- Bongo Doit Partir - https://www.bdpgabon.org -

Zimbabwe : Sarkozy et l’UE poussent Mugabe au départ

Les Européens ont renforcé lundi 8 décembre leurs sanctions contre le régime zimbabwéen. Dix noms vont être ajoutés à une liste des personnes interdites d’entrée dans l’UE, qui comporte déjà 168 personnalités zimbabwéennes, dont le président Robert Mugabe et sa femme Grace. Ce renforcement des sanctions européennes intervient alors que la communauté internationale a durci le ton face au président du Zimbabwe, âgé de 84 ans et au pouvoir depuis plus de vingt ans. Plus tôt dans la journée, Nicolas Sarkozy a déclaré que M. Mugabe devait quitter ses fonctions. “Le Zimbabwe a suffisamment souffert. Toutes les discussions ont été engagées (…) mais il est un moment où, quand un dictateur ne veut pas entendre, ne veut pas comprendre, les chefs d’Etat et de gouvernement doivent cesser de discuter. (…) Il doit partir”, a déclaré le chef de l’Etat dans un discours sur le 60e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Le chef de la diplomatie européenne, Javier Solana, s’était dit décidé lundi à exercer une “pression maximale” pour amener Robert Mugabe à démissionner, d’où le renforcement des sanctions.

Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, l’ancienne puissance coloniale, étaient jusqu’ici les fers de lance de l’opposition à Robert Mugabe, réélu dans des conditions très contestées, et qui n’a toujours pas mis en œuvre l’accord négocié depuis avec l’opposition. Gordon Brown avait été le seul chef d’Etat européen à boycotter en décembre 2007 le sommet entre l’UE et l’Afrique, en raison de la présence de Robert Mugabe. L’épidémie de choléra qui ravage le pays, déjà en plein marasme économique, a contribué à durcir la position européenne. D’autant que l’ancien secrétaire général de l’ONU Kofi Annan a accusé dimanche Mugabe d’être incapable de résoudre la crise humanitaire engendrée par cette épidémie, qui a déjà fait près de 600 morts.

source: le monde avec AFP 


SUR LE MÊME SUJET
Dans un communiqué, M. Annan estime que le pouvoir en place a suscité "une amère déception" et appelle à "accélérer" la transition politique au Zimbabwe. Il demande également au pays membres de la SADC, la Communauté de développement d'Afrique australe, de s'impliquer davantage. Koffi Annan et les deux autres membres du groupe The Elders – l'ancien président américain Jimmy Carter et la militante des droits de l'Homme Graca Machel, épouse de Nelson Mandela – avaient tenté de se rendre au Zimbabwe les 22 et 23 novembre, mais s'étaient vus refuser leurs visas par les autorités d'Harare. "Nous n'avons pas pu ...
Lire l'article [1]
Après plusieurs semaines de négociations, les discussions entre le président Mugabe et l'opposition semblent encore dans l'impasse, mercredi 27 août. Dans The Herald, le quotidien d'Etat, le président du Zimbabwe, réélu fin juin lors d'un scrutin contesté, affirme qu'un gouvernement va "bientôt" être formé. Les deux factions de l'opposition ont immédiatement annoncé qu'elles refusaient de participer à ce gouvernement tant que les négociations sur un partage du pouvoir n'auraient pas abouti. "Il est clair que s'il annonce un nouveau gouvernement, c'est une déclaration de guerre contre le peuple", a déclaré à l'AFP Nelson Chamisa, porte-parole du Mouvement pour le changement ...
Lire l'article [2]
Le président Robert Mugabe a signé un accord de partage du pouvoir au Zimbabwe avec une fraction dissidente du Mouvement pour le changement démocratique, annonce un responsable de la Zanu-PF au pouvoir. Cet accord, passé entre le vieux chef de l'Etat et Arthur Mutambara, ne concerne pas le MDC de Morgan Tsvangirai, chef de l'opposition et adversaire malheureux de Mugabe à la dernière élection présidentielle contestée. D'après le responsable du parti au pouvoir, le président Mugabe entend former un gouvernement d'union nationale et réunir le Parlement la semaine prochaine. "Nous avons signé l'accord avec le MDC dirigé par Mutambara. Tsvangirai n'a pas signé ...
Lire l'article [3]
La crise politique qui agite le Zimbabwe depuis des mois s'apaisera-t-elle ? Selon le ministre zimbabwéen de la justice Patrick Chinamasa, interrogé lundi 21 juillet, le président Robert Mugabe et l'opposition doivent signer, dans la journée, un accord de principe. Ce document fixe le cadre de négociations sur l'avenir politique du pays : un échéancier, un modus operandi, ainsi qu'un ordre du jour. Les deux parties l'examinent depuis des contacts préliminaires il y a dix jours à Pretoria, en Afrique du Sud. ARRÊT DES VIOLENCES Le Zimbabwe vit une paralysie politique depuis la réélection contestée, fin juin, de Robert Mugabe, seul en lice ...
Lire l'article [4]
Aujourd’hui, 2 juillet, le Président français Nicolas Sarkozy reçoit à l’Elysée le Président du Gabon, Omar Bongo. Ce dernier, interviewé par RFI en marge du 11ème Sommet de l’Union Africaine (qui s’est achevé hier en Egypte), vient de déclarer à propos du président zimbabwéen Robert Mugabe, dont l’élection est contestée par la communauté internationale en raison des violences qui l’ont accompagnée : « Il a été élu, il a prêté serment, il est là avec nous, alors il est président ; on ne peut pas lui demander plus. Ils ont fait des élections, je crois qu’il les a gagnées ». ...
Lire l'article [5]
Le doyen des chefs d'Etat africains, le président gabonais Omar Bongo Ondimba, a apporté lundi son soutien au Zimbabwéen Robert Mugabe, dont l'élection au second tour de la présidentielle vendredi a été dénoncée par la communauté internationale, rapporte l’AFP. Omar Bongo s'exprimait devant des journalistes en marge du sommet de l'Union africaine (UA), qui se tient lundi et mardi à Charm el-Cheikh, en Egypte. "Il a été élu, il a prêté serment, il est là avec nous, alors il est président on ne peut pas lui demander plus. Ils ont fait des élections, je crois qu'il les a gagnées", a déclaré M. ...
Lire l'article [6]
A peine réélu, dimanche 29 juin, à la tête du Zimbabwe au terme d'une élection très contestée, le président sortant Robert Mugabe a redit, lors de son discours d'investiture, qu'il était prêt à négocier avec l'opposition. "J'ai l'espoir que, bientôt, nous mènerons des consultations entre partis politiques de différentes opinions afin d'instaurer un dialogue sérieux qui tempèrent nos différends et débouchent sur une ère d'unité et de coopération", a-t-il déclaré. Cette proposition a été accueillie plutôt froidement par l'opposition, qui a boycotté le second tour de l'élection présidentiellle face aux violences, et qui avait déclaré plus tôt que la réélection ...
Lire l'article [7]
Zimbabwe: Tsvangirai reporte son retour au Zimbabwe évoquant un projet “d’assassinat”
Le chef de l'opposition zimbabwéenne Morgan Tsvangirai, absent du Zimbabwe depuis début avril, a retardé son retour au pays prévu samedi après l'annonce par son parti de la découverte d'une "tentative d'assassinat" contre lui. Tsvangirai doit affronter au second tour de la présidentielle le 27 juin le président Robert Mugabe, qu'il a battu au premier tour le 29 mars sans, selon les résultats officiels, obtenir la majorité absolue requise pour être élu. "Nous avons eu ce matin des informations émanant d'une source crédible sur une tentative d'assassinat planifiée contre le président Tsvangirai", a déclaré son porte-parole George Shibotshiwe dans un communiqué lu ...
Lire l'article [8]
L'affaire est embarrassante pour la Chine mais aussi pour l'Afrique du Sud. Un cargo chinois, le An Yue Jiang, transportant des armes et des munitions à destination du Zimbabwe a été autorisé par les douanes sud-africaines à décharger sa cargaison, mercredi 16 avril, sur le port de Durban. Le quotidien sud-africain en afrikaner Beeld, qui a révélé l'information, a précisé que le bordereau de livraison de la marchandise destinée au ministère de la défense à Harare et incluant des fusils d'assaut, des mortiers et des grenades, avait été émis le 1er avril, soit trois jours après les élections au Zimbabwe. La ...
Lire l'article [9]
Le gouvernement du Zimbabwe interdit tout rassemblement politique
Le gouvernement zimbabwéen a interdit tout rassemblement à caractère politique, pour des raisons de sécurité dans un pays au bord du gouffre depuis les élections générales contestées du 29 mars derniers, a annoncé vendredi, la radio d’Etat à Hararé. Citant le porte-parole du chef de la police, Wayne Bvudzijena, la ‘Zimbabwe Broadcasting Corporation’ a expliqué que la police n’avait pas assez d’effectifs pour veiller sur toutes les différentes manifestations politiques. Cette interdiction survient à un moment où le Zimbabwe peut à tout moment sombrer dans une crise politique aux conséquences incalculables, suite à la rétention des résultats du scrutin présidentiel du 29 ...
Lire l'article [10]
Pour Kofi Annan, Mugabe est “incapable de sortir le Zimbabwe de la crise”
Zimbabwe : Robert Mugabe annonce la formation prochaine d’un gouvernement
Robert Mugabe signe un accord avec des dissidents du MDC
Mugabe et l’opposition vont signer un accord
Bongo plus fréquentable que Mugabe. Prime à la Françafrique !
Sommet de l’UA : Omar Bongo Ondimba apporte son soutien à Robert Mugabe
Réélu à la tête du Zimbabwe, Robert Mugabe “espère” négocier avec l’opposition
Zimbabwe: Tsvangirai reporte son retour au Zimbabwe évoquant un projet “d’assassinat”
Un cargo chinois livre des armes au régime Mugabe
Le gouvernement du Zimbabwe interdit tout rassemblement politique

1 Comment (Open | Close)

1 Comment To "Zimbabwe : Sarkozy et l’UE poussent Mugabe au départ"

#1 Comment By obiang On 9 Déc 2008 @ 06:51

tout les dictateurs sans distinction doivent etres sanctionner par les grandes puissances surtout en afrique ce qu ils ne font jamais simplement parceque leurs interret passe avant tout meme ci il ya des innocents qui meurs comme c est toujours le cas en afrique l afrique souffre et continue a souffrir a cause des grande puissance occidentale mais disont que chaques chose a une fin mreci a tres bientot