- Bongo Doit Partir - https://www.bdpgabon.org -

L’activiste gabonais Marc Ona empêché de sortir du Gabon pour la 4ème fois

Le porte-parole de la coalition ‘Publiez ce que vous payez’ (PCQVP), Marc Ona Essangui, a été à nouveau empêché de sortir du Gabon samedi, alors qu’il souhaitait se rendre à Doha au Qatar pour une conférence internationale sur la bonne gouvernance, a annoncé l’intéressé dans un communiqué.

« Comme il fallait s’y attendre, j’ai une fois de plus été empêché de sortir du territoire », a déclaré Marc Ona dans le communiqué dont APA a reçu une copie.

« Je regrette donc de ne pas pouvoir me rendre à ce rendez-vous de la société civile internationale », a-t-il ajouté.

« Je pense que le Gabon gagnerait à éviter de tels actes si on tient à promouvoir un dialogue franc avec les acteurs de la société civile qui souhaitent travailler en toute indépendance », a-t-il suggéré.

C’est pour la 4ème fois que Marc Ona est empêché de quitter le Gabon en moins d’un an. Cette décision aurait été prise par les autorités du ministère gabonais de l’Intérieur, que dirige André Mba Obame.

Cependant, aucun acte administratif n’a été notifié à l’intéressé.

«Aucune notification officielle ne m’a été faite pour que je sache officiellement pourquoi mon droit le plus absolu d’aller et venir, conféré par la constitution de la République est constamment violé », s’interroge M. Ona.

« Je voudrais qu’on me dise officiellement pourquoi je ne peux plus sortir du pays. A partir de là je saurai me défendre. Tant que c’est dans l’arbitraire, je ne pourrais jamais respecter une décision aussi inique », a-t-il averti cachant mal ce qu’il considère comme un « harcèlement du pouvoir ».

Marc Ona et plusieurs autres leaders de la société civile gabonaise ont été incarcérés entre fin décembre et début janvier pour « détention d’un document en vue de sa diffusion et trouble à l’ordre public ».

Ils ont été libérés suite à d’énormes pressions internationales. 


SUR LE MÊME SUJET
Pour sortir le peuple gabonais de l'emprise du pouvoir dictatorial des Bongos, le Morena demande: -Que le pouvoir soit restitué au peuple souverain par l'organisation d'une nouvelle élection présidentielle, les précédentes n'ayant été que des parodies d'élection; -La fermeture de la base militaire du camp général de Gaulle; - l'indemnisation des victimes du coup d'état de 1964 - La réparation du préjudice causé aux membres du MORENA qui n'éxigeaint que le retour du multipartisme; -Le rapatriement des fonds publics détournés et déposés hors du Gabon pour déclencher le developpement du pays; -Le retour de toutes les archives de la période ...
Lire l'article [1]
Un tribunal de Libreville a condamné l'Etat gabonais pour "voie de fait" à l'égard de Marc Ona, leader d'ONG et figure de la société civile qui avait saisi la justice en 2008 pour avoir été interdit de sortir du pays, selon une décision communiquée mercredi par le plaignant. La plainte de M. Ona visait André Mba Obame, ministre de l'Intérieur à l'époque des faits, et l'Etat gabonais. M. Mba Obame est passé dans l'opposition quelques semaines avant l'élection présidentielle du 30 août, dont il a été déclaré perdant. Dans sa décision rendue le 25 novembre, le tribunal de première instance de Libreville ...
Lire l'article [2]
Un tribunal de Libreville a condamné l’Etat gabonais pour « voie de fait » envers un leader d’ONG, Marc Ona, rapporte rewni.com. Figure de la société civile gabonaise, Marc Ona avait saisi la justice en 2008 pour avoir été interdit de sortir du pays. La plainte de M. Ona visait André Mba Obame, ministre de l’Intérieur à l’époque des faits, et l’Etat gabonais. Dans sa décision rendue le 25 novembre, le tribunal de première instance de Libreville a condamné André Mba Obame et l’Etat gabonais à verser 5 millions de FCFA (7.600 euros) à Marc Ona, à titre de dommages ...
Lire l'article [3]
Communiqué : Le Dr. Daniel Mengara félicite Marc Ona pour son prix Goldman 2009, déplore l’indifférence des autorités gabonaises
Le Dr. Daniel Mengara s’est rendu vendredi 24 avril à Washington en vue d’y rencontrer Marc Ona Essangui, Prix Goldman 2009, et le féliciter personnellement pour l’honneur qu’il a fait à notre pays de le mettre, par son travail exemplaire, dans l’orbite mondiale et dans un domaine—la protection et la gouvernance de l’environnement—où les Gabonais ne se sont jamais distingués. La visibilité internationale de Marc Ona Essangui est ainsi, aux dires du Dr. Daniel Mengara, « un honneur pour le Gabon et la preuve que l’action citoyenne, d’où qu’elle vienne, ne peut que constituer l’impératif le plus absolu de tous ceux ...
Lire l'article [4]
Le soutien dont bénéficie à Washington le président de Brainforest au Gabon, Marc Ona Essangui, ne mollit pas. Cette fois-ci, c'est directement la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, qui a adressé le 16 mars une lettre personnelle au président Omar Bongo pour lui demander de laisser Marc Ona (et son épouse) se rendre à San Francisco du 15 au 25 avril pour recevoir le Prix Goldman de l'environnement attribué en 2009 pour la défense du Parc d'Ivindo.
Lire l'article [5]
Le Goldman Environnemental Prize, une grande distinction internationale pour la défense de l'environnement, a été attribué au Gabonais Marc Ona Essangui, a appris la PANA auprès de ce dernier. N'ayant pu se rendre à Londres, samedi, pour réceptionner son prix - les autorités gabonaises ne lui ayant pas restitué son passeport dont il avait demandé une prorogation -, Marc Ona Essangui s'est contenté d'apprendre la nouvelle à travers les médias à Libreville. Ona Essangui faisait partie des nominés pour ce prix parmi d'autres représentants africains. Opposé à l'exploitation de la gigantesque mine de fer de Belinga (Nord-Est du Gabon) située dans un ...
Lire l'article [6]
L’avocat de Marc Ona Essangui, leader d’ONG et porte-parole de la société civile gabonaise, a réclamé mardi de verser à son client une somme de 50 millions de F CFA pour dommages et intérêts subit dans une affaire l'opposant au ministre gabonais de l’Intérieur, André Mba Obame. ’’Nous n’acceptons pas qu’on prive quelqu’un de son droit de circuler sans motif. Et si la République ne fonctionne pas selon un Etat de droit, alors c’est grave’’, a dit Me Homa Moussavou lors de l’audience. ’’Nous réclamons 50 millions de F CFA à l’Etat gabonais parce que la liberté n’a pas de prix’’, ...
Lire l'article [7]
L'avocat français Thierry Lévy, un des défenseurs des Gabonais écroués mercredi pour "propagande", était "empêché" jeudi en milieu de matinée par la police aux frontières (PAF) à l'aéroport parisien de Roissy de prendre l'avion pour Libreville, rapporte l'AFP qui cite l'intéressé. Selon Me Lévy, la PAF l'a prévenu que son visa d'une durée de quatre jours, qui lui avait été délivré mardi par l'ambassade du Gabon à Paris, venait d'être annulé par l'ambassade. Me Lévy, qui assure n'avoir reçu aucune notification par l'ambassade de l'annulation, a affirmé que la PAF lui avait formellement interdit de monter dans l'avion pour la capitale gabonaise. Trois ...
Lire l'article [8]
L'avocat Thierry Lévy, défenseur des Gabonais écroués mercredi pour "propagande", a été "empêché" jeudi en fin de matinée par la police aux frontières (PAF) à Roissy de prendre l'avion pour Libreville qui est parti sans lui, a-t-il affirmé à l'AFP. Selon Me Lévy, la PAF l'a prévenu que son visa d'une durée de quatre jours, qui lui avait été délivré mardi par l'ambassade du Gabon à Paris, venait d'être annulé par l'ambassade. Me Lévy, qui assure n'avoir reçu aucune notification par l'ambassade de l'annulation, a affirmé que la PAF lui avait formellement interdit de monter dans l'avion pour la capitale gabonaise. ...
Lire l'article [9]
La communauté malgache de Libreville s’est mobilisée lundi autour de l’aéroport Léon Mba de Libreville pour accueillir avec enthousiasme son président, Marc Ravalomanana, qui a foulé le sol gabonais en début d’après midi. Sous les applaudissements de la communauté, le président malgache, Marc Ravalomanana, a remercié ses ressortissants du Gabon. L'accueil a été suivi d'un bref "bain de foule". Le président Marc Ravalomanana et le président Omar Bongo Ondimba ont, ensemble, salué la population ces populations qui ont fait le déplacement de l’Aéroport. « Les gabonais et les malgaches se soutiennent, les deux pays peuvent réaliser de grandes performances dans les accords diplomatiques ...
Lire l'article [10]
Gabon : les exigences du Morena pour sortir de la crise
Gabon: l’Etat condamné pour avoir empêché un leader d’ONG de sortir du pays
Gabon : l’Etat condamné pour avoir interdit à un leader d’ONG de sortir du pays
Communiqué : Le Dr. Daniel Mengara félicite Marc Ona pour son prix Goldman 2009, déplore l’indifférence des autorités gabonaises
Gabon: Marc Ona Essangui
Gabon: Le Goldman Environnemental Prize 2009 au Gabonais Marc Ona Essangui
Gabon: Justice : La défense de Marc Ona Essangui réclame 50 millions de FCFA pour préjudice
Gabon/France : Un avocat de détenus gabonais ”empêché” de prendre l’avion pour Libreville
Me Lévy, avocat de détenus gabonais, “empêché” de prendre l’avion pour Libreville
Gabon: La communauté malgache de Libreville se mobilise pour accueillir Marc Ravalomanana

3 Comments (Open | Close)

3 Comments To "L’activiste gabonais Marc Ona empêché de sortir du Gabon pour la 4ème fois"

#1 Comment By Davy NGOMO On 16 Fév 2009 @ 06:56

Décidément nos dirigeants sont bouchés!!

#2 Comment By albator On 16 Fév 2009 @ 10:07

le syteme bongo commence a bien faire la revolution cogne aux portes la s.e.e.g qui deconne le gou vernement qui n est pas fichu de tenir un conseile de ministre digne de ce nom en l absence du chef de l etat les etudiant qui sont plus dans les rues que dans les salle de class ,les hopitaux qui sont fermer, leDG de la CNSS qui a enregistre un enifice de 100 milliar de fcfa en 200 mais les agent de la CNSS n on pas percu les gratification en decembre dernier
merde a bongo ondima
le savoir est une arme que les pouvoir ne l oublie pas

#3 Comment By en avant On 16 Fév 2009 @ 14:45

Voilà
un tel regime animalier il va falloir le caresser jamais,on a face à nous des anes,on ne peut rien negocier si il ondevrait violer les principes fondamentaux des libertés individuelles.
comment va t-on interdir à une personne de sortir ou rentrer de son pays.
Bongo et sa bande sonne la revolution à ce qui nous semble,on est un peuple mort soit-il mais cabri plus n’a pas peur du couteau.

” LE LAPIN QUI PASSE A COTE D UN LEOPARD ENDORMI EST UN SUICIDAIRE”