Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: Des plantations à la périphérie de Libreville pour « joindre les deux bouts » dans certains ménages

Auteur/Source: · Date: 10 Juin 2008
Catégorie(s): Société

Plusieurs responsables des ménages vivant à Libreville reconnaissent, parallèlement avec leurs activités professionnelles respectives, posséder des plantations de cultures vivrières aux abords de la capitale, où ils se rendent tous les week-ends Pour, disent-ils « joindre les deux bouts ».
« Chaque année, et ce depuis longtemps, je fais toujours une plantation à Nzamaligué sur la route de Donguila, car le salaire que je gagnais lorsque je travaillais encore ne me permettait pas de nourrir aisément ma nombreuse famille», affirme Albertine Ngadou, administrateur de santé à la retraite qui déclare avoir eu dix maternités.

Les arguments d’Alain Roger Moundounga, instituteur dans un établissement privé de la place, sont quasiment similaires « S’il faut uniquement compter sur nos maigres salaires, surtout à l’heure où la vie devient de plus en plus chère, on ne peut pas bien nourrir sa famille à Libreville. Nous sommes bien contraints de nous adonner aux activités agricoles pour joindre les deux bouts. Moi, sauf cas de force majeure, tous les week-ends je vais à Nkoltang sur la Nationale 1 où se trouvent mes plantations ».
Toutefois, le revenu à priori, n’est pas la principale source de motivation car nous avons également un enseignant de l’Université Omar Bongo qui dit avoir des plantations au PK 68 de Libreville.

Par ailleurs, si certains, comme nos deux premiers témoins, se limitent à une agriculture de subsistance, d’autres, par contre, cultivant sur des grandes surfaces, avouent commercialiser leur production. C’est le cas de Ruffin Mayila, agent du ministère des finances, qui affirme qu’« avec mes enfants qui m’épaulent, je cultive la banane en grande quantité à la Remboué que j’écoule sur place à la maison. Je n’ai même pas besoin d’aller au marché. Les clients sont mes proches ».

Enfin, un huissier de justice, dit disposer de vastes champs d’ananas dont les fruits sont vendus dans les différents carrefours de la Ville.
En rappel, malgré les vastes forêts, l’autosuffisance alimentaire reste l’un des défis majeurs du Gabon.
 


SUR LE MÊME SUJET
De nouvelles plantations de café et de Cacao pour l’Ogooué-Ivindo
La délégation provinciale de la Caisse de stabilisation et de péréquation (Caistab) de l’Ogooué-Ivindo procède depuis quelques jours, sous la houlette de son responsable, Guillaume Mvou, à une opération de création des nouvelles plantations de café et de Cacao à travers toute la province de l’Ogooué-Ivindo Une opération de création de nouvelles plantations de café et cacao a été récemment lancée en Ogooué-Ivindo. Elle consiste, selon M. Mvou cité par la source, au choix des sites, puis au défrisage, à l’abattage et au tronçonnage des arbres selon les cas. Une opération qui sera suivie par la suite d’après M. Mvou, ...
Lire l'article
Une campagne de réhabilitation des plantations de cacao et de café a été lancée mercredi à Makokou, capitale provinciale de l’Ogooué Ivindo (nord est) dans le but de relancer l’agriculture dans cette partie du Gabon. La campagne lancée par la représentation provinciale de Caisse de stabilisation et de péréquation (Caistab) vise également à créer de nouveaux champs de cacao et de café dans toute la province. Selon un communiqué du gouverneur de la province, Rufin Moutessayigoué, la campagne concerne d’abord le verger dit provinciale. La seconde phase va concerner la création des nouvelles plantations. L’opération appelle également les planteurs de la province ...
Lire l'article
Les cultivatrices de Ndendé, chef-lieu du département de la Dola, dans la province de la Ngounié (sud du Gabon), ont exprimé, le week-end dernier, leur exaspération face aux ravages causés par les éléphants dans leurs plantations, lors d'une réunion au Lycée Paul Marie Yembit, l'établissement secondaire le plus important de la localité. La rencontre a regroupé autour de Mme Edith Massounga de Langladela, présidente de la nouvelle association "Murime" pour le développement de la Dola, plus d’une centaine de femmes qui ont menacé de s’attaquer aux pachydermes qui les affament, bien que ceux-ci fassent désormais partie des espèces intégralement protégées ...
Lire l'article
La Caisse de Stabilisation et de péréquation (CAISTAB), a mobilisé plus de 1700 jeunes dans le nord du pays pour la réhabilitation des plantations de café-cacao dans la province du Woleu-Ntem (nord), en vue de relancer la culture de rente dans cette partie du pays, a-t-on appris auprès d’une source concordante. Le projet est initié par le gouvernement de la République et mis en branle sur le terrain par la direction générale de la Caisse de Stabilisation et de péréquation du Woleu-Ntem. Cette opération de réhabilitation des plantations de café-cacao dans les villages du septentrion concerne plus de 1700 jeunes qui seront ...
Lire l'article
Les paysans de Gamba, dans le département de Ndougou (Ogooué Maritime), vivent actuellement dans la psychose, du fait de la présence depuis quelques semaines aux alentours de leur plantations d’importants troupeaux d’éléphants qui saccagent tout à leur passage dans les champs, compromettant ainsi les récoltes attendues, a-t-on appris. Les plantes les plus convoités par ces animaux sont surtout des jeunes plans de bananiers, les tubercules de manioc, des légumes et même les jeunes palmiers font les frais de ces mastodontes qui ont un goût particulier pour le choux palmiste. Selon Laurette M, cette situation n’est pas un fait de hasard, d’autant ...
Lire l'article
Le Directeur général de la Caisse de stabilisation et de péréquation (Caistab), Mathias Otounga Ossibadjo, a procédé samedi dernier à Oyem, chef-lieu de la province du Woleu-Ntem (nord), au lancement des travaux de réhabilitation des plantations cacaoyères. L’opération, qui rentre dans le cadre d’un contrat passé entre le Président Ali Bongo Ondimba et les planteurs de la province pour la réhabilitation totale du verger villageois, s’est déroulée à la plantation d’Ewore-Mekok, à une dizaine de kilomètres sur l’axe Oyem- Mitzic, en présence du gouverneur Jean Gustave Meviane m’Obiang et des planteurs. A cette occasion, le représentant des planteurs, Mme ...
Lire l'article
Les populations de certains quartiers de Libreville, la capitale gabonaise, sont victimes à une pénurie d’eau potable depuis plusieurs semaines, a constaté lundi un correspondant de Xinhua sur place. Les habitants de ces quartiers sont obligés de louer des voitures pour aller chercher de l’eau potable dans les quartiers ou de l’eau coule pour les uns et d’autres par contre sont contraints de parcourir des kilomètres. La pénurie est due à la rareté des pluies, ont indiqués certains agents de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG), filiale à 51% du groupe français Veolia chargée à la fois de la production, ...
Lire l'article
Les éléphants, espèces partiellement protégés, font les ravages des dans les plantations des cultivateurs de la province Tchibanga qui poussent des cris d’alarmes devant les torts et la famine que leur causent les pachydermes. Les populations rurales qu’elles soient de Mayumba, Moulengui-Binza, Mabanda, Moabi et des environs de Tchibanga, crient famine à cause des ravages causés par les pachydermes qui, s’attaquent à toutes formes de cultures, ‘’ Cette année à peine commencées, toutes les plantes ont été ravagées par les éléphants, cela va être la famine assurée toute l’année ‘’, dit Mr Pama au village Loubomo (Mayumba). ‘’ Ils viennent même derrière ...
Lire l'article
Les habitants de plusieurs quartiers de la capitale se sont mobilisés le week end pour protester contre la pénurie d'eau dont ils sont victimes depuis plusieurs jours. Ceux des quartiers Gros-Bouquet, Louis et Pompidou ont dressé des barricades aux feux tricolores du Gros-Bouquet, perturbant le trafic pendant plusieurs heures, pour réclamer à la Société d'énergie et d'eau du Gabon (SEEG) le retour de l'eau dans le robinet. Plusieurs Librevillois ont célébré la fête de Noël sans aucune goutte d'eau, notamment ceux des quartiers Louis, Pompidou et Gros-Bouquet, suite aux «caprices techniques» de la Société d'énergie et d'eau Gabon (SEEG). Las de broyer ...
Lire l'article
Le chef de l'Etat a visité le 11 octobre les plantations de cacao et de café autour de Bongoville pour évaluer les efforts de la Caisse de stabilisation et de péréquation (CAISTAB) dans le développement de la filière du café et du cacao. Cette exploitation mise en place dans le cadre de la relance du secteur initié depuis 2005 par le gouvernement emploie aujourd'hui plus de 60 personnes. Le président gabonais a chaussé ses bottes le 11 octobre dernier pour visiter les plantations de café et de cacao situées dans la région de Bongoville, dans la province du Haut Ogooué, ...
Lire l'article
De nouvelles plantations de café et de Cacao pour l’Ogooué-Ivindo
Lancement d’une campagne de réhabilitation des plantations de cacao et de café dans l’Ogooué Ivindo
Des cultivatrices excédées par les ravages causés par les éléphants dans leurs plantations dans le sud Gabon
CAISTAB: Plus de 1700 jeunes mobilisés pour la réhabilitation des plantations de cacao et café dans le nord du Gabon
Les éléphants ravagent des plantations à Gamba
Réhabilitation des plantations cacaoyères dans le nord du Gabon
Gabon : pénurie d’eau potable dans certains quartiers de Libreville
Les éléphants font des ravages dans les plantations
Gabon : Noël sans eau pour certains quartiers de Libreville
Gabon : Bongo dans les plantations de café et cacao


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 10 Juin 2008
Catégorie(s): Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*