Socialisez

FacebookTwitterRSS

Interpellation de Marc ONA et de plusieurs activistes gabonais

Auteur/Source: · Date: 29 Juil 2008
Catégorie(s): Politique

Dans la journée du 28 du mois en cours, suite à la parution dans la presse locale et sur Internet d’articles et de documents portant sur l’affaire dite Bosco ALABA FALL/BGFIBank, les organisations de la Société civile gabonaise œuvrant contre la corruption, l’enrichissement illicite, l’impunité, le patrimonialisme et le clientélisme, ont publié un communiqué de presse conjoint donnant leur point de vue sur la question (voir document ci-joint).

Ledit communiqué exigeant que l’enquête diligentée par les Services judiciaires soit objective, pertinente et surtout impartiale, a été mis à la disposition du public ainsi que de l’Administration, conformément aux procédures en vigueur en la matière.

Alors que nous nous attendions que ces Services s’interrogent sur l’origine d’importantes sommes d’argent déposées sur le compte du Procureur de la République tout en se penchant sur la violation du secret bancaire par BGFIBank, que dans l’après-midi du 29 du mois en courant une douzaine d’éléments de la brigade nord de la Gendarmerie Nationale, circulant à bord de véhicules sans plaques d’immatriculation, interrompent une réunion du Front des Organisations de la Société Civile contre la Pauvreté au Gabon (FOSCPG) pour procéder, sans présenter de document officiel (convocation, mandat d’emmener, notification…), à l’interpellation des signataires de ce communiqué.

Après de longs échanges de vue sur la régularité de la procédure d’interpellation, après avoir sollicité un renfort, celui qui se présentait comme étant l’Officier de Police judiciaire de service a, séance tenante, rempli, sur notre insistance, une série de convocation non référencé (absence de numéro d’ordre et de l’identité de l’enquêteur…) aux noms de : ·
Marc ONA ESSANGUI (Publiez ce que vous Payez) ; ·
Georges MPAGA (Réseau de Bonne Gouvernance) ; ·
Alain MOUPOPA (Afrique Horizons) ; ·
Brice Elvis DJODJI (N’TCHILO) ; ·
et Christian Richard ABIAGHE NGOMO (Coalition contre la vie chère).

Il est à signaler que les reporters de Télé Africa ayant diffusé l’interview du porte-parole des ONG signataires dudit communiqué ont été entendus et menacés par les mêmes agents de l’ordre.

L’interpellation des personnes sus-citées revêt un caractère abusif et arbitraire. Car le contenu du communiqué incriminé porte essentiellement sur :

· la violation du secret bancaire du client Bosco ALABA FALL ;
· la violation de la législation relative au blanchiment des capitaux ;
· la violation des droits de la défense. La Société civile gabonaise réunie au sein du FOSCPG, préoccupée par l’intimidation et le harcèlement des acteurs de la Société civile dans l’exercice de leurs activités, s’insurge contre les manœuvres dilatoires tendant à mettre en péril les Droits de l’Homme en République gabonaise, et en appelle à tous ses partenaires locaux et extérieurs pour attirer leur attention sur les dérives de certains détenteurs de l’autorité de l’Etat.

Abus de pouvoir du Procureur de la République
29-07-2008

Au lieu de répondre aux innombrables questions que les gabonais se posent sur l’origine de sa faramineuse fortune, le Procureur de la République Bosco Alaba Fall, neveu du Président passe par l’intimidation et les menaces pour régler ses comptes à quiconque oserait aborder cette affaire de lee sens contraire de ses intérêts. Après avoir interpellé les journalistes de TéléAfrica ayant diffusé l’intervention de Georges Mpaga, porte parole des signataires du communiqué de presse publié par la société civile, il a envoyé ses éléments auprès des signataires de ce communiqué, sans convocation, ni document officiel pour les interpeller. N’eut été la résistence des membres de la société civile présents sur les lieux, le rendez vous a été pris à la brigade de la gendarmerie de Gros Bouquet pour le mercredi 30 à 8h30.

Source: PWYP GABON
 


SUR LE MÊME SUJET
Camouflet de Barack Obama aux dictateurs africains : Ces activistes gabonais qui ont influencé l’Amérique ?
Ils n’étaient qu’une poignée d’activistes gabonais à se rendre à une marche de protestation presqu’anonyme le 16 juillet 2010 dernier à Washington. Le but de la marche : reprocher à Hillary Clinton ses paroles de soutien au dictateur gabonais Ali Bongo Ondimba qui avait, au cours d’une élection frauduleuse tenue le 30 août 2009 au Gabon, hérité du trône présidentiel dont son père Omar Bongo Ondimba, décédé le 8 juin 2009, s’était accaparé pendant 42 ans. Mais c’est dans une lettre d’un certain Daniel  Mengara à Hillary Clinton le 7 mars 2010 que l’on trouve la genèse de ce qui, près de ...
Lire l'article
Le Goldman Environnemental Prize, une grande distinction internationale pour la défense de l'environnement, a été attribué au Gabonais Marc Ona Essangui, a appris la PANA auprès de ce dernier. N'ayant pu se rendre à Londres, samedi, pour réceptionner son prix - les autorités gabonaises ne lui ayant pas restitué son passeport dont il avait demandé une prorogation -, Marc Ona Essangui s'est contenté d'apprendre la nouvelle à travers les médias à Libreville. Ona Essangui faisait partie des nominés pour ce prix parmi d'autres représentants africains. Opposé à l'exploitation de la gigantesque mine de fer de Belinga (Nord-Est du Gabon) située dans un ...
Lire l'article
A l’ouverture du procès le 24 mars dernier à Libreville, qui oppose le leader de la société civile gabonaise, Marc Ona Essangui, au ministre de l’Intérieur, André Mba Obame, l’avocat du plaignant a requis des dommages et intérêts de 50 millions de francs CFA de l’Etat gabonais. Le 6 juin dernier, le coordonateur local de la coalition Publiez ce que vous payez (PCQVP) avait été frappé d’une interdiction de quitter le territoire alors qu’il embarquait pour New-York où il devait prendre part à une conférence sur la transparence des contrats sur les industries extractives en Afrique, et notamment au Gabon. ...
Lire l'article
Le procès intenté par le leader de la société civile gabonaise, Marc Ona Essangui, au ministre de l’Intérieur, Mba Obame, s’est ouvert hier, à Libreville. Le plaignant accuse le ministre d’avoir pris, en juin dernier, une mesure illégale qui l’avait empêché de se rendre à New York, où il devait assister à une conférence sur la transparence des contrats dans les industries extractives. Marc Ona et son avocat estiment que la mesure d’interdiction de voyager n’était pas fondée et exigent 50 millions de FCFA de dommages et intérêts, explique Guy-Pierre Bitégué, directeur de publication du bihebdomadaire Le Mbandja. L’avocat de l’Etat ...
Lire l'article
Le procès opposant le leader de la société civile gabonaise, Marc Ona Essangui, et le ministre de l’Intérieur, André Mba Obame, a été ouvert ce 24 mars au tribunal de première instance de Libreville après plusieurs reports. Le procès devait s’ouvrir depuis le 10 juillet dernier suite à la plainte déposée par l’avocat de Marc Ona Essangui pour dénoncer l’interdiction «abusive» de quitter le territoire national qui lui avait été adressée le 6 juin 2008. Depuis, de nombreux événements ont perturbé la tenue de ce procès, notamment l’incarcération à la fin du mois de décembre dernier de Marc Ona Essangui ...
Lire l'article
Le porte-parole de la coalition ‘Publiez ce que vous payez’ (PCQVP), Marc Ona Essangui, a été à nouveau empêché de sortir du Gabon samedi, alors qu’il souhaitait se rendre à Doha au Qatar pour une conférence internationale sur la bonne gouvernance, a annoncé l’intéressé dans un communiqué. « Comme il fallait s’y attendre, j’ai une fois de plus été empêché de sortir du territoire », a déclaré Marc Ona dans le communiqué dont APA a reçu une copie. « Je regrette donc de ne pas pouvoir me rendre à ce rendez-vous de la société civile internationale », a-t-il ajouté. « Je pense que ...
Lire l'article
Du fait de l'interpellation le 31 décembre dernier de plusieurs leaders d'ONG et deux journalistes, toujours en détention, Bruno Ben Moubamba, responsable en Europe d'un réseau d'ONG dénommé "Acteurs libres de la société civile gabonaise", a écrit au président du Parlement européen pour dénoncer la "répression" contre la société civile au Gabon et demander l’intercession du président français Nicolas Sarkozy. Se présentant comme le porte-parole en Europe d’un réseau d’ONG dénommé "Acteurs libres de la société civile gabonaise", Bruno Ben Moubamba, a publié, le lundi 5 janvier 2009, une lettre ouverte adressée à Monsieur Hans-Gert Pöttering, président du Parlement Européen, ...
Lire l'article
Le principal porte-parole de la société civile au Gabon, Marc Ona Essangui, a été empêché de prendre l’avion le 6 juin dernier à Libreville alors qu'il était attendu à New York pour une conférence sur la transparence des contrats. Le coordinateur des ONG Environnement Gabon et «Publiez ce que vous payez» envisage de porter plainte au ministre de l’Intérieur, André Mba Obame, qui n’a pas voulu se prononcer sur les motifs de cette mesure. «C'est insensé, absurde. On ne me reproche rien de concret. Il n'y a pas de papier mais je ne peux pas partir. C'est du harcèlement» s’est ...
Lire l'article
Marc Ona Interdit de Voyage aux USA par le régime Bongo
COMMUNIQUE Dans le cadre des activités de « Revenu Watch Institute», organisme Américain de renforcement des capacités des organisations de la société civile, Monsieur Marc ONA ESSANGUI, Coordonnateur de la Coalition PUBLIEZ CE QUE VOUS PAYEZ (Gabon), invité pour la circonstance à donner une communication le 12 Juin 2008 à NEW YORK s’est vu malheureusement interdit d’effectuer ce déplacement par le ministère gabonais de l’intérieur, sans motif apparent, ni notification officielle. Cette attitude ubuesque, rétrograde, en violation flagrante des droits de l’homme et des libertés fondamentales, constitue une menace grave à la cohésion sociale et à la paix civile. La ...
Lire l'article
Le responsable d'un jeune parti de l'opposition gabonaise, Gérard Ella Nguema, et un autre militant ont été interpellés lundi à l'aube, a annoncé leur formation politique, le Rassemblement national des républicains (RNR). "Gérard Ella Nguema, président du RNR, a été interpellé le 7 juillet à 4H00 du matin par des agents du service de la Documentation" (service de renseignements), indique un communiqué adressé à l'AFP. Le secrétaire général du RNR, Christian Abiaghe, a précisé à l'AFP qu'un autre militant du parti avait également été interpellé lundi matin dans les mêmes conditions. Les domiciles des deux militants ont également été perquisitionnés mais aucun ...
Lire l'article
Camouflet de Barack Obama aux dictateurs africains : Ces activistes gabonais qui ont influencé l’Amérique ?
Gabon: Le Goldman Environnemental Prize 2009 au Gabonais Marc Ona Essangui
Gabon : Marc Ona réclame 50 millions de F.CFA à Mba Obame
Gabon : ouverture du procès de Marc Ona Essangui contre le ministre de l’Intérieur Mba Obame
Gabon : Marc Ona et Mba Obame au parquet
L’activiste gabonais Marc Ona empêché de sortir du Gabon pour la 4ème fois
Gabon : Le Parlement européen saisi pour la libération de Marc Ona et Gregory Ngbwa Mintsa
Gabon : Marc Ona interdit de quitter le territoire
Marc Ona Interdit de Voyage aux USA par le régime Bongo
Interpellation de deux militants de l’opposition selon leur parti


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne 3,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 29 Juil 2008
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*