Socialisez

FacebookTwitterRSS

Sénégal: “Wade n’a aucune chance de l’emporter”

Auteur/Source: · Date: 3 Fév 2012
Catégorie(s): Afrique

Alors que l’opposition sénégalaise appelle à un nouveau rassemblement ce vendredi, retour sur la la dérive autocratique du président Aboulaye Wade, les forces en présence face à lui… Les explications de l’historien sénégalais Ibrahima Thioub.

Alors que l’opposition sénégalaise appelle à un nouveau rassemblement ce vendredi, retour sur la la dérive autocratique du président Aboulaye Wade, les forces en présence face à lui… Les explications de l’historien sénégalais Ibrahima Thioub.

La décision du Conseil constitutionnel d’autoriser une nouvelle candidature du président sortant Abdoulaye Wade, 86 ans, en poste depuis 2000, tout en rejetant celle du chanteur Youssou Ndour a provoqué la colère des opposants. Ceux-ci contestent la légalité d’une décision prise par un Conseil dont tous les membres ont été nommés le chef de l’Etat. A un mois de la présidentielle de 23 février, Ibrahima Thioub, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, analyse pour L’Express les ressorts de la crise politique sénégalaise.

A son arrivée au pouvoir, Abdoulaye Wade, était l’homme du changement. Pouvez-vous retracer sa dérive autocratique…

Il a en effet passé 26 ans dans l’opposition, combattu la toute puissance du parti socialiste de Léopold Sédar Senghor, -parti unique de fait jusqu’en 1974. Paradoxalement, alors que le président Abdou Diouf, au pouvoir à partir de 1981, mettait en place un programme d’ajustement structurel néolibéral, Le Parti Démocratique Sénégalais fondé par Abdoulaye Wade a mis en avant la question sociale, prônant alors ce qu’il appelait le “libéralisme social”, ce qui a ébranlé progressivement l’hégémonie socialiste.

Wade parle comme un démocrate mais agit en dictateur

Mais avant même l’alternance, il tenait déjà son parti d’une main de fer. L’actuel ministre de l’Intérieur, Ousmane Ngom, alors en rupture, avait d’ailleurs dit de lui qu’il “parle comme un démocrate mais agit en dictateur”. Plus récemment, il a éliminé les ténors de son parti pour faire place nette à son fils Karim dans la course à sa succession; en vain d’ailleurs puisque celui-ci a été incapable de décoller politiquement, en dépit de toutes les faveurs qui lui ont été faites. Il a même subi un échec mémorable lors des élections à la mairie de Dakar en 2009.

C’est pourquoi, faute de réaliser la succession dynastique à laquelle il rêvait, à plus de 86 ans, il est obligé de se représenter, faute de candidat crédible dans son camp, pour garder le pouvoir. Il a utilisé pour cela un Conseil constitutionnel aux ordres, dont il a nommé tous les membres, et dont ii a grassement augmenté les salaires et accordé d’autres avantages matériels, juste avant qu’ils ne s’expriment sur les candidatures présidentielles…

Pris dans son propre piège, et face à la détermination de l’opposition et des jeunes en particulier, Wade engage un forcing qui s’appuie sur un usage autoritaire et violent des forces publiques.

Le Sénégal est pourtant toujours donné en exemple de démocratie sur le continent africain?

Le Sénégal a connu une longue expérience de multipartisme électoral depuis le XIXe siècle et une certaine liberté de la presse y compris sous le régime colonial. C’est à l’accession à l’indépendance que la vie politique sénégalaise a été pendant un temps verrouillée par le parti socialiste. Il a fallu attendre le début des années 70 pour que le régime s’ouvre progressivement et autorise la création de trois partis politiques -en plus du parti socialiste- dont le PDS, libéral, d’Abdoulaye Wade. Et il a fallu encore plusieurs années pour que le multipartisme intégral s’installe réèllement avec une presse libre.

Mais la décision, prise en 1981, de mettre fin à la limitation du nombre de partis politiques autorisés a abouti à la création d’une multitude de petits partis qui a en fait atomisé l’espace politique. On parlait alors de “partis télécentres” (leurs membres pouvaient tenir dans une cabine téléphonique). On en subit encore aujourd’hui les conséquences.

Pouvez-vous définir les clivages politiques du pays?

La distribution partisane n’est pas idéologique. Le système politique est construit autour d’alliances, du pouvoir d’un côté, de l’opposition de l’autre. Les coalitions peuvent inclure des partis d’obédience socialiste, libérale, communiste… Ces critères sont secondaires.

Le principal enjeu pour la plupart d’entre eux est l’accès aux ressources publiques; il s’agit surtout de se partager les prébendes du pouvoir, de se partager le butin. Abdoulaye Wade, qui n’est certes pas à l’origine de cette donne politique, ne lui a pas tourné le dos, loin s’en faut. Tous ceux qui lui ont apporté leur soutien se sont très rapidement enrichis. Ce système est vigoureusement combattu par certains partis politiques et associations de la société civile.

Mais la démocratie sénégalaise a aussi des atouts…

Oui, la contestation n’a en tout cas jamais cessé, et de concession en concession, on est parvenu à l’alternance en 2000. De même, la liberté de la presse est solidement ancrée. Il faut d’ailleurs saluer le courage de certains journalistes et la détermination des médias privés à dénoncer les dérives du pouvoir. La société civile surtout, est très mobilisée, marquée par l’irruption aussi déterminante de l’organisation de jeunesse “Y en a marre” qui fait preuve d’une forte capacité d’initiatives et de mobilisation. Ainsi, pendant deux ans, sous la houlette de l’ancien secrétaire général de l’Unesco, des assises nationales ont été organisées pour réfléchir aux réformes à mettre en oeuvre afin de résoudre les problèmes du pays. Elles ont abouti à un document qui recouvre des champs aussi vastes que la lutte contre la corruption, l’éducation, la santé, les réformes institutionnelles majeures , etc.

Quelle est l’importance de la question sociale dans la contestation ?

Elle est omniprésente. Le taux de chômage est extrêmement élevé. Le pays est régulièrement frappé par des inondations rendues catastrophiques par le déficit de volonté politique à les résoudre et le mauvais état des infrastructures dans les banlieues dakaroises. Depuis plus d’un an, les coupures d’électricité se sont multipliées, là aussi en raison d’une très mauvaise gestion: le réseau de distribution d’électricité est en mauvais état, et les investissements réalisés ont certainement été mal gérés tant ils ont été massifs, mais inefficaces. Finalement, en prévision de la campagne électorale, le gouvernement a mis en oeuvre un plan dénommé “Takkal” pour faire redémarrer la production d’électricité, mais pour cela, il a délesté les finances d’autres secteurs, ce qui a déclenché une fronde sociale en particulier parmi les enseignants, les transporteurs, le secteur des hydrocarbures, et les métiers de la santé aujourd’hui en grève.

Le régime a sans doute eu peur de Youssou Ndour

Enfin la forte urbanisation, la jeunesse de la population, et le taux de scolarisation relativement élevé, expliquent que les jeunes soit très actifs dans la contestation. Le succès auprès des jeunes, sans emploi et sans avenir, du mouvement Y’en a marre dévoile un certain divorce entre le mouvement associatif non partisan et les partis traditionnels.

Pourquoi pensez-vous que la candidature de Youssou Ndour a été écartée?

Il y a peu de paramètres objectifs disponibles pour évaluer l’assise réelle de Youssou Ndour, les sondages étant interdits au Sénégal. Mais il est probable que le régime a eu peur. Le chanteur est très populaire et il a une forte capacité de mobilisation. En outre, Youssou Ndour, est un self made man qui a bâti sa fortune en dehors de l’Etat: un contre-exemple face à la pratique de vol des deniers publiques dont les proches du pouvoir sont coutumiers. Et il a réinvesti ses ressources au Sénégal, en mettant sur pied la radio la plus écoutée à Dakar (RFM) et le journal le plus lu du Sénégal (L’Observateur). Cela a certainement lourdement pesé dans la décision de l’écarter sous le prétexte aussi ridicule que fallacieux qu’il n’a pas réuni les signatures nécessaires au soutien à sa candidature.

A-t-on une idée du poids électoral du camp présidentiel ?

Bien que la publication de sondages soit interdite au Sénégal, le pouvoir en a probablement fait faire discrètement, et la proposition de loi de 2011 qui prévoyait l’élection d’un candidat à la présidentielle dès le première tour avec 25 % des voix est sans doute le meilleur sondage jamais réalisé dans le pays, un bon indicateur du poids réel que pense représenter le PDS, le parti au pouvoir.

La multiplicité des candidats d’opposition ne risque-t-elle pas de favoriser une victoire de Wade à la présidentielle?

Non, je pense qu’au contraire l’idée, qui a existé, de présenter un candidat unique, aurait été contre-productive. Une partie de l’électorat ne se serait pas mobilisée. Alors que désormais, les 13 candidats en lice vont mobiliser chacun de leurs partisans et amener tout candidat du PSD à un deuxième tour. Et, le cas échéant, je crois qu’il n’a aucune chance de l’emporter. Je ne crois pas non plus que le pouvoir pourra tricher par les urnes. La société est trop mobilisée, et la presse trop vigilante pour cela.

Propos recueillis par Catherine Gouëset, 


SUR LE MÊME SUJET
Sénégal: Wade n’envisage pas la retraite
Le président sénégalais Abdoulaye Wade, candidat à sa propre succession, a affirmé aujourd'hui devant la presse que pour lui, "la retraite, ce n'est pas pour demain", après une tournée dans plusieurs quartiers de Dakar dans le cadre de sa campagne électorale. "Je suis très satisfait de constater que je suis encore très, très, très populaire" au Sénégal, a déclaré M. Wade sur le perron du palais présidentiel à la presse l'ayant suivi dans cette tournée dakaroise, qualifiée par son entourage de "visite de proximité". "C'est un plébiscite de la rue. (...) La retraite, ce n'est pas pour demain. Vous allez voir, ...
Lire l'article
Sénégal: l’opposition promet un front commun face à Wade pour la présidentielle
Huit candidats à la présidentielle du 26 février au Sénégal ont rejeté tout boycott du scrutin et se sont engagés samedi à "rester unis" durant la campagne électorale qui s'ouvre dimanche, pour obtenir le retrait de la candidature du président sortant Abdoulaye Wade. "Nous prenons l'engagement de rester unis et de mener solidairement des activités communes de mobilisation et de lutte jusqu'au retrait de la candidature" de Wade, écrivent-ils dans une déclaration présentée samedi à la presse. La "déclaration" est signée des quatres principaux candidats de l'opposition: Moustapha Niasse, Macky Sall, Idrissa Seck (tous trois d'anciens Premier ministre de Wade), Ousmane Tanor ...
Lire l'article
Pour Wade, la contestation au Sénégal n’est qu’une «simple brise»
Le président sénégalais Abdoulaye Wade a comparé à une simple «brise» la contestation de sa candidature à la présidentielle de la fin du mois alors que l'opposition devait présenter jeudi un nouveau plan d'action. «Une brise est un vent léger qui secoue les feuilles des arbres, mais elle ne devient jamais un ouragan», a déclaré mercredi soir M. Wade, qui s'exprimait au cours d'une cérémonie publique à Dakar. «Le président commentait les menaces de l'opposition qui avait dit que (sa) marche serait l'assaut final sur le palais présidentiel», a précisé l'un de ses proches, El Hadj Amadou Sall. Regroupées au sein du Mouvement ...
Lire l'article
Sénégal: appel à un nouveau rassemblement, Wade juge les tensions “normales”
Le président sénégalais Abdoulaye Wade a jugé "normales" jeudi les tensions politiques actuelles dans son pays "au vu des enjeux" de la présidentielle, tandis que l'opposition a appelé à un nouveau rassemblement vendredi à Dakar en hommage aux "victimes de la répression". "Le Sénégal a une longue tradition d'élections (...) et la paix a toujours prévalu malgré les tensions notées par ailleurs", a déclaré M. Wade à l'occasion d'un déplacement à Tivaouane (ouest). "Cette situation que le Sénégal vit à l'approche de l'élection est tout à fait normale au vu des enjeux, mais la paix finira par triompher grâce à la tenue ...
Lire l'article
Sénégal/présidentielle : Juppé et Wade d’accord pour une alternance après 2012
Le ministre français Alain Juppé, qui a souhaité un passage de générations à la tête du Sénégal, est sur la même longueur d'ondes que le président Abdoulaye Wade car ils évoquent tous les deux une alternance après la présidentielle de 2012, a affirmé jeudi la présidence sénégalaise. Contrairement à l'angle qu'on a voulu donner à ses déclarations mercredi devant les députés français, M. Juppé, chef de la diplomatie française, a voulu dire : +à partir de 2012, il faut que le président Wade pense à l'alternance générationnelle+, a déclaré le porte-parole de la présidence Serigne Mbacké Ndiaye à l'antenne de la ...
Lire l'article
L’opposition appelle à “résister” à Abdoulaye Wade au Sénégal
L'opposition sénégalaise a appelé samedi à la "résistance" contre le président Abdoulaye Wade après une nuit d'émeutes déclenchées par l'autorisation donnée au chef de l'Etat, âgé de 85 ans, de briguer un troisième mandat en février. Le ministère de l'Intérieur a confirmé samedi qu'un policier était mort durant ces émeutes, qui ont vu des manifestants jeter des pierres, renverser des voitures et brûler des pneus face à des forces de sécurité usant de gaz lacrymogènes. Le calme est revenu samedi matin à Dakar, où le dispositif de sécurité a été renforcé autour du palais présidentiel. Armés de grenades lacrymogènes, des policiers en ...
Lire l'article
Sénégal: la candidature de Wade validée pour la présidentielle, un policier tué dans des violences
La validation vendredi soir par le Conseil constitutionnel de la candidature du chef de l'Etat sénégalais Abdoulaye Wade à la présidentielle de février a provoqué une vague de violences dans plusieurs villes du Sénégal, dont sa capitale, Dakar, où un policier a tué. L'opposition a appelé pour sa part à "marcher sur le palais présidentiel dans les prochains jours" afin d'en "sortir Wade". Dès l'annonce de la validation de la candidature du président Wade et du rejet de celle du chanteur Youssou Ndour, des jeunes rassemblés depuis des heures Place de l'Obélisque, à Dakar, à l'appel de l'opposition ont jeté des pierres ...
Lire l'article
Le Sénégal s’embrase après le “coup de force” de Wade
Les violences à Dakar ont fait un mort après la validation de la candidature d'Abdoulaye Wade, qui brigue un troisième mandat présidentiel, bien que la Constitution limite le nombre de mandats possibles à deux. Youssou N'Dour, dont la candidature a été écartée, parle d'un "coup de force". Les premiers heurts ont éclaté dès vendredi soir à Dakar, puis dans plusieurs villes sénégalaises, avec l'annonce de la validation par le Conseil constitutionnel de la candidature d'Abdoulaye Wade à l'élection présidentielle. Une annonce d'autant plus mal perçue par les opposants au président que, parallèlement, la candidature du très populaire Youssou N'Dour était, elle, ...
Lire l'article
Sénégal. Manifestation contre la candidature de Wade
Les manifestations de Sénégalais hostiles à une nouvelle candidature du président sortant Abdoulaye Wade se sont étendues dans le pays dans la nuit de vendredi à samedi. Le Conseil constitutionnel a autorisé le chef de l’Etat à briguer sa propre succession le 26 février. La candidature du chanteur Youssou N’Dour a en revanche été écartée. Un policier a succombé à des blessures reçues à la tête lors d’échauffourées à Dakar hier, rapporte la télévision locale. Des journalistes de Reuters ont rapporté que de jeunes manifestants avaient incendié des piles de pneus et des voitures renversées. Wade : une candidature contestée Les adversaires de ...
Lire l'article
La tension monte au Sénégal entre Wade et l’opposition
Le Conseil constitutionnel doit se prononcer vendredi sur la candidature contestée du chef de l'Etat sortant. L'opposition appelle à braver une interdiction de manifester. Le Sénégal est à la veille d'une journée tendue. Le Conseil constitutionnel doit se prononcer vendredi sur la nouvelle candidature controversée du chef de l'Etat Abdoulaye Wade à la présidentielle. La candidature du président sortant est jugée anticonstitutionnelle par ses opposants et la société civile. Parmi les principaux candidats figurent trois ex-Premiers ministres d'Abdoulaye Wade devenus opposants, Moustapha Niasse, Idrissa Seck et Macky Sall, ainsi qu'Ousmane Tanor Dieng, leader du Parti socialiste (PS). Candidat également, la ...
Lire l'article
Sénégal: Wade n’envisage pas la retraite
Sénégal: l’opposition promet un front commun face à Wade pour la présidentielle
Pour Wade, la contestation au Sénégal n’est qu’une «simple brise»
Sénégal: appel à un nouveau rassemblement, Wade juge les tensions “normales”
Sénégal/présidentielle : Juppé et Wade d’accord pour une alternance après 2012
L’opposition appelle à “résister” à Abdoulaye Wade au Sénégal
Sénégal: la candidature de Wade validée pour la présidentielle, un policier tué dans des violences
Le Sénégal s’embrase après le “coup de force” de Wade
Sénégal. Manifestation contre la candidature de Wade
La tension monte au Sénégal entre Wade et l’opposition


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 3 Fév 2012
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*