Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: La viande de brousse et le poisson d’eau douce: des plats très appréciés par les Oyémois

Auteur/Source: · Date: 5 Juil 2008
Catégorie(s): Société

En cette période de saison sèche au Gabon, propice à la chasse et à la pêche, les populations vivant dans la province septentrionale (Woleu-Ntem) ont plutôt épousé certaines habitudes alimentaires; un comportement qui laisse croire que ces derniers ne se nourrissent que du poisson d’eau douce (silures), et de gibier, en plus des légumes, ce, en dépit des lois interdisant la capture de certaines espèces animalières
Entre autres mets très souvent commandés dans les restaurants et autres lieux de restauration de proximité dans les villages et les villes du nord, on note le paquet de silures, le pangolin, le porc-épic et les reptiles dont, le crocodile, voire la vipère, … et les coûts des plats varient de 500 francs à plus, selon la quantité souhaitée. Des mets très sollicités par de nombreux consommateurs qui n’ignorent pas pourtant que parmi ces espèces, certaines sont protégées, et ne doivent pas être capturées.

« Nous ne pouvons pas nous passer de consommer du gibier, car c’est avec ça que nos parents nous ont élevé, et depuis le temps de nos grand parents, la chasse est pratiquée. Cela n’a jamais vidé nos forêts, nous pensons tout simplement qu’il existe un système naturel de reproduction que l’homme ne peu contrôler », a déclaré un consommateur sexagénaire, feignant d’ignorer les problèmes de dévastation et de décimation de certaines espèces animalières.
Il reste que les restaurants proximité comme ceux-là rencontrés un peu partout dans le pays sont un grand maillon dans le vaste champ de l’écoulement et la vente des produits illicites issus du braconnage.
 


SUR LE MÊME SUJET
Les populations librevilloises ont le choix de leur alimentation mais elles affectionnent particulièrement la viande braisée appelée localement « coupés-coupés », que l’on peut trouver dans la plupart des quartiers de la capitale gabonaise. Les « coupés-coupés » sont une sorte de restaurant à ciel ouvert où les amateurs de viande braisée viennent se ravitailler. Ce type d’aliment cuisiné de façon rapide et très prisé par une grande proportion de Gabonais, fait partie intégrante des habitudes alimentaires des populations de Libreville. Toutefois, plusieurs griefs sont faits à cette activité. Les règles d’hygiènes sont rarement respectées. ...
Lire l'article
Les femmes, compagnes des pêcheurs installés au village des pêcheurs de Cocobeach, s’activent de plus bel, à l’activité de séchage du poisson, en complément à leurs époux qui eux, ont le devoir de ravitailler les fumoirs avant l’étape de la vente. Autrefois réservé aux hommes, l’activité de séchage et de fumage de poisson à grande échelle qui se pratique au village des pêcheurs de Cocobeach se trouve actuellement entre les mains de femmes. Très habiles, ces femmes passent au fumoir différentes variétés de poisson. Chacune nécessitant une certaine durée bien déterminée. Pauline N, de nationalité camerounaise, une des plus anciennes du village explique ...
Lire l'article
Le Gabon produit depuis cinq ans par aquaculture deux cents tonnes de poisson par an, essentiellement du tilapia, selon M. Anicet Mombo, un expert gabonais en aquaculture. Outre le tilapia, deux autres espèces de poisson, le mâchoiron et le mulet, sont en cours d’expérimentation dans les différentes fermes aquacoles du pays, a indiqué M. Mombo, jeudi à Libreville, en marge d’un séminaire sur les stratégies de développement de l’aquaculture commerciale en Afrique qui s’est achevé vendredi. Ouverte mercredi dernier, la rencontre de trois jours a regroupé quelque 60 délégués en provenance des Etats africains riverains de l’Océan Atlantique ...
Lire l'article
Le prix du poisson frais a plus que grimpé ces derniers temps à Lambaréné, capitale provinciale du Moyen-Ogoué, où le kilogramme de carpe est passé de 700 à environ 2500 francs CFA, pénalisant énormément les consommateurs qui ne savent plus à quel saint se vouer, a-t-on appris. A l’origine de cette situation , la forte pluviométrie de ces derniers temps qui provoque la montée des eaux; toute chose qui empêche les pêcheurs de faire de bonnes parties de pêche. Ainsi, pour la carpe fraîche, poisson très prisé et le moins coûteux, le kilogramme passe de 700 à 2500 FCFA, et les autres ...
Lire l'article
L’Inspecteur provincial de Pêche et de l’Aquaculture dans la province du Moyen-Ogooué (centre du Gabon), Aymard Koumba Mounanga, a déclaré au sujet de l’Hétoritis Niloticus très prisé et connu à Lambaréné sous l’appellation du ‘‘ Sans nom’’, autrefois négligé dans le ‘‘ grand’’ fleuve Ogooué (1200km), que ce poisson serait subitement devenu « le poisson famille ». « On l’appelle ‘‘ sans nom’’ parce qu’il n’a pas de nom. Son nom scientifique est l’Hétoritis Niloticus parce qu’il est difficile à déterminer. C’est un poisson particulier qu’on n’avait pas saisi au départ », a expliqué l’Inspecteur provincial des pêches. Le ...
Lire l'article
Plusieurs semaines après la période des fêtes du nouvel an, au cours de laquelle il avait déjà connu des fluctuations, le prix du poisson est de nouveau en hausse à Lambaréné (Moyen-Ogooué), au grand dam des consommateurs locaux, a constaté le correspondant de GABONEWS. Parmi les diverses espèces de ce produit alimentaire, celle communément appelée « sans nom », qui jadis faisait le bonheur des familles nombreuses, est désormais facturée, selon le poids, entre 2000 et 2500 francs CFA, une envolée par rapport au prix initial qui ne dépassait pas les 2000 francs. Même constat pour le poisson le ...
Lire l'article
Les populations d’Oyem (chef lieu de la province du Woleu – Ntem au nord du Gabon), ont récemment réitéré leur reconnaissance aux autorités municipales de la ville de Clermont-Ferrand (France) pour les résultats de la coopération ayant abouti à l’acquisition de 4 bus scolaires et 3 bennes à ordures. " Vous voyez qu’on peut obtenir de bonnes choses en ayant juste des simples idées. Aujourd’hui la ville d’Oyem dispose de bus scolaires et de bennes à ordures sans passer par l’Etat », a expliqué Stane Nzoghé, fonctionnaire à Oyem. « L’Etat ne peut pas tout faire et les autorités ...
Lire l'article
De nombreux jeunes prennent d’assaut les marchés, les ports, où se vend le poisson, pour proposer leurs services aux acheteurs. Leur travail consiste à écailler le poisson et à le découper, facilitant ainsi la tâche aux consommateurs. Un véritable réseau s’est constitué autour des points de vente de poissons, allant de la vente au transport de la marchandise. Depuis quelques temps, les écailleurs de poisson ont le vent en poupe. Nul ne peut acheter du poisson, sans chercher du regard le jeune homme « à la machette ». Agés de 25 à 30 ans, ces jeunes ont su s’imposer ...
Lire l'article
Les délégations en partance pour l’intérieur du pays ou qui voyagent pour Libreville sont émerveillées par la richesse halieutique de l’Ogooué, une rivière qui contient une espèce de silures dont l’un peut atteindre 40 kg et une longueur de 1,20 m. Les eaux douces de l’Ogooué sont très favorables à certains silures qui atteignent des dimensions impressionnantes à l’instar de ces silures qui atteignent 40 à 50 kg. « C’est incroyable, la richesse qu’a notre pays », s’exclame Judith, une jeune fille qui découvre pour la première fois les eaux de l’Ogooué. Pour les riverains de Lastourville, ce genre de poisson est une ...
Lire l'article
A Libreville, les « Fast-foods », (restaurants rapides), sont plus que jamais appréciés par les Librevillois du fait de la rapidité des services qui y sont rendus, mais seule fausse note, les risques de santé demeurent, malgré les contrôles qui y sont souvent effectués par les agents de l’Hygiène publique. Beaucoup fréquentés, ces lieux sont de plus en plus accepter par les populations. Même si le service offert est rapide et pratique, il reste que du point de vue sanitaire, les « Fast foods » seraient à l'origine de plusieurs maladies, souvent mortelles, selon des sources hospitalières. Dans la capitale gabonaise, ...
Lire l'article
Sécurité alimentaire : Les « coupés-coupés », une viande très prisée mais à quel prix ?
Le fumage de poisson, activité principale des femmes à Cocobeach
Le Gabon produit 200 tonnes de poisson par an par aquaculture
Société / Le prix du poisson frais connaît une hausse vertigineuse à Lambaréné
Le “sans nom”, considéré comme le poisson de la “famille” à Lambaréné
Moyen Ogooué : Nouvelle hausse du prix du poisson à Lambaréné
Gabon: Les « Oyemois » se réjouissent des fruits du partenariat avec la ville de Clermont-Ferrand
Gabon: Ecailleur de poisson, une activité très prisée par les jeunes dans les marchés à Libreville
Gabon: Des silures géants, une richesse des eaux douces de l’Ogooué
Gabon: Les Fast-foods à la gabonaise très appréciés du fait de la rapidité du service, mais les risques de santé demeurent


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 5 Juil 2008
Catégorie(s): Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*