Socialisez

FacebookTwitterRSS

République bananière: Comment le Parquet tente de sauver Bongo

Auteur/Source: · Date: 17 Mar 2009
Catégorie(s): Françafrique,Révélations
sarko_bongo4.jpg

Sarko - Bongo

La plainte pour recel de détournement de fonds publics déposée contre trois chefs d’Etats africains dont gabonais Omar Bongo va-t-elle être jugée recevable par la justice française ?

La décision, qui appartient à la doyenne des juges d’instruction du Tribunal de grande instance de Paris, Françoise Desset, devait intervenir au départ fin février.
Elle n’a pourtant toujours pas été prise.

Un retard du au Parquet de Paris.

Le Ministère public ne veut pas que cette plainte, qui risque de porter un rude coup à la Françafrique, prospère.
Les plaignants, à savoir l’ONG anti corruption Transparence Internationale France et un citoyen gabonais Gregory Ngbwa Mintsa, cherchent en effet à faire poursuivre des clans au pouvoir en Afrique qui se seraient constitués, sur fonds publics, des patrimoines immobiliers importants dans l’Hexagone.
Ils s’appuient sur une enquête effectuée en 2007 par l’Office central pour la répression de la grande délinquance financière (OCRGDF) qui a mis à jours des dizaines d’hôtels particuliers et d’appartements de prestige à Paris et sur la Côte d’Azur au nom des familles Bongo (Gabon), Sassou Nguesso (Congo) ou Obiang (Guinée Equatoriale), comme l’Obs l’a détaillé en février dernier.

Bataille

Une dizaine de jours après le dépôt de plainte, en décembre dernier, le procureur adjoint de Paris, Jean-Paul Aldebert avait donc envoyé à la doyenne des juges d’instruction, des premières réquisitions tendant à s’opposer à l’ouverture d’une enquête. Sans toutefois prendre la peine d’argumenter solidement sa position.
Les plaignants ont, eux, contre-attaqués en transmettant à la magistrate des analyses inverses émanant de deux éminents professeurs de droit.

Soulagement

Ces avis juridiques inquiètent le Parquet, qui a demandé un nouveau délai pour charpenter plus solidement son argumentation pour un classement sans suite et sauver ainsi le soldat Bongo des affres de la justice française.
La décision de la doyenne des juges d’instruction a donc été repoussée sine die.
Sur un plan diplomatique, ce nouveau délai arrange les pouvoirs publics.
Le sort de la plainte ne sera en effet sans doute pas fixé quand Nicolas Sarkozy se rendra en visite au Congo à la fin du mois.


SUR LE MÊME SUJET
Dans le cadre de l’enquête au sujet des "biens mal acquis en France", le parquet de Paris a procédé, le 15 juin, à des perquisitions chez les avocats et notaires des chefs d’Etats africains, Denis Sassou Nguesso du Congo, Teodoro Obiang Nguema de la Guinée équatoriale et le défunt président gabonais Omar Bongo. Il fallait s’y attendre après la décision de la Cour de cassation française du 9 novembre 2010, autorisant la justice à enquêter sur les conditions d'acquisition en France du patrimoine des trois chefs d’Etats africains, Denis Sassou Nguesso du Congo, Teodoro Obiang Nguema de la Guinée équatoriale ...
Lire l'article
“Biens mal acquis” : le parquet de Paris refuse d’élargir l’enquête
Les juges enquêtant en France sur les biens de plusieurs présidents africains n'ont pas été autorisés par le parquet de Paris à étendre leurs investigations. Une nouvelle plainte a été déposée par Transparency international. Le parquet de Paris a refusé d'élargir l'enquête sur le patrimoine en France des trois présidents africains visés par une plainte déposée en 2008 par Transparency International France dans l'affaire dite des « biens mal acquis ». « C'est une décision ahurissante, contraire à l'efficacité de l'enquête et en ligne avec la logique d'obstruction du parquet depuis 2007 », s'est insurgé Me Bourdon, l'un des avocats de ...
Lire l'article
Les travaux de l'Atelier sur l'Indice de viabilité des médias au Gabon – ayant porté sur les thématiques ‘’liberté d'expression" et ‘’ dépénaliser les délits de presse ‘’ - ont été bouclés en fin de semaine dernière à l'auditorium de la Première chaîne de Radio Télévision Gabonaise (RTG1), a constaté GABONEWS. Les rideaux se sont refermés, vendredi 24 juillet 2009, sur les travaux de la deuxième session, au Gabon, de l'Atelier sur l'Indice de Viabilité des Médias (MSI-2009), présidé par le Secrétaire général de l’ONG ‘’ Journalistes en Danger’’, Tsivis Tshivuadi. Le leitmotiv de cet Atelier était de jauger l'état des lieux ...
Lire l'article
Le parquet de Paris a fait appel jeudi après-midi de la décision de la doyenne des juges d'instruction du tribunal de grande instance d'instruire la plainte déposée notamment pour "blanchiment" qui vise les conditions d'acquisition en France du patrimoine de trois chefs d'Etat africains, a-t-on appris de source judiciaire. Il appartient désormais à la chambre de l'instruction de décider si oui ou non un juge français est habilité à mener une enquête. "Les engagements du candidat Sarkozy de mettre fin à certaines pratiques qui ont terni les relations entre la France et l'Afrique sont aujourd'hui totalement caduques", a commenté l'avocat des plaignants, ...
Lire l'article
Cela s'est passé en France, rien que depuis le début de l'année 2009. En janvier : * - La suppression de la publicité sur les écrans des chaînes publiques décidée unilatéralement par Nicolas Sarkozy, entre en vigueur. Propriétaire de TF1, Martin Bouygues, «le meilleur ami» du président, peut se frotter les mains. * - Le Président de la République annonçe la suppression du juge d'instruction indépendant. Les enquêtes judiciaires seront désormais toutes dirigées par le Parquet, soumis au pouvoir politique. Même les plus sensibles politiquement. * - Bernard Kouchner, convaincu d'avoir facturé ...
Lire l'article
Le parquet de Paris s'est opposé officiellement à l'ouverture d'une enquête sur le patrimoine immobilier en France de plusieurs chefs d'Etat africains, dont les présidents gabonais Omar Bongo et congolais Denis Sassou Nguesso, a-t-on appris lundi au cabinet du procureur. Dans un réquisitoire écrit versé au dossier et demandant un "refus d'informer", le procureur estime que les plaignants, les associations Transparence International France et Sherpa, ainsi que le citoyen gabonais Grégory Gbwa Mintsa, n'ont pas juridiquement qualité à agir. C'est la juge d'instruction financière Françoise Desset qui prendra la décision finale d'ouvrir ou non une information judiciaire. Elle n'est pas tenue par ...
Lire l'article
Le parquet de Paris va s'opposer à l'ouverture d'une information judiciaire après une plainte visant trois chefs d'Etat africains soupçonnés de posséder en France des biens immobiliers financés par de l'argent public détourné, a-t-on appris mercredi de source judiciaire. Déposée le 2 décembre par les associations Transparency International France (TI) et Sherpa ainsi qu'un ressortissant gabonais, cette plainte avec constitution de partie civile concerne les chefs de recel de détournement de fonds publics, de blanchiment, d'abus de bien social, d'abus de confiance et de complicités. Elle vise "les conditions dans lesquelles un très important patrimoine immobilier et mobilier a été acquis en ...
Lire l'article
AP | 01.04.2009 | 16:13 Le parquet de Paris s'oppose à l'ouverture d'une information judiciaire à la suite d'une plainte visant trois chefs d'Etat africains par des associations qui les accusent d'avoir acquis en France des biens immobiliers grâce à des fonds publics détournés de leur pays, a-t-on appris mercredi de source judiciaire. Le 2 décembre, deux associations, Transparence International France et Sherpa ainsi qu'un ressortissant gabonais ont déposé une plainte contre X pour "recel de détournement de fonds publics", "blanchiment", "abus de biens sociaux" et "abus de confiance". Elle vise les présidents Omar Bongo (Gabon), Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzaville) et Théodore ...
Lire l'article
Le ministre gabonais en charge de l’Energie et des Ressources hydrauliques, Casimir Oyé Mba, a reçu le 3 octobre Patrice Fonlladosa, le représentant régional de VEOLIA Water, maison mère de la Société d’Eau et d’Energie du Gabon, dans le cadre de la renégociation des termes du contrat qui lie la société à l’Etat gabonais. A la suite d'une coupure au début du mois de septembre ayant engendré d’importants désagrément, le gouvernement avait demandé l’accélération de la révision du contrat pour l’adapter aux évolutions du secteur énergétique gabonais au regard de la croissance de la demande. Les responsables de Veolia Water et ...
Lire l'article
En outre, à l'occasion du voyage de M. Joyandet au Gabon, la "Cellule Françafrique" organise une action devant un bien mal acquis du dictateur gabonais. Rendez-vous à 12h30 au 4 rue de la Baume 75008, pour une saisie symbolique de l'hotel particulier de la famille Bongo, acquis en juin 2007 pour la coquette somme de 18 millions d'euros. Contact presse: 06 12 93 23 04] A peine choisi en remplacement du malheureux Jean-Marie Bockel, remercié pour avoir vexé les dictateurs d’Afrique centrale, assis sur le pétrole et la misère de leurs pays, en critiquant la façon scandaleuse dont ils gèrent les ...
Lire l'article
Biens mal acquis : Le parquet de Paris perquisitionne
“Biens mal acquis” : le parquet de Paris refuse d’élargir l’enquête
Gabon: « Dépénaliser les délits de presse en République Gabonaise, pourquoi et comment? »
“Biens mal acquis”: le parquet de Paris fait appel de l’ouverture d’enquête
La France est-elle une république bananière ?
France – Afrique: Le parquet s’oppose à une enquête sur Bongo et Sassou Nguesso
France – Afrique: Biens de présidents africains en France: le parquet opposé à une enquête
France – Afrique: “Biens mal acquis”: le parquet de Paris opposé à l’ouverture d’une information judiciaire
Gabon : Veolia tente de sauver son contrat
Communiqué de Survie: La vieille République bananière françafricaine se porte bien

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne 2,67 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 17 Mar 2009
Catégorie(s): Françafrique,Révélations
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*