Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: une banque et une employée condamnées après des accusations de corruption

Auteur/Source: · Date: 19 Fév 2009
Catégorie(s): Société

Une employée de banque gabonaise a été condamnée jeudi à 6 mois de prison ferme et la banque à 533.000 euros de dommages et intérêts pour “violation de secret professionnel” dans le cadre d’une affaire liée à des accusations de corruption contre un procureur.

L’employée, Marlène Rapontchombo, en détention préventive depuis juillet 2008 et congédiée depuis son incarcération, a été condamnée à six mois de prison ferme et 250.000 FCFA (380 euros) d’amende, “à payer dans les deux mois”, selon son avocat, Me Bertrand Homa Moussavou.
Mme Rapontchombo, qui conteste les faits, avait été arrêtée après la divulgation sur internet, dans la presse et dans les milieux judiciaires de relevés bancaires du procureur de la République de Libreville, Bosco Alaba Fall, parent du président Omar Bongo Ondimba.

Le procureur, qui assure que les documents publiés sont “truqués”, est visé par une plainte pour “enrichissement illicite” déposée par trois ONG gabonaises. Cette affaire n’a pas été jugée.
La Banque gabonaise et française internationale (BGFI) a été “reconnue comme civilement responsable des actes commis par son employée”, a affirmé Me Jean-Paul Moumbembé, un des avocats du procureur.
Le tribunal a condamné la BGFI à verser au plaignant 350 millions de FCFA (plus de 533.000 euros) de dommages et intérêts, selon Me Moumbembé.

Le plaignant réclamait à la BGFI 500 millions de FCFA (762.000 euros).
Mme Rapontchombo doit être libérée dans les prochaines heures, puisque sa peine de prison est inférieure à celle effectuée en détention préventive. Elle compte néanmoins faire appel, selon son défenseur Me Homa Moussavou. “Ce n’est pas la liberté (libération, ndlr) qui nous intéresse, c’est la vérité. Nous estimons que cette décision (la condamnation) ne rejoint pas la réalité des faits”, a-t-il précisé.

L’ex-caissière, qui demandait initialement 50 millions de FCFA (76.200 euros) de dommages et intérêts, compte revoir ce montant à la hausse dans sa requête d’appel, a-t-il déclaré.
La BGFI et l’ex-caissière ont par ailleurs été condamnées à payer solidairement “les frais pour la publication de la décision” dans les journaux gabonais L’Union (quotidien national) et Le Nganga (hebdomadaire privé), selon l’avocat du procureur.
 


SUR LE MÊME SUJET
Les ONG One et EG Justice, dénoncent la «corruption» entourant la Coupe d'Afrique des nations (CAN), à deux jours de son ouverture «Alors que les stars africaines des clubs de football européens s'apprêtent à participer à la CAN au Gabon et en Guinée équatoriale», les deux ONG «appellent l'UE à adopter rapidement de nouvelles règles qui forceraient les sociétés multinationales opérant en Guinée équatoriale à publier les paiements, en argent ou en nature, faits au gouvernement en contrepartie de l'exploitation du pétrole». Elles soulignent dans un communiqué que «grâce à ses réserves de pétrole, la Guinée équatoriale affiche le revenu par habitant ...
Lire l'article
Le Président de la Confédération Africaine de Football (CAF) Issa Hayatou a réfuté catégoriquement les nouvelles accusations de corruption portées devant le Parlement Britannique, mardi 10 mai 2011, accusations qui devraient être étayées prochainement dans une publication du Sunday Times. Selon le site officiel de la Confédération africaine de football visité mercredi, le Président Hayatou, ne saurait laisser des journalistes, dont le travail consiste à créer et vendre du faux, porter atteinte à sa personne et à son leadership, où intégrité, éthique et transparence font partie intégrante de ses valeurs et principes. Le Président Hayatou qualifie ces accusations, apportées sans preuves, ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) – Quatre prévenus, jugés pour ’’évasion’’, ’’pillage’’ ou ’’destruction des biens publics et privés’’, lors des violences post-électorales qui ont secoué Port-Gentil (ouest), capitale économique, ont été condamnés jeudi par le tribunal de Port-Gentil. Parmi les quatre condamnés, trois d’entre eux ont écopé des peines allant de 5 ans à 6 mois de prison pour ’’évasion’’ de la prison de Port-Gentil et ’’destruction’’ des biens, a expliqué le procureur du tribunal de Port-Gentil, André-Patrick Roponat. Un autre prévenu d’origine étrangère a été condamné à 6 mois d’emprisonnement avec sursis, selon le procureur. En revanche, le tribunal a relaxé 42 ...
Lire l'article
Ils doivent payer plus de 350 millions au procureur de la République. Le verdict est tombé jeudi dernier sur l’affaire qui opposait depuis l’année dernière, Bosco Alaba Fall, procureur de la République et neveu du président Omar Bongo, à la banque gabonaise et française internationale ( BGFIbank) et son ex-caissière, Marlène Rapontchombo. Marlène Rapontchombo, accusée d’être à l’origine de la publication sur internet des relevés bancaires du procureur de la République écope de 6 mois de prison ferme, avec une amende de 250 000 francs CFA à payer dans les deux mois. Incarcérée depuis le mois de juillet 2008, elle a ...
Lire l'article
La Banque gabonaise et française internationale (BGFIBANK), qui dispose de filiales au Congo-Brazzaville et en Guinée-Equatoriale, a été condamnée, jeudi à Libreville, à payer 350 millions de FCFA à un de ses clients qui avait porté plainte pour violation du secret bancaire, a appris APA de source proche du tribunal de Libreville. M. Bosco Alaba Fall, procureur de la République au tribunal de première instance de Libreville, avait porté plainte contre la BGFIBANK suite à la publication, sans son avis, du relevé de son compte bancaire dans la presse et surtout sur Internet. Le verdict rendu par le tribunal est assorti d’une ...
Lire l'article
La justice gabonaise a condamné jeudi BGFI Bank et son ancienne employée à verser 350.250.000 francs CFA au procureur de la République Bosco Alaba Fall, au titre de réparation, a constaté un journaliste de l’AGP sur place. BGFI Bank doit verser à elle seule 350 millions de FCFA et Marlène Rapontchombo, son ancienne employée, à l’origine de l’affaire, devra quant à elle payer 250.000 F CFA. Cette décision intervient une semaine après la tenue d’un procès au cours duquel l’ancienne employée de BGFI BANK a comparu, à la suite d’une plainte du procureur de la République. Le procureur qui s’était constitué juge et ...
Lire l'article
L’ancienne caissière de le Banque gabonaise et française internationale (BGFI), Marlène Rapontchombo, a comparu le 13 février dernier en correctionnelle au Tribunal de première instance de Libreville, pour avoir divulgué les comptes du procureur de la République, Bosco Alaba Fall, entraînant une vive polémique au sein de la société civile gabonaise. Six mois de prison ferme et 300 000 francs CFA ont été requis contre madame Rapontchombo, qui devra attendre le 19 février prochain pour être fixée sur son sort. L’affaire «Alaba Fall» qui avait défrayé la chronique il y a quelques mois est sur le point de trouver son ...
Lire l'article
Alors que le ministre des affaires étrangères est en pleine polémique avec la publication mercredi 4 février du livre à charge "Le monde selon K." (Editions Fayard) de Pierre Péan, en voici quelques extraits : La principale accusation concerne de lucratives activités de consultant menées dans le secteur de la santé en Afrique, entre 2002 et 2007, après la défaite électorale du PS auquel il appartenait et avant sa nomination au gouvernement de Nicolas Sarkozy. Selon Pierre Péan, Bernard Kouchner a mené ces activités pour deux sociétés privées, Africa Steps et Iméda, dirigées par deux de ses proches, alors qu'il présidait ...
Lire l'article
La révélation dans la presse locale et sur internet de relevés bancaires du procureur général du Gabon, Bosco Alaba Fall, ont valu des ennuis aux militants anti-corruption locaux. Selon ces militants, les documents publiés révèlent des mouvements suspects portant sur des centaines de milliers de dollars. Le procureur n'a pas réagi publiquement à ces accusations. "Il doit démissionner et faire lalumière sur les mouvements d'argent sur son compte", a déclaré Marc Ona, dirigeant local de l'organisation Publish What You Pay, une ONG internationale luttant pour la transparence financière dans les secteurs pétrolier, gazier et minier.
Lire l'article
La corruption, qui mine l`ensemble de la société gabonaise, semble avoir de beaux jours devant elle, malgré des campagnes fortement médiatisées lancées par le gouvernement pour l`éradiquer. "Je dis non à la corruption", indique une affiche sur laquelle des liasses de billets de 10.000 francs CFA (15 euros), la plus grosse coupure en circulation, passent d`une main à l`autre. Accrochées à des lampadaires, ces affiches ont fleuri par dizaines ces derniers jours à Libreville appelant les Gabonais à lutter contre la corruption. Une citation, en gras, du président Omar Bongo Ondimba enfonce le clou: "La corruption est un serpent et l`argent gagné ...
Lire l'article
Accusations de corruption autour de la CAN
Sport / Mondial 2022 – Corruption: Le Président de la CAF Issa Hayatou réfute catégoriquement les nouvelles accusations
Justice/violences : 4 personnes condamnées dans le procès des émeutiers à Port-Gentil
Gabon : BGFIbank et son ex-caissière lourdement condamnées
Une banque gabonaise condamnée à payer 350 millions de FCFA à un client
Affaire Alaba Fall/BGFI : le tribunal condamne les accusés à payer 350.250.000 Francs CFA
Gabon : Six mois ferme requis contre la caissière de la BGFI dans l’affaire «Alaba Fall»
Les principales accusations de Pierre Péan
Gabon: Une ONG anti-corruption corrompue
Au Gabon, la corruption est combattue, mais a de beaux jours devant elle


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 19 Fév 2009
Catégorie(s): Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à Gabon: une banque et une employée condamnées après des accusations de corruption

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*