Socialisez

FacebookTwitterRSS

Le Gabon victime d’une « organisation secrète »

Auteur/Source: · Date: 14 Déc 2008
Catégorie(s): Révélations

La Fondation Omar Bongo Ondimba pour la Paix a annoncé samedi qu’elle allait attaquer “en justice” deux ONG qui ont déposé une nouvelle plainte contre trois chefs d’Etat africains, qu’elles accusent de posséder en France des biens financés par de l’argent public détourné. “Face à ces attaques à répétition et sans fondement qui décrédibilisent l’action des ONG (Transparency international -TI- et Sherpa), la Fondation Omar Bongo Ondimba pour la Paix, créée dans le but d’accompagner le chef de l’Etat gabonais dans sa quête permanente de la promotion, de la culture et du maintien de la paix au Gabon et dans le reste du monde, ne pouvait rester insensible”, indique une déclaration publiée samedi soir.
TI et Sherpa ont déposé le 2 décembre à Paris une plainte contre X visant trois chefs d’Etat africains: Omar Bongo (Gabon), Sassou Nguesso (Congo) et Teodoro Obiang Nguema (Guinée équatoriale).

La plainte des ONG porte sur “les conditions dans lesquelles un très important patrimoine immobilier et mobilier a été acquis en France” par ces trois chefs d’Etat, “ainsi que des membres de leur entourage”.

La fondation, qui s’affirme “persuadée” que “cette cabale découle d’une conspiration savamment orchestrée par une organisation secrète, qui nourrit l’ambition de semer le doute et la confusion dans l’esprit du peuple gabonais”, a “décidé d’ester en justice (…) les responsables des ONG Sherpa et Transparency international”.

Sherpa et TI avaient déjà tenté de faire ouvrir une enquête sur ce dossier en mars 2007 et en juillet 2008 sans succès, le parquet de Paris ayant classé l’affaire en estimant que les investigations n’avaient “pas permis de mettre en évidence des infractions pénales”.

Le quotidien français Le Monde avait rapporté en janvier que les investigations policières avaient notamment établi que M. Bongo et sa famille possédaient 33 appartements luxueux ou maisons en France.

Publié le 13 December 2008.
 


SUR LE MÊME SUJET
“Biens mal acquis” : le parquet de Paris refuse d’élargir l’enquête
Les juges enquêtant en France sur les biens de plusieurs présidents africains n'ont pas été autorisés par le parquet de Paris à étendre leurs investigations. Une nouvelle plainte a été déposée par Transparency international. Le parquet de Paris a refusé d'élargir l'enquête sur le patrimoine en France des trois présidents africains visés par une plainte déposée en 2008 par Transparency International France dans l'affaire dite des « biens mal acquis ». « C'est une décision ahurissante, contraire à l'efficacité de l'enquête et en ligne avec la logique d'obstruction du parquet depuis 2007 », s'est insurgé Me Bourdon, l'un des avocats de ...
Lire l'article
Cinq ONG gabonaises ont déposé une plainte, lundi, au tribunal de grande instance de Libreville, contre une ONG française, Transparency International, pour « propos diffamatoires et injurieux » à l’encontre du défunt chef de l’Etat gabonais, Omar Bongo Ondimba, a constaté GABONEWS. Ces cinq ONG, représentées par Me Ferdinand Abena Bidzo’o, se référant à l’article 283 du code pénal en République gabonaise qui stipule que « toute allégation ou imputation qui font atteinte à l’honneur ou à la considération de la personne à laquelle elle est adressée, est une diffamation » sont montées au créneau pour protester contre l’ONG française qui ...
Lire l'article
Une juge française a déclaré mardi recevable une plainte visant les présidents du Gabon, du Congo et de la Guinée-Equatoriale soupçonnés de posséder en France des biens immobiliers financés par de l'argent public détourné. Les ONG Sherpa et Transparence-International (TI) ont enregistré mardi une victoire. Une juge française a déclaré recevable leur plainte visant trois chefs d'Etats africains soupçonnés de posséder en France des biens immobiliers financés par de l'argent public détourné. Sont concernés le président congolais Denis Sassou Nguesso, son homologue gabonais Omar Bongo et leur homologue de Guinée Equatoriale Teodoro Obiang. Dans son ordonnance, la juge Françoise Desset a estimé ...
Lire l'article
Une juge française a déclaré mardi recevable une plainte visant les présidents du Gabon, du Congo et de la Guinée-Equatoriale soupçonnés de posséder en France des biens immobiliers financés par de l'argent public détourné. Les ONG Sherpa et Transparence-International (TI) ont enregistré mardi une victoire. Une juge française a déclaré recevable leur plainte visant trois chefs d'Etats africains soupçonnés de posséder en France des biens immobiliers financés par de l'argent public détourné. Sont concernés le président congolais Denis Sassou Nguesso, son homologue gabonais Omar Bongo et leur homologue de Guinée Equatoriale Teodoro Obiang. Dans son ordonnance, la juge Françoise Desset a estimé ...
Lire l'article
Le parquet de Monaco a ordonné l'ouverture d'une enquête sur des comptes qui auraient été ouverts dans la principauté monégasque au nom d'Edith Bongo, l'épouse décédée du chef d'Etat gabonais, Omar Bongo, a-t-on appris mardi de source judiciaire. L'ouverture de cette enquête fait suite à un courrier adressé la semaine dernière au prince Albert II et au procureur de Monaco par l'organisation non gouvernementale Sherpa signalant l'existence de plusieurs comptes ouverts dans des établissements bancaires monégasques par Edith Bongo, décédée le 14 mars. L'enquête aura pour objet de vérifier l'existence de ces comptes ainsi qu'une possible infraction, pénale ou civile, ajoute-t-on de ...
Lire l'article
L'ONG française Sherpa a adressé au prince Albert II ainsi qu'au procureur de Monaco un courrier demandant le gel de comptes bancaires ouverts en principauté, selon l'association, au nom d'Edith Bongo, l'épouse décédée du chef d'Etat gabonais Omar Bongo, a-t-on appris jeudi auprès de Sherpa. Une source judiciaire monégasque a confirmé à l'AFP l'existence de ce courrier, indiquant qu'aucune procédure de blocage de ces comptes présumés n'avait été engagée. "Cela devrait être fait fait sur la base d'une commission rogatoire. Il n'y a eu aucune demande d'autorités officielles en ce sens et l'existence de ces comptes reste à vérifier", a indiqué cette ...
Lire l'article
« Les trois leaders gabonais de la société civile mis en détention au Gabon ont été instrumentalisé par trois ONG occidentales, Transparency, Sherpa et Survie internationale », a estimé vendredi, le ministre gabonaise de l'Intérieure, André Mba Obame, au cours d'un point de presse tenu à Libreville. Selon le ministre gabonais de l'Intérieur, ces Organisations Non Gouvernementales ont recruté des citoyens gabonais en France et au Gabon. « Ces compatriotes ont organisé à travers le pays des réunions secrètes dans des lieux et avec des personnes que nous nous gardons de révéler aujourd'hui », a-t-il indiqué. André Mba Obame a ...
Lire l'article
Le mouvement Génération Omar Bongo Ondimba a déposé lundi une pétition composée de 4000 lettres de protestation contre les ONG internationales Transparency international et Sherpa à l’ambassade de France à Libreville, rapporte le journal en ligne www.gabonpage.com. Emballées dans deux cartons, les lettres ont été déposées par Me Ntsame, huissier de justice, accompagné par une dizaine de membres du mouvement qui n’a pas pu franchir le seuil de l’ambassade sur ordre du service de sécurité de la mission diplomatique française. Génération Omar Bongo Ondimba, une association fondée pour défendre l’œuvre et la personne du chef de l’Etat gabonais, avait lancé le 13 ...
Lire l'article
Organisée par le mouvement Génération Omar Bongo Ondimba, l’opération «Exprimes-toi pour défendre ton pays et ses institutions» s’est soldée par le dépôt à l’ambassade de France au Gabon de 4000 lettres de protestation contre Transparency international et l’ONG Sherpa qui ont porté plainte au président du Gabon pour «recel, détournement de fonds publics, blanchiment, abus de bien social, abus de confiance et complicités». Donnant une suite à leur action visant à défendre le président Omar Bongo Ondimba contre ses « détracteurs » étrangers notamment européens, le mouvement Génération Omar Bongo Ondimba a ressemblé un peu plus de 4000 lettres, e-mails ...
Lire l'article
Au moins cinq militants de la société civile ont été interpellés par la police, mercredi matin dans la capitale gabonaise, selon des témoignages. L’un de ces militants est lié aux organisations Transparency International et Sherpa qui avaient déposé, début décembre à Paris, des plaintes portant sur « les conditions dans lesquelles un très important patrimoine immobilier et mobilier a été acquis en France » par trois présidents africains, dont celui du Gabon, et leur entourage. Depuis le 22 décembre, ces deux organisations sont visées par une plainte déposée par la Fondation Omar Bongo Ondimba.    Selon l'organisation des Acteurs libres de la ...
Lire l'article
“Biens mal acquis” : le parquet de Paris refuse d’élargir l’enquête
Politique / « Biens mal acquis »: Cinq ONG gabonaises portent plainte contre Transparency International
La justice française enquête sur la fortune d’Omar Bongo
Gabon: La justice française enquête sur la fortune d’Omar Bongo
Ouverture d’une enquête sur des comptes qui appartiendraient à Edith Bongo à Monaco
Une ONG demande à Monaco de geler des comptes au nom d’Edith Bongo
Gabon: Le gouvernement gabonais estime que les trois leaders de la société civile détenus ont été instrumentalisés par des ONG occidentales
Société : Un mouvement pour la défense des intérêts du président Bongo Ondimba dépose une pétition à l’ambassade de France à Libreville
Gabon : 4000 lettres pour la défense d’Omar Bongo contre Sherpa et Transparency international
Gabon: La police interpelle des militants de la société civile


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 14 Déc 2008
Catégorie(s): Révélations
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à Le Gabon victime d’une « organisation secrète »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*