec l’association Sherpa qui défend les salariés d’Areva exposés aux rayonnements ionisants. Mais, selon une source proche du dossier, près de 4000 dossiers médicaux concernant des mineurs gabonais auraient été transmis à l’observatoire de santé de Mounana par le Catram, pour être indemnisés. Les autochtones se demandent donc s’il est plus urgent d’indemniser les ayants droits de personnes mortes ou de s’occuper en priorité des vivants. 


SUR LE MÊME SUJET
Le groupe nucléaire Areva va indemniser les ayants droits de deux de ses anciens salariés français morts d’un cancer du poumon après avoir travaillé pendant plusieurs années dans la mine d’uranium de Mounana, dans le Sud-Est du Gabon, a-t-on appris vendredi de source officielle. C’est la première fois que le groupe minier qui était établi au Gabon via la Compagnie des mines d’uranium de Franceville (COMUF) va engager un tel processus conformément à un accord conclu en 2009 avec l’association Sherpa qui défend les intérêts des salariés de Areva exposés à des rayonnements ionisants. 40 000 dossiers médicaux appartenant à des mineurs ...
Lire l'article
Dans un communiqué parvenu ce samedi au desk de GABONEWS, l’Observatoire de la Santé de Mounana (OSM), annonce aux anciens travailleurs de l’usine de la carrière de la Compagnie des Mines d’Uranium de Franceville (COMUF), que la reprise des consultations se déroulera dans la période allant du 21 du mois en cours jusqu’au 20 décembre prochain selon un programme bien établi. Seuls les anciens travailleurs non encore examinés depuis la mise en place de cet observatoire, le 4 octobre 2010 et les populations environnantes des villes de Mounana et Moanda sont concernés. Le programme des consultations se décline en trois phases ...
Lire l'article
Le secrétaire général de « Brainforest / Publiez ce que vous Payez », Marc Ona Essangui a rencontré récemment les responsables du groupe nucléaire français Aréva afin d’évaluer l'avancement de l’observatoire de santé mis en place il y a un an pour le suivi médical des travailleurs de l’exploitation minière et des populations de Mounana au sud-est du Gabon. M. Ona s’est déclaré satisfait des résultats à l'heure actuelle, affirmant que « le combat de la société civile gabonaise est de voir ce dossier aboutir ». Brainforest qui lutte contre la spoliation des forets, et la pollution ...
Lire l'article
Philippe Douillet, l’un de ses responsables du groupe nucléaire français Aréva, a souhaité à la veille de la tenue, ce jeudi, du premier Conseil d’Administration de l’Observatoire de Mounana qu’ « il faut que cet observatoire soit sous le couvert de l’autorité nationale ». S’exprimant sur les ondes de la radio panafricaine, Africa n°1, Philippe Douillet, a déclaré : « Il faut que cet observatoire soit sous le couvert de l’autorité nationale et non d’AREVA pour éviter d’être partie – prenante (…). Il faut que ce soit l’Etat gabonais qui ait en charge la transcription des informations ...
Lire l'article
Entamées la semaine dernière, les consultations médicales des anciens employés de la Compagnie d’uranium de Franceville (COMUF), filiale du groupe nucléaire français AREVA, se poursuivent ce lundi, mercredi et vendredi prochains à l’Observatoire de la santé de Mounana à plus de 600 km au sud-est de Libreville où était exploité le minerai d’uranium. Cette deuxième phase concerne les ex-salariés nés entre 1930 et 1935 (70 à 75 ans), qui se feront examiner par les médecins commis à cette mission par le groupe AREVA et l’Etat gabonais. Ces consultations, qui portent essentiellement sur des prises de sang et des radios des poumons, se ...
Lire l'article
L'Etat gabonais et le groupe nucléaire français Areva ont trouvé un "accord définitif" pour créer en octobre un "observatoire de la Santé" à Mounana (sud-est du Gabon), ancien site d'exploitation de l'uranium, selon un communiqué des deux parties. "L'Observatoire de la Santé de Mounana (OSM) a pour objet d'étudier l'impact sanitaire des activités minières de la Compagnie des mines d'uranium de Franceville (Comuf, filiale d'Areva au Gabon) sur la santé et l'hygiène de ses anciens collaborateurs et des populations locales", est-il expliqué dans ce communiqué transmis mercredi à l'AFP par l'ONG gabonaise de défense de l'environnement Brainforest. L'assemblée générale constitutive de l'Observatoire ...
Lire l'article
Accusé de négligence, le groupe Areva s’est engagé à fournir un suivi médical aux anciens employés de la mine d’uranium. Un an plus tard, les consultations n’ont toujours pas commencé. L’accord était annoncé comme « sans précédent ». Il y a un an, menacé de poursuites judiciaires, le groupe français Areva signait une convention avec les associations Sherpa et Médecins du monde, et s’engageait à créer des observatoires de la santé autour des sites d’exploitation d’uranium, qu’ils soient ou non encore en activité. Ces structures étaient censées permettre le suivi médical des anciens mineurs, ainsi qu’une veille sanitaire des populations riveraines. ...
Lire l'article
Le groupe français Areva, spécialisé dans l'énergie nucléaire, va mettre en place dans quelques semaines un observatoire de santé à Mounana pour suivre les anciens employés du groupe dans l'exploitation des gisements d'uranium de cette ville du sud-est du Gabon, a annoncé son directeur sanitaire, le Dr Alain Acker. De 1960 à 1999, la Compagnie des mines d'uranium de Franceville (COMUF), filiale du groupe Areva, a exploité le gisement d'uranium de Mounana, à 600 km de la capitale Libreville. Il s'agira pour l'observatoire d'établir si les maladies apparues dans la ville ou ses environs sont liées à l'exposition aux rayonnements découlant de ...
Lire l'article
Le président de l’ONG Croissance Saine Environnement, Nicaise Moulombi, a réclamé jeudi une commission d’enquête sur l’affaire de l’éventuel enfouissement de déchets toxiques à Mounana (sud-est du Gabon), ancien site d’uranium exploité par un sous-traitant de la Compagnie des mines d’uranium de Franceville (COMUF), filiale du groupe français Areva, rapporte l’AFP. « La visite du président Français sera marquée par la vive revendication des ONG gabonaises sur une commission d’enquête concernant l’affaire de l’éventuel enfouissement de déchets toxiques à Mounana (sud-est du Gabon), ancien site d’uranium exploité par un sous-traitant de la Comuf, filiale du groupe français Areva » a ...
Lire l'article
L'ancien site gabonais d'uranium de Mounana présente un niveau de radiation "nettement supérieur à la normale" Dans un rapport, la Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité (Criirad), dénonce mercredi "certaines valeurs au contact du sol 2 à 50 fois supérieures à la normale". Le gisement d'uranium a été exploité de 1958 à 1999 par la Compagnie des mines d'uranium de Franceville, filiale du groupe nucléaire français Areva. L'association française, dans ce rapport reçu mercredi par l'AFP à Libreville, s'appuie sur des mesures effectuées en mai 2009 sur le site. Selon la Criirad, la Compagnie des mines d'uranium de Franceville (Comuf) "a ...
Lire l'article
Gabon : Areva va indemniser pour la première fois deux des ayant droit de ses anciens employés
L’OSM reprend bientôt ses consultations auprès des anciens travailleurs de la COMUF
Gabon / France : La santé et le suivi médical des anciens agents de la COMUF objets d’une réunion à Paris
Santé/Observatoire de Mounana : « Il faut que cet observatoire soit sous le couvert de l’autorité nationale », Philippe Douillet (AREVA)
Début des consultations médicales à l’Observatoire de la santé de Mounana
Accord avec Areva pour un “observatoire de la santé” au Gabon en octobre
Gabon: Mounana, entre attente et suspicion
Le groupe Areva va installer un observatoire de santé au Gabon
Gabon : L’affaire des déchets toxiques rebondit avant l’arrivée de Sarkozy au Gabon
Uranium de Mounana: un taux de radiations alarmant


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 3 Fév 2012
Catégorie(s): Economie,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*