Socialisez

FacebookTwitterRSS

Mort suspecte d’un étudiant à l’UOB

Auteur/Source: · Date: 5 Fév 2012
Catégorie(s): Education,Société

Gildas Armel Tchivounda, 30 ans, étudiant de master 2 en management du secteur public de la faculté de Droit et Sciences économiques, a été retrouvé mort hier à 10h, dans sa chambre du pavillon A, au campus de l’université Omar Bongo de Libreville.

Gildas Armel Tchivounda qui logeait seul dans sa chambre depuis un an, était le vice-concierge du pavillon A de la cité universitaire de l’UOB. Il a été trouvé mort, vêtu et étendu à plat-ventre sur son lit ; le cahier des cours ouvert comme s’il avait passé quelques heures de révision avant de trépasser ; une facture de prise de tension à la main ; un sachet contenant des médicaments sur sa table d’études laissant penser qu’il était soumis à un traitement médical. On pouvait observer également au sol, une mare de sang qui découlait de la bouche et du nez.

Tout porte à croire, au regard de ces éléments trouvés sur les lieux du drame, que le vice- concierge Armel était souffrant d’une maladie qui reste jusqu’ici inconnue, et aurait rendu l’âme plusieurs heures avant la découverte de son corps. Selon les témoignages recueillis auprès de ses voisins du pavillon, Armel Tchivounda ne présentait aucun signe de maladie. ‘’On a veillé mardi jusqu’à 1 heure du matin après le match Gabon-Tunisie. Mercredi à midi je l’ai vu. Et il n’était pas malade’’ ont affirmé certains étudiants du pavillon. Avant d’ajouter que ‘’ C’est quelqu’un qui parlait beaucoup. S’il était souffrant, il l’aurait dit au moins à ces proches’’.

A en croire l’un de ses compagnons qui a requis l’anonymat, Armel n’a plus fait signe de vie depuis mercredi dernier.’’ On avait rendez-vous mercredi vers 10h. Mais ce matin, j’ai cogné chez lui en sortant, il n’a pas répondu. A mon retour le soir, j’ai aussi cogné, mais en vain’’ a-t-il signifié. L’étudiant a été retrouvé mort par l’un de ses frères du village qui venait le voir hier matin et qui possédait le double des clés de sa chambre.’’ Quand je suis arrivé, j’ai introduit la clef mais elle tournait dans le vide. J’ai dû insister pour que la porte s’ouvre. De là j’ai trouvé mon frère mort dans cette même position et une lettre sous la porte, que son ami Firmin avait écrite pour lui demander de réagir afin de rompre le silence’’. Cette lettre qui avait déjà été déplacée et mise sur la table de travail de Gildas Armel Tchivounda, était écrite sous ces termes : “C’est ton petit Firmin, j’ai été appelé depuis 6heures par les parents de Mayoumba. Il y a ta maman et tes parents qui sont inquiets du silence observé de ta part. Depuis ce matin, il y a des pleurs des rassemblements de la famille (…) je cogne chez toi mais sans suite. Merci pour ta bonne compréhension’’ Signé, Firmin.

Cette lettre aurait été écrite, hier matin par un des amis du disparu après avoir constaté le long silence de leur ami Armel. Du côté des autorités du Centre National des Œuvres Universitaires(CNOU) de Libreville, l’hypothèse de la maladie n’est pas à écarter. Car pour le directeur du CNOU, Aubert Ndjila, les indices trouvés sur les lieux montrent qu’il était souffrant. Cependant, il a déploré le manque de vigilance de la part des étudiants résidants qui, il faut le souligner, ne sont plus nombreux sous le campus à cause des vacances. Cependant, nous sommes surpris a-t-il affirmé, car l’’étudiant ne s’est jamais rapprocher ni du centre de santé de l’UOB ni de l’infirmière qui loge dans l’autre pavillon du campus. Il a choisi de se faire consulter à l’extérieur, car il avait à ses côtés des médicaments et un reçu de prise de tension.

Toutefois, plusieurs interrogations demeurent dans cette mort suspecte. Comment comprendre qu’au moment où tous les étudiants sont en vacances, Armel qui semblerait être malade se trouve plongé dans une révision des cours, alors qu’il n’y a ni devoirs en vue, ni session programmée ? Aussi, comment expliquer que son frère du village soit en possession du double des clefs de la chambre d’Armel ? Espérons que l’autopsie qui sera pratiquée sur Armel permettra de déterminer les causes de sa mort. Et que l’enquête amorcée par le parquet de la République permettra d’avoir des réponses aux nombreuses interrogations des étudiants sur la mort de celui qui était leur concierge. 


SUR LE MÊME SUJET
L’affaire Lena Marcelle Mouketou, du nom de l’étudiante de 24 ans, retrouvée morte, le 17 décembre dernier, non loin de la Fondation Jeanne Ebori vient de connaître un nouveau rebondissement. L’enseignant de Psychologie, Jacques-Alain Bitsi, qui l’avait invitée dans un restaurant situé non loin du lieu de la découverte macabre, a été placé sous mandat de dépôt, la semaine dernière. Cette procédure fait suite aux conclusions de l’autopsie pratiquée par le Dr Jean Ndzigué Mba, expert près la Cour d’Appel de Libreville, lesquelles ont mis en exergue l’assassinat de la jeune femme. Bien que les conclusions de l’autopsie ne rencontrent ...
Lire l'article
La circulation a été encore perturbée samedi matin au niveau de l'Université Omar Bongo (UOB) de Libreville, au moment où sortait de l'enceinte de l'institution, après avoir reçu l'hommage de la communauté universitaire, la dépouille de l'étudiant Seraige Maganga Ditengou, mortellement fauché par un véhicule, le vendredi 11 juin dernier. Samedi dernier, les étudiants avaient érigé des barricades à l’entrée principale de l’unviersité, pour exprimer leur colère suite au décès de Seraige Maganga Ditengou, alias Stakys, étudiant au département de géographie. Fauché par un véhicule aux environs de 2H00 du matin, alors qu’il rentrait d’une veillée mortuaire à bord de son ...
Lire l'article
Après l’accident qui a causé la mort de l’étudiant Serge Ditengou Maganga, inscrit en master au département, et suite à la colère des étudiants, le recteur de l’Université Omar Bongo (UOB), Pierre Nzinzi est monté au créneau dimanche pour appeler les uns et les autres au calme et à la poursuite des activités académiques au sein du campus. Selon des informations reçues des témoignages, l’étudiant Serge Ditengou Maganga qui était inscrit en master professionnel en Aménagement du territoire, au département de géographie de l’Université Omar Bongo de Libreville, a été mortellement fauché sur son scooter, dans la nuit de vendredi ...
Lire l'article
Le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba s’est dit très touché par le décès de l’étudiant Wilfried Mebiame dont le corps sans vie a été retrouvé dans le canal de St-Denis en région parisienne, a annoncé vendredi, le porte-parole de la présidence, Guy Bertrand Mapangou. ‘’Le président de la République s’est dit très touché par cette disparition et présente ses condoléances les plus émues à la communauté estudiantine de France ainsi qu’à la famille éplorée’’, a déclaré M. Mapangou au cours de son point de presse hebdomadaire portant sur le compte rendu des activités du chef de l’Etat. Selon le porte-parole ...
Lire l'article
PARIS - Les autorités françaises ne sont pas informées d'une mort du président gabonais Omar Bongo Ondimba et ne sont pas à l'origine de l'information relative à son éventuel décès, a indiqué dans la nuit de dimanche à lundi le ministère français des Affaires étrangères. "Les autorités françaises démentent être à l'origine de l'information relative à l'éventuel décès du président Bongo dont elle ne sont pas informées", a déclaré un porte-parole du Quai d'Orsay. Annoncée sur le site internet de l'hebdomadaire Le Point, l'information du décès du président gabonais n'a pas été confirmée officiellement à Paris ou à Libreville. Une source proche ...
Lire l'article
Noel Maganga, un étudiant gabonais, inscrit en première année d’économie à l’Université russe de l’Amitié des peuples à Moscou, a été violemment poignardé le 17 janvier dernier lors d’une embuscade tendue par des bandits. Transporté à l’hôpital, son état est toujours préoccupant mais stable. La recrudescence des agressions à l’encontre des étudiants étrangers, et noirs en particulier, laisse penser à l’hypothèse d'une agression raciste. Malchance ou agression raciste ? Un ressortissant gabonais suivant son cursus universitaire en première année d’économie à l’Université de l’Amitié des peuples à Moscou, en Russie, a été sauvagement agressé le 17 janvier dernier en pleine ...
Lire l'article
A l’ouverture de la seconde session ordinaire du Parlement le 1er septembre à Libreville, le président du Sénat, René Radembino Coniquet, a annoncé que le gouvernement gabonais avait transmis à son institution le projet de loi portant abolition de la peine de mort au Gabon. L’examen du texte par les sénateurs devrait constituer la dernière étape avant la promulgation de cette loi proposée il y a près d’un an par le gouvernement. Après avoir été soumis à l’examen des députés de l’Assemblée nationale, le projet de loi portant abolition de la peine de mort au Gabon est sur la table ...
Lire l'article
Ulrich Moubikou Moubikou, plus connu sous le pseudonyme de « Miguel », étudiant en master 1 sociologie, par ailleurs vice concierge intérimaire du pavillon F, a été, selon des informations rapportées à GABONEWS, retrouvé mort sur son lit en cité universitaire vendredi dernier en début de soirée. Les causes de ce décès n’ont pas encore été élucidées. Toutefois, d’après les proches du défunt avec qui il aurait passé toute la matinée du vendredi, il ne présentait aucun malaise et ne se serait jamais plaint d’un quelconque mal. « Nous avons passé la matinée ensemble. C’est aux environs de midi ...
Lire l'article
Le président du parti démocrate de l'Arkansas (sud), victime mercredi d'une fusillade, est mort des suites de ses blessures, ont annoncé Bill et Hillay Clinton dans un communiqué. "Nous sommes profondément attristés par la mort de Bill Gwatney", a indiqué dans un communiqué le couple Clinton. Bill Gwatney, victime d'une fusillade dans le local du parti démocrate de l'Arkansas à Little Rock, était un ami personnel des Clinton. L'ancien président américain a été gouverneur de l'Arkansas et Mme Clinton avait bénéficié de son soutien pendant la campagne des primaires démocrates. Bill Gwatney avait été touché de plusieurs balles peu avant midi (17H00 GMT) ...
Lire l'article
Franck Effoné, un étudiant d'origine gabonaise âgé de 26 ans, s'apprêtait à passer ses examens pour sa troisième année de droit quand il a été interpellé. Son arrestation par les policiers s'est produite, lundi, lors d'un contrôle d'identité. « Nous étions en voiture, rue de la Marne, lundi, vers 18 h Les policiers sont arrivés », raconte un étudiant qui se trouvait avec lui. « Nous étions dans une voiture immatriculée en Allemagne. Ils ont voulu faire des vérifications. Après, ce n'était plus la voiture qui posait problème, c'était sa situation. » Franck a été placé en garde à vue, lundi ...
Lire l'article
Affaire Lena Marcelle Mouketou: Le professeur suspecté en prison
Dernier hommage de l’UOB à un étudiant décédé accidentellement vendredi 11 juin
Après la mort accidentelle d’un étudiant, les responsables de l’UOB lancent des appels au calme
Ali Bongo Ondimba attristé par le décès d’un étudiant gabonais en France (Porte-parole de la présidence)
Gabon: Les autorités françaises pas informées d’une mort de Bongo, dit le Quai d’Orsay
Russie : Un étudiant gabonais poignardé à Moscou
Gabon : Le Sénat planche sur l’abolition de la peine de mort
Gabon: Un étudiant retrouvé mort dans sa chambre sur le campus de l’UOB
Etats-Unis: mort du président du parti démocrate d’Arkansas, victime d’une fusillade
France (Poitiers) : Un étudiant gabonais arrêté la veille de ses examens


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 5 Fév 2012
Catégorie(s): Education,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*