Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Le Parlement européen saisi pour la libération de Marc Ona et Gregory Ngbwa Mintsa

Auteur/Source: · Date: 6 Jan 2009
Catégorie(s): Monde,Politique

Du fait de l’interpellation le 31 décembre dernier de plusieurs leaders d’ONG et deux journalistes, toujours en détention, Bruno Ben Moubamba, responsable en Europe d’un réseau d’ONG dénommé “Acteurs libres de la société civile gabonaise”, a écrit au président du Parlement européen pour dénoncer la “répression” contre la société civile au Gabon et demander l’intercession du président français Nicolas Sarkozy.

Se présentant comme le porte-parole en Europe d’un réseau d’ONG dénommé “Acteurs libres de la société civile gabonaise”, Bruno Ben Moubamba, a publié, le lundi 5 janvier 2009, une lettre ouverte adressée à Monsieur Hans-Gert Pöttering, président du Parlement Européen, dans laquelle il dénonce l’arrestation de plusieurs acteurs de la société civile gabonaise et lance un «Appel à l’Europe et à la France pour éviter une crise majeure au Gabon».

On peut en effet lire dans la lettre ouverte sus citée : «La répression vient encore une fois de s’abattre sur les Acteurs Libres de la Société Civile Gabonaise. Le 31 décembre 2008, les forces de sécurité gabonaises ont arrêté simultanément plusieurs membres d’ONG (Georges Mpaga, président du Rolbg, Marc Ona, Coordonateur de PWYP Gabon et Président de Brainforest, etc.) et d’autres citoyens (Grégory Ngbwa Mintsa, plaignant gabonais dans l’affaire des biens mal acquis ; son frère, rédacteur en Chef de Tendance, un journal local, et Gaston Asséko, directeur technique de Radio Sainte Marie, une personne n’ayant rien à voir avec les Acteurs Libres). De plus, les bureaux de PWYP-Gabon et de l’ONG Brainforest ont été violemment saccagés et les ordinateurs volés.

Si Marc Ona Essangui est bien connu pour ses prises de position à la lisière de l’opposition radicale et de la société civile exigeante, Georges Mpaga, est également une figure de la société civile qui s’est d’abord fait remarquer dans la lutte contre le Sida avant de devenir président du Réseau des organisations libres de la société civile pour la bonne gouvernance au Gabon (ROLBG). Gregory Ngbwa Mintsa, lui, est un intellectuel et militant des droits de l’homme gabonais remarqué, dans les années 90, au sein du Rassemblement national des bûcherons (RNB) du père Paul Mba Abessole dont il a animé le journal, puis dans le RNB de Pierre André Kombila, l’actuel ministre de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle. En rupture de banc avec ces derniers, il s’est dernièrement associé à une plainte de Transparency international et de l’ONG Sherpa portant sur «les conditions dans lesquelles un très important patrimoine immobilier et mobilier a été acquis en France» par les présidents gabonais, congolais et équato-guinéen.

Les trois acteurs de la société civile seraient, selon certaines sources, actuellement détenus dans les cellules de la Police judiciaire (PJ) à Libreville. A leurs côtés se trouvent Gaston Asseko, journaliste et directeur technique à Radio Sainte-Marie, et Léon Dieudonné Koungou, sociétaire du journal “Tendance Gabon”. Les deux journalistes avaient été convoqués au B2 (2ème Bureau des services de renseignements de l’armée gabonaise), le 30 décembre dernier, avant de se retrouver aux côtés des acteurs de la société civile ici concernés. Selon l’Agence gabonaise de presse (AGP), ils auraient pris part à « une réunion préparatoire sur la présentation d’un livre écrit par un Gabonais résidant en France, contre le président Omar Bongo Ondimba et à qui il a adressé une lettre ouverte.» Ce Gabonais est vraisemblablement Bruno Ben Moubamba que l’on dit journaliste, philosophe, universitaire et membre de l’épiscopat du Gabon.

Dans sa lettre ouverte, qui tient également lieu de communiqué de presse, Bruno Ben Moubamba demande au président du Parlement européen «d’intercéder pour nous auprès du Président français Nicolas Sarkozy afin qu’il saisisse l’opportunité historique qui se présente aujourd’hui au Gabon pour inaugurer un Nouveau Cycle de Relations non seulement entre la France et l’Afrique mais aussi entre les Africains et les Européens. »

Dès l’arrestation de ces deux journalistes, M. Ben-Moubamba, recherché par les services des renseignements gabonais, est reparti précipitamment en France, où il vit depuis plusieurs années. Il a indiqué à l’Agence France presse (AFP) n’avoir aucune nouvelle des personnes interpellées, à l’exception de Gregory Ngbwa Mintsa, via “sa soeur, qui a pu lui rendre visite” dimanche.

L’ONG “Publish what you pay” (PWYP) dont Marc Ona est le coordinateur pour le Gabon a publié le 5 janvier depuis Londres un communiqué demandant la libération des cinq personnes arrêtées. «Nous sommes très inquiets quant à leur intégrité physique et mentale (…). Nous appelons la Communauté internationale à insister pour qu’ils soient libérés», a précisé l’organisation.

Selon ses témoignages “il n’a pas de lit, juste une chaise. Il a dit qu’il veut arrêter de s’alimenter et de prendre ses médicaments”, a-t-il poursuivi. D’autres sources font état de ce qu’un médecin aurait rendu visite à Gregory Ngbwa Mintsa dont l’état de santé ne serait plus au beau fixe. Il présenterait des œdèmes aux pieds.

A ce jour, la seule raison officielle de leur arrestation a été donnée la semaine dernière sur la radio RFI par André Mba Obame, ministre Gabonais de l’Intérieur, qui a expliqué que ces interpellations entraient dans le cadre d’une enquête “en cours” pour des motifs non précisés. 


SUR LE MÊME SUJET
Passionné de journalisme et fervent militant de la lutte contre la corruption et l’enrichissement illicite, Grégory Ngbwa-Minsta, a reçu vendredi à Bankok le prix de l’intégrité à l’occasion de la 14e Conférence contre la corruption. Ce sont les responsables de l’ONG Transparency International qui lui ont remis cette distinction 2009-2010, en même temps qu’à un Sri-Lankais et à un Suisse. "En effet, cette semaine, la Cour de Cassation a jugé recevable la plainte Bien Mal Acquis. Cette décision constitue une victoire historique. Outre qu’elle affirme la volonté d’indépendance de la justice française vis-à-vis des pouvoirs politiques et des puissances d’argent, elle ...
Lire l'article
Grégory Ngbwa Mintsa a reçu le 12 novembre à Bangkok (Thaïlande) le Prix de l’Intégrité 2009-2010. Le Gabonais est primé par l’ONG Transparence International pour «son courage et sa détermination dans l’affaire des biens mal acquis». A l’occasion de la 14e International Anti-corruption Conference (IAAC) à Bangkok, en Thaïlande, Grégory Ngbwa Mintsa a reçu le Prix de l’Intégrité 2009-2010 de l’ONG Transparence International. Attoyage Prema Jayantha (Sri Lanka) et Sergei Magnitsky (Russie) sont également les lauréats de ce prix. «Nous n’avons pas eu à délibérer longtemps sur le choix de Grégory. Sa candidature s’imposait d’elle-même. Le seul fait ...
Lire l'article
L'intellectuel et militant de la démocratie, Grégory Ngbwa Mintsa a dénoncé, dans un communiqué de presse rendu public le 20 octobre dernier, la privation par les autorités gabonaises de sa liberté de circulation. Ce, par le refus de lui délivrer son passeport biométrique en raison d'une interdiction de sortir du territoire décidée en janvier dernier par l'ancien ministre de l'Intérieur. Privé de salaire depuis 10 mois, l'intellectuel gabonais, qui s'était porté partie civile de la plainte déposée en France contre les «Biens mal acquis», dénonce un État policier et une atteinte aux libertés fondamentales des citoyens. Dix mois après son séjour ...
Lire l'article
Bruxelles, 4 septembre (GABONEWS) – Le Président de la Banque Africaine de Développement (BAD), Donald Kaberuka, s’est entretenu jeudi dernier à Bruxelles avec les responsables de la Commission de développement du parlement européen au sujet de « l’impact sur les pays en développement de la réponse internationale à la crise mondiale », a t-on appris de source officielle. Au cours de cette séance de travail, M. Kaberuka, qui a été l’un des principaux orateurs s’exprimant devant cette nouvelle Commission, a aussi fait l’exposé des solutions et autres mesures mises en place par la BAD en réponse à la ...
Lire l'article
Bruxelles, le 1er Juin 2009, les résolutions des meetings du 30 et 31 Mai 2009 à Bruxelles lues par Curtis Bezauna, nouveau Secrétaire Exécutif de la Coalition,  devant le Parlement européen. Pour lire ou obtenir le texte des résolutions, cliquez ici. La réunion de Bruxelles, qui était une réunion de travail axée sur la nécessité pour le Gabon de se doter d’un outil constitutionnel capable de mener le pays à une situation de démocratie avérée et progressiste, avait pour thème “Etats Généraux de la Réforme au Gabon” Une Constitution nouvelle pour un Gabon nouveau”. Ces états-généraux de la réforme au Gabon ont ainsi ...
Lire l'article
«Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée». Je me suis toujours dit que Descartes, ayant fait abstraction de tout l’obscurantisme en vigueur autour de son poêle, a du disjoncter ferme en écrivant cela. En plus, il réfugiait son dégammage sous le prétexte de rechercher la Vérité. Lorsque j’ai lu Le discours pour la première fois, je me suis dit que, décidément, les Blancs sont fous. Mais, en observant l’actualité gabonaise récente, je me rends compte que, finalement, Descartes n’était pas aussi allumé qu’il y paraissait. Peu avant le deuil national, la RTG, chaîne publique de propagande ...
Lire l'article
Le porte-parole de la coalition ‘Publiez ce que vous payez’ (PCQVP), Marc Ona Essangui, a été à nouveau empêché de sortir du Gabon samedi, alors qu’il souhaitait se rendre à Doha au Qatar pour une conférence internationale sur la bonne gouvernance, a annoncé l’intéressé dans un communiqué. « Comme il fallait s’y attendre, j’ai une fois de plus été empêché de sortir du territoire », a déclaré Marc Ona dans le communiqué dont APA a reçu une copie. « Je regrette donc de ne pas pouvoir me rendre à ce rendez-vous de la société civile internationale », a-t-il ajouté. « Je pense que ...
Lire l'article
Ce soir, 12 janvier 2009, Grégory Gnbwa Minsta (plaignant dans l'affaire des Biens Mal Acquis), Marc Ona Essangui et Georges Mpaga de PWYP Gabon, Gaston Asseko, directeur technique de Radio Sainte Marie et l'adjudant de gendarmerie Jean Poaty, injustement arrêtés les 30 et 31 décembre 2008, ont été relâchés sur décision du Tribunal de Libreville. Il faut maintenant obtenir la levée des chefs d'inculpation. Toute la lumière sera faite un jour sur ce «Complot du Réveillon» conçu par l'entourage présidentiel lui-même en vue de sa prise programmée du pouvoir. L'objectif inavoué de ce complot était de décrédibiliser la plainte à ...
Lire l'article
GABON : INCARCERATIONS A CAUSE DE LA LETTRE OUVERTE DU 8 DECEMBRE 2008 Dans la soirée du 7 janvier 2009, quitte à exaspérer le Peuple Gabonais, le Procureur de la République du Gabon, Mr Alaba Bosco Fall, a décidé sur ordre d'envoyer à la prison centrale de Libreville (déjà surpeuplée de victimes détenues sans jugement depuis des mois comme Marlène Rapontchombo) : - Grégory Gnbwa Mintsa (plaignant contre les Biens Mal Acquis de Mr Omar Bongo Ondimba et de son entourage en France), - Marc Ona Essangui (BRAINFOREST) et Georges Mpaga (ROLBG) qui ont porté plainte devant la « Commission Mains Propres » ...
Lire l'article
Communiqué : Le BDP-Gabon Nouveau condamne le terrorisme d’état au Gabon et exige la libération immédiate de Marc Ona Essangui et des leaders de la société civile incarcérés
C'est avec consternation et révolte que le BDP-Gabon Nouveau constate, une nouvelle fois, l'arrestation arbitraire de Marc Ona Essangui et de ses collègues de la société civile gabonaise par le régime dictatorial d'Omar Bongo. Le BDP-Gabon Nouveau, mouvement de résistance et de libération nationale en exil,  condamne sans détour et avec vigueur cet énième forfait du régime terroriste d'Omar Bongo contre le peuple gabonais, peuple qui depuis 41 ans subit le terroriste d'état d'une mafia criminelle, incapable et  incompétente. C'est ce matin 31 décembre que Messieurs Marc Ona Essangui et ses collègues de la coalition Publiez Ce Que Vous Payez (PCQVP) et ...
Lire l'article
Gabon : Transparence International remet à Grégory Ngbwa-Minsta le Prix de l’Intégrité 2009-2010
Gabon : Le Prix de l’Intégrité à Grégory Ngbwa Mintsa
Gabon : Ngbwa Mintsa privé de salaire et interdit de sortir du pays
Gabon: Le président de la BAD analyse l’impact de la crise financière au parlement européen
Bruxelles 2009: Etats Généraux de la Réforme au Gabon: Résolutions finales lues devant le Parlement européen
Grégory Ngbwa Mintsa: “Descartes légalise Bruno Ben”
L’activiste gabonais Marc Ona empêché de sortir du Gabon pour la 4ème fois
Libération ce soir des militants, du journaliste et du gendarme détenus au Gabon
Gabon: Communiqué Acteurs Libres: Marc Ona et ses collègues incarcérés pour Propagande orale ou écrite en vue de l’incitation à la révolte contre les
Communiqué : Le BDP-Gabon Nouveau condamne le terrorisme d’état au Gabon et exige la libération immédiate de Marc Ona Essangui et des leaders de la


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 6 Jan 2009
Catégorie(s): Monde,Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*