- Bongo Doit Partir - https://www.bdpgabon.org -

Zimbabwe : Tsvangirai dénonce un “dialogue de sourd”

Le leader de l’opposition zimbabwéenne, Morgan Tsvangirai, a accusé samedi 18 octobre le président Robert Mugabe de l’échec des pourparlers sur le gouvernement d’union nationale, qui doivent reprendre lundi avec l’aide des voisins d’Afrique australe. “Les quatre derniers jours ont été comme un dialogue de sourds”, a lancé le chef du Mouvement pour le changement démocratique lors d’un meeting politique, en référence aux négociations menées cette semaine sous l’égide du médiateur sud-africain Thabo Mbeki. “Ce fut un monologue. Mugabe ne négocie pas. Il sait juste dire ‘non’. Il a dit ‘non’ dès le lundi. Nous avons dû dire à Mbeki qu’il ne servait à rien de continuer à négocier avec quelqu’un qui ne veut pas négocier”, a-t-il poursuivi.MM. Mugabe et Tsvangirai ont signé le 15 septembre un accord de partage du pouvoir prévoyant que le premier reste chef de l’Etat et le second devienne premier ministre. Les deux hommes n’ont jamais réussi à s’entendre sur la composition de leur gouvernement d’union et le président Mugabe a unilatéralement attribué il y a une semaine les principaux portefeuilles à son parti, provoquant la colère de l’opposition. Des négociations s’étaient engagées mardi sous l’égide de l’ex-président sud-africain pour tenter de sauver l’accord. Elles ont été ajournées vendredi soir sur un constat d’échec.
“A LA FIN, IL Y AURA UN ACCORD”

Les pourparlers ont notamment achoppé sur l’attribution du ministère de l’intérieur, qui contrôle à la fois la police et l’organisation des élections, a pour sa part assuré Patrick Chinamasa, négociateur du parti au pouvoir. Le parti présidentiel “a argumenté pour garder le ministère, alors que le MDC plaidait pour l’obtenir”, a-t-il déclaré. L’autre portefeuille en jeu était celui des Finances, mais, selon M. Chinamasa, le parti de Robert Mugabe “a accepté de le confier au MDC”. Malgré ce blocage, les rivaux reprendront leurs travaux lundi au Swaziland, avec une équipe de médiation élargie à l’organe de politique, défense et sécurité de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC), a indiqué vendredi soir l’ex-président sud-africain Thabo Mbeki.

Cet organe, surnommé “troïka” parce qu’il est composé de trois pays membres du bloc régional, est actuellement présidé par le roi Mswati III du Swaziland et comprend également l’Angola et le Mozambique. La SADC, qui a régulièrement été saisie du dossier zimbabwéen, a peiné à agir de manière décisive parce qu’elle est divisée entre fidèles (Namibie et Mozambique) et critiques (Botswana, Zambie et Tanzanie) du président Mugabe. Les analystes zimbabwéens restaient toutefois optimistes samedi, estimant que les leaders ne pouvaient pas se permettre d’échouer. “Malgré les désaccords, je ne vois toujours pas d’autre solution pour les parties. A la fin, il y aura un accord”, déclarait ainsi Collin Mashava, chercheur indépendant. Pendant ce temps, le pays s’enfonce dans le marasme avec une hyperinflation qui dépasse l’entendement à plus de 231 millions de pour cent, 80 % de pauvreté et des millions de personnes menacées de famine.

source: le monde avec l’AFP 


SUR LE MÊME SUJET
Le leader de l'opposition au Zimbabwe, Morgan Tsvangirai, devient mercredi Premier ministre de son rival de toujours, l'octogénaire président Robert Mugabe, avec lequel il va devoir reconstruire un pays en ruine. "La prestation de serment de Tsvangirai symbolise l'aube d'une nouvelle ère" pour le Zimbabwe, souligne Daniel Makina, de l'Université d'Afrique du Sud. "Mais de là à savoir si le gouvernement d'union va réussir..." L'ampleur des attentes, après les mois de statu quo qui ont suivi la signature le 15 septembre d'un accord de partage du pouvoir, se lit dans les déclarations qui se sont enchaînées mardi. Le Fonds des Nations ...
Lire l'article [1]
Les Européens ont renforcé lundi 8 décembre leurs sanctions contre le régime zimbabwéen. Dix noms vont être ajoutés à une liste des personnes interdites d'entrée dans l'UE, qui comporte déjà 168 personnalités zimbabwéennes, dont le président Robert Mugabe et sa femme Grace. Ce renforcement des sanctions européennes intervient alors que la communauté internationale a durci le ton face au président du Zimbabwe, âgé de 84 ans et au pouvoir depuis plus de vingt ans. Plus tôt dans la journée, Nicolas Sarkozy a déclaré que M. Mugabe devait quitter ses fonctions. "Le Zimbabwe a suffisamment souffert. Toutes les discussions ont ...
Lire l'article [2]
Un éventuel gouvernement d'union au Zimbabwe ne sera pas nommé avant au moins 30 jours par le président Robert Mugabe, a assuré mercredi le quotidien d'Etat The Herald. Le régime avait indiqué la veille avoir rédigé un projet d'amendement constitutionnel pour créer un poste de Premier ministre, réservé au chef de l'opposition Morgan Tsvangirai conformément à un accord de partage du pouvoir signé en septembre. Cet amendement a été envoyé au médiateur en Afrique du Sud, l'ancien président Thabo Mbeki, "après avoir été étudié par les parties concernées", a précisé mercredi le ministre de l'Information Sikanyiso Ndlovu cité par the Herald. Il devra ...
Lire l'article [3]
Un peu plus d’une semaine après qu’il ait réussi à intégrer le partage du pouvoir entre le régime de Robert Mugabe et le parti leader de l’opposition zimbabwéenne (MDC), à l’issue de sa médiation très controversée dans la crise, le président sud-africain Thabo Mbéki, poussé par le présidium du Congrès national africain (ANC), a démissionné de son poste de chef d’Etat dimanche dernier et le nom de son successeur, Kgalema Motlanthe, vice-président de l’ANC, défraie la chronique de l’actualité africaine de ce lundi. En effet selon l’AFP, réuni depuis vendredi pour se prononcer, en son absence, sur le sort de Thabo ...
Lire l'article [4]
Le président zimbabwéen, Robert Mugabe, et ses rivaux ont échoué, jeudi 18 septembre, à se mettre d'accord sur les postes clés dans le futur gouvernement d'union, selon le porte-parole du principal parti d'opposition, Nelson Chamisa, interrogé par l'AFP. Le président Mugabe, le dirigeant du Mouvement pour le changement démocratique (MDC), Morgan Tsvangirai et le chef d'une faction dissidente du MDC, Arthur Mutambara, avaient entamé des discussions sur la composition du gouvernement en début d'après-midi. "La rencontre n'a pas abouti à un accord et la question a été renvoyée aux négociateurs de chaque parti en raison de contestations sur les ministères clés", ...
Lire l'article [5]
Après plusieurs semaines de négociations, les discussions entre le président Mugabe et l'opposition semblent encore dans l'impasse, mercredi 27 août. Dans The Herald, le quotidien d'Etat, le président du Zimbabwe, réélu fin juin lors d'un scrutin contesté, affirme qu'un gouvernement va "bientôt" être formé. Les deux factions de l'opposition ont immédiatement annoncé qu'elles refusaient de participer à ce gouvernement tant que les négociations sur un partage du pouvoir n'auraient pas abouti. "Il est clair que s'il annonce un nouveau gouvernement, c'est une déclaration de guerre contre le peuple", a déclaré à l'AFP Nelson Chamisa, porte-parole du Mouvement pour le changement ...
Lire l'article [6]
A peine réélu, dimanche 29 juin, à la tête du Zimbabwe au terme d'une élection très contestée, le président sortant Robert Mugabe a redit, lors de son discours d'investiture, qu'il était prêt à négocier avec l'opposition. "J'ai l'espoir que, bientôt, nous mènerons des consultations entre partis politiques de différentes opinions afin d'instaurer un dialogue sérieux qui tempèrent nos différends et débouchent sur une ère d'unité et de coopération", a-t-il déclaré. Cette proposition a été accueillie plutôt froidement par l'opposition, qui a boycotté le second tour de l'élection présidentiellle face aux violences, et qui avait déclaré plus tôt que la réélection ...
Lire l'article [7]
L'ex-président sud-africain Nelson Mandela a dénoncé mercredi la "tragique défaillance de la direction" du Zimbabwe, à l'occasion d'une visite à Londres. M. Mandela dont c'étaient apparemment les premiers commentaires publics sur l'évolution de la situation au Zimbabwe a fait une brève allusion, au cours d'un dîner pour son 90e anniversaire, à ce pays d'Afrique australe dans un discours évocant une série de problèmes auxquels le monde doit faire face. "A notre époque, nous avons parlé haut et fort de la situation en Palestine et en Israël, et le conflit continue sans relâche. Nous avons mis en garde contre l'invasion de l'Irak ...
Lire l'article [8]
Daniel Compagnon, chercheur en sciences politiques et professeur à l'IEP de Bordeaux, est un spécialiste du Zimbabwe. Il estime que Morgan Tsvangirai, en se retirant maintenant, a mis la balle dans le camp de la communauté internationale, et plus particulièrement de l'Afrique du Sud, seul pays à pouvoir exercer une pression sur le régime de Robert Mugabe. Le chef de l'opposition zimbabwéenne, Morgan Tsvangirai, s'est retiré dimanche de la course présidentielle, alors qu'il était arrivé en tête au premier tour. A-t-il cédé devant la violence du régime de Robert Mugabe ? La première explication possible est la peur, devant l'intensité que ...
Lire l'article [9]
Zimbabwe: Tsvangirai reporte son retour au Zimbabwe évoquant un projet “d’assassinat”
Le chef de l'opposition zimbabwéenne Morgan Tsvangirai, absent du Zimbabwe depuis début avril, a retardé son retour au pays prévu samedi après l'annonce par son parti de la découverte d'une "tentative d'assassinat" contre lui. Tsvangirai doit affronter au second tour de la présidentielle le 27 juin le président Robert Mugabe, qu'il a battu au premier tour le 29 mars sans, selon les résultats officiels, obtenir la majorité absolue requise pour être élu. "Nous avons eu ce matin des informations émanant d'une source crédible sur une tentative d'assassinat planifiée contre le président Tsvangirai", a déclaré son porte-parole George Shibotshiwe dans un communiqué lu ...
Lire l'article [10]
Zimbabwe: Tsvangirai devient Premier ministre d’un pays en ruine
Zimbabwe : Sarkozy et l’UE poussent Mugabe au départ
Zimbabwe: pas de gouvernement d’union avant un mois, selon la presse d’Etat
Gabon: Après l’objectif Zimbabwe, Thabo Mbéki cède sa place à Kgalema Motlanthe
Zimbabwe : les négociations sur un gouvernement d’union dans l’impasse
Zimbabwe : Robert Mugabe annonce la formation prochaine d’un gouvernement
Réélu à la tête du Zimbabwe, Robert Mugabe “espère” négocier avec l’opposition
Mandela dénonce la “tragique défaillance de la direction” du Zimbabwe
Le retrait de Tsvangirai est un appel à la communauté internationale
Zimbabwe: Tsvangirai reporte son retour au Zimbabwe évoquant un projet “d’assassinat”