- Bongo Doit Partir - https://www.bdpgabon.org -

Zimbabwe: le chef de l’opposition implore l’Afrique d’agir “maintenant”

Le chef de l’opposition au Zimbabwe, Morgan Tsvangirai, a imploré mercredi le continent africain d’agir “maintenant” pour favoriser une solution négociée dans son pays, et des dirigeants d’Afrique australe ont appelé au report du second tour de la présidentielle.
Morgan Tsvangirai, réfugié depuis dimanche à l’ambassade des Pays-Bas, a fait une brève apparition dans sa demeure d’Harare, le temps d’une conférence de presse, avant de retourner dans la chancellerie occidentale.

Le leader de l’opposition, arrivé en tête devant le président Robert Mugabe au premier tour mais qui a renoncé à participer au second prévu le 27 juin face à une “orgie de violences”, a poussé un véritable cri à destination de l’Afrique au cours de cette sortie aux accents dramatiques.

“Le temps est venu de l’action maintenant” pour une sortie de crise au Zimbabwe, secoué par les violences depuis la défaite du régime aux élections présidentielle et législatives du 29 mars, a-t-il lancé aux chefs d’Etat africains dont une réponse concertée se fait attendre. “La population du pays ne peut plus attendre”, a-t-il prévenu.
M. Tsvangirai, 56 ans, a demandé à l’Union africaine (UA) et à la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) d’aider à mettre en place un “mécanisme de transition” qui permettrait au pays de “guérir” et appelé au déploiement de “troupes armées de maintien de la paix”.

Il a prôné un “règlement politique négocié” mais a exclu toute discussion avec un gouvernement formé après le second tour, suggérée par le président Mugabe, au pouvoir depuis l’indépendance en 1980.

La crise zimbabwéenne devrait être au coeur des préoccupations des 53 chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres de l’UA qui se réunissent les 30 juin et 1er juillet en Egypte.

A un niveau régional, le Zimbabwe était déjà mercredi au centre d’une réunion extraordinaire de la commission de sécurité de la SADC (Swaziland, Angola et Tanzanie), près de la capitale swazie, Mbabane.

A l’issue de leurs discussions, le roi du Swaziland Mswati III, le chef de l’Etat tanzanien Jakaya Kikwete, qui préside l’UA, et le ministre angolais des Affaires étrangères Joao Miranda ont appelé à “reporter le vote à un autre jour”.
Le secrétaire général du bloc régional, Tomaz Augusto Salomao, a estimé que la situation ne semblait pas permettre la tenue d’un scrutin “libre et équitable”.

La commission de sécurité est l’organe décisif dans l’éventualité d’une intervention militaire de la SADC, qui peut décider de l’envoi de troupes de maintien de la paix.

Mais cette option a d’ores et déjà été rejetée par Pretoria. “Nous ne pensons pas qu’une intervention militaire soit nécessaire au Zimbabwe”, a déclaré le vice-ministre sud-africain des Affaires étrangères, Aziz Pahad.

Robert Mugabe, qui est à 84 ans le plus vieux des chefs d’Etat du continent, compte toujours des alliés au sein de l’Afrique australe, grâce à des solidarités restées fortes au nom de la lutte pour l’indépendance.

Mardi, il s’était pour la première fois dit prêt à la discussion avec l’opposition, mais seulement après le second tour. Mais il a une nouvelle fois signifié son mépris face aux appels des capitales occidentales, qui jugent impossible un scrutin libre dans les conditions actuelles.
L’ex-président sud-africain Nelson Mandela a dénoncé la “tragique défaillance de la direction” du Zimbabwe, à l’occasion d’une visite à Londres.

A Washington, le président George W. Bush a qualifié “d’imposture” ce second tour et appelé l’Union africaine à augmenter la pression sur le régime.

Le candidat démocrate à la présidentielle américaine Barack Obama a amèrement reproché leur passivité aux pays africains, face aux violences électorales commises par des partisans du président Mugabe.

Les Etats-Unis comptent d’autre part sur des divisions au sein du parti de Robert Mugabe pour parvenir à un règlement négocié avec l’opposition, a indiqué un porte-parole du département d’Etat.

La France et le Portugal ont d’ores et déjà annoncé qu’ils ne reconnaîtront pas les résultats du scrutin, que le plus grand groupe d’observateurs indépendants ne sera pas en mesure de surveiller, les autorités ne l’ayant toujours pas accrédité, a indiqué mercredi le Zimbabwe Election Support Network (ZESN).

Mercredi soir, environ 200 personnes qui ont indiqué avoir été victimes de violences politiques se sont réfugiées dans l’ambassade sud-africaine d’Harare.
 


SUR LE MÊME SUJET
Les autorités du Zimbabwe ont expulsé l'ambassadeur de Libye et son personnel diplomatique pour leur ralliement au Conseil national de transition (CNT) hostile au régime de Mouammar Kadhafi. «Le gouvernement zimbabwéen ne reconnaît pas le CNT en tant que gouvernement représentatif du peuple libyen», a déclaré ce mardi aux journalistes Simbarashe Mumbengegwi, ministre des Affaires étrangères. Le diplomate, Taher Elmagrahi, et le personnel de la mission libyenne disposent de 72 heures pour quitter Harare. Le président Robert Mugabe est un proche allié du Guide libyen déchu dont le pays fournit du pétrole au Zimbabwe enclavé. Le chef de la diplomatie du Zimbabwe ...
Lire l'article [1]
Les Européens ont renforcé lundi 8 décembre leurs sanctions contre le régime zimbabwéen. Dix noms vont être ajoutés à une liste des personnes interdites d'entrée dans l'UE, qui comporte déjà 168 personnalités zimbabwéennes, dont le président Robert Mugabe et sa femme Grace. Ce renforcement des sanctions européennes intervient alors que la communauté internationale a durci le ton face au président du Zimbabwe, âgé de 84 ans et au pouvoir depuis plus de vingt ans. Plus tôt dans la journée, Nicolas Sarkozy a déclaré que M. Mugabe devait quitter ses fonctions. "Le Zimbabwe a suffisamment souffert. Toutes les discussions ont ...
Lire l'article [2]
Une vidéo, filmée en caméra cachée, par un gardien de prison de Harare, au Zimbabwe et diffusée samedi 5 juillet, démontre les méthodes des partisans du président Robert Mugabe pour truquer la récente élection présidentielle. "IL SURVEILLAIT COMME UN FAUCON" A l'origine, Shepherd Yuda, 36 ans , devait simplement faire une chronique de la vie quotidienne en prison pour le quotidien britannique The Guardian, mais il s'est retrouvé être le témoin d'une fraude électorale opérée par des partisans du Zanu-PF, le parti présidentiel. Sur le film, le gardien de prison et ses collègues, recoivent, chacun à leur tour, des mains d'un ...
Lire l'article [3]
A peine réélu, dimanche 29 juin, à la tête du Zimbabwe au terme d'une élection très contestée, le président sortant Robert Mugabe a redit, lors de son discours d'investiture, qu'il était prêt à négocier avec l'opposition. "J'ai l'espoir que, bientôt, nous mènerons des consultations entre partis politiques de différentes opinions afin d'instaurer un dialogue sérieux qui tempèrent nos différends et débouchent sur une ère d'unité et de coopération", a-t-il déclaré. Cette proposition a été accueillie plutôt froidement par l'opposition, qui a boycotté le second tour de l'élection présidentiellle face aux violences, et qui avait déclaré plus tôt que la réélection ...
Lire l'article [4]
L'ex-président sud-africain Nelson Mandela a dénoncé mercredi la "tragique défaillance de la direction" du Zimbabwe, à l'occasion d'une visite à Londres. M. Mandela dont c'étaient apparemment les premiers commentaires publics sur l'évolution de la situation au Zimbabwe a fait une brève allusion, au cours d'un dîner pour son 90e anniversaire, à ce pays d'Afrique australe dans un discours évocant une série de problèmes auxquels le monde doit faire face. "A notre époque, nous avons parlé haut et fort de la situation en Palestine et en Israël, et le conflit continue sans relâche. Nous avons mis en garde contre l'invasion de l'Irak ...
Lire l'article [5]
Zimbabwe: Tsvangirai reporte son retour au Zimbabwe évoquant un projet “d’assassinat”
Le chef de l'opposition zimbabwéenne Morgan Tsvangirai, absent du Zimbabwe depuis début avril, a retardé son retour au pays prévu samedi après l'annonce par son parti de la découverte d'une "tentative d'assassinat" contre lui. Tsvangirai doit affronter au second tour de la présidentielle le 27 juin le président Robert Mugabe, qu'il a battu au premier tour le 29 mars sans, selon les résultats officiels, obtenir la majorité absolue requise pour être élu. "Nous avons eu ce matin des informations émanant d'une source crédible sur une tentative d'assassinat planifiée contre le président Tsvangirai", a déclaré son porte-parole George Shibotshiwe dans un communiqué lu ...
Lire l'article [6]
Le président de la Commission de l'Union africaine, Jean Ping (Gabon), se trouve depuis dimanche à Harare où il devrait rencontrer dans la journée, le président sortant Robert Mugabe dans le cadre des efforts de l'UA pour résoudre la crise électorale au Zimbabwe, et certainement aussi le chef de fil de l’opposition, Morgan Tsvangirai, arrivé en tête lors de l’élection présidentielle du 29 mars avec 47, 9% de suffrages contre 43,2% pour le héros de l’indépendance acquise il y a un peu plus d’un quart de siècle, demeuré à la tête du pays depuis lors, rapporte un diplomate gabonais à ...
Lire l'article [7]
Le gouvernement du Zimbabwe interdit tout rassemblement politique
Le gouvernement zimbabwéen a interdit tout rassemblement à caractère politique, pour des raisons de sécurité dans un pays au bord du gouffre depuis les élections générales contestées du 29 mars derniers, a annoncé vendredi, la radio d’Etat à Hararé. Citant le porte-parole du chef de la police, Wayne Bvudzijena, la ‘Zimbabwe Broadcasting Corporation’ a expliqué que la police n’avait pas assez d’effectifs pour veiller sur toutes les différentes manifestations politiques. Cette interdiction survient à un moment où le Zimbabwe peut à tout moment sombrer dans une crise politique aux conséquences incalculables, suite à la rétention des résultats du scrutin présidentiel du 29 ...
Lire l'article [8]
Lors d'une conférence de presse, samedi 5 avril, le chef de l'opposition, Morgan Tsvangirai, s'est déclaré pour la première fois vainqueur de l'élection présidentielle du 29 mars alors que la Commission électorale n'a toujours pas publié les résultats officiels de cette élection. M. Tsvangirai, qui n'était pas apparu en public depuis mardi, a également estimé qu'un second tour contre le chef de l'Etat Robert Mugabe n'était "pas nécessaire". "Nous avons gagné l'élection sans qu'un second tour soit nécessaire", a affirmé devant la presse le leader du Mouvement pour le changement démocratique (MDC), principal parti d'opposition. "En cas de second tour, ...
Lire l'article [9]
A l'issue d'une réunion de plus de cinq heures, vendredi 4 avril, l'Union nationale africaine du Zimbabwe-Front patriotique (ZANU-PF), parti au pouvoir au Zimbabwe, a affirmé qu'elle appuierait la candidature pour un sixième mandat du président sortant, Robert Mugabe, lors d'un éventuel second tour, si les autorités électorales estiment qu'aucun candidat n'a obtenu la majorité absolue. Le secrétaire pour l'administration du ZANU-PF, Didymus Mutasa, a également affirmé que son parti conteste le résultat officiel des élections législatives, remportées par l'opposition du Mouvement pour le changement démocratique (MDC). Ayant perdu le contrôle de la Chambre basse de 12 sièges (97 sièges contre ...
Lire l'article [10]
Zimbabwe: L’ambassadeur de Libye expulsé pour son ralliement aux insurgés
Zimbabwe : Sarkozy et l’UE poussent Mugabe au départ
Au Zimbabwe, une vidéo filmée en caméra cachée révèle des fraudes électorales
Réélu à la tête du Zimbabwe, Robert Mugabe “espère” négocier avec l’opposition
Mandela dénonce la “tragique défaillance de la direction” du Zimbabwe
Zimbabwe: Tsvangirai reporte son retour au Zimbabwe évoquant un projet “d’assassinat”
Crise au Zimbabwé: Jean Ping engage la médiation de l’UA à Harare
Le gouvernement du Zimbabwe interdit tout rassemblement politique
Zimbabwe : le candidat de l’opposition se déclare vainqueur à la présidentielle
Au Zimbabwe, le parti au pouvoir s’apprête à contester le résultat officiel des législatives