Socialisez

FacebookTwitterRSS

Kouchner affûte sa plainte

Auteur/Source: · Date: 8 Fév 2009
Catégorie(s): Monde

Bernard Kouchner osera-t-il un grand déballage devant la justice en attaquant Péan? Georges Kiejman planche sur une plainte en diffamation. Le ministre des Affaires étrangères a envoyé cette semaine à son avocat un dossier complet sur ses travaux pour le Gabon. Factures et rapports à l’appui, l’avocat, calculette en main, espère pouvoir démontrer que les chiffres cités dans Le Monde selon K. sont approximatifs.

“C’est un peu comme si on confondait le chiffre d’affaires de Fayard avec les droits d’auteur de Péan”, ironise l’avocat. Selon Péan, la société Imeda, créée par deux proches Kouchner, a facturé au Gabon plus de 2,6 millions d’euros pour une étude sur le système de santé du pays. Me Kiejman assure que sur ce total, la rémunération de son client n’a pas dépassé 400 000 euros, pour des travaux s’échelonnant de “février 2004 à août 2006”, soit deux ans et demi. Ce qui équivaudrait à un salaire mensuel, avant impôt, de l’ordre de 13 000 euros.

Pour montrer le sérieux du travail, l’avocat a en main un premier rapport signé Kouchner de 107 pages, daté de 2004, “avec annexes et graphiques”, intitulé “Le constat”. Bernard Kouchner s’est ensuite rendu au Gabon pour mener son étude. Il a remis au ministère de la Santé de Libreville un deuxième rapport, de 25 pages, daté d’août 2004, intitulé “Les propositions de réforme”.

“Quand on aide ces pays, on évite de demander de l’argent”

Selon l’avocat, Bernard Kouchner a ensuite échangé plusieurs courriers avec le vice-ministre de la Santé gabonaise, jusqu’en août 2006. “La loi sur la santé publique qui est née de ces recommandations est du 4 janvier 2007”, précise Me Kiejman, persuadé de pouvoir démontrer que les travaux de son client ne “sont pas restés lettre morte”. “La loi assure un système de protection des plus indigents, il y a vraiment un système d’assurance-maladie au Gabon”, plaide l’avocat.

Une vision des choses nuancée par un Français en poste à Libreville. “J’y suis depuis dix-sept ans, explique-t-il, et je vous assure qu’il vaut mieux ne pas être malade ici. La Caisse nationale de sécurité sociale, qui existe depuis belle lurette, est totalement défaillante, et puis il suffit de visiter un hôpital pour se rendre compte qu’ils manquent de tout…”

Autre voix discordante, celle du médecin et élu UMP Bernard Debré, ancien ministre de la Co-opération. “Je suis souvent allé opérer au Gabon avec mes équipes, bénévolement bien sûr, et nous venons à chaque fois avec des cantines de médicaments et de matériels.” Bernard Debré, qui se dit “choqué” par le montant de l’étude effectuée par Bernard Kouchner, ne se voit pas “demander des fonds à un pays pauvre”. “Je savais que Bernard Kouchner était souvent au Gabon, et quand j’y suis allé, je m’en suis toujours tenu éloigné parce que j’avais quelques inquiétudes… Quand on va aider ces pays, on évite, à mon sens, de demander de l’argent”, souligne Debré.

C’est dire si le débat, s’il devait venir en procès devant la 17e chambre, s’annonce passionné. Me Kiejman, en fin connaisseur des affaires de diffamation, assure qu'”il y a matière à un procès”, mais se donne encore “quelques jours” pour réfléchir à l’opportunité d’une attaque. Quelques jours de réflexion pour peser le pour et le contre d’un grand déballage.

source: le JDD
 


SUR LE MÊME SUJET
Bernard Kouchner redevient consultant sans frontières
Bernard Kouchner reprend ses activités de conseil aux entreprises et aux gouvernements étrangers, qui avaient suscité beaucoup de polémiques. L'ex-ministre des Affaires étrangères vient de créer une société au nom explicite, No Borders Consultants. Mais s'il est déjà très actif en Guinée, c'est selon lui à titre bénévole : le Président est un ami. Pour son retour dans le privé, Bernard Kouchner a choisi une référence à son passé chez Médecins sans Frontières. Le 10 juin, il a enregistré au tribunal de commerce de Paris les statuts de No Borders Consultants, une société domiciliée à son adresse personnelle. « Développement ...
Lire l'article
La Une et trois pages dans Libération pour une enquête et un "Retour sur les liaisons dangereuses entre le ministre des Affaires étrangères et les dictateurs africains qui lui ont payé des études sur leur système de santé." "Quoi que l’on pense du livre de Pierre Péan, l’enquête que nous publions confirme que pendant longtemps, trop longtemps, l’actuel ministre des Affaires étrangères a porté les deux casquettes, publique et privée, dans ses relations africaines. Diplomate consultant, consultant diplomate, professeur, le conflit d’intérêt est bien là et il est difficile de le dissiper. (...) Quand on passe un peu de temps au ...
Lire l'article
2,6 millions d'euros pour... 15 pages de rapport ? Le site d'info Bakchich a mis la main sur une partie des travaux effectués par Bernard Kouchner au Gabon, pour le compte de la société de conseil Imeda. Une prestation facturée 2,6 millions d'euros en 2004. Or le site d'info n'a déniché que de très brefs documents, envoyés au président gabonais Omar Bongo en février et juin 2004, de six pages pour l'un, et de neuf pages pour l'autre. Ils sont téléchargeables sur le site. "Est-ce cet «épais» dossier qui a été facturé 2,6 millions d'euros au Gabon, soit près de 173 ...
Lire l'article
Deux journalistes de l'agence audiovisuelle Capa ont été interpellés mardi à Libreville, au Gabon, puis libérés aujourd'hui. Pierre Morel et Olivier Pronthus, qui réalisaient un reportage pour l'émission de Canal+ "L'effet papillon", étaient accusés d'avoir tourné des reportages alors qu'ils ne disposaient que de simples visas de tourisme. Mais sur quoi enquêtaient-ils ? La ministre gabonaise de la Communication, Laure Olga Gondjout, a indiqué à l'AFP que, lorsqu'ils avaient demandé leurs visas, les journalistes avaient indiqué travailler "dans le cadre d'une enquête sur l'affaire (Bernard) Kouchner". La ministre assure leur avoir refusé le visa, "parce que nous estimons que c'est une ...
Lire l'article
Mis en cause par Pierre Péan dans son livre Le Monde selon K, Bernard Kouchner se défend sur tous les fronts. A l'Assemblée nationale, à la télévision, dans la presse, le ministre des affaires étrangères réfute tout mélange des genres entre activités publiques et privées en Afrique. "Je suis l'objet de la publication d'un livre calomnieux, d'une entreprise de déstabilisation qui est évidemment politique mais aussi éditoriale. L'auteur du livre est coutumier du fait", assure-t-il dans un entretien au Figaro. Sur le plateau de France 2, le ministre déclare qu'il portera "probablement" plainte contre contre l'auteur du Monde selon K. Le ...
Lire l'article
Le livre de Pierre Péan sur Bernard Kouchner n'est pas encore dans les rayons de librairie qu'il déclenche déjà de vives réactions parmi les députés. Dans Le Monde selon K. (Fayard), qui doit paraître mercredi 4 février, l'écrivain et enquêteur critique lourdement le ministre des affaires étrangères pour avoir bénéficié de contrats avec le Gabon et le Congo, en tant que consultant pour deux sociétés privées entre 2002 et 2007. Selon Pierre Péan, ces sociétés auraient continué à toucher des sommes issues de ces deux pays après l'entrée en fonction au Quai d'Orsay de Bernard Kouchner, au risque d'un conflit ...
Lire l'article
Dans son livre, Pierre Péan explique comment Bernard Kouchner a effectué plusieurs missions rémunérées pour le compte de la société Imeda, en s'appuyant sur son site internet. "L'AFFAIRE Kouchner" n'en finit plus d'étendre ses ramifications. Dans son livre, Pierre Péan explique comment Bernard Kouchner a effectué plusieurs missions rémunérées pour le compte de la société Imeda. Il s'agissait de réaliser des audits concernant le système de santé de plusieurs pays africains, parmi lesquels le Gabon. Péan raconte: "le site internet d'Imada que j'ai consulté quand j'ai entamé cette enquête indiquait que cette société de conseil [Imeda, ndlr] avait bien effectué ...
Lire l'article
France – Afrique: Kouchner complaisant avec le Gabon ?
Le site Marianne2.fr publie en avant-première des extraits du livre du journaliste Pierre Péan consacré à Bernard Kouchner. Le journaliste y accuse le ministre des Affaires étrangères d'avoir, avant son entrée en fonctions, effectué au nom d'une société dirigée par un de ses proches, IMEDA, plusieurs prestations de conseil et de communication, pour des montants parfois supérieurs à 1 million d'euros, auprès de pays africains, dont le Gabon d'Omar Bongo. Interrogé par Jean-Pierre Elkabbach sur cette affaire au micro d'Europe 1, Bernard Kouchner a répondu qu'il s'agissait d'une "vraie calomnie" et insisté sur le fait que ses sociétés de conseil (BK ...
Lire l'article
Accusé d'avoir facturé des rapports à des pays africains, au nom d'une société dirigée par un de ses proches, il dénonce une "vraie calomnie". Marianne2.fr publie ce lundi des extraits du livre du journaliste d'investigation Pierre Péan -auteur de plusieurs ouvrages sur des scandales politiques- consacré à Bernard Kouchner. Un conflit d'intérêt pour Bernard Kouchner? Dans cet ouvrage, Pierre Péan accuse le ministre des Affaires étrangères d'un présumé conflit d'intérêts. D'après le journaliste, avant son entrée en fonctions, Bernard Kouchner aurait facturé plusieurs rapports à certains africains, dont le Gabon d'Omar Bongo, au nom de la société IMEDA dirigée par un de ...
Lire l'article
Bernard Kouchner : “La France n’interviendra plus dans le conflit tchadien”
Alors que les rebelles tchadiens ont repris ces derniers jours leur offensive vers la capitale, N'Djamena, Bernard Kouchner a très nettement pris ses distances avec ce conflit, dimanche 16 juin à Abidjan."Il n'y a pas de position de la France à entretenir. C'est un général irlandais qui commande l'Eufor (la force européenne chargée de protéger les réfugiés), avec dix-sept nations", dont la France, a répondu le chef de la diplomatie française à la question d'un journaliste sur la position de Paris dans la crise tchadienne. "La France n'est pas intervenue et n'interviendra plus", a-t-il ajouté lors de cette conférence de ...
Lire l'article
Bernard Kouchner redevient consultant sans frontières
Gabon, le “rapport invisible” de Kouchner (Libération)
Gabon / Kouchner : 2,6 millions d’euros pour 15 pages ?
Gabon / interpellations : enquête sur les pygmées ou Kouchner: Nervosité excessive des autorités gabonaises ?
Bernard Kouchner rejette les accusations portées contre lui
Plusieurs députés demandent à Kouchner de “s’expliquer”
“Affaire Kouchner” : Challenges a retrouvé le site fantôme
France – Afrique: Kouchner complaisant avec le Gabon ?
Franec – Afrique: Kouchner en plein conflit d’intérêts?
Bernard Kouchner : “La France n’interviendra plus dans le conflit tchadien”


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 8 Fév 2009
Catégorie(s): Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*