- Bongo Doit Partir - https://www.bdpgabon.org -

Gabon: La farine, une denrée rare à Libreville

La farine, le riz, le maïs, le lait et d’autres denrées de base ne sont plus dorénavant accessibles à Libreville qu’au prix fort de grands sacrifices consentis par des couches de population dont les revenus trop faibles n‘offrent pas la possibilité d’entrer en possession de ces denrées qui enregistrent au fil du temps des coûts sans cesse croissant à l’instar de ceux du sac de farine ou de riz de 50 Kg qui ont ces derniers mois connu de nombreux rebondissements en passant respectivement de 8000 à 11000 francs CFA et de 13000 à 18000francs CFA, à constaté GABONEWS.

Avec cette flambée des prix constatable sur les marchés de la capitale gabonaise, la farine entrant dans la préparation de nombreux mets (pain, gâteaux, pattes… actuellement aliment incontournable dans la société) se fait de plus en plus rare sur toute l’étendue du territoire nationale, car son coût ne permet pas, même aux commerçants d’en acheter afin de le mettre à la disposition des consommateurs. Cependant, les quelques quantités présentes et vendues au détail sont estimées entre 600 et 800 francs CFA le kilo au lieu de 400 francs d’ordinaire, tandis que le sac de 25 kg quant à lui, est passé de 8.000francs à 11.000francs CFA et celui de 50 kg de 16.500francs à 21.000 francs CFA.

Cette cherté de ce produit entraîne de nombreuses conséquences à savoir: la diminution du poids du pain, des gâteaux et de la qualité même de ces produits sur le marché au grand dam des consommateurs.

Selon maman Hadja, commerçante de gâteaux, « c’est difficile de travailler dans ces conditions. Le prix de la farine est trop élevé et cela ne nous facilite pas la tâche, alors il faut bien que nous puissions avoir notre bénéfice, si le sac fait 11.000 francs actuellement et là encore, il faut avoir la chance d’en trouver, combien gagnerons nous, si nous ne réduisons pas le volume du gâteau? », a-t-elle interrogé.

« Se sont les consommateurs du produit fini qui sont en fin de compte les plus perdants, car comme on dit, « à la jungle comme à la jungle », nous essayons simplement de nous adapter à la situation», a-t-elle ajouté.

Rappelons que la flambée des prix des produits de première nécessité est une question, aujourd’hui mondiale, et chaque gouvernement, essaie autant que faire se peut, de trouver des voies et moyens pour résoudre ce problème. 


SUR LE MÊME SUJET
L'Organisation non gouvernementale (ONG) Sos Consommateurs a dénoncé, vendredi à Libreville, la décision unilatérale prise par les boulangers d'augmenter de dix francs le prix de la baguette de pain de 200 grammes. Les boulangers ont justifié la hausse du prix de la baguette de pain, de 125 à 135 francs CFA, par celle du prix de la farine de blé, argument rejeté par le gouvernement. Le ministre gabonais de l’Economie, Magloire Ngambia, a indiqué que le prix du pain est réglementé vu que la farine de blé est subventionnée à raison de 17 milliards de FCFA par l’Etat ...
Lire l'article [1]
Le pain est devenue un denrée très rare depuis près de quatre jours dans plusieurs quartiers de la capitale gabonaise à cause d’une situation née de l’augmentation non règlementaire du prix de la baguette de 200g par certains boulangers, compliquant ainsi la tâche aux revendeurs qui ont préféré observer une trêve, tandis que le ministère du commerce est monté au créneau pour appeler au respect de la loi, a constaté GABONEWS. « Nous ne gagnons plus rien en vendant la baguette de pain à 100 francs CFA, comparativement aux nombreuses taxes que nous payons aux différentes administrations en vue de mieux ...
Lire l'article [2]
Libreville, 10 septembre (GABONEWS) - La capitale gabonaise, tout comme certaines autres localités du pays, connaît une pénurie de gaz butane depuis quelques jours, contraignant ainsi les ménages à parcourir de longues distances pour s’en procurer dans les rares stations services possédant encore ce produit. Les responsables de stations s’accordent à dire que « c’est stratégique ». « Nous ne commandons plus le gaz comme avant, question de sécurité. En cas de casse, le gaz est un produit très inflammable, moins nous en avons en stock et plus prudents sommes-nous », a déclaré Aziz. En effet, cette pénurie a ...
Lire l'article [3]
Les populations du quartier Baléka (2ème arrondissement de la commune de Mouila) dans la province de la Ngounié (sud) éprouvent d’énormes difficultés pour s’approvisionner en eau potable. Pour s’alimenter en en eau potable dans cette zone, il faut aller dans un quartier voisin. Dans la zone, quelques rares personnes nanties ont pu faire acheminer de l'eau dans leurs concessions à côté de la majorité des habitants n'ont pas assez de ressources financières pour s’offrir un compteur d’eau. Face cette situation, les habitants de Baléka comptent sur la nouvelle équipe de la mairie de cet arrondissement pour leur implanter une borne fontaine. En attendant, ...
Lire l'article [4]
Les populations de Mabanda, dans la province de la Nyanga (sud-ouest), éprouvent d’énormes difficultés pour s’approvisionner en eau potable, alors qu’un projet d’hydraulique villageoise devrait avoir été réalisé dans le village dans le but de les soulager. Selon les populations de cette partie du pays, le manque d’eau potable serait consécutif à l’absence prolongée de l’hydraulique villageoise qui faisait partie des projets prioritaires des fêtes tournantes, Edition 2002. Or, soulignent ces populations, le département de la Doutsila avait bénéficié d’une enveloppe globale de 2,5milliards de francs CFA et rien n’a été fait dans le sens de l’amélioration des conditions de vie ...
Lire l'article [5]
Les habitants d’Angondjé, dans la banlieue nord de Libreville, partant de la Cité Amissa Bongo, en passant par la cité Nathalia et leurs environs sont en proie à de nombreuses difficultés dues à l’enclavement notamment celles liées à l’électrification, à la route et à l’approvisionnement en eau potable à telle enseigne que ces derniers sont contraints de parcourir un ou deux kilomètres, et d’attendre quelquefois des heures, selon le nombre de personnes en attente au point d’eau, pour pouvoir remplir un bidon de 10 litres. Cette situation fait que les populations les moins nanties parcourent cette distance à pieds, avec des ...
Lire l'article [6]
Pour permettre une bonne application des mesures prises par le gouvernement le 24 avril dernier pour contrer la flambée des prix de première nécessité et protéger le pouvoir d’achat des Gabonais, le ministère des Finances a pris le 30 avril dernier un arrêté visant à plafonner les marges bénéficiaires des importateurs aux détaillants sur le riz et la farine. Renforcer les mesures fiscales et budgétaires du gouvernement contre la vie chère en limitant la spéculation des commerçants sur les produits de première nécessité, tel est le but de l’arrêté pris par le ministère gabonais des Finances le 30 avril dernier qui ...
Lire l'article [7]
Suite à la pénurie de farine observée depuis peu sur le marché gabonais, le président directeur de la Société Meunière et Avicole du Gabon (SMAG), Jean Pierre Békalé Be Nzoghe, déclare que cette situation ne relève pas de la hausse du prix du blé sur le marché international, compensé par des mesures palliatives de l'Etat, mais de la spéculation des commerçants qui prévoyaient une pénurie de farine. La rareté de la farine sur les marchés gabonais ne serait pas due à une pénurie de la SMAG mais à la rétention des stocks par les commerçants, a récemment expliqué le ...
Lire l'article [8]
Le président directeur général de la Société meunière et avicole du Gabon (SMAG), Jean-Pierre Békalé Be Nzoghé, dont l’entreprise est hâtivement pointée du doigt par le consommateur en cette période de pénurie de farine de blé vécue sur le marché national, où le sac de ce produit est vendu au bas mot à 15.000 francs CFA par les mêmes grossistes qui le revendent sur d’autres marchés à 21.000 francs CFA au prix le moins disant, accuse ces opérateurs économiques d’orchestrer la crise actuelle observée à l’échelle du pays, tout en s’en employant à assurer que devant les pertes enregistrées par ...
Lire l'article [9]
Les populations de Nombakélé et de Doghou, bourgades situées aux alentours de Mouila (450 km de Libreville), capitale provinciale de la Ngounié (sud), suite à la défectuosité des pompes hydrauliques, d’une part, et de la baisse de la pluviométrie dans la région d’autre part, éprouvent depuis un certain temps de nombreuses difficultés à accéder à l’eau potable. En effet, les deux pompes installées par le programme national d’hydraulique villageoise, du fait des problèmes mécaniques, sont hors d’usage et, Pangou, le principal cours d’eau qui a toujours alimenté les populations riveraines, est au bord de la sécheresse suite la faible pluviométrie constatée ...
Lire l'article [10]
Une ONG gabonaise dénonce la hausse du prix du pain
Société / Le pain: denrée de plus en plus rare dans les foyers à Libreville
Gabon: Le gaz se fait rare à Libreville et dans plusieurs localités du pays
L’eau potable denrée rare pour les populations d’un quartier de Mouila
Gabon: L’eau potable, une denrée rare à Mabanda
Gabon: L’eau potable: denrée rare à la Cité Amissa Bongo d’Angondjé
Gabon : Le gouvernement fixe les marges bénéficiaires sur le riz et la farine
Gabon : La SMAG dénonce la spéculation des commerçants
Gabon: Pénurie de Farine / grosses pertes financières à la SMAG, la crise orchestrée sur le marché national
Gabon: L’eau potable, denrée rare à Mouila et sa périphérie dans le sud du Gabon