Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : les forestiers planchent sur la transformation

Auteur/Source: · Date: 8 Fév 2012
Catégorie(s): Développement,Economie

Depuis l’interdiction d’exporter le bois en grumes, en janvier 2010, la filière bois du Gabon s’industrialise et de nouvelles usines voient le jour. Après deux années difficiles, la reprise est amorcée.

L’industrialisation de la filière bois gabonaise est enfin en marche. Dernier acte de la stratégie engagée par le gouvernement depuis deux ans en la matière, la prise de participation de la Caisse des dépôts et consignations du Gabon, fin décembre, à hauteur de 35 %, dans le capital de Rougier Afrique International, filiale du français Rougier, pour un montant de 24 millions d’euros. En droite ligne avec l’objectif visé par l’interdiction, depuis début 2010, d’exporter le bois en grumes, cet apport va permettre d’accélérer les programmes d’industrialisation et de certification menés par le groupe.

Pour soutenir la transformation locale, une zone économique spéciale de plus de 1 000 ha, dévolue à 40 % au bois, a été inaugurée à Nkok, à 27 km de Libreville, en septembre. Une quarantaine d’entreprises ont déjà manifesté leur volonté de s’y implanter, assure-t-on à la direction d’Olam Gabon, principal financier de ce projet d’environ 150 millions d’euros. Ces investisseurs bénéficieront de nombreux avantages : une exonération de TVA (pendant vingt-cinq ans) et d’impôts sur le revenu (pendant dix ans), la liberté des transferts financiers et d’emploi de personnel étranger, ou encore la réduction de 50 % du coût de l’électricité.

Emplois

« L’impact réel de toutes ces mesures ne s’observera qu’à moyen et long termes à travers une croissance inclusive, elle-même due à la création d’emplois et à la redistribution des richesses créées », explique Moulay Lahcen Ennahli, représentant de la Banque africaine de développement (BAD) au Gabon. Car, jusqu’à présent, la filière bois, bien qu’étant le premier employeur privé du pays, ne participait que faiblement au développement économique. Sa contribution à la croissance du PIB est même passée de 1 point de pourcentage en 2009 à 0,3 en 2010. Mais, selon la BAD, la relance des activités est amorcée et les premiers résultats de la stratégie gouvernementale devraient se faire sentir cette année, la filière devant contribuer à hauteur de plus de 0,4 point au taux de croissance en 2012.

Avec un tiers du volume total, l’Okoumé est l’essence la plus exploitée du Gabon. Son bois est particulièrement apprécié pour la fabrication de contreplaqué.

Le nombre d’unités de transformation a déjà augmenté de plus de 10 % en 2010, portant de 82 à 93 les usines dans le pays, et de nombreux projets ont été lancés en 2011. À commencer par celui de la Société nationale des bois du Gabon (SNBG), autrefois spécialisée dans la commercialisation des grumes, qui achève la construction d’un complexe industriel de 12 ha, en partenariat avec l’italien Angelo Cremona, dans la zone portuaire d’Owendo, près de Libreville. Ses trois usines, spécialisées dans le tranchage, le sciage et le déroulage, devraient entrer en production prochainement.

Appui technique

Autre opérateur de poids, Rougier Gabon a accéléré l’évolution de son outil industriel. Doté d’une usine de contreplaqué à Owendo et de deux scieries à Mbouma-Oyali (Sud-Est) et à Mévang (Centre-Ouest), dont il a doublé la capacité grâce à une deuxième ligne de production pour les bois divers (hors okoumé), le groupe a ouvert une nouvelle scierie à Ivindo (Centre-Est).

La restructuration de Leroy Gabon et de Pogab (filiales de Plysorol), repris l’an dernier par John Bitar & Company (basé au Ghana), devrait quant à elle se concrétiser cette année avec la transformation de Pogab en une unité de contreplaqué en okoumé, activité jusqu’alors basée en France. Un investissement de 16 milliards de F CFA (24 millions euros), qui devrait générer la création d’environ 700 emplois.

Enfin, l’État gabonais et l’Agence française de développement (AFD) ont signé en juillet 2011 un accord de financement de 1,5 million d’euros pour la création du Bureau industrie bois (BIB). Ce dernier aura pour mission d’accompagner les opérateurs forestiers en leur apportant un appui technique dans l’optimisation des performances industrielles et en contribuant à la formation. Un pas de plus dans le redéploiement de la filière. 


SUR LE MÊME SUJET
Gabon: 13,7 millions d’euros pour une usine de transformation du bois
La Société Nationale des Bois du Gabon (SNBG) a obtenu un prêt 13,7 millions d'euros notamment de la Banque de Développement des Etats de l'Afrique Centrale (BDEAC) pour un complexe de transformation de bois à Owendo, le port de Libreville, a-t-on appris vendredi. La BDEAC finance 8 milliards (12,2 millions d'euros) et la banque privée Ecobank, présente en Afrique centrale et de l'ouest, 1 milliard (1,5 millions). Ce prêt représente une partie des 34,9 milliards de FCFA (54 millions d'euros) du projet de construction du Complexe usinier d'Owendo, financé à 80% par la SNBG sur fonds propres, selon les documents donnés à ...
Lire l'article
Le secteur forestier gabonais, qui représente d'ores et déjà une part significative du produit intérieur brut (PIB), a initié un processus ambitieux et de longue haleine pour mettre fin à son activité d'exportation de bois en tant que matière première et se reconvertir dans la transformation. La progression dans la chaîne de valeur génère quelques difficultés de développement, mais le secteur a enregistré un succès relatif en s’orientant vers des activités à valeur ajoutée. Plus de 400 essences de bois composent les forêts gabonaises, qui s'étendent sur 22 millions d’hectares de terres et couvrent plus de 85 % du territoire national. ...
Lire l'article
Une usine de transformation du bois de la Société nationale des bois du Gabon (SNBG), jusque-là spécialisée dans la commercialisation des grumes, est en cours de construction dans la zone portuaire d’Owendo, dans la banlieue sud de Libreville, a constaté l’AGP. Lundi dernier, le président Ali Bongo Ondimba s’est rendu sur le site pour se rendre compte de l’état d’avancement du chantier, exécuté en collaboration avec la société italienne Cremona, spécialisée dans la fabrication des outils de transformation du bois. L’usine de transformation du bois de la SNBG entre dans le cadre de l’industrialisation de la filière bois ...
Lire l'article
Les pays d’Afrique centrale sont à la recherche d’un cadre légal et institutionnel susceptible d'optimiser les retombées des produits forestiers non ligneux dans le renforcement de la sécurité alimentaire et la lutte contre la pauvreté dans la sous-région. Plus de 100 millions de personnes vivent des produits forestiers non ligneux dans les pays du bassin du Congo, second massif forestier de la planète, après l’Amazonie. Les spécialistes estiment sous-estimées l’importance et la contribution, à la sécurité alimentaire, des PFNL qui procurent aux populations des aliments, des plantes médicinales, de l’énergie, des équipements de pêche et des matériaux de ...
Lire l'article
Lors de son propos, ce mardi, face à la presse nationale et internationale, le premier ministre, Paul Biyoghé Mba, qui faisait le bilan d’étape de l’action du gouvernement qu’il dirige, a déclaré, en ce qui concerne la Société nationale des bois du Gabon (SNBG), qu’en passant à l’étape de la transformation du bois, après remodelage des infrastructures de cette société, il y n’y aurait pas de compression, mais bien au contraire une création de près de 500 emplois. Pour aborder le cas SNBG, le chef du Gouvernement a d’abord indiqué que dès le 16 mai prochain, aucune bille de bois non ...
Lire l'article
L’entreprise française Rougier – Gabon, acteur majeur sur le marché de grume, de sciage et donc le chiffre d’affaires en 2009 serait en chute de 21% par rapport à 2008 attend beaucoup de la visite du chef de l’Etat Français, Nicolas Sarkozy, en séjours au Gabon les 24 au 25 février en vue de redynamiser les accords entre Libreville et Paris. Rougier – Gabon, le spécialiste du bois tropical ayant acquis dès 1952 ses premiers permis d’exploitation forestière au Gabon, fait face aujourd’hui à un déclin de son chiffre d’affaire grippé par la décision gouvernementale visant à interdire, à partir ...
Lire l'article
Attendu à Libreville le 24 février 2010, pour sa première visite officielle depuis le changement intervenu à la tête de l’Etat, suite à l’élection anticipée du 30 aout 2009, le président français Nicolas Sarkozy va tenter de jouer serré pour obtenir d’Ali Bongo Ondimba des aménagements sur la mesure d’interdiction d’exportation des grumes qui pénalise lourdement nombre de forestiers français. La visite du président français sur le sol gabonais du 24 au 25 février est la première du genre depuis l’accession du président Ali Bongo au pouvoir. Cette visite qui débutera le 24 février par le dépôt de ...
Lire l'article
Les opérateurs économiques exerçant dans la filière bois se sont retrouvés en réunion lundi au ministère des eaux et forets, de l’environnement et du développement durable, avec le patron de ce département ministériel, M. Martin Mabala qui a expliqué à l’assistance le bien fondé sur la décision prise par le chef de l’état, Ali Bongo Ondimba, de tolérer l’évacuation des grumes, dans un délai de trois mois, stockés dans les différents ports et parcs sur l’ensemble du territoire national. Pour le ministre des eaux et forets, cette autorisation de sortie répond à un souci du gouvernement, de faire face à l’impossibilité ...
Lire l'article
Dans le cadre de la politique de promotion de la transformation locale de grumes, le gouvernement a décidé le 5 novembre dernier d'interdire à compter de 2010 l'exportation du bois en grumes. Cette décision doit permettre au opérateurs économiques gabonais du secteur d'exporter des produits finis et semi-finis à forte valeur ajoutée pour rentabiliser davantage ce secteur majeur de l'économie gabonaise. Après s'être principalement occupé de la réforme de l'administration lors des deux premiers Conseil des ministres, le gouvernement gabonais vient, dans sa troisième session du 5 novembre dernier, de s'attaquer au volet économique du projet de société du nouveau chef ...
Lire l'article
Le ministre de l’Economie forestière, des Eaux et de la Pêche, Emile Doumba, a inauguré une nouvelle usine de transformation du bois à Kolossoville, dans la province du Woleu Ntem (nord), a rapporté la radio nationale. « La filière bois est une des priorités du gouvernement; alors il nous faut diversifier notre potentiel économique et cela passe par l’industrialisation des structures, l’implication des populations locales », a déclaré le ministre. « Il nous faut alors donner à la population internationale des produits de qualité afin que ce marché s’ouvre de plus en plus à notre bois », a –t-il ajouté. Soulignons que Kolossoville ...
Lire l'article
Gabon: 13,7 millions d’euros pour une usine de transformation du bois
La transformation du bois, un secteur prometteur au Gabon
La SNBG construit une usine de transformation du bois dans une banlieue de Libreville
Un cadre légal et institutionnel pour la gestion des produits forestiers non ligneux dans le bassin du Congo
Transformation du Bois gabonais: près de 500 nouveaux emplois à la SNBG
Les Exploitants forestiers français misent beaucoup sur la visite de Nicolas Sarkozy au Gabon
Gabon : Sarkozy à la rescousse des forestiers français ?
Politique : Les forestiers édifiés sur la décision du chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba s d’évacuer le bois.
Gabon : L’ultimatum fixé à 2010 pour la transformation locale des grumes
Gabon: Une nouvelle usine de transformation de bois inaugurée à Kolossoville


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 8 Fév 2012
Catégorie(s): Développement,Economie
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*