Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: un leader de la société civile s’interroge sur les activités de Bongo

Auteur/Source: · Date: 27 Fév 2009
Catégorie(s): Société

Marc Ona, leader d’ONG et figure de la société civile au Gabon, s’est “interrogé” sur le fait que le chef de l’Etat gabonais Omar Bongo, dont des comptes ont été saisis par la justice française, mène des “activités personnelles” pendant son mandat.

“Il faut faire la différence entre les comptes personnels du président et une affaire liée à son statut. Ici, il s’agit d’une affaire privée qui n’entre pas dans le cadre de son statut. Toutefois, on peut s’interroger: est-ce qu’on peut mener des affaires lucratives quand on est président de la République ?”, a affirmé à l’AFP Marc Ona, coordonnateur au Gabon de la coalition Publiez ce que vous payez (PCQVP) qui milite pour une gestion transparente des revenus pétroliers.

“En tant que citoyen gabonais, il a le droit d’avoir des activités mais est-ce judicieux quand on occupe ses fonctions ?”, a ajouté M. Ona, par ailleurs président de l’ONG Brainforest (écologie).

Sollicitées par l’AFP, les autorités gabonaises n’ont pour le moment pas fait de commentaire sur le sujet.

Des comptes bancaires en France du président gabonais ont été saisis après sa condamnation en France à rembourser 457.347 euros versés par un Français pour faire libérer son père détenu à Libreville en 1996.

En 1996, René Cardona avait été emprisonné, à la suite d’un différend avec le chef de l’Etat gabonais à qui il avait vendu sa société d’armement et de pêche. L’entrepreneur français n’avait été libéré qu’après que son fils eut versé 300 millions de francs CFA (soit 457.347 euros) sur un compte personnel d’Omar Bongo.

Marc Ona, qui s’est vu interdire de voyager à plusieurs reprises en 2008, fait également partie des cinq personnes – responsables de la société civile et journalistes – inculpés de “propagande” en janvier.

Tous les cinq sont accusées d’avoir été en possession d’une lettre ouverte réclamant la transparence financière au président gabonais, dans le but de faire de la propagande et d’inciter “à la révolte”.

Les autorités ont affirmé que les ONG ont voulu payer des journalistes pour faire publier ce document. Marc Ona avait fait une dizaine de jours de prison entre sa garde à vue et sa remise liberté.  


SUR LE MÊME SUJET
Réunis ce 15 mars au siège de l’Observatoire national de la démocratie (OND) à Libreville, les membres du Collectif des organisations libres de la société civile du Gabon ont tenu une conférence de presse pour faire le point sur la portée démocratique des reformes décidées par le nouvel exécutif. Le Collectif des organisations libres de la société civiles du Gabon a tenu une conférence de presse ce 15 mars au siège de l’OND à Libreville pour dresser un bilan sur la situation démocratique du pays cinq mois après l’avènement du nouvel exécutif. Alain Moupopa d’Afrique-Horizons, Marc Ona de Publiez ce que ...
Lire l'article
Alain Joyandet, Secrétaire d’Etat français à la Coopération ne s’entretiendra pas avec le collectif des organisations Libres de la société Civile gabonaise, Marc Ona et le siens ont décliné l’offre de rencontre que le Premier Secrétaire d’Ambassade de France au Gabon leur a faite mardi,arguant ne vouloir comme seul interlocuteur que le président Nicolas Sarkozy . C’est un niet catégorique que Marc Ona a donné mardi après –midi au Premier Secrétaire de l’Ambassade de France au Gabon. Au téléphone, puis par courriel. Non,le Collectif des organisations Libres de la société civile gabonaise ne souhaite pas rencontrer le Secrétaire d’Etat français à ...
Lire l'article
Deux des plus célèbres membres de la société civile gabonaise, Marc Ona, lauréat du Prix Goldman 2009, ainsi que Grégory Mintsa, estiment dans une lettre ouverte hier à la veille de l’arrivée au Gabon du président français que Nicolas Sarkozy n’est pas "le bienvenu". "M. le Président (...) votre ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner, votre secrétaire aux colonies Alain Joyandet et votre ami Robert Bourgi sont désormais indésirables au Gabon et vous n’êtes pas le bienvenu" écrivent les deux membres de la société civile dans une lettre remise à l’AFP par Marc Ona. Marc Ona Essangui, principal porte-parole de la société ...
Lire l'article
Gabon: le président Sarkozy n'est pas "le bienvenu" LIBREVILLE - Deux des plus célèbres membres de la société civile gabonaise, Marc Ona, lauréat du Prix Goldman 2009, ainsi que Grégory Mintsa, estiment dans une lettre ouverte mardi à la veille de l'arrivée au Gabon du président français que Nicolas Sarkozy n'est pas "le bienvenu". "M. le Président (...) votre ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner, votre secrétaire aux colonies Alain Joyandet et votre ami Robert Bourgi sont désormais indésirables au Gabon et vous n'êtes pas le bienvenu" écrivent les deux membres de la société civile dans une lettre remise à ...
Lire l'article
Plusieurs fois reporté, le procès opposant Marc Ona Essangui, un des leaders de la société civile au ministre gabonais de l’Intérieur, André Mba Obame s’ouvre finalement ce mardi au tribunal de première instance de Libreville, a appris l’AGP de source proche du dossier. M. Ona Essangui avait porté plainte en août dernier contre le ministre de l’Intérieur suite à son interdiction de quitter le territoire alors qu’il devait se rendre aux Etats-Unis pour une conférence sur la transparence des contrats. M. Ona Essangui avait estimé que l’interdiction qui lui avait été faite de sortir du Gabon est un harcèlement. Pour sa part M. ...
Lire l'article
Activités et News de la Coalition
A partir de cette page, vous pouvez accéder à toutes les informations relatives aux activités de la Coalition du Refus. Info Coalition Résolutions et Meetings News et Activités Principes et Préambule Charte du Refus Devenir membre signataire de la Charte Voir Communqué de presse de lancement de la Coalition. Résolutions du Meeting de Bruxelles des 30 et 31 mai 2009 Programme Meeting de Bruxelles Résolutions de la Réunion de Paris des 20, 21 et 22 février 2009 Programme Meeting de Paris des 20, 21 et 22 février 2009 Articles, Vidéos, Audios et Communiqués Pour voir le programme des réunions du 20, 21 et 22 février 2009 à Paris, Cliquez ici Pour voir ...
Lire l'article
Le Parti socialiste s’inquiète de l’incarcération de cinq membres actifs de la société civile gabonaise. Il s’étonne du silence du gouvernement français. Le Parti socialiste rappelle notamment son soutien à l’initiative « Publiez ce que vous payez », qui vise à accroître la transparence de la gestion des revenus pétroliers. Le coordonnateur de cette initiative au Gabon, Marc Ona Essangui, fait partie des cinq militants arrêtés. Le Parti socialiste, qui avait eu l’occasion de le recevoir l’année dernière, demande sa libération immédiate ainsi que celle des quatre autres militants associatifs détenus. Le Parti socialiste dénonce l’action conduite par le gouvernement gabonais contre ...
Lire l'article
Communiqué BDP-Canada: La société civile gabonaise est en danger au Gabon
Le mercredi 31 décembre 2008  vers 12h 30mn, au siège de Brainforest, un débarquement de 3 voitures  sans immatriculations avec plus d'une dizaine d'hommes armés ont envahi le domicile professionnel de Mr Marc Ona Essangui. Ces larbins et voleurs du régime cannibale d'Omar Bongo ont défoncé les portes de Brainforest emportant avec eux les ordinateurs portables, les cellulaires et autres clés USB de l'association de protection de l'environnement et de lutte contre la corruption et l'enrichissement illicite au Gabon. Messieurs Marc Ona, Georges Mpaga, NGBWA Mintsa et deux autres journalistes ont été arrêtés. Avec leurs armes à feu, les FAMAS (les assassins ...
Lire l'article
Trois responsables d'ONG gabonaises, ainsi qu'un Gabonais associé à la plainte devant la justice française relative notamment au patrimoine en France du président gabonais Omar Bongo Ondimba, ont été interpellés mercredi à Libreville, a-t-on appris de sources concordantes. Les personnes interpellées sont notamment Marc Ona Essangui, Georges Mpaga et Alain Moupopa, trois figures de la société civile au Gabon, d'après un proche de M. Ona Essangui et deux ONG françaises, Transparence International France (TI) et Sherpa, qui ont déposé le 2 décembre à Paris une plainte contre M. Bongo et les présidents congolais Denis Sassou Nguesso et équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema. Gregory ...
Lire l'article
Gabon : La société civile «check» la démocratie à Libreville
Alain Joyandet débouté par la société civile gabonaise
GABON : Le président Sarkozy n’est pas “le bienvenu” pour la société civile
Gabon: le président Sarkozy n’est pas “le bienvenu” (société civile)
Bongo Doit Partir
Gabon: Le procès opposant un leader de la société civile au ministre de l’Intérieur s’ouvre mardi à Libreville
Activités et News de la Coalition
Gabon : soutien aux acteurs de la société civile
Communiqué BDP-Canada: La société civile gabonaise est en danger au Gabon
Gabon: des responsables de la société civile interpellés à Libreville


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 27 Fév 2009
Catégorie(s): Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*