Socialisez

FacebookTwitterRSS

A Dakar, les étudiants sont contre Wade mais sans illusions

Auteur/Source: · Date: 4 Fév 2012
Catégorie(s): Afrique

Ils sont les fers de lance de l’opposition à Abdoulaye Wade, mais ont peu d’espoir sur leur avenir et celui du pays…

De notre envoyée spéciale à Dakar

Un site merveilleux, à première vue. Le campus de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar n’est qu’à quelques encablures de la mer. Et même en plein mois de février, le soleil est là et la température douce. Mais à y regarder de plus près, le rêve a vite fait de prendre des allures de misère. Ici, 70 000 étudiants viennent quotidiennement fréquenter les bancs d’une faculté, qui devrait accueillir sept fois moins de monde.

Les résidences sont miséreuses : murs lépreux, sanitaires vétustes, dortoirs surpeuplés. Les étudiants de Dakar ont le paysage, mais peu de moyens.

Les tags ont envahi les murs de la fac

Résultat, ces dernières semaines, ils comptaient parmi les fers de lance des manifestations contre Abdoulaye Wade et son projet de briguer un troisième mandat. De tous côtés, les jeunes disent leur colère.

«On ne peut pas prêcher la paix avec un couteau entre les dents», s’agace Awa Sow, étudiante en géographie, pour dénoncer les prises de position d’Abdoulaye Wade, qui, hier encore appelait au calme.

Les murs de la fac sont devenus un nouveau forum: Les tags ont fleuri partout, tracts électoraux indélébiles et marques de ces semaines d’affrontements politiques qui pourraient bien changer le cours de ce pays épargné jusqu’alors par les troubles politiques.

«Wade a beaucoup investi dans l’éducation»

La jeunesse sénégalaise est en colère. «C’est quoi ça? Un déjeuner, vraiment?», demande Moagatte Gaye, un étudiant d’anglais originaire de Saint-Louis, en montrant un bout de pain et un morceau de fromage glanés au restaurant universitaire.

Tous racontent les amphithéâtres bondés, le matériel manquant… jusqu’à l’absence de professeurs! Car, aujourd’hui, ce sont les enseignants qui sont en grève, sans cesse renouvelée depuis trois mois. Gréviste, le professeur Ibrahima Ndaye, reconnaît tout de même les efforts fournis par le gouvernement d’Abdoulaye Wade, en matière d’Education, ces dernières années: «Les étudiants ne paient que 5000 CFA [10euros environ] l’année pour les deux premiers cycles et nombre d’entre eux sont boursiers. Wade a mis beaucoup de moyens dans l’éducation».

«On ne peut plus voler les élections»

Ce n’est pas assez, dénonce la jeunesse sénégalaise, qui, elle, doit ensuite faire face au chômage, à un marché de l’emploi régi par les pistons et aux jobs sous-payés. En 2000, pourtant, elle était de celle qui avait «Le vieux», comme elle l’appelle maintenant, au pouvoir.

Et maintenant ? C’est fini! «Il n’aura pas ma voix, promet Ousseynou Gueye. Et il ne sera pas réélu», croit-il aussi savoir. «On ne peut plus voler les élections», affirme de son côté Ibrahima Ndaye, le professeur. Un premier tour sans encombre, cela peut-il suffire à panser les divisions ? Pas sûr. Le soupçon de fraude, déjà, semble s’être installé. «On n’en est pas à notre premier mort [mardi, un étudiant est décédé à l’issue de la manifestation]», prédit tristement Awa Sow.

Armelle Le Goff, envoyée spécial au Sénégal 


SUR LE MÊME SUJET
L’opposition du M23, une alliance hétéroclite contre Wade
Le coup d’envoi de la campagne présidentielle a été donné dimanche 5 février au Sénégal. D’un côté de l’échiquier politique, le président sortant Abdoulaye Wade. De l’autre, les différents courants d’opposition mobilisés au sein du Mouvement des forces vives du 23-Juin (M23). Une union anti-Wade mal comprise par les observateurs de la scène politique sénégalaise qui déplorent le manque de programme commun des candidats. Définitivement validée le 29 janvier par le Conseil constitutionnel malgré les recours déposés par sept candidats, la candidature de Wade, président depuis douze ans, est considérée comme un "coup d’Etat constitutionnel" par l’opposition. Limitant initialement le nombre ...
Lire l'article
Sénégal: Wade n’envisage pas la retraite
Le président sénégalais Abdoulaye Wade, candidat à sa propre succession, a affirmé aujourd'hui devant la presse que pour lui, "la retraite, ce n'est pas pour demain", après une tournée dans plusieurs quartiers de Dakar dans le cadre de sa campagne électorale. "Je suis très satisfait de constater que je suis encore très, très, très populaire" au Sénégal, a déclaré M. Wade sur le perron du palais présidentiel à la presse l'ayant suivi dans cette tournée dakaroise, qualifiée par son entourage de "visite de proximité". "C'est un plébiscite de la rue. (...) La retraite, ce n'est pas pour demain. Vous allez voir, ...
Lire l'article
Sénégal/présidentielle : Juppé et Wade d’accord pour une alternance après 2012
Le ministre français Alain Juppé, qui a souhaité un passage de générations à la tête du Sénégal, est sur la même longueur d'ondes que le président Abdoulaye Wade car ils évoquent tous les deux une alternance après la présidentielle de 2012, a affirmé jeudi la présidence sénégalaise. Contrairement à l'angle qu'on a voulu donner à ses déclarations mercredi devant les députés français, M. Juppé, chef de la diplomatie française, a voulu dire : +à partir de 2012, il faut que le président Wade pense à l'alternance générationnelle+, a déclaré le porte-parole de la présidence Serigne Mbacké Ndiaye à l'antenne de la ...
Lire l'article
Nouveaux affrontements à Dakar après le décès d’un manifestant
Les Sénégalais se rassemblent contre la candidature du chef de l'État sortant Abdoulaye Wade à l'élection présidentielle du 26 février. Les forces de sécurité sénégalaises sont de nouveau intervenues mercredi pour disperser plusieurs centaines de manifestants à Dakar, au lendemain de la mort d'un étudiant lors d'un rassemblement contre la candidature du chef de l'État sortant Abdoulaye Wade à l'élection présidentielle du 26 février. Des jeunes manifestants qui criaient "Wade démission !" ont incendié un bus sur l'une des artères principales de la capitale puis ont lancé des pierres sur les policiers, qui ont riposté avec des gaz lacrymogènes et des ...
Lire l'article
Présidentielle au Sénégal 2012 : troubles à Dakar après la validation de la candidature de Wade
Les réactions n'ont pas tardé après l'annonce par le Conseil constitutionnel de la validation de la candidature d'Abdoulaye Wade à la présidentielle de février et du rejet de celle du chanteur populaire Youssou N'Dour. De violentes altercations ont eu lieu dans la nuit de vendredi à samedi à Dakar et dans plusieurs villes du Sénégal entre manifestants et forces de l'ordre. La police affirme qu'un de ses membres a été tué dans ces affrontements. L'opposition dénonce un coup d'Etat institutionnel et appelle à manifester vers le palais présidentiel. Abdoulaye Wade est bien autorisé à briguer un troisième mandat. Les candidatures de ...
Lire l'article
Sénégal: la candidature de Wade validée pour la présidentielle, un policier tué dans des violences
La validation vendredi soir par le Conseil constitutionnel de la candidature du chef de l'Etat sénégalais Abdoulaye Wade à la présidentielle de février a provoqué une vague de violences dans plusieurs villes du Sénégal, dont sa capitale, Dakar, où un policier a tué. L'opposition a appelé pour sa part à "marcher sur le palais présidentiel dans les prochains jours" afin d'en "sortir Wade". Dès l'annonce de la validation de la candidature du président Wade et du rejet de celle du chanteur Youssou Ndour, des jeunes rassemblés depuis des heures Place de l'Obélisque, à Dakar, à l'appel de l'opposition ont jeté des pierres ...
Lire l'article
Le Sénégal s’embrase après le “coup de force” de Wade
Les violences à Dakar ont fait un mort après la validation de la candidature d'Abdoulaye Wade, qui brigue un troisième mandat présidentiel, bien que la Constitution limite le nombre de mandats possibles à deux. Youssou N'Dour, dont la candidature a été écartée, parle d'un "coup de force". Les premiers heurts ont éclaté dès vendredi soir à Dakar, puis dans plusieurs villes sénégalaises, avec l'annonce de la validation par le Conseil constitutionnel de la candidature d'Abdoulaye Wade à l'élection présidentielle. Une annonce d'autant plus mal perçue par les opposants au président que, parallèlement, la candidature du très populaire Youssou N'Dour était, elle, ...
Lire l'article
Sénégal. Manifestation contre la candidature de Wade
Les manifestations de Sénégalais hostiles à une nouvelle candidature du président sortant Abdoulaye Wade se sont étendues dans le pays dans la nuit de vendredi à samedi. Le Conseil constitutionnel a autorisé le chef de l’Etat à briguer sa propre succession le 26 février. La candidature du chanteur Youssou N’Dour a en revanche été écartée. Un policier a succombé à des blessures reçues à la tête lors d’échauffourées à Dakar hier, rapporte la télévision locale. Des journalistes de Reuters ont rapporté que de jeunes manifestants avaient incendié des piles de pneus et des voitures renversées. Wade : une candidature contestée Les adversaires de ...
Lire l'article
Karim Wade et sa famille vont porter plainte contre Robert Bourgi
Karim Wade, le fils du président Abdoulaye Wade, passe à la contre-attaque. Par RFI Après les nombreux propos tenus par l'ancien conseiller de l'Elysée Robert Bourgi pour les questions africaines, au sujet de valises d'argent qu'auraient donné « les Wade » à des dirigeants politiques français, le clan Wade a décidé de riposter comme il l’avait annoncé au lendemain des propos de Robert Bourgi. Karim Wade et sa famille ont déposé plainte contre Robert Bourgi pour diffamation et propos mensongers, au Sénégal et à Paris. Maître Jean-René Farthouat, ancien bâtonnier, l'un des grands avocats du barreau de Paris, affirme que les accusations ...
Lire l'article
Libreville, 15 septembre (GABONEWS) – Le président sénégalais, Abdoulaye Wade, a dressé mardi ses félicitations, via une note parvenue ce mardi à GABONEWS, à Ali Bongo Ondimba, président élu du Gabon. Actualité du :15/09/2009 « Suite à votre élection aux hautes charges de président de la République gabonaise, je voudrais vous adresser toutes mes félicitations. J’y ajoute les vœux ardents que je forme pour le succès de votre mandat», a écrit le président sénégalais Abdoulaye Wade. « Au peuple gabonais ami et frère, j’adresse mes souhaits les meilleurs de paix, de stabilité et ...
Lire l'article
L’opposition du M23, une alliance hétéroclite contre Wade
Sénégal: Wade n’envisage pas la retraite
Sénégal/présidentielle : Juppé et Wade d’accord pour une alternance après 2012
Nouveaux affrontements à Dakar après le décès d’un manifestant
Présidentielle au Sénégal 2012 : troubles à Dakar après la validation de la candidature de Wade
Sénégal: la candidature de Wade validée pour la présidentielle, un policier tué dans des violences
Le Sénégal s’embrase après le “coup de force” de Wade
Sénégal. Manifestation contre la candidature de Wade
Karim Wade et sa famille vont porter plainte contre Robert Bourgi
Gabon: Le président Abdoulaye Wade adresse ses félicitations à Ali Bongo Ondimba


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 4 Fév 2012
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*