Socialisez

FacebookTwitterRSS

Bongo : biens mal acquis profitent encore

Auteur/Source: · Date: 9 Jan 2009
Catégorie(s): Françafrique

L’affaire du patrimoine du président gabonais en France a rebondi hier. L’avocat chargé de défendre l’auteur d’une plainte contre le pouvoir à Libreville a été privé de son visa. Sans que Paris trouve vraiment à y redire.

On connaissait le cas du greffier réveillé en pleine nuit à la demande des autorités françaises pour pouvoir remettre en liberté un hiérarque congolais placé en détention par un juge d’instruction quelque peu téméraire. C’était en 2004, dans le cadre de «l’affaire du Beach», du nom de ce port fluvial de Brazzaville où plusieurs centaines de réfugiés avaient disparu dès leur retour d’exil, probablement liquidés par la police locale. Une enquête avait alors été ouverte en France en vertu de la loi sur la compétence universelle.

Deniers. Depuis hier, les annales judiciaires de la Françafrique se sont enrichies d’une nouvelle variante: l’avocat empêché par la police aux frontières de monter dans un avion à destination du Gabon, où il devait s’atteler à la défense de ses clients.

Me Thierry Lévy était en salle d’embarquement à Roissy, hier en fin de matinée, quand les policiers sont venus lui annoncer que son visa de quatre jours, délivré la veille, venait d’être annulé par les autorités gabonaises, l’empêchant de monter dans l’avion. «C’est sans précédent» , fulminait son confrère, William Bourdon, de l’association Sherpa, très impliquée dans ce dossier. Celui des «biens mal acquis».

L’affaire a démarré en mars 2007, à Paris, par le dépôt d’une plainte par une poignée d’ONG ciblant plusieurs dirigeants africains. Soupçonnés d’avoir détourné les deniers publics à des fins personnelles, les présidents du Gabon, du Congo-Brazzaville et de la Guinée équatoriale disposent d’un patrimoine immobilier impressionnant en France, singulièrement dans la capitale française et sur la Côte d’Azur. Une enquête préliminaire a révélé que la famille d’Omar Bongo, le président gabonais, possédait 39 résidences dans l’Hexagone et 70 comptes bancaires. Estimant l’infraction «non caractérisée», le parquet a pourtant classé la plainte sans suite.

Ecroués. C’était compter sans la détermination des associations françaises de lutte anti-corruption. Le 2 décembre dernier, la section française de Transparency international déposait une nouvelle plainte avec constitution de partie civile devant le Tribunal de grande instance de Paris. Portée par un citoyen gabonais, Gregory Ngbwa Mintsa, cette plainte devrait, si elle est jugée recevable, entraîner la désignation d’un juge d’instruction. Et relancer du même coup l’enquête sur le patrimoine de Bongo en France.

Visiblement, le régime de Libreville prend la menace très au sérieux. Fin décembre, Gregory Ngbwa Mintsa est arrêté par la police, en même temps que deux activistes anti-corruption et deux journalistes. Durant plusieurs jours, les cinq hommes sont placés en garde à vue sans motif officiel. Mercredi, quatre d’entre eux, dont l’un – Marc Ona, considéré comme le porte-parole de la société civile gabonaise -, se déplace en chaise roulante, ont été écroués à la prison centrale de Libreville. Pour une raison encore inconnue, un gendarme les y a rejoints.

Cette fois, les autorités gabonaises ont été obligées de justifier leur décision : «Détention d’un document en vue de sa diffusion dans un but de propagande» et «propagande orale ou écrite en vue de l’incitation à la révolte contre les autorités». Le document en question est une lettre ouverte au président, Omar Bongo, publiée en décembre par Bruno Ben Moubamba, le responsable en Europe du réseau d’ONG gabonaises Acteurs libres de la société civile. Il y demande notamment «des comptes sur la gestion financière du pays depuis quarante ans».

Une question pertinente. Dans ce pays d’1,3 million d’habitants grand comme la France, on exploite du pétrole depuis 1956. Mais seule une petite classe dirigeante s’est considérablement enrichie, tandis que le tiers de la population vit toujours sous le seuil de pauvreté. Le réseau routier est quasiment inexistant.

Etouffer. Au pouvoir depuis 1967, où il a été propulsé par Paris, Omar Bongo aime à se faire appeler «le doyen». Mais cet allié indéfectible de la France, toujours prêt à rendre service ou à faire bénéficier de ses largesses ses amis politiques français, faiblit. Agé de 73 ans, il a récemment connu de sérieux problèmes de santé, et les spéculations vont bon train à Libreville sur sa succession. Son fils Ali Bongo, actuel ministre de la Défense, qui paraît le mieux placé, doit compter avec d’autres prétendants. Cette guerre de succession larvée attise-t-elle la volonté farouche du régime d’étouffer toute forme de contestation ?

Hier, Paris a déclaré «suivre attentivement» cette affaire : «Il est essentiel que les procédures légales, et en particulier les droits de la défense, soient respectés. A cet égard, il faut que les accusés puissent avoir libre accès à leurs conseils» , a déclaré le porte-parole du Quai d’Orsay, Eric Chevallier. Une profession de foi qui n’engage pas l’Elysée, où les relations avec les alliés africains de Paris demeurent le «domaine réservé» par excellence.

Omar Bongo se flatte de connaître Nicolas Sarkozy depuis les années 80 et raconte que ce dernier l’a appelé, au soir de sa victoire, en mai 2007, afin de le remercier pour ses précieux «conseils». La France, qui dispose d’une base militaire permanente au Gabon, peut compter sur le «doyen» en cas d’urgence sur le continent. Bref, Bongo a su se rendre indispensable.

William Bourdon note que les militants gabonais incarcérés «portent le même discours que les grandes institutions internationales sur la bonne gouvernance, dont ils sont en quelque sorte les mandataires ». La France est le premier pays du G8 à avoir ratifié la Convention de l’ONU sur la lutte contre la corruption qui prévoit la restitution des biens et de l’argent détournés. La fidélité à Bongo ou à ses engagements, il va falloir choisir. 


SUR LE MÊME SUJET
Après les accusations de Robert Bourgi, voici celles de Mike Jocktane. Dans un livre à paraître ce jeudi en France, Le scandale des biens mal acquis, cet ancien collaborateur d'Omar Bongo confirme les accusations de Robert Bourgi et va plus loin, en affirmant que le défunt président gabonais a « contribué au financement de la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy ». Mike Jocktane a été conseiller d'Omar Bongo à partir de 2005, promu directeur adjoint de son cabinet en janvier 2009, avant de rejoindre l'opposition au fils Bongo quand celui-ci a pris la succession de son père. Accessoirement, ...
Lire l'article
“Biens mal acquis” : Bongo, Sarkozy, les mallettes et la présidentielle de 2007
Certains y verront un effet boomerang après les accusations de Robert Bourgi contre Jacques Chirac et Dominique de Villepin. C'est au tour d'un proche conseiller de feu Omar Bongo, Mike Jocktane, d'accuser Nicolas Sarkozy d'avoir bénéficié des mallettes et des fonds occultes de la Françafrique. Le tout à paraître dans un livre dont la sortie est prévue jeudi 24 novembre : "Le scandale des biens mal acquis". Scandale après scandale, le crépuscule de la Françafrique semble interminable. À peine l’enquête préliminaire du parquet de Paris sur les accusations de Robert Bourgi est-elle classée qu’une autre affaire médiatico-politique éclabousse les hommes politiques ...
Lire l'article
“Biens mal acquis” : le parquet de Paris refuse d’élargir l’enquête
Les juges enquêtant en France sur les biens de plusieurs présidents africains n'ont pas été autorisés par le parquet de Paris à étendre leurs investigations. Une nouvelle plainte a été déposée par Transparency international. Le parquet de Paris a refusé d'élargir l'enquête sur le patrimoine en France des trois présidents africains visés par une plainte déposée en 2008 par Transparency International France dans l'affaire dite des « biens mal acquis ». « C'est une décision ahurissante, contraire à l'efficacité de l'enquête et en ligne avec la logique d'obstruction du parquet depuis 2007 », s'est insurgé Me Bourdon, l'un des avocats de ...
Lire l'article
Trois jours après son expulsion avenue de Matignon, Jeudi Noir a tenté d'investir un hôtel particulier d'Ali Bongo. Les membres du collectif de lutte contre le mal logement ont été interpelés par la police. Jeudi Noir surfe sur sa vague médiatique. Trois jours seulement après s'être fait expulsé d'un bâtiment d'Axa avenue de Matignon, le collectif a entrepris une nouvelle action, avortée par les forces de police. A l'occasion de la venue du président du Gabon Ali Bongo à Paris, Jeudi Noir a tenté d'investir son hôtel particulier du 51, rue de l'Université, acquis par le chef d'Etat en mai dernier. Pour ...
Lire l'article
Ali Bongo ne pouvait rester insensible dans l’affaire des biens mal acquis déclenchée par une plainte de Transparency International sur le patrimoine en France de trois dirigeants africains dont son défunt père Omar Bongo Ondimba. Le président gabonais s’est publiquement prononcé sur la question le 18 novembre à Libreville en dénonçant notamment une «attitude arrogante et prétentieuse» des plaignants. Le président Ali Bongo s’est prononcé le 18 novembre à Libreville sur l’affaire des biens mal acquis, relative au patrimoine en France de trois dirigeants africains dont son défunt père Omar Bongo Ondimba son prédécesseur à la tête du pays. ...
Lire l'article
Les présidents du Gabon, de la Guinée équatoriale et du Congo-Brazzaville se sont-ils donné le mot ? Après la décision de la justice française, le 9 novembre, de poursuivre des investigations sur leurs patrimoines en France, ils ont tous réagi a minima. À Malabo, c’est silence radio. À Brazzaville, Denis Sassou Nguesso, de retour de son fief d’Oyo, dans le Nord, a fait publier deux jours plus tard un communiqué laconique, sans aucune menace de représailles. à Libre­ville, seul le Parti démocratique gabonais (au pouvoir) a évoqué de possibles « tensions diplomatiques » avec la France. À Singapour, où il était ...
Lire l'article
La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris doit dire le 29 octobre prochain si elle valide ou non la décision de la doyenne des juges d'instruction du tribunal de grande instance de Paris d'instruire la plainte déposée, notamment pour "blanchiment", qui vise les conditions d'acquisition en France du patrimoine de trois chefs d'Etat africains, a-t-on appris jeudi de source judiciaire. Le 7 mai dernier, le parquet de Paris avait fait appel de la décision de la doyenne, un appel soutenu jeudi par le parquet général également opposé à ce qu'un juge français mène une enquête. Le 20 avril dernier, ...
Lire l'article
Le parquet de Paris a fait appel jeudi après-midi de la décision de la doyenne des juges d'instruction du tribunal de grande instance d'instruire la plainte déposée notamment pour "blanchiment" qui vise les conditions d'acquisition en France du patrimoine de trois chefs d'Etat africains, a-t-on appris de source judiciaire. Il appartient désormais à la chambre de l'instruction de décider si oui ou non un juge français est habilité à mener une enquête. "Les engagements du candidat Sarkozy de mettre fin à certaines pratiques qui ont terni les relations entre la France et l'Afrique sont aujourd'hui totalement caduques", a commenté l'avocat des plaignants, ...
Lire l'article
Selon le président de Sherpa et l’avocat des plaignants, c’est la première fois qu’une telle procédure est engagée contre des chefs d’Etats africains en exercice. Il s’en est félicité, mais il s’est refusé de tomber dans l’illusion. « Ce n’est qu’une victoire d’étape. La bataille ne fait que commencer », a indiqué M. Bourdon. Cette action qui, d’après lui, vise à restituer l’argent de ces biens aux populations de leurs pays, sera longue. Mais sur le plan diplomatique les conséquences de la décision de la juge française pourraient être immédiates. Les trois chefs d’Etat concernés sont à la tête des pays producteurs de ...
Lire l'article
La justice française va enquêter sur les biens acquis en France par trois chefs d'Etat africains. Un juge d'instruction a en effet décidé d'instruire la plainte déposée notamment pour "blanchiment" par une association, Transparence internationale France, a-t-on appris mardi de source judiciaire. "C'est une décision sans précédent. C'est la première fois qu'une enquête est possible s'agissant de chefs d'Etat en exercice", s'est félicité Me William Bourdon, l'avocat de Transparence internationale France. L'avocat se dit confiant, en dépit d'un probable appel du parquet. "Le droit est l'allié des plaignants depuis le début de cette affaire. Cet appel sera perçu comme une tentative politique ...
Lire l'article
Biens mal acquis : les accusations d’un ex-collaborateur d’Omar Bongo
“Biens mal acquis” : Bongo, Sarkozy, les mallettes et la présidentielle de 2007
“Biens mal acquis” : le parquet de Paris refuse d’élargir l’enquête
Jeudi Noir s’attaque aux biens mal acquis d’Ali Bongo
Gabon : Ali Bongo se prononce sur les biens mal acquis
Biens mal acquis : Bongo, Obiang et Sassou restent zen
“Biens mal acquis”: décision de la chambre de l’instruction le 29 octobre
“Biens mal acquis”: le parquet de Paris fait appel de l’ouverture d’enquête
Biens mal acquis : Bongo, Nguesso et Obiang sur la sellette
“Biens mal acquis”: le juge décide d’instruire sur les biens de chefs d’Etat africains


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 9 Jan 2009
Catégorie(s): Françafrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*