- Bongo Doit Partir - https://www.bdpgabon.org -

Le retrait de Tsvangirai est un appel à la communauté internationale

Daniel Compagnon, chercheur en sciences politiques et professeur à l’IEP de Bordeaux, est un spécialiste du Zimbabwe. Il estime que Morgan Tsvangirai, en se retirant maintenant, a mis la balle dans le camp de la communauté internationale, et plus particulièrement de l’Afrique du Sud, seul pays à pouvoir exercer une pression sur le régime de Robert Mugabe.

Le chef de l’opposition zimbabwéenne, Morgan Tsvangirai, s’est retiré dimanche de la course présidentielle, alors qu’il était arrivé en tête au premier tour. A-t-il cédé devant la violence du régime de Robert Mugabe ?

La première explication possible est la peur, devant l’intensité que prennent les violences dans le pays. Même si l’on est habitué aux violences dans les élections africaines, les tortures que pratique le régime de Robert Mugabe contre des civils, des enfants ou des personnes âgées sont devenues insoutenables et font peser une énorme pression psychologique sur son principal opposant. Depuis 2000, même s’il a déjà payé de sa personne en étant emprisonné et battu, celui-ci a toujours reculé devant les risques pour la population ou pour lui.
Quelle est la nature des violences perpétrées sur les militants du MDC ?
Le régime du président Mugabe a instauré une terreur de masse par son ampleur, mais qui reste très ciblée. L’armée procède à des expéditions nocturnes, elle fait du porte à porte, interroge, torture, assassine… Cela se produit surtout dans les zones rurales et plus particulièrement dans le Nord, le Centre et l’Est, qui votaient traditionnellement pour le parti au pouvoir et qui ont basculé dernièrement pour le MDC de Morgan Tsvangirai. Le gouvernement terrorise pour dissuader les gens d’aller voter et pour supprimer la capacité de réaction du MDC. Ces tactiques sont bien rodées, Robert Mugabe les utilise depuis les années 1980, pour détruire l’opposition. Il s’agit de violences ciblées, pas de meurtres massifs de type ethnique. On élimine le parti d’opposition, tout en faisant croire à l’observateur pressé, qui ne verrait Harare que le jour, que tout se passe normalement. Et quand vient l’élection, il est possible que les choses se déroulent dans une atmosphère relativement pacifique. C’est cette connaissance de la violence, de la manipulation, du trucage et de la désinformation qui fait le caractère assez sophistiqué de la domination de M. Mugabe.

Le MDC a annoncé que quatre-vingt-six de ses militants ont été tués depuis le premier tour de la présidentielle. En abandonnant maintenant, Morgan Tsvangirai ne risque-t-il pas de donner l’impression qu’ils sont morts pour rien ?

C’est un problème et cela risque de laisser une impression très négative à ses partisans. Mais son retrait peut aussi être analysé comme un choix stratégique. A partir du moment où sa victoire n’était pas reconnue dès le premier tour par la commission électorale, il savait que le deuxième tour était perdu. Il était évident que Robert Mugabe ne lui laisserait jamais le pouvoir. Du coup, la question était de savoir quand se retirer. Il a attendu d’être près de l’élection pour “capitaliser” sur la violence contre ses partisans et interpeller la communauté internationale. Il n’avait pas d’autre choix. Il n’a ni les capacités, ni la volonté de s’engager dans la lutte armée. Si le scrutin ne peut être tenu, alors il doit compter sur une réaction internationale.
Les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l’ensemble de la communauté internationale condamnent tour à tour les événements au Zimbabwe. Pourquoi l’ONU n’intervient-elle pas ?

La Chine, qui siège au Conseil de sécurité de l’ONU, menace systématiquement d’opposer son veto à une résolution sur ce sujet. Elle n’a pourtant pas énormément d’intérêts économiques au Zimbabwe. Robert Mugabe essaie de faire croire que c’est par solidarité mais, d’après moi, c’est plutôt une question de principe. Ils estiment que les grandes puissance utilisent un peu trop facilement le prétexte humanitaire pour pratiquer l’ingérence. En 2005, les Britanniques avaient déjà essayé d’inscrire le Zimbabwe à l’agenda du Conseil de sécurité mais devant les menaces de veto chinois, il y a avait eu un compromis et le Royaume-Uni avait simplement fait une information. C’était pourtant au moment où, pour se venger des électeurs urbains, Robert Mugabe avait fait détruire en plein hiver tout l’habitat informel dans la périphérie d’Harare, jettant des milliers de personnes à la rue.
L’élection, si elle est maintenue, doit avoir lieu vendredi, que peut-on en attendre ? Comment se dessine l’avenir du Zimbabwe ?

Pour ce qui est du court terme et du scrutin du 27 juin, je n’ai pas énormément d’espoir. Je pense que les dés sont jetés : Robert Mugabe va se maintenir au pouvoir et il n’a jamais eu d’autre scénario en tête. A moins que l’Afrique du Sud change radicalement d’attitude et mette une réelle pression sur le président sortant. Plus que l’ONU et les Occidentaux, il faut que la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) et l’Afrique du Sud agissent. La stratégie du président sud-africain et médiateur Thabo Mbeki, qui pratique une diplomatie tranquille, ne marche pas. Il a cru obtenir des avancées l’an dernier en faisant modifier le code électoral, ce qui a permis à Morgan Tsvangirai de percer. Mais il avait sous-estimé l’entêtement de Robert Mugabe à se maintenir au pouvoir. La preuve, le dernier article de ce “nouveau code électoral” dit que Robert Mugabe peut, quand il le souhaite, le modifier. Cela suffit à résumer la situation du pays.


SUR LE MÊME SUJET
Libye: Kadhafi appelle la communauté internationale au secours de Syrte
Mouammar Kadhafi, le dirigeant libyen déchu, a appelé la communauté internationale à rompre l'isolement autour de son fief de Syrte dénonçant un "crime" commis par l'Otan, a annoncé mercredi soir la chaîne Arraï qui diffuse régulièrement des messages de l'ex-dirigeant traqué. "Si Syrte a été isolée du monde pour que ces atrocités puissent être commises contre elle, le monde a l'obligation de ne pas la laisser isolée", a déclaré le colonel Mouammar Kadhafi. "Vous devez assumer votre responsabilité internationale et intervenir immédiatement pour arrêter ce crime", a-t-il ajouté en s'adressant à la communauté internationale. "Le terrorisme et la destruction pratiqués par l'Alliance atlantique ...
Lire l'article [1]
Le Premier ministre zimbabwéen Morgan Tsvangirai est arrivé lundi à Libreville, pour une visite de travail et d’amitié de 24 heures au Gabon. Accueilli par son homologue gabonais Paul Biyoghé Mba à l’aéroport international Léon Mba où les deux hommes ont eu un premier entretien en tête-à-tête centré sur la coopération bilatérale, M. Tsvangirai a été reçu lundi en fin d’après-midi par le président gabonais Ali Bongo Ondimba. Le Premier ministre zimbabwéen doit quitter Libreville mardi en fin de matinée, a annoncé le service de presse de la primature gabonaise, soulignant que sa première visite au Gabon doit ...
Lire l'article [2]
La tension est montée d'un cran supplémentaire en Côte d'Ivoire. Laurent Gbagbo, l'un des deux présidents proclamés de Côte d'Ivoire, a demandé, samedi, le départ "immédiat" de la mission de l'ONU dans le pays, l'Onuci, et de la force militaire française Licorne, selon un communiqué de son gouvernement lu à la télévision d'État, alors que la communauté internationale le somme de céder le pouvoir au plus vite à son rival Alassane Ouattara. Cette annonce intervient au moment où une reprise de la quasi-guerre civile de 2002-2003 - qui avait conduit à l'envoi de ces forces d'interposition - est de plus ...
Lire l'article [3]
Le calme n'est toujours pas revenu à Madagascar. Loin d'avoir apaisé les rivalités partisanes, la prestation de serment samedi du nouveau président Andry Rajoelina n'a fait que renforcer la colère du camp adverse. Plusieurs milliers de partisans du chef d'État déchu Marc Ravalomanana se sont rassemblés, lundi, dans le centre de la capitale malgache, Antananarivo, pour dénoncer la prise de pouvoir "illégale" d'Andry Rajoelina et réclamer le retour de l'ex-président. Réunie dans les jardins d'Ambohijatovo, dans une ambiance à la fois festive et déterminée, la foule a scandé notamment "Avereno dadanai, avereno Ravalo" ("Reviens le père, reviens Ravalomanana"). "Nous estimons que ...
Lire l'article [4]
Le président gabonais, Omar Bongo Ondimba, dans un message lu à la première chaîne de Radio Télévision Gabonaise (RTG1) par le porte-parole de la présidence de la République, Robert Orango Berre, a remercié le peuple gabonais, les présidents africains ayant fait le déplacement de Libreville et la communauté internationale pour le soutien qu’ils ont apporté lors des deux jours et des deux nuits de veillées au Gabon, en hommage à la Première Dame, Edith Lucie Bongo. Dans ce communiqué, le porte-parole de la Présidence de la République a déclaré que, « Profondément ému, et particulièrement sensible à l’élan du ...
Lire l'article [5]
Le leader de l'opposition au Zimbabwe, Morgan Tsvangirai, devient mercredi Premier ministre de son rival de toujours, l'octogénaire président Robert Mugabe, avec lequel il va devoir reconstruire un pays en ruine. "La prestation de serment de Tsvangirai symbolise l'aube d'une nouvelle ère" pour le Zimbabwe, souligne Daniel Makina, de l'Université d'Afrique du Sud. "Mais de là à savoir si le gouvernement d'union va réussir..." L'ampleur des attentes, après les mois de statu quo qui ont suivi la signature le 15 septembre d'un accord de partage du pouvoir, se lit dans les déclarations qui se sont enchaînées mardi. Le Fonds des Nations ...
Lire l'article [6]
La Communauté internationale, réunie, les 26 et 27 janvier 2009 à Libreville, a exprimé sa satisfaction au lendemain de la mise en œuvre de la « Feuille de route » issue du Dialogue politique inclusif en République centrafricaine (RCA), du 8 au 20 décembre derniers à Bangui, sous l’égide du médiateur de la crise centrafricaine, le président gabonais, Omar Bongo Ondimba. C’est ce qui ressort du communiqué final livré à la presse mardi dans les locaux du ministère des Affaires étrangères par les Représentants et Envoyés spéciaux d’organisations internationales pour la RCA, à l’issue des travaux de la deuxième ...
Lire l'article [7]
Le leader de l'opposition zimbabwéenne, Morgan Tsvangirai, a accusé samedi 18 octobre le président Robert Mugabe de l'échec des pourparlers sur le gouvernement d'union nationale, qui doivent reprendre lundi avec l'aide des voisins d'Afrique australe. "Les quatre derniers jours ont été comme un dialogue de sourds", a lancé le chef du Mouvement pour le changement démocratique lors d'un meeting politique, en référence aux négociations menées cette semaine sous l'égide du médiateur sud-africain Thabo Mbeki. "Ce fut un monologue. Mugabe ne négocie pas. Il sait juste dire 'non'. Il a dit 'non' dès le lundi. Nous avons dû dire à Mbeki ...
Lire l'article [8]
Zimbabwe: Tsvangirai reporte son retour au Zimbabwe évoquant un projet “d’assassinat”
Le chef de l'opposition zimbabwéenne Morgan Tsvangirai, absent du Zimbabwe depuis début avril, a retardé son retour au pays prévu samedi après l'annonce par son parti de la découverte d'une "tentative d'assassinat" contre lui. Tsvangirai doit affronter au second tour de la présidentielle le 27 juin le président Robert Mugabe, qu'il a battu au premier tour le 29 mars sans, selon les résultats officiels, obtenir la majorité absolue requise pour être élu. "Nous avons eu ce matin des informations émanant d'une source crédible sur une tentative d'assassinat planifiée contre le président Tsvangirai", a déclaré son porte-parole George Shibotshiwe dans un communiqué lu ...
Lire l'article [9]
LA MAISON DU GABON. L’ASSOCIATION DES GABONAIS DE TOULOUSE (AGATE). APPEL A MANIFESTER DE LA COMMUNAUTE GABONAISE DE TOULOUSE. MANIFESTATION SAMEDI 1 MARS 2008 /14 HEURES. De la PLACE DU CAPITOLE à la place SAINT ETIENNE. La communauté gabonaise France en général, celle de Midi-Pyrénées en particulier, et les associations : l’AGATE et La Maison du Gabon, très éprouvées par l’expulsion illégale de Raïssa, étudiante, boursière de l’Etat gabonais, dénoncent, la violation répétitive et systématique des accords franco-gabonais liés à l’immigration par les préfectures de France et principalement celle de Toulouse. Nous exigeons le retour immédiat de Raïssa et des garanties ...
Lire l'article [10]
Libye: Kadhafi appelle la communauté internationale au secours de Syrte
Visite au Gabon du Premier ministre zimbabwéen Morgan Tsvangirai
CÔTE D’IVOIRE : La tension monte d’un cran entre les pro-Gbagbo et la communauté internationale
Madagascar : critiqué par la rue et la communauté internationale, Rajoelina s’accroche
Gabon: Omar Bongo Ondimba remercie le peuple gabonais et la communauté internationale pour leur soutien
Zimbabwe: Tsvangirai devient Premier ministre d’un pays en ruine
Gabon: La Communauté internationale fait le bilan d’étape de la situation en RCA au lendemain du DPI
Zimbabwe : Tsvangirai dénonce un “dialogue de sourd”
Zimbabwe: Tsvangirai reporte son retour au Zimbabwe évoquant un projet “d’assassinat”
APPEL A MANIFESTER DE LA COMMUNAUTE GABONAISE DE TOULOUSE