Socialisez

FacebookTwitterRSS

Déclaration de Mike Jocktane sur sa tentative de Kidnapping

Auteur/Source: · Date: 7 Fév 2012
Catégorie(s): Lamentations,Politique

Je me présente à vous aujourd’hui comme un homme harcelé par le pouvoir en place. Un homme traqué qu’on chercherait même à éliminer physiquement. Pourtant, je ne crois pas avoir posé des actes qui méritent que je sois traité de la sorte par les forces de police diligentées par le pouvoir en place. Mais les faits sont là.

Je suis Mike Steeve Jocktane, citoyen gabonais, évêque consacré le 22 mars 2003 sous les auspices des archevêques Nicholas Duncan Williams et John Hackman de Trans Atlantic and Pacific Alliance of Churches basé à Londres (Grande-Bretagne).

Par ailleurs, j’ai occupé des fonctions politiques auprès de feu le Président Omar Bongo Ondimba jusqu’à son décès. En 2005, j’ai été nommé Conseiller Personnel, puis en Janvier 2009, Directeur adjoint du cabinet civil du Président.

Lors des élections présidentielles d’août 2009, j’ai librement choisi de soutenir la candidature de Monsieur MBA OBAME André pour plusieurs raisons dont les principales sont les suivantes :
•Le Président Omar BONGO ONDIMBA m’a laissé entendre, à l’instar de plusieurs autres personnes très proches, qu’il ne souhaitait pas voir son fils lui succéder au pouvoir ;
•Je savais qu’Ali Bongo Ondimba, que je connais bien, ne pouvait pas gagner les élections de manière régulière. Or, j’ai fait le choix de l’instauration d’une vraie démocratie au Gabon, c’est-à-dire, autodétermination du peuple, élections crédibles, institutions fortes ;
•A mes yeux, André Mba Obame, avec qui j’ai développé une amitié sincère au cours des dernières années, était la personne capable de présider aux destinés du Gabon de façon à créer les conditions d’un Gabon où il fasse bon vivre pour tous et ou la bonne gouvernance politique serait de mise. J’ai choisi la personne qui de mon point de vue peut mieux mettre en œuvre la démocratie au Gabon.

Ainsi, mon soutien à André MBA OBAME, mon appartenance à l’Union Nationale et mes déclarations dans un livre sur les relations françafricaines me valent depuis un an le courroux du régime en place. Cela va du harcèlement judiciaire aux menaces sur mon intégrité physique, à des violences morales dont mon épouse et mes enfants ont été eux aussi l’objet à la fin du mois de janvier 2011, lorsque après l’acte politique posé par André MBA OBAME, le 25 janvier, j’ai, comme de nombreux Gabonais, dénoncé la batterie de mesures iniques voire illégales à l’encontre de l’Union Nationale et de ses responsables réfugiés au PNUD, du 25 janvier au 27 février de cette même année.

Chronologiquement, je peux énumérer les faits suivants :
•Le 30 Janvier 2011: Une vingtaine d’hommes en armes assiègent mon église aux environs de 10h pour m’interpeller. A la fin du culte, n’ayant pas pu mettre la main sur moi, ils brutalisent des fidèles et arrêtent trois personnes : mon épouse, la révérende Nadia Jocktane, Monsieur Christian Gondjout et Eric Mouloungui. Ces personnes seront relâchées le lendemain aux environ de 11h00.
•Le 2 février 2011: Une équipe de 8 hommes armés se disant de la police escaladent la barrière de mon domicile aux environs de 20H30. Ils intimident mon épouse et mes enfants avec leurs armes et procèdent à une fouille de mon domicile. Ils kidnappent ensuite mon épouse avant de la relâcher quelques heures plus tard.
•Le 6 Février 2011: Mon épouse et mes enfants sont empêchés de voyager sur Paris par un vol de la RAM. Les agents en service à la Police de l’air et des frontières ont affirmé agir sur instructions du Ministre de l’intérieur.
•1 au 4 mars 2011. Je me suis présenté de moi-même à la Police Judiciaire où j’ai été mis en garde à vue pendant 4 jours.
•Le 13 septembre 2011 je suis empêché de voyager vers le Nigéria par la Police de l’Air et des Frontières
•Le 2 décembre 2011. Maitre Nkéa, membre du bureau politique du PDG, avocat de l’état gabonais disant agir sur instructions annonce le dépôt d’une plainte pour atteinte à la dignité de l’État et la délivrance d’un mandat d’arrêt international.

Le harcèlement judiciaire auquel je fais référence plus haut concerne les accusations infondées contre ma personne pour une pseudo participation à une manifestation à laquelle j’aurais pris part et lors de laquelle une voiture de police aurait été incendiée, un policier aurait été frappé par des participants. L’ensemble de tous ces actes aurait causé un trouble à l’ordre public dont je serais l’instigateur. Je précise que je n’ai pas participé à cette manifestation et par conséquent aucun de ces faits ne peut m’être imputable.

Le procès qui tient lieu de jugement des faits relatés plus haut à débuté le 19 janvier 2012 dans une ambiance de haine, et de règlement de comptes par un tribunal et un procureur manifestement aux ordres pour me placer en détention, quelle que soit l’issue du procès. Et c’est dans cet esprit que malgré le renvoi de l’audience au 2 février 2012, le procureur de la république a voulu que je sois arrêté séance tenante n’eut été la vigilance de mes avocats qui m’ont enjoint à partir au vu des menaces.

Dernier fait en date : dimanche 5 février dernier, au sortir du culte, aux environs de 14h, pour rentrer chez moi, j’ai pris place dans le véhicule de Monsieur et Madame Paul-Marie Gondjout. C’est alors qu’au niveau du Palais présidentiel, nous sommes abordés par des éléments qui se présentent comme étant des agents de la police judiciaire. Ne comprenant pas le motif de cette interpellation, soutenu par Monsieur et Madame Paul-Marie Gondjout, j’ai refusé de les suivre en leur proposant de me convoquer aux heures ouvrables de la semaine sur la base d’une convocation en bonne et due forme.

Suite à cela, ces agents de la police judiciaire se sont opposés, ont braqué leurs armes sur moi et sur Monsieur et Madame Paul-Marie Gondjout.

Ayant constaté que les policiers ne pouvaient présenter de mandat et n’ayant pas décliné leurs identités ainsi que le commande l’usage en pareil circonstance, Monsieur Gondjout a redémarré le véhicule. Nous avons alors constaté que les policiers avaient fait appel à du renfort et que notre véhicule était pris en chasse par trois autres véhicules d’agents armés (une Nissan, une Dacia et un taxi). La course-poursuite engagée par les policiers va se faire sur le bord de mer et des accidents ont été évités de justesse. D’abord au niveau du lycée LEON MBA puis au Lycée Paul Gondjout où notre véhicule a percuté celui d’un diplomate français.

Par la suite, mon avocat, a téléphoné au procureur de la République et au patron de la police judiciaire pour exiger des explications sur les méthodes cavalières des policiers. Ceux-ci ont répondu ne pas être au courant de ces agissements.

J’ai demandé à mes Avocats de porter plainte contre la Police Judiciaire pour tentative d’enlèvement et de séquestration. Nous nous devons de savoir qui sont les donneurs d’ordre d’actes aussi scandaleux.
Puisqu’il s’agit bien d’agent de la police judiciaire, je déplore que notre pays soit devenu un État-policier avec pour unique règle la loi de ceux qui possèdent des armes. A l’heure où dans le monde entier les polices s’orientent vers des actions de proximité, plus proche et à l’écoute des citoyens, une certaine police gabonaise se singularise par le non respect de la loi, des droits de l’homme et de la déontologie qui lie le policier à son service pour la nation.

C’est le lieu ici pour moi, d’interpeler Madame Réténo, ministre de la justice et Monsieur Ndongou, ministre de l’intérieur afin que toute la lumière soit faite sur cette affaire.

En réalité, l’attitude du pouvoir PDG vise à inviter insidieusement le Gabon dans la campagne présidentielle française. Dans quel but ? Qui a des comptes à régler avec qui et pourquoi ?

Ce que j’ai dit, je le maintiens car tous le peuple Gabonais le sait. Il s’agit d’un secret de polichinelle. Pourquoi tant d’agitation au Gabon autour de cette affaire alors qu’en France on observe une totale indifférence de la part des autorités en place ?

Dans quel pays nous trouvons-nous pour devoir craindre d’être kidnappé à chaque coin de rue ou même de chez soi tout simplement parce qu’on n’est pas d’accord avec le pouvoir en place ?

Ce questionnement n’est pas valable pour moi seul. Il l’est pour tous les citoyens gabonais qui souhaitent le meilleur pour eux et le pays et qui sont désireux d’une réelle alternance politique.

Arrêtons de nous voiler la face et affrontons les démons. En tant qu’homme d’Église, je sais de quoi je parle. « La justice de Dieu élève une nation mais le péché fait la honte des peuples.

Mike Jocktane
Libreville, Gabon 


SUR LE MÊME SUJET
Gabon: l’évêque Mike Jocktane, opposant politique, dénonce le harcèlement dont il fait l’objet
L’évêque, Mike Jocktane qui est également un activiste politique de l’opposition, est sorti de sa réserve. Il a animé mardi 7 février 2012, une conférence de presse pour dénoncer le harcèlement policier et judiciaire dont il serait l’objet. « J’ai donné instruction à mes avocats de déposer une plainte contre la police judiciaire ». C’est le premier message livré à la presse par l’évêque Mike Jocktane. L’homme de Dieu devenu très actif dans la politique, affirme avoir été victime d’une tentative d’enlèvement par des personnes se présentant comme des agents de la police judiciaire. Les présumés policiers souhaitaient l’entendre dans une ...
Lire l'article
Communiqué: Le BDP-Modwoam condamne la tentative d’enlèvement de l’évêque Mike Jocktane
Des sources variées proches de l'évêque Mike Jocktane rapportent la tentative faite ce jour par les autorités gabonaises soit d'arrêter, soit d'enlever incognito l'évêque Mike Jocktane. Mike Jocktane est en effet persécuté depuis novembre dernier par le régime des Bongo pour avoir confirmé, dans un livre récemment publié en France par les journalistes français Xavier Harel et Thomas Hofnun sous le titre Le scandale des biens mal acquis, le financement occulte de la campagne du président français Nicolas Sarkozy par le défunt dictateur du Gabon Omar Bongo. Suite aux déclarations de Mike Jocktane dans ledit livre, le régime avait décidé de ...
Lire l'article
Nouvel épisode du feuilleton judiciaire Mike Jocktane
La défense de l’Évêque et opposant Mike Jocktane, appelé à comparaitre le 2 février, pour trouble à l’ordre public à l’occasion d’une manifestation en janvier 2011, a demandé la récusation du tribunal et obtenu le report du procès. Attendu pour ce jeudi 2 février, le procès de l’Évêque Mike Jocktane a enregistré un nouveau rebondissement. La défense du religieux devenu opposant a requis la récusation du tribunal et obtenu le report du procès sine die. Proche de l’opposant André Mba Obame et membre de l’Union nationale (UN), parti politique interdit et passé à la clandestinité, Mike Jocktane est poursuivi pour soupçons ...
Lire l'article
Poursuivi pour trouble à l’ordre public, Mike Jocktane n’était finalement pas à la barre la semaine dernière comme convenu. Le procès du militant de l’ex Union nationale a finalement été reporté au 19 janvier 2012 à la demande du conseil du prévenu. Initialement prévu la semaine dernière au Tribunal de première instance de Libreville, le procès de Mike Jocktane a été reporté au 19 janvier 2012 à la demande du conseil du prévenu. Le militant de l’ex parti de l’opposition, l'Union nationale, par ailleurs fondateur de l’église «Christ révélé aux nations», est poursuivi pour trouble à l’ordre public après avoir participé ...
Lire l'article
L'Etat gabonais a porté plainte lundi pour "outrage à la République" contre Mike Jocktane, ancien conseiller du défunt président Omar Bongo passé à l'opposition, qui affirme que ce dernier a contribué au financement de la campagne du candidat Sarkozy en 2007. "Nous avons porté plainte pour outrage à la République", a déclaré à l'AFP Me Francis Nkea, affirmant représenter la présidence gabonaise et le Trésor public gabonais. L'avocat a précisé que la plainte visait uniquement M. Jocktane, ancien ministre de l'Intérieur d'Omar Bongo, mais qu'il "envisage une plainte contre l'éditeur (La découverte) et les auteurs du livre" +Le scandale des biens mal ...
Lire l'article
Déclaration du Dr. Daniel Mengara sur l’affaire Jocktane : “Mike Jocktane était l’un des porteurs de mallettes d’Omar Bongo”
Le tollé médiatique provoqué par les révélations de Mike Jocktane dans le livre des journalistes français Xavier Harel et Thomas Hofnung, livre sorti cette semaine sous le titre Le scandale des biens mal acquis, m'amène aujourd'hui à prendre la parole sur ce sujet, notamment sur la question relative à la crédibilité du pasteur Mike Jocktane. Quand il s'agit de juger de la crédibilité ou non de Mike Jocktane, je crois être l'une des rares personnes au monde à pouvoir en certifier, preuves à l'appui. Comme je l'ai souvent écrit sur le site du mouvement en exil "Bongo Doit Partir" (BDP), dont je ...
Lire l'article
Suite aux déclarations de M. Mike Jocktane, relayées par des médias internationaux, Mme Pascaline Bongo Ondimba a tenu à réagir par le biais d’un communiqué de presse dont GABONEWS vous livre l’intégralité : COMMUNIQUE DE PRESSE Dans un livre à paraître, M. Mike JOCTANE, ancien Directeur de Cabinet Adjoint de Feu le Président Omar BONGO ONDIMBA, affirme que le Président Omar BONGO ONDIMBA aurait contribué au financement de la campagne du candidat Nicolas SARKOZY à l’élection présidentielle française de 2007. Je voudrais, à cet effet, exprimer ma profonde indignation devant la légèreté de ces allégations, aussi grossières que mensongères et irresponsables. Ayant été ...
Lire l'article
Pascaline Bongo Ondimba, fille ainée et ancien Directeur de cabinet de Omar Bongo Ondimba, a réagit aux déclarations de Mike Jocktane, Évêque pentecôtiste, ancien directeur adjoint de cabinet en janvier 2009, qui a affirmé dans un livre à paraître ce 24 novembre 2011 que «le président Omar Bongo Ondimba aurait contribué au financement de la campagne du candidat Nicolas Sarkozy à l’élection présidentielle française de 2007». A travers le communiqué ci-après publié in extenso, la grande sœur d’Ali Bongo exprime sa «profonde indignation» devant ce qu’elle qualifie d’allégations grossières, mensongères et irresponsables. Dans un livre à paraître, monsieur Mike ...
Lire l'article
Gabon: la fille d’Omar Bongo dément les accusations de Mike Jocktane
Pascaline Bongo, ancien directeur de cabinet et fille d'Omar Bongo, a démenti "formellement" mercredi la contribution du défunt président gabonais à la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy dont l'accuse un de ses anciens conseillers. "Je tiens à démentir formellement (les) propos sans fondement ni connexion avec la réalité" de Mike Jocktane, ancien conseiller du président gabonais passé à l'opposition, qui "affirme que (...) Omar Bongo aurait contribué au financement de la campagne du candidat Sarkozy en 2007", a indiqué Pascaline Bongo dans un communiqué. La fille d'Omar Bongo a exprimé sa "profonde indignation devant la légèreté de ces allégations, aussi ...
Lire l'article
Membre de la cellule mobilisation et logistique de l’Union nationale (UN, opposition), l'évêque Mike Jocktane parle de la crispation politique au Gabon dans cette interview accordée à abidjandirect.net. Pour cet homme de Dieu, «l’heure est à l’émancipation des peuples et personne ne pourra plus stopper cette profonde mutation». Quelles sont les origines de la crise gabonaise ? «L’origine de la crise, c’est le contentieux électoral de 2009. C’est très simple. Ali Bongo Ondimba n’a pas gagné les dernières élections Présidentielle. Il le sait, nous le savons, les Gabonais le savent et même la communauté internationale le sait. Il s’est ...
Lire l'article
Gabon: l’évêque Mike Jocktane, opposant politique, dénonce le harcèlement dont il fait l’objet
Communiqué: Le BDP-Modwoam condamne la tentative d’enlèvement de l’évêque Mike Jocktane
Nouvel épisode du feuilleton judiciaire Mike Jocktane
Gabon : Quelques jours de sursis pour Mike Jocktane
Gabon – L’Etat gabonais porte plainte contre Mike Jocktane
Déclaration du Dr. Daniel Mengara sur l’affaire Jocktane : “Mike Jocktane était l’un des porteurs de mallettes d’Omar Bongo”
Allégations Mike Jocktane : Réaction de Pascaline Bongo Ondimba
Gabon : Pascaline Bongo Ondimba réagit aux propos de Mike Jocktane
Gabon: la fille d’Omar Bongo dément les accusations de Mike Jocktane
Gabon : «La dernière révision constitutionnelle est la provocation de trop», pense Mike Jocktane


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 7 Fév 2012
Catégorie(s): Lamentations,Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*