- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Le Centre de développement des entreprises désormais dans ses locaux

[1]Cérémonie solennelle qui s’est déroulée récemment dans ledit quartier de Libreville en présence du ministre délégué à l’économie, Jean Pierre Boukila.

L’ambition de doter le Centre de développement des entreprises d’un siège répondait visiblement à deux préoccupations majeures. La première était liée à l’état de délabrement avancé de l’ancienne Agence pour l’investissement privé (Apip) dont le CDE occupait encore les locaux. Car les conditions de travail y étaient précaires et ne répondaient plus aux normes ergonomiques, en même temps que cela devenait insupportable d’accueillir les opérateurs économiques dans un hall en piteux état et non climatisé. La seconde préoccupation participe de l’importance de cet instrument économique que représente le Centre de développement des entreprises. En effet, en créant ce centre dont la mission fondamentale est la création des entreprises, le président de la République a certainement placé l’économie au centre de la politique de développement du Gabon. A

n’en point douter, c’est l’entreprise qui crée la richesse grâce aux fruits de la croissance, offrant un impact positif au niveau de l’emploi, et permettant ainsi au gouvernement de lutter efficacement contre le chômage, la précarité et, de manière plus générale, la pauvreté. C’est du moins ce qu’a expliqué le directeur général du centre, Alfred Nguia Banda, durant son allocution circonstancielle empreint de la précision oratoire que lui reconnaisse plus d’un. Le ministre délégué, Jean Pierre Boukila, a pu visiter le nouveau siège du CDE, guidé par Alfred Nguia Banda lui-même. Aussi les 69 bureaux climatisés et totalement équipés en matériel informatique que comprend le bâtiment permettront-ils au centre de développement des entreprises de jouer pleinement son rôle qui est également de lutter contre les opérateurs économiques opérant dans l’informel, et contraindre même les irréductibles à une régularisation juridique. Car, il faut le savoir, l’informel est un phénomène qui gangrène l’économie dans un pays. Si, en seulement un an d’existence, une évolution considérable est observable en matière de délivrance des agréments commerciaux, il ne serait pas vain de penser que mieux logé et dans des conditions optimales de travail, le centre atteindra certainement le défi qui est de créer une entreprise en 48 heures, grâce à ses deux guichets uniques qui concentre, sur place, toutes les composantes administratives nécessaires à la création d’une entreprise au Gabon.

Le guichet unique des formalités, qui est au sein de la direction de la facilitation et assistance à l’investisseur, guichet qui délivre des agréments de commerce et qui concerne la plupart des petits opérateurs économiques usuels. Il y a entres autres les impôts pour l’enregistrement et le numéro statistique, le greffe du commerce pour enregistrement au commerce, le centre de développement des entreprises. Le second guichet unique, appelé guichet unique à l’investissement, regroupera les services des douanes qui regarderont dans le sens des réductions, les services de l’immigration pour les cartes de séjour, l’inspection du travail pour avoir un œil sur les contrats, la Caisse nationale de sécurité sociale pour l’immatriculation et les allocations, Gabon télécom pour le téléphone et, surtout, internet ; la société d’énergie et d’eau du Gabon pour l’acquisition dans des délais raisonnables des compteurs entreprises. Pour mémoire, le Centre de développement des entreprises a été créé lors du conseil des ministres délocalisé de Port-Gentil le 04 mars 2010 et matérialisé au plan juridique par le décret n°730/PR portant création et organisation du CDE du 21 juin 2011, à l’initiative du président de la République.

Louis Edrille Moutsinga-Moundounga 


SUR LE MÊME SUJET
Un atelier sur première stratégie de développement durable s’est ouvert mardi à Libreville dans le but de concevoir et amender les politiques à venir de développement durable au Gabon. Ces assises, de deux jours rassemblent des agents de l’administration publique, la société civile, le secteur privé, les collectivités locales, les universitaires et chercheurs gabonais. L’atelier superviser par l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) et la Commission nationale du développement durable (CNDD), va proposer au gouvernement gabonais des axes prioritaires portés sur la bonnes gouvernance, la prospérité économique soutenue, le bien être social et la protection de l’environnement. Cette rencontre marque par ailleurs ...
Lire l'article [2]
Plus de 100 jeunes de nationalité gabonaise pour la plupart d’entre eux, employés d’une Petite et Moyenne Entreprise (PME) locale dénommée Gabon Investissement Consulting (GIC), sous-traitant du groupe Olam-Gabon dans la Zone Spéciale Economique de Nkok qui les a licenciés, ont investi ce vendredi en fin de matinée les bureaux du groupe asiatique pour dénoncer et réclamer le paiement intégral de leur dû. Ces jeunes reprochent aux responsables de la PME, GIC, de violer la loi en matière de travail. Selon eux, plus de 800 ouvriers manœuvres et techniciens auraient été licenciés sans explication, ni préavis. « Après ...
Lire l'article [3]
Le Ministre gabonais délégué aux affaires étrangères, Paul Bounduku Latah, a lancé lundi à Libreville les manifestations commémorant la 66e journée des Nations unies célébrée au Gabon sous le thème “Le Gabon au cœur de l’action des Nations Unies : VIH/Sida et développement durable“. Le Gabon s’est inscrit dans une volonté de faire de la lutte contre le VIH/Sida une priorité afin de baisser considérablement le taux de prévalence estimé à ce jouir à 8,14% d’une population de 1,5 millions d’habitants. Outre la lutte contre le VIH/Sida le pays a opté pour la croissance de son économie à partir du développement ...
Lire l'article [4]
Mme Augustine Faessel, Directrice d’une Petite et moyenne entreprise (PME), dénommée ''Yombé II'', spécialisée dans le transport des hydrocarbures à travers la ville de Port-Gentil, la capitale économique gabonaise (ouest), a dénoncé, jeudi, la part belle faite aux entreprises appartenant à des étrangers dans l’attribution des marchés. ’’Que faire lorsque les entreprises majors nous refusent des marchés et choisissent de travailler avec les petites unités économiques appartenant à des étrangers’’, s’est interrogée Mme Faessel, au cours d’un entretien avec un journaliste de l’AGP. Augustine Faessel s’est dit scandalisée qu’une petite unité économique, concurrente de sa structure, appartenant à un non-Gabonais, obtienne ...
Lire l'article [5]
Les stratégies de développement de l’aquaculture commerciale en Afrique sont au centre d’un séminaire qui s’ouvre mercredi à Libreville, pour favoriser notamment la création d’un cadre de concertation pour une meilleure communication entre les parties prenantes du secteur de l’aquaculture. La rencontre de trois jours (8-10 juin) va regrouper 60 délégués, notamment des représentants des aquaculteurs, des institutions nationales de recherches, de formation, des partenaires techniques et financiers (…) en provenance notamment des Etats africains, riverains de l’Océan Atlantique (COMHAFAT). La situation des pays comme le Maroc, le Nigeria, le Ghana, la Côte d’Ivoire avec des expériences plus ...
Lire l'article [6]
La visite d’Etat du président Ali Bongo Ondimba au Maroc a permis d’observer que le niveau des relations présente actuellement quelques aspects positifs, mais ils sont jugés, par ailleurs, insuffisants. On observe bien, à partir de la solde des transactions entre les deux pays portant sur l’exploitation par le Gabon des matières premières que sont le bois en grumes ou semi transformé et pour le Maroc les biens d’équipements, les services et les transports, une imbrication des économies. Les entreprises marocaines ayant effectivement saisi les opportunités gabonaises ne sont pas en grand nombre, mais comptent parmi elles quelques grands noms. ...
Lire l'article [7]
Le directeur régional du groupe Ecobank pour la zone CEMAC, Abou Kabissi a affirmé jeudi à Libreville, que son groupe bancaire accompagnera le Gabon dans son ambition de développement. ‘’ Nous sommes au Gabon c’est pour y rester, mais aussi pour vous accompagner dans votre développement’’ a déclaré jeudi M. Kabissi au cours d’un cocktail offert à la presse, ajoutant qu’Ecobank est une institution de proximité disposée à accompagner les projets de ces clients. Au cours de cette soirée, le directoire pour le Gabon de la banque, amené par son directeur général, Jean- Baptiste Siate a présenté officiellement le directeur régional CEMAC ...
Lire l'article [8]
LAMBARENE, (AGP) – Le développement et la moralisation de la vie politique étaient au centre de la campagne électorale à Lambaréné des candidats Ali Bongo Ondimba du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), de l’interposition (indépendant) André Mba Obame et de Zachari Myboto de l'Union Gabonaise pour la démocratie et le développement (UGDD, opposition). A la suite des interventions des responsables politiques de la province, Richard Auguste Onouviet, Martin Mabala et Yolande Bike, qui ont appelé les militants et militantes du PDG à voter massivement pour le parti, , Ali Bongo Ondimba a pris la porale pour expliquer son programme de ...
Lire l'article [9]
Les services des urgences du Centre l'hospitalier de Libreville, (CHL) seront fermés aux patients à compter de ce mercredi pour les travaux d'agrandissement. La vétusté des locaux et le non renouvellement du matériel médical sont les causes de la fermeture de ce service le plus sollicité de cette structure hospitalière. La durée des travaux n'a pas été déterminée. Le Centre hospitalier de Libreville (CHL), structure de référence dans le domaine de la Santé publique, la plus grande et la première structure sanitaire au Gabon a un service des urgences qui accueille plus de 100 patients par jour. Ses structures démodées sont en réfection ...
Lire l'article [10]
La société gabonaise de raffinage (SOGARA) a perdu la 84e place dans le classement des 500 premières entreprises africaines de l'année 2007. Basée à Port-Gentil, la capitale économique du Gabon depuis 40 ans, la SOGARA est spécialisée dans le raffinage du pétrole brut. La chute de la Sogara dans le classement des 500 premières entreprises africaines serait le résultat de la diminution drastique de son chiffre d'affaires, qui a été réduit de moitié entre 2005 et 2006, atteignant 107 milliards de FCFA en 2006 contre 217 milliards en 2005. Sa production a le même fléchissement, elle est passée de ...
Lire l'article [11]
La stratégie de développement durable au centre d’un atelier à Libreville
Fait de société / Des jeunes en furie investissent des locaux d’Olam du centre-ville
VIH/Sida et développement durable au centre de la célébration à Libreville de la journée des Nations unies
Un opérateur économique dénonce la part belle faite aux entreprises appartenant à des étrangers dans l’attribution des marchés
Le développement de l’aquaculture en Afrique au centre d’un séminaire à Libreville
Gabon/Maroc : Les entreprises marocaines présentes dans le secteur des services et des transports gabonais
Ecobank ambitionne d’accompagner le Gabon dans son développement
Moyen Ogooué : Développement et moralisation de la vie politique au centre de la campagne
Gabon: Les services des urgences du Centre hospitalier de Libreville désormais fermés aux patients
Gabon : SOGARA perd la 84e place dans le classement des 500 premières entreprises africaines