Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : le blues des petites entreprises

Auteur/Source: · Date: 7 Fév 2012
Catégorie(s): Développement,Economie

Au Gabon, pas facile d’être une PME ! La faute, d’une part, à des procédures complexes d’attribution des marchés, Et, d’autre part, à la lentuer de l’État à honorer ses factures.

À la suite du décès de son père, en septembre 2011, Kassanault Bussamb a hérité d’Afric Construction (Afco), une PME gabonaise spécialisée dans le BTP. Mais il envisage de se désengager du secteur : « C’est trop difficile. Généralement, dans le BTP, les marchés se passent par affinités, et moi, je n’ai pas le carnet d’adresses de mon père. » Et force est de constater que, quand il y a un appel d’offres, son entreprise de 20 salariés ne fait pas le poids face aux groupes étrangers. Avant sa disparition, Dieudonné Bussamb avait remporté le marché de construction d’un bâtiment pour la police nationale. Mais depuis le rejet de sa demande de financement par les banques, son jeune repreneur de fils frise la déprime et envisage de se lancer dans la restauration rapide.

Dépôts de bilan, changements de statut… Les PME ont du mal à trouver leur place dans un environnement difficile. L’État a pourtant tenté de favoriser l’expansion des entreprises nationales en leur réservant 20 % des marchés publics, mais les conditions fixées par la loi sont encore trop complexes. « Pour 2012, nous demandons au gouvernement d’alléger les procédures d’attribution des marchés pour nous permettre de survivre », indique Pierre Obiang, patron de l’Office gabonais de bâtiment et de construction (Ogabac), dont le chiffre d’affaires annuel est de 500 millions de F CFA (760 000 euros).

Actuellement, s’il veut répondre à un appel d’offres pour un marché d’un montant de 200 millions de F CFA, un entrepreneur doit déposer une caution de garantie s’élevant à 2 % du montant du marché, soit 4 millions de F CFA. En cas de succès de son offre, il doit encore s’acquitter, en tant qu’adjudicataire, d’une autre provision de 5 % (soit 10 millions de F CFA supplémentaires) afin de garantir l’exécution du marché, avant d’espérer bénéficier de l’avance de démarrage payée par l’État.

Or la plupart des jeunes entrepreneurs n’ont pas de fonds propres suffisants pour autofinancer leurs projets. Ce qui les conduit à solliciter le concours des banques, pour la plupart frileuses. Quant aux établissements spécialisés, comme les guichets du Fonds d’expansion et de développement des PME (Fodex) ou la Banque gabonaise de développement (BGD), ils exigent un dossier comprenant une étude de marché, trois bilans certifiés, des prévisions d’exploitation sur trois à cinq ans… Parfois, une étude de la rentabilité de l’investissement projeté est également demandée. Vient ensuite l’examen des garanties. Ces dernières tiennent autant à des flux de trésorerie générés par le projet lui-même en remboursement des échéances de crédit qu’à des biens réels : immeubles bâtis ou non, machines, loyers existants, nantissements des comptes de dépôt à terme, assurance vie, etc.

Parcours du combattant

Après l’exécution du projet, le parcours du combattant se poursuit. Et Dieu sait que le recouvrement des créances n’est pas aisé aux guichets du Trésor public… « Je traîne encore une facture de décembre 2010, qui demeure impayée à ce jour », se plaint Pierre Obiang. Quand l’équilibre des comptes publics le permet, le gouvernement paie une partie de la dette intérieure, parfois avec l’appui des banques locales. Une bouffée d’oxygène pour les PME, qui peuvent alors relancer leurs activités.

Si un petit nombre d’entre elles ont bénéficié des travaux préparatifs de la Coupe d’Afrique des nations 2012 (coorganisée par la Guinée équatoriale et le Gabon du 21 janvier au 12 février), la plupart comptent accroître leur volume d’activités grâce au vaste programme engagé par le gouvernement l’an dernier pour doter le pays d’infrastructures et de logements sociaux. Là encore, les PME du BTP devront se frotter aux plus importantes entreprises du secteur, à l’instar de la Socoba, de Jean-Claude Baloche, ou de la Socofi, de la famille Hejeij. 


SUR LE MÊME SUJET
La Direction Générale des Marchés Publics (DGMP) invite toutes les entreprises à bien vouloir se faire enregistrer dans ses locaux situés au 4ème étage de l’Immeuble Arambo de Libreville, aux fins de mieux encadrer leur accès à la commande publique pour l’année 2012. Indique un communiqué officiel. A cet effet, elles devront fournir : une demande d’enregistrement signée par le gérant de l’Entreprise ; la fiche circuit ; les statuts. Les Entreprises domiciliées à l’Intérieur du pays peuvent faire parvenir lesdits documents à l’adresse suivante : Direction Générale des Marchés Publics Immeuble Arambo, 4ème étage, porte 415, BP : 4042/Libreville, téléphone 795687/795527/795560 NB : Cet ...
Lire l'article
Mme Augustine Faessel, Directrice d’une Petite et moyenne entreprise (PME), dénommée ''Yombé II'', spécialisée dans le transport des hydrocarbures à travers la ville de Port-Gentil, la capitale économique gabonaise (ouest), a dénoncé, jeudi, la part belle faite aux entreprises appartenant à des étrangers dans l’attribution des marchés. ’’Que faire lorsque les entreprises majors nous refusent des marchés et choisissent de travailler avec les petites unités économiques appartenant à des étrangers’’, s’est interrogée Mme Faessel, au cours d’un entretien avec un journaliste de l’AGP. Augustine Faessel s’est dit scandalisée qu’une petite unité économique, concurrente de sa structure, appartenant à un non-Gabonais, obtienne ...
Lire l'article
Depuis quelques temps, les coupures des pièces de monnaies de 5 et 10 voire 25 francs CFA ne sont plus acceptées par les boutiquiers du quartier et autres taximen qui les refusent sans aucune forme de procès. « J’ai constaté que les pièces de 5 et 10 francs CFA sont rejetées par les boutiquiers du quartier sans qu’on ne sache le pourquoi. En plus, eux-mêmes, ils sont dans l’incapacité de nous l’expliquer », témoigne Narcisse Yossangoye (habitant du quartier Nzeng-Ayong) dans le 6ème arrondissement de la commune de Libreville. « Hier j’ai envoyé l’enfant avec 125francs CFA (une pièce de 100F, ...
Lire l'article
Les opérateurs du Lodge Loango, SCD Aviation et Africa’s Eden, avaient bénéficié le 13 août d’un référé devant le tribunal de Port-Gentil contre l’Agence nationale de l’aviation civile (ANAC). Suite au report répété du verdict de cette démarche, SCD Aviation s’interroge sur la volonté de la justice gabonaise à régler le différend qui l’oppose à l’ANAC depuis plus d’un an. La compagnie aérienne SCD Aviation s’est fortement prononcée sur l’attitude du tribunal de Port-Gentil dans la gestion du différend qui l’oppose l’Agence nationale de l’aviation civile (ANAC). « L’ANAC est-elle plus efficace à contrôler la justice gabonaise qu’à ...
Lire l'article
En perspective de la tenue prochaine à Libreville, des « Journées Economiques Gabono-Marocaines », le Secrétaire d’Etat aux Affaires Etrangères du Maroc, Monsieur Mohammed Ouzzidine, a été reçu en audience, ce vendredi en début de matinée, par le ministre gabonais des Petites et Moyennes Entreprises, Jean Félix Mouloungui, à l’effet de poser les jalons de cet évènement inédit qu’abritera le Gabon, a constaté GABONEWS Cette audience s’inscrivait dans le registre des travaux préparatoires des « Journées Economiques Gabon-Marocaines », programmées pour se tenir dans la capitale gabonaise à Libreville, les 21 et 22 mai 2010, répondant ainsi à la politique volontariste ...
Lire l'article
La nouvelle structure syndicale dénommée Syndicat de la petite et moyenne entreprise gabonaise (SYPEMEG) a été officiellement présentée aux opérateurs économiques nationaux, à la presse nationale et internationale ce jeudi à Libreville, a constaté un reporter de GABONEWS. Cette structure syndicale composée uniquement de petites et moyennes entreprises (PME) appartenant aux nationaux a pour objectif principal de défendre les opérateurs économiques nationaux  dans l’« enfer économique » du pays. Pour son président, Alain Nestor Louabala, son « syndicat repose sur 7 piliers à savoir : l’Obtention des marchés via la demande d’un arrêté gouvernement sur les marchés publics, la Décentralisation du syndicat dans les ...
Lire l'article
Un livre l’accuse de s’être servi de son poste pour recouvrir de vieux impayés au Gabon. On se souvient du champion du droit d’ingérence qui, dans un rapport commandité par Total, avait absous la compagnie pétrolière française des soupçons de travaux forcés en Birmanie lors de la construction d’un oléoduc. Voici l’ancien French doctor Bernard Kouchner affublé ces jours-ci d’un nouveau costume peu reluisant : celui de conseiller de potentats africains en matière de santé, surtout soucieux de recouvrer les factures impayées, y compris après sa nomination à la tête de la diplomatie française. Cette accusation extrêmement grave, Pierre Péan la porte ...
Lire l'article
Le ministre des Travaux publics, des Infrastructures et de la Construction, Flavien Nzengui Nzoundou, a fait le point le 19 novembre à Libreville avec les opérateurs des Bâtiments et travaux publics (BTP) sur les problèmes relevés dans l’exécution des chantiers. Le ministre a notamment soulevé les problèmes liés aux études préalables, aux procédures d’exécution ou à la communication entre les responsables de l’exécution et les autorités de tutelle avant d’annoncer l’adoption de réformes dans le mode de paiement des entreprises adjudicatrices pour prévenir les retards de paiement qui freinent l’exécution des travaux. Alors que des réformes sont en cours d’élaboration ...
Lire l'article
Non intégrée cette année dans l’acquisition du marché de l’impression des tee-shirts et des pagnes de la fête nationale 2008, un agent du service commercial de la société d’imprimerie Manufacture gabonaise du vêtement (MGV) a invité, mercredi ‘’Gabon – Indépendance’’ chargé d’organiser la fête de l’indépendance du pays à encourager les entreprises locales à l’effort en leur octroyant des marchés. Selon la source qui a requis l’anonymat, généralement la commission supervisant la fête nationale en l’occurrence ‘’Gabon – indépendance’’ entre en contact avec MGV, un mois avant la date buttoir qui marque la commémoration des festivités. « Nous sommes surpris ...
Lire l'article
Le lycée Français Blaise Pascal de Libreville a été retenu pour participer à la 11ème édition de la « Course contre la faim », une action humanitaire, initiée par l’ONG Action Contre la Faim (ACF), qui se déroulera le 9 mai prochain à Libreville, une action qui mobilise chaque année des milliers de jeunes scolaires d’ici et d’ailleurs, dont le principe est de collecter des promesses de dons au kilomètre couru par les participants, qui ont initié une démarche auprès des différentes entreprises de la ville, durant tout le mois d’avril, à la recherche d’éventuels sponsors, a constaté GABONEWS. ...
Lire l'article
Gabon/Marchés publics : Les entreprises invitées à se faire enregistrer
Un opérateur économique dénonce la part belle faite aux entreprises appartenant à des étrangers dans l’attribution des marchés
Les petites pièces du CFA dévalorisées au Gabon
Gabon : Le blues de SDC Aviation
Le ministre des Petites et Moyennes Entreprises devise avec le Secrétaire d’Etat marocain aux Affaires Etrangères, en prélude aux « Journées Economiques Gabono-Marocaines »
Le Syndicat des petites et moyennes entreprises gabonaises a fait sa première sortie face à la presse
Les petites affaires étrangères du consultant Kouchner
Gabon : Nzengui Nzoundou fixe le cap aux entreprises des BTP
Gabon: Fêtes nationale: à jour J – 11, MGV interpelle « Gabon Indépendance » pour la promotion des entreprises locales
Gabon: Les entreprises et les élèves ensemble pour une « Course contre la faim »!


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 7 Fév 2012
Catégorie(s): Développement,Economie
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*