Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Le bouclier de l’UPG contrer la crise financière

Auteur/Source: · Date: 21 Oct 2008
Catégorie(s): Politique

Le Conseil du secrétariat exécutif de l’Union du peuple gabonais (UPG) s’est réuni le 18 octobre à Libreville pour analyser la conjoncture financière mondiale et les moyens de juguler ses répercussions sur l’économie nationale. A cet effet, le secrétariat exécutif a adopté un ensemble de recommandations et a proposé un projet loi de finances 2009 prenant en compte des contre expertise des hypothèses utilisées pour l’élaboration du projet de loi de finances 2009 adopté le 14 octobre par le gouvernement. L’Union du peuple gabonais (UPG) n’est pas aussi optimiste que le gouvernement sur l’immunité du Gabon à court terme face à la crise financière qui frappe les marchés occidentaux. Le secrétariat exécutif du parti a tenu un conseil le 18 octobre dernier au siège de la formation politique, à Libreville, pour prendre un ensemble de recommandations et prévenir la crise.

Déplorant la faiblesse des mesures de prévention prises par le gouvernement à cet effet, le secrétariat exécutif a rappelé que «l’Union du Peuple Gabonais (UPG), a toujours préconisé l’option de la société d’économie mixte dans laquelle l’Etat et le privé portent chacun une part de responsabilité».

Au regard du projet de loi des finances 2009 adopté par le gouvernement le 14 octobre dernier, le secrétaire politique chargé de l’économie, des finances et du plan a énoncé la proposition budgétaire de l’UPG qui se base sur des hypothèses et des prévisions qui présentent un écart significatif avec celles utilisées par le gouvernement pour élaborer sa loi de finances.

L’UPG juge notamment que l’hypothèse du prix moyen du baril à 114, 5 dollars US retenue par le gouvernement est irréaliste, et table davantage sur un baril à 90 dollars, soit 87 dollars pour le brut gabonais du fait de la décote, en prenant en compte les indications des analystes de la conjoncture financière mondiale.

Le Conseil du secrétariat exécutif estime également que la production du pétrole brut sera de 12,8 millions de tonnes, au lieu des 13,863 millions de tonnes prévus dans la loi de finances.

L’hypothèse d’un dollar à 436,6 francs CFA est aussi jugée trop pessimiste. L’UPG propose un taux moyen, en 2009, de 452 francs CFA. Sur la base de ces hypothèses, l’UPG estime que les recettes pétrolières seront de 1.766,0 milliards contre 1.621,4 milliards arrêtés dans la loi de finances du gouvernement.

Concernant les recettes hors pétrole, aux 793,5 milliards annoncés par le gouvernement, l’UPG propose 1043,5 milliards de recettes hors pétrole, intégrant la totalité des recettes douanières.

Le budget général de l’Etat en 2009, en intégrant les ressources d’emprunts liées aux projets de développement et en tenant compte des évaluations faites plus haut, peut raisonnablement s’établir selon l’UPG à 2880,1 milliards de FCFA, contre 2.485,5 milliards arrêtés dans la loi de finances

Dénonçant l’augmentation annuelle du budget de fonctionnement de 11% depuis 2006, alors que le PIB n’augmente que de 3% en moyenne, l’UPG a proposé le contrôle strict des principes de décaissements ; la lutte contre les détournements des deniers publics par une politique de tolérance zéro ; l’identification et la mise à l’écart des fonctionnaires fantômes par un recensement biométrique de tous les fonctionnaires, poste par poste ; la mise en retraite systématique des fonctionnaires atteints par la limite d’âge.

Sur la base de ces hypothèses, le budget de fonctionnement pourrait être contenu dans la limite de 750 milliards contre les 823 milliards inscrits dans le budget de l’Etat.

Jugeant que le budget d’investissement «reste le parent pauvre des affectations budgétaires» avec seulement 315,6 milliards, l’UPG estime que les économies substantielles envisageables sur le budget de fonctionnement pourrait permettre de l’augmenter à 750 milliards de francs CFA pour améliorer significativement les routes, les écoles ou encore les hôpitaux.

Pour tenir la crise financière à distance, les participants ont recommandé de réduire de manière drastique toutes les dépenses inutiles de fonctionnement de l’Etat ; de négocier avec la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC) la réduction du taux directeur ; de réduire la taxe perçu par le gouvernement sur le taux d’intérêt ainsi que de négocier la réduction du bénéfice perçu par les banques secondaires sur les taux d’intérêt. Toutes ces mesures vise à la réduction du taux d’intérêt des banques commerciales, afin d’atteindre la baisse du loyer de l’argent.

Le conseil a également demandé au gouvernement la recherche systématique de l’augmentation des recettes budgétaires notamment par la systématisation de la collecte de l’impôt ; l’élargissement obligatoire de l’assiette fiscale ; la suppression systématique de la dépense fiscale ; la suppression de la parafiscalité ; la suppression systématique des 79 caisses parallèles ; l’application stricte du principe de l’unicité des caisses ; la relance de l’économie par la consommation et par l’investissement, ceci ayant pour conséquence l’annulation du financement hasardeux et inefficace des fêtes dites tournantes.

Il s’agit d’envisager avec prudence le financement des grands travaux y compris par le déficit budgétaire ; de réorienter notre politique d’endettement et surtout du remboursement de la dette intérieure au profit du développement et de la réduction du chômage ainsi que de prévoir une unité de suivi systématique pour évaluer l’impact des mesures prises aux fins d’une réorientation souhaitable de l’action en vue d’une meilleure efficacité. Pour cela, le contrôle de l’effectivité et de l’efficacité de ces mesures devra être assuré par les représentants des entités impliqués par ces mesures. 


SUR LE MÊME SUJET
A l’issue de la réunion des ministres des Finances de la Zone Franc qui s’est tenue les 16 et 17 avril derniers à Ouagadougou, au Burkina Faso, de gros espoirs reposaient encore sur l’accroissement de l’aide promis par les institutions de Bretton Woods, mais toujours pas de potion miracle. Dans l’interview qu’il accorde au journal Le Faso, le commissaire chargé des politiques économiques et de la fiscalité intérieure de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), El-Hadji Abdou Sakho, président du Comité de convergence de la zone franc revient sur la place de la monnaie commune dans la lutte contre la ...
Lire l'article
Le Comité de politique monétaire (CPM) de la Banque des Etats d'Afrique centrale (BEAC) s'est réuni le 23 mars dernier à Yaoundé pour réviser les perspectives macroéconomiques de l'exercice 2009. Au regard du taux de croissance prévisionnel tombé à 2,8%, le CPM a décidé de réaménager les taux d'interventions de la BEAC à compter du 26 mars prochain afin de soutenir l'activité économique et l'emploi dans les pays de la Communauté économique et monétaire d'Afrique centrale (CEMAC). Les perspectives macroéconomiques 2009 révisées pour la Communauté économique et monétaire d'Afrique centrale (CEMAC) laissent apparaître une décélération plus prononcée de la croissance ...
Lire l'article
Le Ministre Blaise Louembé a publié le 16 janvier un communiqué exposant les stratégies retenues à court et moyen terme pour prévenir les répercussions de la dégradation de la conjoncture mondiale sur l'économie locale. Le gouvernement s'est notamment accordé pour mettre en place des mesures fiscales et budgétaires incitatives visant à encourager la création d'entreprises et à favoriser l'autosuffisance nationale. Le ministère gabonais de l'Economie, des finances, du budget et de la programmation des investissements chargé de la privatisation a publié le 16 janvier dernier les résultats de la conférence-débat organisée le 7 janvier dernier à Libreville ...
Lire l'article
Les banques gabonaises sont à ce jour épargnées par les conséquences de la crise financière qui secoue l’économie mondiale, selon un rapport de la Confédération patronale gabonaise (CPG), parvenu jeudi à l’AGP. Selon le document, les dépôts collectés par l’ensemble du système bancaire gabonais ont été de 1.278 milliards de francs CFA en 2008, soit une progression de 9,5% par rapport à l’année précédente. En outre, les dépôts bancaires ont été collectés à hauteur de 1.031 milliards francs CFA, soit une augmentation de 9,6% dans la même période. Toutefois, on note une baisse de 10,3% en fin novembre 2008. Pour ce faire, les ...
Lire l'article
Les exportations de bois du Gabon ont relativement chuté à hauteur de 19,8% en fin septembre 2008, a rapporté ce jeudi le Conseiller du ministre de l’Economie et des Finances, Régis Immongault, lors des assises sur l’impact de la crise financière internationale sur l’économie gabonaise. Le prix du pétrole est parti de 140 dollars par baril à moins de 40 dollars entre juillet et décembre 2008. Le produit intérieur brut (PIB) devrait croître de 2% contre une estimation de 3,4% anticipée en septembre de cette même année 2008. En raison de la baisse de la production de manganèse à ...
Lire l'article
Le président de la Confédération syndicale gabonaise (COSYGA)Martin Alini a déclaré lors des assises consacrées à la crise financière internationale et son impact sur l’économie gabonaise, ouverte mercredi et qui s’achèvent ce jeudi à Libreville, que « les solutions nationales passent nécessairement par la réduction des effectifs des postes politiques ». « Nous devons ensemble comprendre qu’une crise pousse à la diminution des prix et à la mévente de nos principaux produits d’exportation. Ce qui risque de jeter les paysans, chômeurs, manœuvres et ouvriers vers un régime d’un repas tous les deux jours dans notre pays », a-t-il déclaré. « ...
Lire l'article
Les travaux de la Conférence débat sur la « Crise financière internationale et les perspectives de l’économie gabonaise », devant se dérouler sur deux jours, ont été ouverts ce mercredi à l’immeuble Arambo du ministère des Finances par le premier ministre, Jean Eyeghé Ndong. L’initiative gouvernementale vise à diagnostiquer objectivement les fondements de la crise et son impact sur l’économie gabonaise avant d’envisager des issues. Des actions à court, moyen et long termes seront également identifiées à tous les niveaux pour surmonter rapidement la situation actuelle et envisager l’avenir avec beaucoup plus de sérénité. Autrement dit, afin de rendre l’économie locale ...
Lire l'article
La conférence-débat sur la crise financière internationale et les perspectives de l’économie gabonaise, organisée par le gouvernement gabonais s’ouvre mercredi à l’immeuble Arambo de Libreville où de nombreux thèmes seront examinés en vue de sensibiliser et d’informer les populations sur ces questions d’actualité. ces assises de Libreville donneront lieu, pendant deux (2) jours (du 7 au 8 janvier), à l’analyse de nombreux thèmes, entre autres, la « crise financière internationale et son impact sur l’économie mondiale » qui sera présenté par le professeur Daniel Cohen, enseignant à l’Ecole normale supérieur et à l’Université de Paris 1 (Panthéon Sorbonne), tandis que son ...
Lire l'article
Le directeur général de la Bourse des valeurs mobilières d’Afrique centrale (BVMAC), Willy Ontsia, a livré son analyse sur la crise financière internationale qualifiée par certains observateurs de «septembre noir» et qui a plongé toutes les places financières du monde entier le 17 septembre dernier. Selon lui, les économies des pays d’Afrique centrale qui dépendent en grande partie des exportations pourraient sérieusement pâtir des retombées de cette crise financière généralisée.Les voyants sont passés au rouge dans la quasi-totalité des places boursière de la planète le 17 septembre dernier, victimes de la crise financière internationale due notamment à la crise des ...
Lire l'article
Les premières ébauches de la loi de Finances 2009 élaborée par les administrateurs de crédits depuis le 29 juillet dernier à Libreville ont permis aux responsables du département du Budget de maintenir et de renforcer les mesures fiscales et budgétaires visant à protéger le pouvoir d'achat des gabonais. Le coût de ce nouveau plan de lutte contre la flambée des prix des produits de première nécessité s'élève à 73,3 milliards de francs CFA pour l'exercice 2009. Les bons comptes de l'économie gabonais vont profiter au volet social, avec la poursuite et le renforcement pour l'exercice 2009 des ...
Lire l'article
Zone Franc : Comment contrer la crise financière ?
CEMAC : La BEAC baisse ses taux d’interventions pour contrer la crise
Gabon : Louembé expose son plan pour contrer la crise
Gabon: Economie/Crise financière : les banques gabonaises encore épargnées (patronat)
Gabon: Crise financière: Révision à la baisse des prévisions de croissance pour 2008 et 2009 au Gabon
Gabon: Crise financière mondiale: « les solutions nationales passent par la réduction des effectifs des postes politiques », Martin Alini (président de la COSYGA)
Gabon: Ouverture à Libreville de la Conférence débat sur la « crise financière internationale et les perspectives de l’économie gabonaise »
Gabon: La « crise financière internationale et les perspectives de l’économie gabonaise » examinées dès mercredi à Libreville
CEMAC : L’économie régionale sera touchée par la crise financière mondiale
Gabon : Un bouclier de 73,3 milliards contre la flambée des prix en 2009


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 21 Oct 2008
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*