- Bongo Doit Partir - https://www.bdpgabon.org -

Gabon – Bois: Crise profonde à la SNBG

DEPUIS quelques années, le secteur du bois ne se porte pas très bien au Gabon. A l’occasion d’une rencontre, en 2005, entre le ministre des Eaux et Forêts d’alors, Emile Doumba, d’une part, et les opérateurs économiques de la filière, d’autre part, autorités et forestiers avaient passé en revue les problèmes qui freinaient l’évolution du secteur.

Dans son examen des causes de la baisse des performances de la filière, le ministre avait même rappelé les recommandations faites, quelques semaines plus tôt, par la conférence tenue à Libreville sous l’élide de l’Organisation africaine du bois (OAB) et de l’Organisation internationale des bois tropicaux (OIBT), sur le thème d’une industrialisation plus poussée des bois tropicaux en Afrique. La conférence avait adopté un plan d’action dont la mise en application devait permettre d’impulser une nouvelle dynamique à l’industrialisation de la filière bois. Le ministre avait émis une recommandation pertinente, consistant en l’élaboration et en l’application des plans d’aménagement grâce auxquels il serait possible de sécuriser l’approvisionnement de la ressource.

Mais l’activité a continué de baisser. Une baisse d’autant plus inopportune qu’elle est survenue a un moment où les plus hautes autorités du pays avaient déclaré 2004 et 2005 années du plein-emploi. Et deuxièmement, sachant que le secteur forestier est le deuxième employeur du pays derrière la Fonction publique, on attendait de ce secteur qu’il participe à la réalisation de l’idéal politique du plein-emploi. Il faut donc faire tout ce qui est de votre possible, avait dit Emile Doumba, pour matérialiser la volonté du président de la République. Il s’adressait aux forestiers.

Dans cette même logique du plein-emploi en 2004-2005 et le lutte contre le chômage, le ministre avait jugé qu’il était « inadmissible de tolérer les licenciements de qui que ce soit au sein des différentes entreprises”. Ce jour-là, il n’a pas évoqué la situation de la Société nationale des bois du Gabon (SNBG), très critique, par déduction simple.

IMPLOSIONS La crise de la SNBG trouvait ses origines dans le scénario à caractère spéculatif qui s’était déroulé au moment où les principaux clients, ceux d’Asie, étaient confrontés à l’effondrement des monnaies dans leurs pays respectifs, et sur lequel, il est inutile de revenir en détails. Cependant, une question revenait et revient invariablement est-il normal que la seule structure d’État qui organise la filière bois dans un pays producteur de bois, de surcroît couvert à 84,7% de forêt, soit en proie à des difficultés financières et commerciales insurmontables, au point que l’on conclue, pratiquement, à sa futilité ?

Cette situation ambiguë a conduit la SNBG au bord de l’implosion, au point qu’on a évoqué des mesures drastiques pour la redresser départs volontaires, licenciements, etc. Le personnel a donc été la principale cible de la stratégie de redressement. Conséquence, des conflits internes sont nés, et aboutissent aujourd’hui à la comparution en correctionnelle du P-DG, Eugène Capito. La pression est telle qu’un des anciens cadres de la société, M. Patrick Brahim, en est arrivé à saisir la justice pour protester contre les injures publiques, la diffamation et pratiquement l’agression physique dont il aurait été victime. Trouvant sa genèse dans un calcul trop subjectif des revenus dus à un ancien collaborateur, et avant cela, dans le refus pour un patron de voir un cadre accéder à son bureau, il s’agit-là d’une affaire pour laquelle, seront probablement entendus lors du jugement, des conseillers, des directeurs, des gardiens, des épouses, des chauffeurs, des secrétaires, etc. Voilà à quoi aura servi la spéculation dans laquelle, forestiers et politiciens ont voulu plongera SNBG. 


SUR LE MÊME SUJET
Une usine de transformation du bois de la Société nationale des bois du Gabon (SNBG), jusque-là spécialisée dans la commercialisation des grumes, est en cours de construction dans la zone portuaire d’Owendo, dans la banlieue sud de Libreville, a constaté l’AGP. Lundi dernier, le président Ali Bongo Ondimba s’est rendu sur le site pour se rendre compte de l’état d’avancement du chantier, exécuté en collaboration avec la société italienne Cremona, spécialisée dans la fabrication des outils de transformation du bois. L’usine de transformation du bois de la SNBG entre dans le cadre de l’industrialisation de la filière bois ...
Lire l'article [1]
Lors de son propos, ce mardi, face à la presse nationale et internationale, le premier ministre, Paul Biyoghé Mba, qui faisait le bilan d’étape de l’action du gouvernement qu’il dirige, a déclaré, en ce qui concerne la Société nationale des bois du Gabon (SNBG), qu’en passant à l’étape de la transformation du bois, après remodelage des infrastructures de cette société, il y n’y aurait pas de compression, mais bien au contraire une création de près de 500 emplois. Pour aborder le cas SNBG, le chef du Gouvernement a d’abord indiqué que dès le 16 mai prochain, aucune bille de bois non ...
Lire l'article [2]
La Société nationale des bois du Gabon (SNBG) a annoncé le 30 mars à Libreville un résultat net de 3,047 milliards de francs CFA pour l’exercice 2009, en hausse de 17% par rapport à l’exercice précédente. Au pied du mur de l’industrialisation de la filière, la Société nationale des bois du Gabon (SNBG) met des billes de son côté avec un résultat net en hausse de 17% en 2009, soit 3,047 milliards de francs CFA contre 2,616 milliards en 2008. A l’issue du Conseil d’administration tenu le 30 mars à Libreville, la SNBG a annoncé des résultats financiers consolidés, notamment grâce à ...
Lire l'article [3]
L’Administrateur directeur général de la société nationale du bois du Gabon (SNBG), Serge Rufin Okana a indiqué, mardi au cours d’un conseil d’administration, que l’entreprise avait réalisé au 31 décembre 2009 un chiffre d’affaires de 37,271 milliards de Francs CFA, soit une hausse de 17% par rapport à 2008. Ce résultat, communiqué à l’issu du conseil d’administration tenu mardi au siège de l’entreprise à Libreville, est la conséquence des ventes exports en volume qui s’élèveraient à 343.224 m3 au 31 décembre 2009. La stratégie utilisée par l’entreprise pour atteindre ce résultat consistait à privilégier la qualité des bois achetés afin qu’ils ...
Lire l'article [4]
La Société nationale des bois du Gabon (SNBG) tiendra mardi son Conseil d’administration à son siège de Libreville pour examiner les résultats de l’exercice 2009. Il est important de rappeler que les résultats de l’exercice 2008 avaient été satisfaisant à la suite de l’accroissement des ventes de bois dont une percée des bois divers qui ont représenté 40% du chiffre d’affaires de l’ensemble. La SNBG avait détenu pendant plusieurs années le monopole de la commercialisation des principales essences : Okoumé et Ozigo avant que les forestiers n’entrent dans la danse. Créée en 1975, la SNBG dispose d’un capital de 4 milliards de ...
Lire l'article [5]
Le président Ali Bongo Ondimba a réaffirmé le jeudi dernier la volonté du gouvernement « de poursuivre son développement en compatibilité avec les efforts engagés en matière de protection de l’environnement et de la préservation des forêts ». Dès 2010, le bois en grumes sera interdit à l’exportation. « Je reste convaincu que c’est en maîtrisant la chaîne de valeur du bois que nous pourrons en tirer le maximum de profits et nous positionner comme un pays phare sur les marchés internationaux », avait déclaré le chef de l’Etat lors de son premier discours à la nation à l’occasion de la ...
Lire l'article [6]
La Société nationale des bois du Gabon a récemment publié son bilan pour l'exercice 2008, qui présente un chiffre d'affaires en hausse de 12% par rapport à l'année 2007, en parvenant à engranger 53,342 milliards de francs CFA. Les ventes auxquelles sont parvenues la SNBG sur le marché asiatique ont pu rattraper les chutes des autres marchés, notamment méditerranéen, dont les parts de marché chutent de 26% à 11% en 2008, en raison de la fermeture de plusieurs usines marocaines dans le contexte de crise économique. La crise qui frappe le secteur gabonais du bois, induite par la crise économique ...
Lire l'article [7]
Le secteur bois dans la province de l’Ogooué-Lolo (sud-est) est victime de la crise financière internationale, notamment dans le département de Mulundu où trois sociétés, Bonus Alvarez, EGG (Exploitation gabonaise de grumes) et CORAWOOD sont particulièrement touchées, depuis le début du mois de novembre, a confié vendredi à Lastourville, l’inspecteur départemental du travail, Françoise Bitsotsi.... Selon Mme Bitsotsi, Bonus Alvarez et EGG sont déjà en train de procéder à la compression des employés de la catégorie de contractuel dont les contrats sont à durée déterminée, tandis que les agents embauchés sont au chômage technique du fait que le marché du ...
Lire l'article [8]
La direction générale de l’Economie prévoit pour 2008 une baisse de la production nationale des grumes, a appris la PANA mercredi, de source bien informée. Du fait de l’application stricte de la politique des quotas, les exportations de grumes connaîtraient un tassement de volume autour de 1,7 million de m3, dont 1,4 million de m3 pour les quotas autorisés et 300 000 m3 pour les forestiers non assujettis au principe de quotas. Au port d’Owendo réservé au bois, non loin de la capitale gabonaise, il est possible de constater que la crise mine la filière gabonaise du bois, car l’espace réservé ...
Lire l'article [9]
Prévue vendredi matin dans l’auditorium du ministère de l’Economie forestière, des Eaux, de la Pêche et de l’Aquaculture, la réunion entre le gouvernement et les opérateurs économiques intervenant dans le secteur du Bois au Gabon, et à laquelle ont été également conviés les Organisations non gouvernementales, autour du titulaire de ce département ministériel, Emile Doumba, a été reportée sine die, a fait savoir le secrétaire général dudit ministère, Michaël Adandé, aux participants présents dans cette enceinte. D’après le secrétaire général, cette décision de report est une demande expresse de son ministre bloqué à l’intérieur du pays, à cause vraisemblablement ...
Lire l'article [10]
La SNBG construit une usine de transformation du bois dans une banlieue de Libreville
Transformation du Bois gabonais: près de 500 nouveaux emplois à la SNBG
Gabon : Plus de 3 milliards de FCFA de bénéfices pour la SNBG en 2009
Economie : La SNBG réalise un chiffre d’affaires en hausse de 17%
Gabon : La SNBG tiendra son conseil d’administration mardi
Le Gabon réaffirme son interdiction d’exporter le bois en grumes
Gabon : La SNBG affiche des résultats en hausse
Gabon : La filière bois de l’Ogooué-Lolo frappé par la crise financière internationale
La production gabonaise de bois en pleine crise
Gabon: Crise du Bois / L’Atelier sur la conjoncture économique de la filière en 2008 entre la tutelle et les opérateurs économiques reportée sine die