- Bongo Doit Partir - https://www.bdpgabon.org -

Gabon : La colère des Gabonais de Toulouse

Après l’expulsion jugée abusive d’une étudiante gabonaise de Toulouse, dans le sud de la France, les associations des Gabonais de France organise le 1er mars prochain à Toulouse, une marche de protestation contre la violation des accords franco – gabonais en matière d’immigration.
Suite à l’expulsion le 19 février dernier de mademoiselle Raïssa MENGUE ONDO, étudiante boursière de l’Etat gabonais poursuivant ses études à Toulouse, la communauté gabonaise de France, singulièrement celle de Midi Pyrénées, avec le soutien des associations des ressortissants gabonais de France, Agate et la Maison du Gabon, entendent organiser le 1er mars prochain une marche de protestation pour dénoncer la violation récurrente des accords franco-gabonais en matière d’immigration.

Cette manifestation est prévue pour 14 heures, heure locale, et partira de la place du Capitole pour rejoindre la place Saint Etienne. Une pétition, des dossiers de Gabonais mis dans l’irrégularité par les préfectures ainsi qu’une lettre évoquant la violation des accords franco gabonais en se référant aux textes applicables aux Gabonais, seront remis au préfet de la Haute Garonne à l’issue de la manifestation.

L’avocate de l’association, Maître Annie Cohen Tapia, entend saisir le tribunal administratif de Toulouse dans les prochains jours afin de se pencher sur ces violations répétées des accords de coopération par la France, par ailleurs premier partenaire économique du Gabon.

Cependant, la préfecture de Haute Garonne a publié le 25 février un communiqué de presse revenant sur la situation de mademoiselle MENGUE ONDO Raïssa, qui avait reçu une notification d’obligation de quitter le territoire datée du 21 décembre dernier après constatation de l’absence de sérieux dans ses études, étant donné qu’elle en était à sa septième inscription consécutive en Licence de droit.

Par ailleurs, la préfecture a procédé à un examen préalable de sa situation familiale et personnelle qui a permis de conclure que cette ressortissante n’était pas menacée dans son pays et y possédait des attaches familiales.

Les accords franco gabonais pour la gestion concertée de l’immigration prévoient pour la partie gabonaise la suppression des visas de court séjour pour les titulaires de passeports de service et instaure des “visas de circulation” de deux ans à entrées multiples “notamment pour des motifs économiques, professionnels, médicaux ou familiaux”. La durée des autorisations provisoires de séjour des étudiants gabonais en France ainsi que celui des jeunes salariés gabonais doit passer de six à neuf mois.

Cet accord signé le 5 Juillet à Libreville par le ministre français de l’Immigration, Brice Hortefeux, et l’ancien ministre gabonais des Affaires étrangères, Jean Ping, devait être ratifié par les deux parties dans un délai maximum de trois mois. La partie gabonaise a déjà rempli sa part du contrat et les Français au Gabon bénéficient déjà des avantages de ces accords. En revanche, les Gabonais de France sont soumis aux restrictions d’entrées et de séjours en France, malgré l’expiration du délai d’entrée en vigueur depuis plus de trois mois.

Le 20 février dernier, Le projet de loi portant sur la validation de l’accord a été accepté par le gouvernement français le 20 février et doit maintenant être étudié et ratifié par le Parlement français dans les mois à venir.  


SUR LE MÊME SUJET
La Caisse d’allocations familiales (CAF) de la Haute-Garonne, dans le Sud Ouest de la France, a été condamnée par la cour d’appel de Toulouse le 17 septembre à verser à une ressortissante gabonaise ses droits adjoints de dommages et intérêts pour avoir violé les termes des accords franco gabonais de 1960. Cette institution aurait refusé de verser ses Aides pour le logement (APL) à l’intéressée en arguant de l’absence de pièces non exigibles. Les ressortissants gabonais en France dénoncent régulièrement la violation des différents accords franco-gabonais par les administrations françaises. La cour d’appel de Toulouse vient de se prononcer sur ...
Lire l'article [1]
Alors que les Gabonais de Toulouse avaient annoncé une marche ce 4 juillet dans la capitale française, pour protester contre le traitement des Gabonais de France par les services de l'Immigration, le ministre de l'Immigration, Brice Hortefeux, a annoncé à Bongo Ondimba l'entrée en vigueur des accords de gestion concertée des flux migratoires entre le Gabon et la France, après la ratification du texte par le Sénat français il y a quelques jours. Les rencontres diplomatiques entre le chef de l'Etat gabonais et les membres du gouvernement français se multiplient et tendent à confirmer le retour au beau fixe des ...
Lire l'article [2]
L'association « la Maison du Gabon » de Toulouse qui est une cellule de veille sur le respect de l'application des accords franco-gabonais, tient à répondre point par point sur les allégations mensongères et diffamatoires de la préfecture de la Marne qui de façon violente et illégale a reconduit abusivement un ressortissant gabonais en la personne de M. MBIRA, preuve incontestable du non respect systématique et répétitif des accords franco-gabonais liés à l'immigration. Pour la préfecture de la Marne : « L'examen dans le fond du dossier de l'étudiant gabonais justifie la mesure prise par les autorités françaises et exclut donc ...
Lire l'article [3]
L'association « la Maison du Gabon » de Toulouse qui est une cellule de veille sur le respect de l'application des accords franco-gabonais, tient à répondre point par point sur les allégations mensongères et diffamatoires de la préfecture de la Marne qui de façon violente et illégale a reconduit abusivement un ressortissant gabonais en la personne de M. MBIRA, preuve incontestable du non respect systématique et répétitif des accords franco-gabonais liés à l'immigration. Pour la préfecture de la Marne : « L'examen dans le fond du dossier de l'étudiant gabonais justifie la mesure prise par les autorités françaises et exclut donc ...
Lire l'article [4]
La semaine dernière, deux étudiants gabonais en "situation irrégulière" ont été expulsés manu militari de France. Une expulsion qui a suscité la colère du Gabon, qui dénonce la violation des clauses bilatérales qui régissent les relations diplomatiques entre les deux pays. La semaine dernière, deux étudiants gabonais en "situation irrégulière" ont été expulsés manu militari de France. Une expulsion qui a suscité la colère du Gabon, qui dénonce la violation des clauses bilatérales qui régissent les relations diplomatiques entre les deux pays. Comme réaction, Libreville veut appliquer le principe de la "réciprocité" : tout Français en situation irrégulière au Gabon sera reconduit ...
Lire l'article [5]
La semaine dernière, deux étudiants gabonais en "situation irrégulière" ont été expulsés manu militari de France. Une expulsion qui a suscité la colère du Gabon, qui dénonce la violation des clauses bilatérales qui régissent les relations diplomatiques entre les deux pays. La semaine dernière, deux étudiants gabonais en "situation irrégulière" ont été expulsés manu militari de France. Une expulsion qui a suscité la colère du Gabon, qui dénonce la violation des clauses bilatérales qui régissent les relations diplomatiques entre les deux pays. Comme réaction, Libreville veut appliquer le principe de la "réciprocité" : tout Français en situation irrégulière au Gabon sera reconduit ...
Lire l'article [6]
La porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Pascale Andréani, a tenté jeudi 6 mars à Paris de dédramatiser la convocation mercredi de l’ambassadeur de France à Libreville par les autorités gabonaises rendues furieuses par un reportage sur les biens immobiliers du président Omar Bongo Ondimba. "Nous avons pris note des préoccupations exprimées par les autorités gabonaises avec lesquelles nous avons d’excellentes relations", a-t- elle répondu à la PANA lors d’un point de presse. Le gouvernement gabonais a indiqué mercredi qu’il "réfléchit actuellement à la suite à donner aux relations franco-gabonaises", jugeant inamicales le reportage de France 2 (chaîne publique française) sur ...
Lire l'article [7]
Suite à l'affaire de la violation des droits d'une ressortissante gabonaise boursière de l'Etat gabonais, la préfecture de Haute-Garonne a réagi lundi à travers un communiqué de presse à la suite de la diffusion des articles du journal français la Dépêche du Midi des 23 et 25 février quant à la supposée absence de « cadre juridique » et de « procédure » pour la reconduite à la frontière de Mlle Raïssa Mengue Ondo. La Préfecture précise que la gabonaise « s'était vue notifier le 21 décembre 2007 un arrêté du Préfet refusant son renouvellement de titre de séjour en ...
Lire l'article [8]
Communiqué : Le BDP-Gabon Nouveau condamne l’expulsion de Raïssa Mengue et apporte son soutien à l’action de la Maison du Gabon de Toulouse au profit des Gabonais de France
Au nom du BDP-Gabon Nouveau, de la nation gabonaise et de tous les Gabonais au pays comme à l'étranger, je voudrais exprimer la vive inquiétude de notre mouvement face aux brimades dont font de plus en plus l'objet les ressortissants gabonais en France. De l'affaire de Paul Wem, expulsé le 4 janvier dernier, à celle de Raïssa Mengue Ondo, expulsée ce 19 février, se profile de plus en plus le spectre d'une déshumanisation grandissante des Gabonais en territoire français, déshumanisation qui ne peut laisser insensibles tous ceux qui aspirent au respect des droits humains, droits dans lesquels le droit à la ...
Lire l'article [9]
LA MAISON DU GABON. L’ASSOCIATION DES GABONAIS DE TOULOUSE (AGATE). APPEL A MANIFESTER DE LA COMMUNAUTE GABONAISE DE TOULOUSE. MANIFESTATION SAMEDI 1 MARS 2008 /14 HEURES. De la PLACE DU CAPITOLE à la place SAINT ETIENNE. La communauté gabonaise France en général, celle de Midi-Pyrénées en particulier, et les associations : l’AGATE et La Maison du Gabon, très éprouvées par l’expulsion illégale de Raïssa, étudiante, boursière de l’Etat gabonais, dénoncent, la violation répétitive et systématique des accords franco-gabonais liés à l’immigration par les préfectures de France et principalement celle de Toulouse. Nous exigeons le retour immédiat de Raïssa et des garanties ...
Lire l'article [10]
Gabon : La CAF de Haute Garonne épinglée pour violation de l’accord franco gabonais
Gabon : Le Parlement français ratifie les accords concertés sur l’Immigration
Affaire MBIRA: Droit de réponse de la Maison du Gabon de Toulouse au Préfet de la Marne
Affaire MBIRA: Droit de réponse de la Maison du Gabon de Toulouse au Préfet de la Marne
Expulsés Gabonais de France: la sainte colère d’un “émirat pétrolier”
Expulsés Gabonais de France: la sainte colère d’un “émirat pétrolier”
France 2 : la colère de Bongo
Affaire des Expulsions des Gabonais de France: La Maison du Gabon à Toulouse Répond à la Préfecture
Communiqué : Le BDP-Gabon Nouveau condamne l’expulsion de Raïssa Mengue et apporte son soutien à l’action de la Maison du Gabon de Toulouse au profit
APPEL A MANIFESTER DE LA COMMUNAUTE GABONAISE DE TOULOUSE