Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: Environnement / La plage du Tropicana entretenue grâce aux actions de l’O.N.G « Sauvons la planète »

Auteur/Source: · Date: 24 Avr 2008
Catégorie(s): Société

Très fréquentées par les populations locales, les plages de la capitale gabonaise, Libreville, ont toujours posé un problème récurrent: celui de l’entretien dans la mesure où nombreux sont les déchets (de diverses natures) qui les jonchent et les polluent considérablement; un problème qui soulève entre autres des questions liées à l’environnement en matière d’assainissement, questions qui préoccupent l’association « Sauvons la planète » crée en 2002 dont l’objectif est de lutter contre l’insalubrité dans les quartiers du premier arrondissement parmi lesquels on retrouve le quartier Tahiti abritant la plage du Tropicana, gérée par cette O. N.G depuis cinq années déjà avec de fructueux résultats, a constaté GABONEWS.

Située entre l’ancien hôtel Tahiti et la base de l’Armée de l’air, la plage dénommée Tropicana qui s’étend sur une distance d’environ 1km accueille une variété d’individus avec une grande affluence durant les week-ends comme le souligne le président de l’ONG « Sauvons la planète », Floris Renamy Rogoula qui détient la gestion de cette plage.

C’est depuis cette date que celui-ci prend en charge l’entretien de cette plage en déployant une équipe de nettoyeurs. Cette équipe composée de 14 personnes au total débarrassent la plage de leurs détritus, deux fois par semaine, le samedi et le dimanche, (avant l’arrivée des usagers, et après leur départ).

Munis de râteaux, de pèles et de sachets poubelles, ils procèdent d’abord au tri de ces détritus en fonctions de leur nature, seuls les déchets biodégradables sont enterrés, tandis que les autres déchets, eux, sont mis dans des sacs poubelles à destination des bacs disposés à l’entrée de la voie qui mène à cette plage.

Interrogé sur les matériaux utilisés par l’équipe de nettoyeurs de cette plage, le président de l’ONG déclare que cette dernière ne dispose pas encore de fonds conséquents pour pouvoir procéder à l’achat de nouveaux matériaux.

A cet effet, Il tient à rappeler que le matériel qu’ils utilisent n’est autre qu’un don offert par une maison de téléphonie mobile en 2003 à l’occasion d’une opération intitulée « Journées plage propres »

Outre le nettoyage qui s’effectue sur cette plage, il existe également un espace, plus précisément une tente mis à l’entière disposition des usagers, en présence de deux volontaires afin de les sensibiliser sur l’importance de la propreté d’une plage: on y retrouve des brochures et des explications, les questions sont également les bienvenues, mais ils sont encore peu nombreux à intéresser à cette tâche difficile dont un gros effort reste à fournir aussi bien de la part des usagers que de ceux qui les sensibilisent.

« Lorsque des usagers se permettent de jeter des détritus sur la plage ou dans la mer cela relève non seulement du non respect de l’environnement, mais cela montre aussi que ce comportement blâmable prend d’abord racine dans nos quartiers et finit par s’ancrer ensuite quelque soit l’environnement qui nous entoure ».

En d’autres termes, ceux qui dans leurs quartiers jettent leurs ordures en dehors des bacs prévus pour les contenir feront de même sur la plage ou ailleurs.  


SUR LE MÊME SUJET
Un vieillard de 94 ans, emporté par la mer à Port-Gentil, la capitale économique gabonaise à 144 km au sud-ouest de Libreville, a été retrouvé vivant, vendredi dernier au Cap Santa Clara, à une trentaine de km au nord de la capitale gabonaise. Francis Ignanga, âgé de 94 ans, a été emporté par la mer à Port-Gentil, à bord de sa pirogue, au milieu du mois de juillet, au cours d’une partie de pêche. Alors que toute sa famille le croyait mort, le vieillard a été retrouvé bien vivant, après avoir dérivé pendant trois semaines avec sa pirogue qui a échoué ...
Lire l'article
Gabon : Libreville 12e ville la plus chère de la planète
Dans sa publication du 12 juillet dernier, le cabinet britannique Mercer place Libreville au 12e rang mondial des villes les plus chères du monde pour les expatriés dans un classement dominé par Luanda (Angola), Tokyo (Japon) et Ndjamena (Tchad). En Afrique, la capitale gabonaise se loge à la 3e place. Libreville est la 12e ville la plus chère du monde pour les expatriés, selon les résultats de l’étude publiée le 12 juillet dernier par le cabinet britannique Mercer. Cette enquête, la plus complète réalisée au niveau mondial sur le coût de la vie, aide notamment les entreprises à calculer les ...
Lire l'article
Le ministère de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs, a annoncé la fermeture prochaine, de la plage située en face du Lycée National Léon Mba, dans le premier arrondissement de Libreville pour causes de des travaux d’aménagement et d’embellissement de cet espace très fréquenté par la population. Située entre l’ancien hôtel Dialogue et l’hôtel Laïco Okoumé Palace, la plage du Lycée National Léon Mba de Libreville, qui reçoit fréquemment l’organisation des manifestations culturelles, des loisirs, et autres promeneurs, sera bientôt fermée au public durant les travaux d’aménagement entrepris par le ministère en charge des Sports et des Loisirs. Dans ce ...
Lire l'article
Les conseillers municipaux de la commune de Libreville étaient réunis mercredi dans l’une des salles de l’hôtel ville Libreville autour de leur président, Jean François Ntoutoume Emane, pour entériner les décisions annoncées dernièrement lors de la présentation des vœux de nouvel an au chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba. Pour s’occuper réellement des préoccupations de ses concitoyens, le maire avait décidé d’instaurer une gestion plus orthodoxe au sein de son institution. Dans le même temps, pour réaliser les économies substantielles, l’édile de Libreville avait décidé de revoir à la baisse le traitement du maire et de ses différents adjoints de ...
Lire l'article
Le gouvernement met la pression sur la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) comme si les difficultés inhérentes au pays provenait d’une seule entreprise qui aurait signé une convention avec l’Etat gabonais. lui était étrangères. En réalité la mise en concession avait bien été opérée en 1997 parque que l’Etat gabonais n’avait plus les moyen d’assurer financièrement son développement. Juste réalité. L’Etat gabonais à sa part de responsabilité pour n’avoir pas régulièrement rempli ses engagements. Vendredi, la direction générale de la SEEG qui ne fait guère le jeu de la surrenchère verbale, est sortie enfin de son mutisme pour ...
Lire l'article
Le bilan des immigrés clandestins qui ont échoué aux larges des côtes gabonaises dans la nuit de mardi s'alourdit de jour en jour, cinq nouveaux corps ont été retrouvés ce vendredi, montant le chiffre à un total de 23, à l'heure actuelle. Depuis mardi dernier, 15 corps avaient été retrouvés sur la plage de Libreville, suivi dans la journée de mercredi matin par trois autres au même endroit. Cette embarcation transportait des ressortissants d'Afrique de l'ouest qui immigraient clandestinement au Gabon.
Lire l'article
Les corps de 12 migrants clandestins présumés se sont échoués sur une plage de Libreville, la capitale gabonaise, ont annoncé mardi les autorités. Les victimes sont apparemment originaires de l'Afrique de l'ouest, selon Ndinge Mouetse, du bureau du procureur général gabonais. Un passeport du Ghana a été découvert sur l'un des corps. Une embarcation en mauvais état a également été retrouvée à proximité. Le Gabon, pays riche en pétrole plus facile à atteindre que l'Europe, est devenu une destination pour les populations fuyant la pauvreté des pays d'Afrique de l'ouest.
Lire l'article
Le corps sans vie d’une jeune fille âgée d’environ 12 ans a été retrouvé mercredi, aux abords de la plage du Lycée Léon Mba de Libreville, aux environs de 14 heures par un jeune garçon qui se promenait le long de cette plage. Ce corps sans vie serait en effet celui d’une élève du lycée Paul Indjendjé Gondjout (Lycée d’Etat de l’Estuaire) qui se serait noyée mardi dernier, selon les témoignages recueillis sur les mieux du drame. Toutefois, la véritable cause de cette noyade est encore ignorée, à en croire les premières arrivées sur les lieux, d’autant que certaines personnes pensent ...
Lire l'article
Le ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales, de la Décentralisation, de la Sécurité, et de l'Immigration, André Mba Obame, a effectué mercredi, une sortie publique fort opportune sur le terrain de la politique environnementale en vue d'exprimer la volonté des autorités de l'Etat à ramener l'ordre dans le champ d'action des ONG, dont les discours de plus en plus frondeurs s'apparentent, de l'avis unanime des dirigeants du pays, à ceux des partis politiques en lutte pour la conquête du pouvoir.  Sans vouloir donner l'impression de manier à la fois le bâton et la carotte, le ministre de l'Intérieur, André Mba Obame, ...
Lire l'article
De son refuge du New Jersey, aux Etats-Unis d'Amérique, un certain Dr. Daniel Mengara provoque la fébrilité à Libreville, notamment au niveau des plus hautes sphères politiques du pouvoir gabonais. Le mouvement qu'il dirige, par Internet interposé, est toute une énigme. Cliquez image pour voir article, p. 1 Vous pouvez cliquer l'image ci-contre pour voir la page 1 de l'article de Nku'u Le Messager. Cliquez image pour voir article, p. 2 Vous pouvez cliquer l'image ci-contre pour voir la page 2 de l'article de Nku'u Le Messager. Source: Nku'u Le Messager du 6 au 19 août 2007.
Lire l'article
Emporté par la mer à Port-Gentil, un vieillard retrouvé vivant sur une plage non loin de Libreville
Gabon : Libreville 12e ville la plus chère de la planète
Environnement: la plage du lycée national Léon Mba bientôt fermée au public
Municipalité : Les Librevillois attendent des actions concrètes
Gabon : La SEEG poursuit ses passionnantes missions malgré la confusion inadaptée entretenue par le gouvernement
Gabon: Drame de l’immigration clandestine: cinq nouveaux corps retrouvés sur la plage à Libreville
Les corps de 12 migrants retrouvés sur une plage du Gabon
Gabon: Un corps sans vie retrouvé sur la plage du Lycée Léon Mba
Gabon: Environnement : le gouvernement gabonais annonce la « suspension provisoire » des actions des ONG
Le BDP – Une énigme entretenue par le pouvoir: beaucoup d’importance pour très peu de choses


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 24 Avr 2008
Catégorie(s): Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*