- Bongo Doit Partir - https://www.bdpgabon.org -

Gabon : Menga lâche du lest dans le bras de fer avec les enseignants

Face à l’échec de la tentative d’intimidation des enseignants grévistes, le gouvernement a décidé le 13 novembre d’accéder sans délais à deux des revendications de la Convention nationale des syndicats du secteur de l’éducation (CONASYSED) : le paiement des rappels de solde et l’octroi de la prime d’incitation. Des élèves de différents établissements secondaires publics de Libreville ont manifesté dans les rues de Libreville pour dénoncer l’inertie du gouvernement face à la crise du secteur de l’éducation qui paralyse les cours depuis 5 semaines et fait planer le spectre d’une année blanche. Le gouvernement a mis de l’eau dans son vin dans le bras de fer qui l’oppose depuis le 6 octobre dernier aux agents du secteur de l’éducation nationale, en décidant le 13 novembre d’accéder sans délais à deux des revendications posées par la Convention nationale des syndicats du secteur de l’éducation (CONASYSED).

Réuni en Conseil des ministres, le gouvernement a déploré le maintien du mot d’ordre de grève des enseignants au 12 novembre dernier, malgré les sanctions annoncées le 10 novembre pour la suspension des salaires des enseignants grévistes dès le 25 novembre prochain.

Rappelant sa «disponibilité constante (…) à entamer les négociations avec les enseignants grévistes dès la suspension de leur mouvement», le gouvernement a confirmé «l’entrée en vigueur ce 13 novembre 2008 des mesures conservatoires annoncées (…) afin d’éviter une année blanche, [qui] consistent notamment à sécuriser les établissements scolaires et à placer sur bons de caisses ceux qui persisteraient dans la grève», stipule le communiqué final.

Le gouvernement a par ailleurs annoncé le «paiement, à partir du 14 novembre 2008, des rappels de solde aux enseignants concernés, par les services compétents du ministère des Finances».

Pour permettre aux enseignants de se rapprocher des services techniques compétents, le gouvernement a décrété que «les cours n’auront pas lieu la journée du 14 novembre 2008 dans l’ensemble des établissements scolaires du pays», annonce le communiqué. «Les parents d’élèves sont priés de ne pas envoyer leurs enfants à l’école au cours de la même journée», précise le texte.

Le gouvernement a par ailleurs rassuré les ayants droit aux rappels de solde des autres départements ministériels qu’ils continueraient à être régulièrement payés conformément au calendrier arrêté par le ministère des Finances.

En second lieu, le gouvernement a consenti l’«octroi d’une prime d’incitation à la fonction enseignante, (…) qui concerne exclusivement les enseignants exerçant effectivement des activités d’enseignement», poursuit le communiqué.

Cette décision «fera l’objet de précisions dans les délais les meilleurs quant à ses modalités de mise en œuvre», ajoute le rapport final.

Le 14 novembre, les élèves du lycée national Léon Mba, ceux du lycée d’application Nelson Mandela et leurs camarades du lycée technique Omar Bongo Ondimba d’Owendo, sont descendus dans les rues de la capitale pour protester contre l’inertie du gouvernement face à la grève des enseignants qui paralyse les cours depuis le 6 octobre dernier et fait aujourd’hui planer la menace imminente d’une année blanche. 


SUR LE MÊME SUJET
Le ministre de l'Education nationale, Michel Menga, a été pris en otage le 2 juillet dernier au siège du ministère de tutelle où près d'un millier d'enseignants stagiaires ont fermé l'entrée principale du bâtiment où il travaillait. Les stagiaires de Menga réclamaient leurs bons de caisse pour percevoir leur prime incitative, conformément aux dispositions prises par le défunt chef de l'Etat, et n'auraient pas apprécié le nouveau délai imposé par le patron du département.Année noire pour Menga ! Après la grève record, près de 9 mois, des agents de son secteur, le record de négociations, le record de prorogation des ...
Lire l'article [1]
Les enseignants réunis au sein de la Convention nationale des syndicats du secteur éducation (CONASYSED) du Gabon ont durci lundi leur mouvement de grève. "Nous exigions un dialogue direct avec le chef de l'Etat, Omar Bongo Ondimba, pour lui révéler franchement nos doléances", a déclaré Mbeang Essono, membre influant de la CONASYSED, au terme d'une assemblée générale tenue lundi à Libreville. "Nous ne répartirons à l'école que si le chef de l'Etat nous reçoit et répond positivement à nos revendications", a précisé Alain ...
Lire l'article [2]
Face au statu quo dans la crise de l’éducation nationale qui est entrée dans sa sixième semaine, l’Union gabonaise pour la démocratie et le développement (UGDD) et l’Union pour la nouvelle République (UPNR), ont appelé le 17 novembre à la reprise des négociations sans conditions entre les enseignants et le gouvernement. Malgré l’accession du gouvernement le 13 novembre dernier à deux des revendications des enseignants grévistes, l’assemblée générale de la Convention nationale des syndicats du secteur de l’éducation (CONASYSED) n’est pas parvenu à un consensus pour la reprise totale et effective des cours sur l’étendue du territoire national. La grève ...
Lire l'article [3]
Face à l’échec de la tentative d’intimidation des enseignants grévistes, le gouvernement a décidé le 13 novembre d’accéder sans délais à deux des revendications de la Convention nationale des syndicats du secteur de l’éducation (CONASYSED) : le paiement des rappels de solde et l’octroi de la prime d’incitation. Des élèves de différents établissements secondaires publics de Libreville ont manifesté dans les rues de Libreville pour dénoncer l’inertie du gouvernement face à la crise du secteur de l’éducation qui paralyse les cours depuis 5 semaines et fait planer le spectre d'une année blanche Le gouvernement a mis de l’eau dans ...
Lire l'article [4]
Dans le cadre des résolutions annoncées par le ministère de l’Education nationale pour contraindre les enseignants à reprendre les cours, le ministre de tutelle, Michel Menga, a convoqué le 10 novembre à Libreville les responsables académiques et les chefs d’établissements pour donner les instructions relatives à la mise en œuvre des sanctions adoptées. La tutelle a ainsi instauré un système de fiche de présence visant à identifier les enseignants grévistes, qui devraient être privés de salaires à compter du 25 novembre pour ceux qui n’auraient pas réintégré les salles de classes au 12 novembre, après cinq semaines de grève. Le ...
Lire l'article [5]
Face au maintien du mot d’ordre de grève par les enseignants malgré les multiples sommations de la tutelle, le gouvernement a pris le 10 novembre des sanctions à l’encontre des enseignants grévistes en annonçant des restrictions salariales à compter du 25 novembre prochain et suspension des salaires pour ceux qui n’auraient pas repris du service avant le 12 novembre prochain. Ce coup d’estoc du gouvernement s’avère décisif pour la suite des événements, à quelques jours de l’ultimatum des organisations internationales pour l’invalidation de l’année scolaire en cours après plus d’un mois de grève. La pression monte sur le gouvernement, menacé ...
Lire l'article [6]
Le gouvernement a convoqué le 27 octobre une nouvelle réunion avec les syndicats des enseignants suite à l’appel lancé la veille par le premier ministre, Jean Eyeghé Ndong, à reprendre les cours pour entamer des négociations sur les problèmes de fond, conformément au protocole de dialogue social en vigueur. Les enseignants ont toutefois maintenu leurs positions de maintenir le mouvement de grève jusqu’à l’ouverture des négociations de fond sur les revendications des agents du secteur de l’éducation. Au regard de l’urgence de dénouer la crise, cette réunion apparaît rétrograde et repousse une fois de plus la profonde remise en question ...
Lire l'article [7]
Le Premier ministre a annoncé le 20 octobre la suspension des négociations avec la Convention nationale des syndicats du secteur de l’éducation (CONASYSED) face au maintien du mouvement de grève des enseignants malgré l’acceptation par le gouvernement de certains préalables exigés par les grévistes. Réunis en assemblée générale le 20 octobre à Libreville, les enseignants ont décidé de maintenir la grève en jugeant les promesses du gouvernement insuffisantes au regard des problèmes qui minent encore le système éducatif, notamment les conditions de travail et le traitement des enseignants gabonais. Alors que l’avancement des négociations laissait déjà pressentir une issue consensuelle ...
Lire l'article [8]
L’inspecteur de la circonscription du Haut-Ogooué Sud, Noël Poupy a demandé mardi aux enseignants relevant de sa zone de faire leur grève avec la manière afin de ne pas exposer les apprenants, a constaté un journaliste de l’AGP. « Vos revendications sont fondées, mais vous devez avoir le souci des enfants, dès lors que le gouvernement de la République vous a donné des garanties pour la résolution des points inscrits dans votre cahier de charges », a déclaré Noël Poupy. Cet appel aux bonnes manières a été lancé lors de la visite qu’il a effectuée sur le terrain pour se rendre compte ...
Lire l'article [9]
Les salaires des enseignants du secteur public, en grève depuis début octobre, seront suspendus dès cette fin du mois, a annoncé le ministre de l'Education nationale, Michel Menga M'Essone, dans une note reçue dimanche par l'AGP. ''Je vous invite à me faire parvenir les noms, suivis des numéros matricules ou d'identification des agents grévistes de votre établissement scolaire, avant le 15 octobre, pour application stricte de la mesure portant suspension des salaires et de caisses de soutien'', écrit le ministre dans cette note adressée aux chefs d'établissements scolaires. ''J'attache du prix à cette instruction dont vous me rendrez personnellement compte en cas ...
Lire l'article [10]
Gabon : Menga séquestré par les enseignants stagiaires
Gabon : les enseignants en grève exigent un dialogue avec le président
Gabon : Les acteurs politiques appellent à la reprise des négociations avec les enseignants
Gabon : Menga lâche du lest dans le bras de fer avec les enseignants
Gabon : Menga resserre l’étau sur les enseignants grévistes
Gabon : Le gouvernement tente un passage en force avec les enseignants
Gabon : La grève des enseignants s’enlise dans le protocole
Gabon : Le gouvernement gèle les négociations avec les enseignants
Gabon: Education :Un inspecteur demande aux enseignants de sa zone de faire grève avec la manière
Education : Les salaires des enseignants grévistes seront suspendus dès fin octobre (Menga M’Essone)