- Bongo Doit Partir - https://www.bdpgabon.org -

Gabon : Le marché “mondial” d’Abang Minko’o en récession

Le marché commun entre le Gabon, la Guinée Equatoriale et le Cameroun, situé à la frontière entre ces trois pays, connaîtrait une forte inflation, entraînant une baisse de la fréquentation des populations locales. Si les clients gabonais prétendent que l’inflation relève de discriminations nationales, les responsables du marché d’Abang Minko’o expliquent que le contournement de cet important point de ravitaillement par certains opérateurs économiques pour approvisionner Libreville directement par voie maritime serait la principale cause de la chute de la fréquentation du marché commun.
Le marché commun d’Abang Minko’o est-il menacé? Ce marché commun entre le Gabon, le Cameroun et la Guinée Equatoriale, aussi appelé “marché mondial”, connaît une forte baisse de régime depuis quelques temps, qui serait due au fait que certains commerçants ravitaillent directement le Gabon par la mer.

Ouvert officiellement en 2003, ce marché est rapidement devenu le principal point de ravitaillement pour approvisionner les grandes villes des trois pays frontaliers. Mais la hausse des prix de vente découragerait de plus en plus de clients, qui ne trouveraient plus au marché d’Abang Minko’o les prix pour lesquels ils parcouraient régulièrement plusieurs centaines de kilomètres.

«La marchandise coûte très cher chez vous. Je ne trouve plus de raison pour laquelle je viens faire le marché ici», se plaint Gabriel Oyono, ingénieur gabonais des télécoms.

«Les prix ont presque triplé sur ce marché par rapport aux années antérieures», affirme pour sa part Richard Ndong, enseignant à Bitam, ajoutant que «les prix sont fixés à la tête du client».

«Les commerçants camerounais augmentent spontanément les prix des marchandises, dès qu’ils aperçoivent des Gabonais», dénonce monsieur Ndong. Il prétend par exemple qu’un cageot de tomate acheté 4000 francs CFA à Ambam, la deuxième ville camerounaise après la frontière, serait vendu à 6000 francs CFA aux clients gabonais du marché d’Abang Minko’o. «Les Camerounais continuent à penser que nous avons encore beaucoup d’argent, ils se trompent, le Gabon a changé», explique Pierre Ndong, un transporteur.

A titre de démonstration, un reporter de la presse locale a expérimenté cette tendance le 4 octobre dernier avec l’achat d’un bloc-notes au marché d’Abang Minko’o. Lorsqu’il demande le prix au vendeur, celui-ci lui aurait répondu «1000 FCFA». Mais le vendeur aurait accepté de baisser le prix de moitié après que le client ait affirmé ne pas être gabonais.

Mais au-delà de ces complaisances nationales, le régisseur du marché, Alain Ekotto Nguiema, affirme «que la baisse actuelle du volume des échanges observée au marché serait consécutive au contournement du marché par certains opérateurs économiques».

«Certains commerçants passent par la mer pour ravitailler directement Libreville à partir de Douala», explique monsieur Ekotto Nguiema. Ce marché parallèle provoquerait la perte de nombreux consommateurs de la capitale gabonaise au pouvoir d’achat plus fort, qui ne se déplacent plus pour Abang-Minko’o.

Depuis le désenclavement du marché en 2003, les commerçants peuvent facilement arriver de tous les coins du pays et écouler leur marchandise à Abang-Minko’o, grâce à l’ouverture de l’axe Yaoundé-Ebolowa-Ambam-Eking, sur près de 300 kilomètres.

Le régisseur du marché a appelé les pouvoirs publics compétents à prendre les mesures nécessaires pour empêcher la voie de contournement par mer afin de sauvegarder le niveau de fréquentation du marché commun et ses répercussions sur l’activité socio économique pour le développement de la localité, la lutte contre la pauvreté et l’exode rural.

source: Le Jour Quotidien 


SUR LE MÊME SUJET
Le candidat socialiste à la présidentielle 2012 François Hollande a dénoncé vendredi à Rome le "triple échec de Nicolas Sarkozy", annonçant que le président français sera contraint en cinq moisà un "troisième plan de rigueur". "Je ne sais pas (ce qui se passe) avec le triple A mais pour l'instant il y a un triple échec de Nicolas Sarkozy: échec par rapport à l'obligation de croissance, nous sommes en récession, échec par rapport à l'objectif de réduire le chômage, échec par rapport à la réduction des déficits", a ajouté M. Hollande devant la presse au siège du Parti démocrate (gauche italienne). "Les ...
Lire l'article [1]
Les commerçantes exerçant au marché du PK8, encore appelé « marché banane », situé au kilomètre 8, dans le sixième arrondissement de la capitale Gabonaise, interpellent vivement les autorités municipales et gouvernementales à fournir davantage d’efforts pour les doter d’un marché digne, répondant aux normes de salubrité et par ailleurs hygiénique, GABONEWS. « Nous attirons une fois encore l’attention des autorités compétentes, afin qu’elles pensent à nous. Nous sommes fatiguées des promesses qui ne voient toujours pas le jour, et nous continuons malheureusement à exercer dans des conditions déplorables, dans la poussière et la boue, à la merci des ...
Lire l'article [2]
A l’occasion de la 11e édition du Carrefour international du bois qui a démarré le 2 juin à Nantes, en France, les acteurs et opérateurs de la filière ont annoncé ce 4 juin que la filière bois amorce une légère reprise. Enfin une bonne nouvelle pour les opérateurs de la filière bois qui broient du noir depuis plusieurs mois, suite à la crise qui frappe le secteur depuis plusieurs mois. Réunis à Nantes (France) depuis le 2 juin dans le cadre du rendez-vous biennal du Carrefour international du Bois, des acteurs et professionnels de la filière ont estimé ...
Lire l'article [3]
La gabonaise Emmanuelle Nguema Minko, vient de publier, à Paris, son premier ouvrage de Sociologie et d'Anthropologie politique, aux éditions « l’Harmattan », intitulé « Gabon : L'unité nationale ou la rancune comme mode de gouvernance ». L’ouvrage, préfacé par le professeur Joseph Tonda , et qui compte 290 pages , tient à prouver que c'est faute d'avoir pris au sérieux les référents traditionnels dans la construction de l'Etat moderne que les Etats africains ont du mal à intégrer la culture démocratique. Ce livre , sorti au moment où , cette année, une quinzaine de pays ...
Lire l'article [4]
La dernière note de conjoncture de l'Insee, rendue publique vendredi 20 mars, est alarmante. Sur fond de chute historique du commerce mondial et de dégradation du climat des affaires, elle prévoit une prolongation de la récession au premier semestre dans toutes les économies avancées. En France, les précédents records de contraction du produit intérieur brut (PIB) de 1993 (- 0,9 %) et de 1975 (-1 %) seraient enfoncés. Le débat sur la nécessité de nouvelles mesures contre la crise, d'ailleurs préconisées par le Fonds monétaire international (FMI) pour les pays du G20, ne manquera pas de rebondir. Une dégradation accélérée. En l'espace ...
Lire l'article [5]
Les commerçantes du marché d’Akébé-Plaine se plaignent des prix des boxes qui seraient très élevés comparativement aux autres marchés municipaux de la capital. En effet, les prix des surfaces commerciales varient entre 15.000 et 60.000 francs CFA au marché d’Akébé, tandis qu’ailleurs, elles varient de 12.000 à 50.000 francs CFA. « C’est inadmissible de payer aussi chère (15.000 f) un étal d’un mètre, sachant qu’ailleurs il est à 12.000 francs », a déclaré une commerçante. Ainsi, sur les 250 places disponibles dans ce marché, environ 80 sont occupés par une minorité de commerçantes tandis que la majorité a préféré s’installer sur ...
Lire l'article [6]
Depuis la délocalisation de l’espace réservé à la commercialisation en gros de la banane plantain; de la périe Mont-bouèt au PK8, les commerçant exerçant dans ce domaine, dénoncent encore les mauvaises conditions d’existence et de travail dans lesquelles elles évoluent au quotidien, et par conséquent, attirent l’attention du tout nouveau maire de Libreville, en vue de la construction d’un marché digne de ce nom, ayant les caractéristiques d’un véritable espace commercial, tel qu’il en existe dans d’autres quartiers de la ville. Constitués en collectif, les commerçantes ont tenu une assemblée générale, la toute première depuis l’arrivée, de Jean François Ntoutoume Emane ...
Lire l'article [7]
La Société gabonaise de transport (SOGATRA), par la voix d’un de ses responsables, entend ouvrir d’ici la fin du mois de juillet 2008, une ligne devrant relier Libreville au célèbre marché camerounais communément appelé «Mondial». Des bus disposant d’une capacité de 35 places assises déjà aménagées à cet effet, partiront de Libreville chaque vendredi matin moyennant 25.000 francs CFA pour un aller-retour par passager et pour revenir dimanche dans la soirée. Par ailleurs, SOGATRA couvre déjà la ligne Libreville-Ntoum moyennant 300 francs CFA, un trajet qui coûte d’habitude 500 francs CFA chez les privés.
Lire l'article [8]
Plusieurs manifestants, dirigés par les femmes commerçantes du marché central de la capitale gabonaise, ''Mont Bouet'', unis pour la circonstance comme un seul homme, ont procédé récemment à une gigantesque marche de protestation en vue de dénoncer, unanimement, la surenchère qui accentue la hausse des prix du poisson, orchestrée par les commerçants grossistes asiatiques exerçant dans les différents marchés de la capitale, a constaté GABONEWS. Ces femmes ont pris d'assaut les couloirs, les allées du marché, munies d’assiettes vides sur lesquelles elles frappaient en scandant « On veut manger, on veut manger, on veut manger ». Le mouvement s'est ...
Lire l'article [9]
La coalition des ONG contre la vie chère a décidé de passer à la vitesse supérieure, en s’établissant à la place de la paix, ceci après l’interruption par les forces de l’ordre de la marche pacifique de protestation contre la vie « chère », organisée par les deux organisations non gouvernementales, qui attendent un signal fort de l’Etat, face à la hausse des prix, a constaté GABONEWS. En effet, à la place de la paix, la manifestation attire de nombreux curieux: les hommes et les femmes brandissent des paniers vides et animent les lieux à l’aide d’objets de toutes ...
Lire l'article [10]
Récession annoncée: Hollande dénonce le “triple échec de Sarkozy”
Société / Les commerçantes du « marché banane » du PK8 veulent d’un marché salubre
Bois : Une lueur d’espoir caresse le marché mondial
Gabon : L’unité nationale ou la rancune comme mode de gouvernance », un livre d’Emmanuelle Nguema Minko
Récession d’une ampleur inédite pour la France
Gabon: Les commerçantes du marché d’Akébé dénoncent la cherté des boxes
Gabon: Les commerçantes du « Marché bananes » sollicitent la construction d’un marché moderne
Gabon: Transport: bientôt une ligne SOGATRA Libreville-Marché Mondial
Gabon: Vie chère: les femmes commerçantes du marché ” Mont Bouet” protestent contre la flambée des prix du poisson
Gabon: Société: Coalition des ONG contre la vie chère: après la marche, le sit-in