Socialisez

FacebookTwitterRSS

Sénégal : Podor pleure ses morts après la répression d’une manifestation du M23

Auteur/Source: · Date: 3 Fév 2012
Catégorie(s): Afrique

Les deux premiers décès de civils liés aux rassemblements contre la candidature d’Abdoulaye Wade ont eu lieu à Podor. Enterrées mercredi matin dans cette petite ville du nord du Sénégal, les victimes ont été fauchées par des balles tirées par les gendarmes locaux. Retour sur une manifestation de jeunes qui a fini en bain de sang, alors que l’opposition appelle à de nouvelles mobilisations et que le président sénégalais compare la contestation à une simple “brise”.

Mercredi matin, à Podor. Les ombres serrées dans la fraîcheur matinale sont à peine distinctes. Seuls les murmures et les sanglots rompent le silence nocturne. Le soleil n’est pas encore levé quand cette ville de 12 000 âmes se met en marche : mères, pères, enfants et petits-enfants, camarades et professeurs, voisins et amis, se sont levés tôt pour rendre hommage à Mamadou Sy, 18 ans, et Bana Ndiaye, 60 ans. Ce sont les deux premières victimes civiles – sur quatre à ce jour – des manifestations qui secouent le Sénégal depuis une semaine. Les premières victimes de l’obstination d’un vieux président (86 ans) à briguer un troisième mandat, et d’une opposition parfois irresponsable qui profite de la colère des jeunes du Mouvement du 23 juin (le M23) pour dénoncer une « forfaiture » et la « corruption » – sans preuve – du Conseil constitutionnel qui a validé la candidature du président sortant.

Choqués, les Podorois ne comprennent toujours pas comment la bourgade s’est brusquement transformée en champ de bataille. Ce matin du lundi 30 janvier, quelques milliers de jeunes sont réunis lorsque Mamadou Ibrahima Sy s’effondre, à quelques mètres de la gare routière (le « garage »), en sortie de la ville. Lorsque le sable rougit sous son corps, tous autour de lui comprennent la situation. À quelques dizaines de mètres, les gendarmes qui leur font face tirent de vraies balles.

Tout va alors très vite. Le sifflement des projectiles déchire l’air saturé par les gaz lacrymogènes. Les douilles fumantes en métal jaune éjectées des fusils M16 et des pistolets mitrailleurs roulent à côté de celles en plastique vert des balles en caoutchouc. La foule, d’abord hébétée, est rapidement gagnée par la panique. Personne n’aurait soupçonné que le commandant de brigade, parti quelques secondes plus tôt à l’arrière de son pick-up bleu, venait d’alourdir son arme avec du vrai plomb. D’autres gendarmes appuient eux aussi sur la gâchette. « C’est moi qui donne les ordres ! » hurle le militaire à son adjudant, un natif de Podor qui tente de le raisonner.

“Gendarme déséquilibré”

« Vous avez tué ! » crient les manifestants. Parmi eux, certains sont également blessés. Sous les tirs nourris, le corps de Mamadou est traîné au « garage ». Un « sept places » – une vieille 405 qui sert de taxi collectif – emporte alors le corps sans vie du jeune homme à l’hôpital de Podor, où l’on ne peut plus rien pour lui : il est décédé sur le coup.

Après une heure d’affrontements dans la ville – des pierres contre des mitraillettes, une deuxième victime s’effondre. Il s’agit de la grand-mère sexagénaire de Cheick Omar, cameraman et monteur pour la WalfTV, fauchée alors qu’elle fuyait le marché où elle faisait ses courses, à deux pas de la gendarmerie assiégée par les jeunes venus « venger leur mort ». Le tireur visait un membres du M23.

Effroyable bilan à 14 heures : 2 décès, 7 blessés par balles et plusieurs autres par des bombes lacrymogènes. « Il s’agit d’un gendarme déséquilibré qui a pris seul l’initiative de donner l’ordre de tirer, sans même recevoir d’instructions de sa hiérarchie », affirme Aissata Tall Sall, maire de Podor et porte-parole du Parti socialiste (PS). La mairie et le collectif M23 ont décidé de porter plainte contre l’officier. Une enquête a été ouvertepour « élucider les circonstances exactes qui l’ont conduit à tirer », explique le commandant Diop, porte-parole de la gendarmerie nationale.

“Nous n’avons pas peur de mourir”

Les autorités craignent désormais une riposte de la population, et des renforts ont été dépêchés sur place. Relevé de ses fonctions, le militaire et sa famille ont été évacués à Saint-Louis où ils se trouvent encore aujourd’hui.

« Nous manifestions de manière pacifiste », affirme Sidi Gueye, coordinateur local du M23. Les premières pierres auraient fusé en réponse aux lacrymogènes, tirés à la suite d’une pancarte brûlée à la permanence du PDS (le parti d’Abdoulaye Wade). La mobilisation a dégénéré presque spontanément. Certes personne n’a appelé au calme – sauf la mairie –, mais personne n’a appelé à la révolte non plus.

« Pour l’instant, on respecte 48 heures de deuil, mais les camarades de Mamadou sont déterminés à venger sa mort, explique Sidi Gueye. De notre côté, nous allons nous réunir et choisir l’action à mener. Nous n’avons pas peur de mourir. » À la sortie de la ville, la route a été soigneusement nettoyée. Les pierres sont entassées sur le bas côté et les douilles ont été balayées. Podor semble apaisé. Mais pour combien de temps ?

___

Michael Pauron, envoyé spécial à Podor 


SUR LE MÊME SUJET
Sénégal/présidentielle : Juppé et Wade d’accord pour une alternance après 2012
Le ministre français Alain Juppé, qui a souhaité un passage de générations à la tête du Sénégal, est sur la même longueur d'ondes que le président Abdoulaye Wade car ils évoquent tous les deux une alternance après la présidentielle de 2012, a affirmé jeudi la présidence sénégalaise. Contrairement à l'angle qu'on a voulu donner à ses déclarations mercredi devant les députés français, M. Juppé, chef de la diplomatie française, a voulu dire : +à partir de 2012, il faut que le président Wade pense à l'alternance générationnelle+, a déclaré le porte-parole de la présidence Serigne Mbacké Ndiaye à l'antenne de la ...
Lire l'article
Sénégal : deux morts dans une manifestation violente à Podor
Les manifestants protestaient contre la candidature du président sortant Abdoulaye Wade à l'élection présidentielle de février. La contestation de la candidature à la présidentielle au Sénégal du président Abdoulaye Wade a été marquée lundi par de nouvelles violences avec deux morts à Podor (nord), à la veille d'un rassemblement à Dakar de l'opposition faisant craindre des débordements. Ces violences ont éclaté lors d'une manifestation de militants du Mouvement du 23 juin (M23), regroupant des partis d'opposition et organisations de la société civile contre la candidature de Wade, 85 ans, au pouvoir depuis douze ans, une candidature confirmée par le Conseil constitutionnel ...
Lire l'article
Sénégal: l’opposition lance “la résistance” après de graves violences
L'opposition a lancé samedi "la résistance" contre le président sénégalais Abdoulaye Wade, 85 ans, malgré la validation de sa candidature à la présidentielle de février par le Conseil constitutionnel qui a provoqué de graves violences dans plusieurs villes. Les tenants de cette "résistance", dont les modalités restent à préciser, s'opposent d'ores et déjà à une vague d'arrestations de responsables et partisans du Mouvement du 23 juin (M23), qui regroupe partis d'opposition et organisations de la société civile à la pointe du combat contre la candidature de Wade. "Nous nous organisons pour faire face par une résistance contre l'oppression, et nous avons lancé ...
Lire l'article
Présidentielle au Sénégal 2012 : troubles à Dakar après la validation de la candidature de Wade
Les réactions n'ont pas tardé après l'annonce par le Conseil constitutionnel de la validation de la candidature d'Abdoulaye Wade à la présidentielle de février et du rejet de celle du chanteur populaire Youssou N'Dour. De violentes altercations ont eu lieu dans la nuit de vendredi à samedi à Dakar et dans plusieurs villes du Sénégal entre manifestants et forces de l'ordre. La police affirme qu'un de ses membres a été tué dans ces affrontements. L'opposition dénonce un coup d'Etat institutionnel et appelle à manifester vers le palais présidentiel. Abdoulaye Wade est bien autorisé à briguer un troisième mandat. Les candidatures de ...
Lire l'article
Le Sénégal s’embrase après le “coup de force” de Wade
Les violences à Dakar ont fait un mort après la validation de la candidature d'Abdoulaye Wade, qui brigue un troisième mandat présidentiel, bien que la Constitution limite le nombre de mandats possibles à deux. Youssou N'Dour, dont la candidature a été écartée, parle d'un "coup de force". Les premiers heurts ont éclaté dès vendredi soir à Dakar, puis dans plusieurs villes sénégalaises, avec l'annonce de la validation par le Conseil constitutionnel de la candidature d'Abdoulaye Wade à l'élection présidentielle. Une annonce d'autant plus mal perçue par les opposants au président que, parallèlement, la candidature du très populaire Youssou N'Dour était, elle, ...
Lire l'article
Sénégal. Manifestation contre la candidature de Wade
Les manifestations de Sénégalais hostiles à une nouvelle candidature du président sortant Abdoulaye Wade se sont étendues dans le pays dans la nuit de vendredi à samedi. Le Conseil constitutionnel a autorisé le chef de l’Etat à briguer sa propre succession le 26 février. La candidature du chanteur Youssou N’Dour a en revanche été écartée. Un policier a succombé à des blessures reçues à la tête lors d’échauffourées à Dakar hier, rapporte la télévision locale. Des journalistes de Reuters ont rapporté que de jeunes manifestants avaient incendié des piles de pneus et des voitures renversées. Wade : une candidature contestée Les adversaires de ...
Lire l'article
Nigéria. Au moins 35 morts après trois attentats contre des églises
Deux attentats visant des églises au Nigeria ont fait au moins 35 morts le jour de Noël, dimanche, le plus sanglant ayant été revendiqué par la secte islamiste Boko Haram tandis que le gouvernement évoquait une guerre. «C'est comme si une guerre interne avait été lancée contre le pays. Nous devons vraiment être à la hauteur et faire face», a déclaré le ministre chargé de la police, Caleb Olubolade, qui s'est rendu sur les lieux d'un des attentats. Ces attaques, condamnées par le Vatican comme le fruit d'une «haine aveugle et absurde», surviennent après deux jours d'affrontements, jeudi et vendredi, entre des ...
Lire l'article
La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a aussi déploré la possibilité d'une "guerre civile, avec une opposition très déterminée, bien armée et finalement bien financée". Les forces syriennes ont tiré pour disperser des milliers de manifestants hostiles au régime vendredi, tuant au moins douze civils dont deux enfants, à la veille de l'expiration d'un ultimatum arabe sommant le président Bachar al-Assad de cesser la répression. Les Etats-Unis, l'Iran mais aussi la France et la Turquie ont dit craindre une "guerre civile" alors que se multiplient les attaques de militaires dissidents parallèlement aux manifestations pacifiques. Trois membres des forces de sécurité ont ainsi été ...
Lire l'article
Dr Daniel Mengara, leader du mouvement ‘’Bongo Doit Partir’’ (BDP), a annoncé mercredi à Libreville, sa candidature à l’élection présidentielle du 30 août prochain en déclarant que « je ne suis pas venu vous parler d’une ethnie, d’une tribu, d’un clan ou dune famille, mais de la nation et d’unité nationale ». Dans son discours d’investiture prononcé ce mercredi à Libreville, le Dr Daniel Mengara a indiqué, dès l’entame, que « je ne suis pas venu vous parler d’une ethnie, d’une tribu, d’un clan ou dune famille, mais de la nation et d’unité nationale ». Car a-t-il relevé, « la situation du ...
Lire l'article
En mission d’enseignement de deux semaines à l’université Omar Bongo de Libreville, le Pr. Gora Mbodj, enseignant chercheur au département de sociologie de l’université Saint-Louis du Sénégal, a été invité, dans l’après-midi du mercredi dernier, par le département de sociologie et la Coordination des activités des étudiants en sociologie (CADES) de l’UOB, à animer une conférence publique sur le thème « la construction du genre au Sénégal ». L’enseignant chercheur, en provenance du pays de la « Téranga » a, dans son propos liminaire, rappelé qu’ « en Afrique, notamment en milieu sénégalais, le masculin et le féminin déterminent la personne ...
Lire l'article
Sénégal/présidentielle : Juppé et Wade d’accord pour une alternance après 2012
Sénégal : deux morts dans une manifestation violente à Podor
Sénégal: l’opposition lance “la résistance” après de graves violences
Présidentielle au Sénégal 2012 : troubles à Dakar après la validation de la candidature de Wade
Le Sénégal s’embrase après le “coup de force” de Wade
Sénégal. Manifestation contre la candidature de Wade
Nigéria. Au moins 35 morts après trois attentats contre des églises
Syrie: 12 morts dans la répression avant l’expiration d’un ultimatum arabe
Gabon: « Je ne suis pas venu vous parler d’une ethnie, d’une tribu, d’un clan ou dune famille, mais de la nation et d’unité nationale
Gabon: Enseignement supérieur : le Pr. Gora Mbodj de l’université de Saint-Louis du Sénégal a animé à l’UOB, une conférence sur « la construction du


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 3 Fév 2012
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*