Socialisez

FacebookTwitterRSS

Des entreprises pillent les forêts africaines, sans payer d’impôts

Auteur/Source: · Date: 28 Août 2008
Catégorie(s): Afrique

Greenpeace accuse des groupes internationaux de pratiquer le « transfer pricing », un système de tarification interne qui prive l’Afrique de millions de recettes fiscales. A l’exemple de Danzer Group, multinationale basée en Suisse et active dans l’abattage du bois.

Sous-facturer les produits échangés entre filiales d’une même société pour diminuer les bénéfices de l’entreprise locale et lui permettre de payer moins d’impôts. Faire disparaître la différence sur des comptes offshore. Tel est le principe du transfer pricing, ou tarification du transfert, une pratique très courante chez les multinationales, qui fausse le marché et prive les pays du Sud de millions de recettes fiscales. Un système d’autant plus répandu que, selon l’Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE), deux tiers du commerce international de biens et services ne se fait pas sur le marché libre, mais entre sociétés d’un même groupe.

C’est ce système de tarification au rabais que dénonce Greenpeace dans « Arnaques au Congo. » Si la pratique n’étonnera guère les experts comptables, le rapport a fait grincer des dents Danzer Group, une multinationale basés à Zoug et spécialisée dans l’abattage du bois. Greenpeace l’accuse de priver le bassin du Congo de millions d’euros d’impôts. Et de ses forêts pluviales, les deuxièmes les plus importantes de la planète.

8 millions d’euros de pertes fiscales

Les militants écologistes, qui ont mis la main sur des documents internes de l’entreprise, accusent Siforco, la filiale africaine de Danzer, de vendre le bois tropical à Interholco, la société commerciale suisse de Danzer, à un prix inférieur à la valeur marchande réelle. Et de régler la différence par des payements non officiels sur des comptes en banque offshore en Europe. « Entre 2006 et 2008 les arnaques de Danzer ont privé le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) et de la République du Congo de près de 8 millions d’euros de revenus fiscaux – 50 fois le budget annuel du Ministère de l’Environnement de la RDC » continue le rapport.

Fin juillet, la firme de Zoug s’est fendue d’un long communiqué de presse où elle qualifie ces accusations de « populistes ». « Greenpeace s’efforce, depuis des années, de nuire à la réputation du groupe Danzer en propageant rumeurs, calomnies et demi vérités par une répétition constante de faits erronés et dénaturés. Le Ministère public de la Confédération et le service régional des juges d’instruction de Zoug ont débouté les plaintes de Greenpeace en 2004 et 2006. Et Greenpeace n’a jamais accepté de nouer le dialogue avec nous et de discuter en public » se défend la firme.

Qui assure que ses comptes sont certifiés par PricewaterhouseCoopers et qu’elle n’a fait des bénéfices que pendant deux ans : « Et là où il n’y a pas de bénéfice, il ne peut y avoir de fraude fiscale » poursuit-elle, affirmant s’être quand même acquittée de plus de 10 millions d’impôts et taxes depuis 2003.

Une pratique très courante

Greenpeace le reconnaît : « Danzer n’est pas seule. De telles arnaques fiscales sont plus la règle que l’exception. »

Bruno Gurtner, président de Tax Justice International, un réseau qui milite pour l’équité fiscale, confirme que ces manipulations tarifaires touchent tous les secteurs et tous les pays, même si on ne connaît pas l’ampleur planétaire des pertes fiscales qu’elles génèrent. Selon l’auteur américain Raymond Baker, 60% du commerce avec les pays africains se ferait avec des prix de facturation falsifiés. Au rabais, mais aussi à la hausse, dans les pays où l’impôt est bas : ainsi, les exportations africaines vers les Etats-Unis seraient sous-facturées et les importations sur-facturées.

« Pour pallier à ces tarifications erronées, l’OCDE a mis sur pied un système complexe de régulation, qui prône de calculer les tarifs pratiqués entre les branches d’un même groupe comme s’il s’agissait de sociétés indépendantes » explique-t-il. Difficile de le mettre en place, cependant, même si les gouvernements commencent à réagir. « Il y a dix ans, peu de pays avaient une législation obligeant à documenter les transferts. Depuis, plus de 40 Etats en ont adopté une, mais ces réglementations n’existent pas en Afrique. Et comme les autorités fiscales y sont faibles, il n’y a pas grand risque d’y subir un contrôle fiscal » continue Bruno Gurtner.

Mais des sociétés comme la SGS (Société Générale de Surveillance) ou Cotecna ne pourraient-elles pas jouer un rôle dans l’évaluation de la valeur des importations et exportations ? « Techniquement oui, répond l’expert, mais il faudrait un mandat du gouvernement ou de l’entreprise et, de toute façon, elles auraient les mêmes difficultés que les autorités de taxation. En République du Congo, par exemple, la commission chargée de fixer le prix du bois ne s’est pas réunie depuis cinq – six ans et les prix n’ont pas été mis à jour. »

Banque mondiale interpellée

Tax Justice International réclame une application stricte du système de rapports par pays, « car une comptabilité et une facturation individualisées contraindraient les transnationales à dire où elles sont actives, sous quel nom, et à exposer leurs résultats financiers dans les détails et par pays – chiffre d’affaires, achats, coûts de financement, coûts salariaux et de traitement, nombre d’employés, bénéfices avant impôts, impôts payés localement. » Des prescriptions qui, précise Bruno Gurtner, pourraient être introduites immédiatement par le International Accounting Standard Board, un bureau qui vise à promouvoir un système uniforme de rapports comptables.

Se joignant à cet appel, Greenpeace exhorte la Banque Mondiale, principal créancier des pays du bassin du Congo, à prolonger le moratoire sur l’abattage des forêts jusqu’à ce que l’industrie du bois soit soumise à un contrôle. Ces dernières années, les gouvernements y ont octroyé des millions d’hectares de concessions pour l’abattage du bois. Souvent illégalement, ce qui génère d’énormes profits. Danzer Group, de son côté, affirme avoir signalé à la Banque Mondiale sa disponibilité à lui ouvrir ses comptes.

Contactée à plusieurs reprises, la Banque Mondiale n’a pas donné suite à nos questions.

source: infosud 


SUR LE MÊME SUJET
Se référant à l’enthousiasme du public qui a participé samedi dernier à l’esplanade de l'immeuble Arambo du ministère de l’Economie, à la deuxième (2ème) « Journée portes ouvertes » de la Direction Générale des Impôts (DGI), le patron de cette administration, Joël Ogouma a estimé que « comparativement à l’année dernière, l’engouement est nettement supérieur ». Pour le Directeur Général des impôts, il n’y a pas que les agents des impôts à cette journée. La preuve est qu’il y a des étudiants, des fonctionnaires des autres administrations publiques ainsi que des petits opérateurs qui sont intéressés par les missions de ...
Lire l'article
Le Gabon va verser à Eramet près de 150 millions d'euros pour acquérir 3,54% supplémentaires de la filiale de manganèse du groupe, Comilog, première étape d'une montée de l'Etat au capital de cette société, a annoncé Eramet mercredi dans un communiqué.
Lire l'article
Gabon - Mercredi 24 février, Nicolas Sarkozy s'est rendu au Gabon où il a visité une usine du groupe forestier français Rougier. Pour l'association écologiste Greenpeace, en effectuant cette visite, le président a agi comme un représentant de commerce "de l'exploitation des forêts tropicales". "Cette visite trahit la vision qu’a Nicolas Sarkozy des forêts tropicales et la manière dont il entend les protéger, affichant le soutien unilatéral de la France aux industriels du bois. Le président français semble encore considérer les forêts comme une simple matière première" a déploré Grégoire Lejonc, chargé de campagne forêts pour Greenpeace France. En novembre dernier, le ...
Lire l'article
L'organisation écologiste Greenpeace estime qu'en allant visiter une usine du groupe forestier français Rougier, mercredi au Gabon, le président Nicolas Sarkozy se comporte en représentant de commerce "de l'exploitation des forêts tropicales". "Nicolas Sarkozy en VRP de l'exploitation des forêts tropicales (...) Les groupes forestiers espèrent sans doute que le président français obtiendra l'assouplissement" de l'interdiction de l'exportation de grumes estime Greenpeace dans un communiqué diffusé mercredi. Le Gabon a interdit en novembre l'exportation de grumes (bois brut) alors que jusqu'alors loi donnait jusqu'à 2012 aux industriels pour transformer 75% des grumes. "Cette visite trahit la vision qu'a Nicolas Sarkozy ...
Lire l'article
Elf, rebaptisé aujourd’hui Total, est la plus connue des entreprises françaises qui exploite les richesses du Gabon du fait de l’affaire qui à partir de 1994 et jusqu’au procès de 2004 a donné un coup de projecteur sur les liens entre les dirigeants de la société pétrolière, la famille Bongo, la mafia et les sommets de l’appareil d’État français. Mais en fait, c’est l’ensemble de l’économie du pays qui est sous la coupe de sociétés françaises et il est difficile de toutes les citer. Le clan Bongo est servi au passage, étalant un luxe provoquant au milieu du dénuement. Mais l’essentiel ...
Lire l'article
La Banque gabonaise et française internationale (BGFIBANK), qui dispose de filiales au Congo-Brazzaville et en Guinée-Equatoriale, a été condamnée, jeudi à Libreville, à payer 350 millions de FCFA à un de ses clients qui avait porté plainte pour violation du secret bancaire, a appris APA de source proche du tribunal de Libreville. M. Bosco Alaba Fall, procureur de la République au tribunal de première instance de Libreville, avait porté plainte contre la BGFIBANK suite à la publication, sans son avis, du relevé de son compte bancaire dans la presse et surtout sur Internet. Le verdict rendu par le tribunal est assorti d’une ...
Lire l'article
La justice gabonaise a condamné jeudi BGFI Bank et son ancienne employée à verser 350.250.000 francs CFA au procureur de la République Bosco Alaba Fall, au titre de réparation, a constaté un journaliste de l’AGP sur place. BGFI Bank doit verser à elle seule 350 millions de FCFA et Marlène Rapontchombo, son ancienne employée, à l’origine de l’affaire, devra quant à elle payer 250.000 F CFA. Cette décision intervient une semaine après la tenue d’un procès au cours duquel l’ancienne employée de BGFI BANK a comparu, à la suite d’une plainte du procureur de la République. Le procureur qui s’était constitué juge et ...
Lire l'article
"Arnaques au Congo", le dernier rapport de l'association internationale Greenpeace, dénonce l’évasion fiscale des compagnies forestières européennes au Congo. Selon les militants écologistes, le groupe Danzer aurait élaboré un système sophistiqué pour échapper à la fiscalité locale, une fraude qui aurait déjà engendré des pertes de près de 8 millions d’euros, soit plus de 5,2 milliards de francs CFA. Greenpeace International a levé le voile sur les fraudes fiscales orchestrées par les compagnies forestières européennes implantées au Congo. L'association a publié le 30 juillet un nouveau rapport d’investigation, "Arnaques au Congo", qui rend compte d'un système d'évasion fiscale visant à ...
Lire l'article
Jean-Louis Borloo souhaite faire de la lutte contre la déforestation une des priorités de la présidence française de l'Union européenne, qui débute le 1er juillet. C'est dans cette perspective que le ministre de l'écologie s'est rendu à Kinshasa (République démocratique du Congo) et à Brazzaville (République du Congo), du 22 au 25 mai, pour y rencontrer ses homologues. Deux textes sont actuellement en discussion à la Commission de Bruxelles. Le premier, qui devrait être présenté en juin, imposerait l'obligation d'acheter du bois certifié par un label écologique pour pouvoir l'importer en Europe. Le second, prévu à l'automne, vise à établir une ...
Lire l'article
La société gabonaise de raffinage (SOGARA) a perdu la 84e place dans le classement des 500 premières entreprises africaines de l'année 2007. Basée à Port-Gentil, la capitale économique du Gabon depuis 40 ans, la SOGARA est spécialisée dans le raffinage du pétrole brut. La chute de la Sogara dans le classement des 500 premières entreprises africaines serait le résultat de la diminution drastique de son chiffre d'affaires, qui a été réduit de moitié entre 2005 et 2006, atteignant 107 milliards de FCFA en 2006 contre 217 milliards en 2005. Sa production a le même fléchissement, elle est passée de ...
Lire l'article
Journée portes ouvertes des impôts: « Comparativement à l’année dernière, l’engouement est nettement supérieur », Joël Ogouma (DG des impôts)
Eramet: le Gabon va payer près de 150 M EUR pour 3,54% de la Comilog
Greenpeace décrit Nicolas Sarkozy comme un “VRP de l’exploitation des forêts”
Gabon: Greenpeace qualifie Sarkozy de “VRP” de l’exploitation des forêts
Gabon – Ces sociétés françaises qui pillent les richesses du pays
Une banque gabonaise condamnée à payer 350 millions de FCFA à un client
Affaire Alaba Fall/BGFI : le tribunal condamne les accusés à payer 350.250.000 Francs CFA
RDC : Greenpeace dévoile une grosse fraude fiscale des compagnies forestières européennes
La pression démographique menace les forêts du Congo
Gabon : SOGARA perd la 84e place dans le classement des 500 premières entreprises africaines


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 28 Août 2008
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*