Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : La lèpre dans le viseur de Ngari

Auteur/Source: · Date: 27 Jan 2009
Catégorie(s): Santé

A l’occasion de la Journée mondiale des lépreux célébrée le 25 janvier dernier, le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, le général Idriss Ngari, a officiellement lancé le 24 janvier dernier des campagnes d’éducation et de mobilisation au nouveau centre de santé de Nzeng-Ayong. Organisées en collaboration avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ces manifestations visent l’élimination de la maladie sur le territoire national, en réduisant à moins de 6 000 le nombre de cas de lèpre.

Le ministère de la Santé et de l’Hygiène publique a coordonné le lancement le 24 janvier dernier des activités de mobilisation et d’éducation sur la maladie de lèpre, organisées à l’occasion de la 56e Journée mondiale des lépreux.

Depuis le nouveau centre de santé de Nzeng-Ayong, dans le 6e arrondissement de Libreville, le ministre de tutelle a présenté les stratégies et les objectifs de ces manifestations, réaffirmant la détermination du gouvernement à renforcer ses partenariats avec les organismes internationaux pour la lutte contre la lèpre.

«Le département de la Santé dont j’ai la charge s’assurera de renforcer le partenariat avec les organismes internationaux et des ONG locales, notamment Jeunesse du monde», a annoncé le ministre de la Santé.

Les dernières statistiques montrent que 44 pays des 46 pays de la région africaine ont atteint la cible d’élimination de la maladie en 2007 avec un taux de prévalence d’un cas pour 10 000 habitants. L’OMS affirme également que la poly chimiothérapie couvre aujourd’hui environ 95% de ces territoires.

«C’est une maladie qui peut être soignée et suivie correctement si les malades se présentent très tôt pour le traitement à la poly chimiothérapie. Depuis quelques années le monde entier s’est fixé un objectif, celui d’éliminer cette maladie qu’on appelle aussi maladie de la pauvreté. Des structures ont été mises en place et proposées aux pays à la sortie d’une des séances de l’assemblée mondiale de la santé», a poursuivi le ministre.

Le représentant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le professeur André Ndikuyeze, a expliqué que «l’élimination de la lèpre n’est rien d’autre que la prise en charge du dépistage précoce des lépreux. Il faut les soigner pour qu’ils ne continuent pas à contaminer d’autres personnes. Cela nous a amené à un cas subsistant de 6 000 habitants dans un pays. Les pays qui ont atteint un taux de prévalence de 4 000 à 6000 habitants, sont d’après moi des pays qui ont éliminé la maladie».

«Quant on parle d’élimination, on ne parle pas d’éradication. L’éradication c’est quand on a aucun cas dans le monde, que la maladie ne pose plus de problème. C’est le cas de la variole qui est la seule maladie dans le monde qui a été éradiquée. Nous sommes maintenant sur le point d’éradiquer la poliomyélite», a précisé le représentant local de l’OMS.

«Pour la lèpre, comme nous savons que les germes qui la cause peuvent rester longtemps dans un milieu sans être détectés, on ne s’est pas avancé à proposer l’éradication mais l’élimination», a souligné le professeur Ndikuyeze.

Au Gabon, les autorités sanitaires sont parvenues à «atteindre un taux d’élimination de 24 000 à 10 000 habitants», a salué le représentant de l’OMS.

Un spécialiste intervenant pour la sensibilisation des populations a expliqué que les personnes atteintes de la lèpre présentaient généralement des symptômes périodiques à la phase la plus productive de leur vie, ce qui représente une énorme charge socio-économique pour la société, facteur de marginalisation de ces personnes.

Trois centres traitent les personnes atteintes de la lèpre au Gabon, l’hôpital de Nkembo de Libreville, l’hôpital Albert Schweitzer de Lambaréné et l’hôpital de Bongolo à Lébamba.

La lèpre, due à un bacille, le Mycobacterium leprae, est une maladie peu contagieuse mais favorisée par la misère et le manque d’hygiène. En 15 ans, la lèpre a été éliminée dans 98 pays mais reste endémique dans plus de 60 pays du monde. Aujourd’hui, il y a plus de 1,5 millions de lépreux déclarés dans le monde et plus de 254 000 nouveaux cas recensés en 2007, dont 24 000 enfants de moins de 14 ans.

L’apparition de tâches insensibles sur la peau est le premier symptôme visible de la maladie. Les nerfs, les muqueuses et les yeux sont ensuite attaqués, les lésions s’amplifient, et la perte progressive de sensation des membres entraîne des handicaps importants.

Depuis 1981, un traitement efficace, une poly chimiothérapie associant trois antibiotiques, permet de tuer le bacille et de stopper la contagion. Mais plusieurs millions de malades, traités trop tard, gardent des séquelles.
 


SUR LE MÊME SUJET
Le Gabon veut réduire de moitié, d’ici à 2015, le nombre de lépreux qui est passé dans ce pays de 24.000 à 10.000, a appris l’AGP, à l’issue d’un atelier ayant regroupé, du 12 au 13 avril à Libreville, le personnel de santé engagés dans la lutte contre cette maladie. Cet ‘’ambitieux’’ objectif ne peut être atteint qu’avec l’implication du Secrétariat général du ministère gabonais de la santé, ont estimé les participants dans une recommandation proposée pour validation au Plan de développement sanitaire (PNDS 2011-2015) et à certains pays africains. Les lépreux sont traités dans trois centres principaux ...
Lire l'article
Le président Ali Bongo a reçu le 15 décembre à Libreville les responsables des partis politiques de la majorité républicaine pour l’émergence. Le chef de l’Etat et sa majorité ont notamment évoqué les prochaines élections législatives prévues en 2011. Une délégation des partis politiques de la majorité républicaine pour l’émergence conduite par Jean Boniface Assélé, président du Centre des Libéraux réformateurs (CLR), s’est entretenue le 15 décembre à Libreville avec le chef de l’Etat, Ali Bongo. Il a notamment été question lors de cet échange, des prochaines échéances électorales. «Nous avons parlé de prochaines élections législatives et de l’actualité nationale», a ...
Lire l'article
A l’occasion de l’inauguration le 17 mai de la Chambre provinciale des Comptes de Ntoum, à 40 kilomètres de Libreville, le président Ali Bongo a dressé un état des lieux du système judiciaire gabonais. Dans son discours de circonstance, le Chef de l’Etat a notamment déclaré qu’il voulait une justice «crédible, performante et égale» pour tous les Gabonais. Le Chef de l’Etat a inauguré le 17 mai la Chambre provinciale des Comptes de Ntoum, à une quarantaine de kilomètres de Libreville. Celle-ci aura sous sa juridiction les provinces du Moyen-Ogooué, de l’Ogooué-Maritime et du Woleu-Ntem. Ce nouveau bâtiment doit permettre de ...
Lire l'article
La Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) a publié ce 7 avril son rapport annuel qui met en garde contre la recrudescence des pratiques spirituelles mal encadrées, notamment celles qui nécessitent l’absorption de plantes comme l’iboga. Depuis les premiers dérapages qui avaient causé il y a quelques années la mort d’un homme en France, la plante a été classée comme stupéfiant par les autorités françaises. Les «apprentis sorciers» ont été vivement indexés dans le dernier rapport annuel de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes), publié ce 7 ...
Lire l'article
Le Directeur du programme national de lutte contre la Lèpre , Dr Annick Mondjo, a projeté un film produit par la Fondation Raoul Follereau sur la lutte contre la Lèpre en Afrique, ce jeudi, au Centre Culturel Français de Libreville, en présence d’élèves venus s’informer sur les conséquences de cette maladie, dans le cadre de la célébration en différée de la 57ème journée mondiale des lépreux, a constaté un reporter de GABONEWS. Cette projection avait pour but une meilleure sensibilisation sur la maladie dans un milieu intellectuel, notamment avec des jeunes scolarisés et c’est une manière pour le ...
Lire l'article
Le Docteur Annick Mondjo, Directeur du programme national de lutte contre la lèpre (PNLL) a animé ce mercredi à l'Ecole nationale d'action sanitaire et sociale (ENASS), à l’intention du personnel des centres de santé de Libreville et Owendo, un atelier de sensibilisation sur les symptômes de la lèpre. Pour le Dr Mondjo, le but de cette sensibilisation est d’augmenter la vigilance du personnel médical. « La lèpre se manifeste de plusieurs manières: tâche, bouton ou boule. Ceux-ci ne tuent pas, ils excluent. C’est pourquoi il est important qu’ils soient détectés à temps, afin qu’un traitement efficace soit administré notamment la ...
Lire l'article
A l’occasion de la 56e Journée mondiale des lépreux, placée cette année sous la bannière du slogan : «la lèpre ne tue pas», le ministre de la Santé, le général Idriss Ngari, a annoncé le lancement d’un programme de sensibilisation pour le traitement non discriminatoire des malades de la lèpre et pour mettre un terme à la psychose qui touche la population à propos de cette maladie et fait souffrir davantage ceux qui en sont atteints. «La lèpre ne tue pas», c’est sous ce thème que le Gabon a célébré le 25 janvier dernier la 56e Journée mondiale des lépreux, ...
Lire l'article
Commémorant la 56ème Journée internationale de la lèpre, célébrée ce samedi à Libreville, la Directrice nationale du programme de lutte contre la lèpre, Dr Annick Mondjo, a indiqué que 19 nouveaux cas de lèpre ont été dépistés en 2008 au Gabon. « Nous avons dépisté au premier semestre 2008, 19 nouveaux cas au Gabon », a-t-elle indiqué. Selon les rapports de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), deux pays du continent africain demeurent fortement touchés par cette maladie (le Mozambique et la République du Congo). « Si la lèpre est détectée et traitée de façon précoce, elle ne provoque pas ...
Lire l'article
La 56ème Journée mondiale de la Lèpre a été célébrée ce samedi au centre médical de Nzeng Ayong à Libreville, sous le thème « la lèpre ne tue pas, elle exclut », en présence du ministre de la Santé publique et de l’Hygiène publique Idriss NGARI, du représentant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) au Gabon, Dr André Ndikuyeze. Pour la Directrice nationale du programme de lutte contre la lèpre, Dr Annick Mondjo, « la lèpre favorise la pauvreté, d’où le thème mondiale « la lèpre ne tue pas, elle exclut ». Mais sachez que la chimiothérapie permet ...
Lire l'article
La lèpre, maladie infectieuse, refait surface au Gabon avec de nouveaux cas enregistrés ces derniers temps dans certaines régions du pays, cette pathologie à spectre qui avait touchée plus de 2% de la population gabonaise au début des années 60, et que l’on pensait totalement éradiquée, se signale à nouveau, d’où la mobilisation sur le terrain, des personnels soignants, entre autres, ceux du programme national de lutte contre cette maladie, a constaté GABONEWS. 40 nouveaux cas de lèpre ont été enregistrés au cours des deux dernières années, dans la région de l’Ogooué Ivindo (Bouée), au Gabon. Une alerte qui ...
Lire l'article
Le Gabon veut réduire de moitié le nombre de Lépreux d’ici à 2015
Gabon : Les législatives 2011 dans le viseur d’Ali Bongo
Gabon : Le système judiciaire dans le viseur d’Ali Bongo
Gabon : L’Iboga dans le viseur des autorités françaises
Un film de lutte contre la Lèpre a été projeté au Centre Culturel Français
Gabon: Le PNLL sensibilise les agents des centres de santé sur les symptômes de la lèpre
Gabon : Ngari veut mettre un terme à la psychose sur les lépreux
Gabon: 19 nouveaux cas de lèpre dépistés au Gabon au 1er semestre 2008
Gabon: Célébration samedi à Libreville de la 56ème Journée mondiale de la Lèpre
De nouveaux cas de lèpre enregistrés ces deux dernières années au Gabon


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 27 Jan 2009
Catégorie(s): Santé
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*