Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Marc Ona réclame 50 millions de F.CFA à Mba Obame

Auteur/Source: · Date: 25 Mar 2009
Catégorie(s): Politique

A l’ouverture du procès le 24 mars dernier à Libreville, qui oppose le leader de la société civile gabonaise, Marc Ona Essangui, au ministre de l’Intérieur, André Mba Obame, l’avocat du plaignant a requis des dommages et intérêts de 50 millions de francs CFA de l’Etat gabonais. Le 6 juin dernier, le coordonateur local de la coalition Publiez ce que vous payez (PCQVP) avait été frappé d’une interdiction de quitter le territoire alors qu’il embarquait pour New-York où il devait prendre part à une conférence sur la transparence des contrats sur les industries extractives en Afrique, et notamment au Gabon.

Dans l’affaire opposant l’un des leaders de la société civile gabonaise, Marc Ona Essangui, et le ministre de l’Intérieur, André Mba Obame, l’avocat du plaignant a requis le 24 mars dernier des dommages et intérêts de 50 millions de francs CFA pour son client, frappé en juin dernier d’une interdiction «abusive» de quitter le territoire national.

Après plusieurs reports, le procès qui devait initialement s’ouvrir le 10 juillet dernier s’est finalement déroulé le 24 mars dernier au tribunal de première instance de Libreville.

La plainte de Marc Ona Essangui avait été déposée en août par son avocat conseil, maître Homa Moussavou, du barreau gabonais, à l’encontre du ministre de l’Intérieur à qui il demande de justifier l’interdiction de quitter le territoire national qui lui avait été donnée le 6 juin dernier, alors qu’il était attendu le 12 juin à New-York pour une conférence sur la transparence des contrats sur les industries extractives en Afrique, et notamment au Gabon.

«Nous n’acceptons pas qu’on prive quelqu’un de son droit de circuler sans motif. Et si la République ne fonctionne pas selon un Etat de droit, alors c’est grave», a plaidé maître Homa Moussavou lors de l’audience.

«Nous réclamons 50 millions de francs CFA à l’Etat gabonais parce que la liberté n’a pas de prix», a ajouté maître Moussavou, appelant la justice «à faire son travail», de façon impartiale.

«Marc Ona doit parler de la transparence des industries extractives au nom de qui ?», a lancé l’avocate du ministre de l’Intérieur, maître Maryse Issembet, accusant les leaders d’ONG «d’être à la solde des Européens, Américains».

Au terme des plaidoyers de chacune des parties, le juge du parquet de Libreville a placé l’affaire en délibéré pour le 17 juin prochain.

Monsieur Ona Essangui avait indiqué que le ministre gabonais de l’Intérieur n’en était pas à sa première tentative d’entraver une activité liée aux Droits de l’homme ou à la vie syndicale et associative constitutionnellement établies.

Au mois de juin dernier, il devait se rendre à New-York pour une conférence de Revenue Watch Institute. Il était également attendu en septembre à Brazzaville pour une conférence sur le rôle de la société civile en Afrique centrale, et devait se rendre en novembre à Dakar à l’invitation de la Banque Mondiale, mais n’a pu effectuer aucun de ces déplacements.

Le 14 février dernier, il avait encore affirmé avoir été empêché de quitter le territoire national alors qu’il devait se rendre à Doha pour une conférence de l’Initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE).

Depuis quelques années, les prises de position des ONG dans la vie publique du pays suscitent de nombreuses tensions entre le ministère de l’Intérieur et la société civile gabonaise. En février 2008, André Mba Obame avait suspendu les ONG environnementales durant plusieurs mois en leur demandant de clarifier leurs statuts.

Avec cinq autres membres de la société civile gabonaise, Marc Ona avait été incarcéré du 7 au 12 janvier dernier à Libreville pour «détention d’un document en vue de sa diffusion dans un but de propagande» et «propagande orale ou écrite en vue de l’incitation à la révolte contre les autorités». 


SUR LE MÊME SUJET
Paulette Oyane Ondo, député récemment suspendu des activités du Parti démocratique gabonais (PDG) dont elle est membre, a adressé une mise en demeure de payer au président de son groupe parlementaire à l’Assemblée nationale, Luc Marat Abyla. L’ex-parti unique lui doit 50 millions de francs CFA au titre des fonds versés chaque année aux députés de cette formation politique. Paulette Oyane Ondo, député du canton Woleu sous la bannière du Parti démocratique gabonais (PDG), vient d’envoyer, par voie d’huissier, à Luc Marat Abyla, président du Groupe parlementaire PDG, une mise en demeure de lui payer 52,5 millions de ...
Lire l'article
Le soutien dont bénéficie à Washington le président de Brainforest au Gabon, Marc Ona Essangui, ne mollit pas. Cette fois-ci, c'est directement la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, qui a adressé le 16 mars une lettre personnelle au président Omar Bongo pour lui demander de laisser Marc Ona (et son épouse) se rendre à San Francisco du 15 au 25 avril pour recevoir le Prix Goldman de l'environnement attribué en 2009 pour la défense du Parc d'Ivindo.
Lire l'article
Le procès intenté par le leader de la société civile gabonaise, Marc Ona Essangui, au ministre de l’Intérieur, Mba Obame, s’est ouvert hier, à Libreville. Le plaignant accuse le ministre d’avoir pris, en juin dernier, une mesure illégale qui l’avait empêché de se rendre à New York, où il devait assister à une conférence sur la transparence des contrats dans les industries extractives. Marc Ona et son avocat estiment que la mesure d’interdiction de voyager n’était pas fondée et exigent 50 millions de FCFA de dommages et intérêts, explique Guy-Pierre Bitégué, directeur de publication du bihebdomadaire Le Mbandja. L’avocat de l’Etat gabonais ...
Lire l'article
L’affaire Marc Ona Essangui, coordonnateur au Gabon de la coalition Publiez ce que vous payez (PCQVP) a connu un nouveau rebondissement au tribunal de Libreville où un jugement final sera rendu le 17 juin, au sujet du différend qui l’oppose à Mba Obame, ministre de l’Intérieur. Marc Ona Essangui avait en effet porté plainte contre le ministre de l’Intérieur Mba Obame qui l’avait empêché de se rendre le 6 juin 2008 à New York pour participer à une conférence, à l’invitation de Revenue Watch International. Me Bertrand Homa Moussavou, avocat de la victime a déclaré qu’il s’agit de « faire respecter les ...
Lire l'article
Le procès intenté par le leader de la société civile gabonaise, Marc Ona Essangui, au ministre de l’Intérieur, Mba Obame, s’est ouvert hier, à Libreville. Le plaignant accuse le ministre d’avoir pris, en juin dernier, une mesure illégale qui l’avait empêché de se rendre à New York, où il devait assister à une conférence sur la transparence des contrats dans les industries extractives. Marc Ona et son avocat estiment que la mesure d’interdiction de voyager n’était pas fondée et exigent 50 millions de FCFA de dommages et intérêts, explique Guy-Pierre Bitégué, directeur de publication du bihebdomadaire Le Mbandja. L’avocat de l’Etat ...
Lire l'article
Le procès opposant le leader de la société civile gabonaise, Marc Ona Essangui, et le ministre de l’Intérieur, André Mba Obame, a été ouvert ce 24 mars au tribunal de première instance de Libreville après plusieurs reports. Le procès devait s’ouvrir depuis le 10 juillet dernier suite à la plainte déposée par l’avocat de Marc Ona Essangui pour dénoncer l’interdiction «abusive» de quitter le territoire national qui lui avait été adressée le 6 juin 2008. Depuis, de nombreux événements ont perturbé la tenue de ce procès, notamment l’incarcération à la fin du mois de décembre dernier de Marc Ona Essangui ...
Lire l'article
Le ministère gabonais de l’intérieur a été sommé de verser 50 millions de FCFA de dommages et intérêts à M. Marc Ona Essangui, porte-parole de la société civile gabonaise et coordonnateur national de la coalition «Publiez ce que vous payez» (PCQVP), a appris APA. La somme a été réclamée mardi à Libreville, par Me Homa Moussavou, l’avocat de M. Marc Ona Essangui, en guise de réparation du préjudice subi par son client, après s’être vu interdit la sortie du territoire national à quatre reprises par la police de l’air et des frontières (PAF). M. Ona Essangui avait saisi la justice en août ...
Lire l'article
L’avocat de Marc Ona Essangui, leader d’ONG et porte-parole de la société civile gabonaise, a réclamé mardi de verser à son client une somme de 50 millions de F CFA pour dommages et intérêts subit dans une affaire l'opposant au ministre gabonais de l’Intérieur, André Mba Obame. ’’Nous n’acceptons pas qu’on prive quelqu’un de son droit de circuler sans motif. Et si la République ne fonctionne pas selon un Etat de droit, alors c’est grave’’, a dit Me Homa Moussavou lors de l’audience. ’’Nous réclamons 50 millions de F CFA à l’Etat gabonais parce que la liberté n’a pas de prix’’, ...
Lire l'article
Le ministère gabonais de l’Intérieur répondra aux accusations du coordinateur de la coalition Publiez ce que vous payez (PCQVP) Gabon, Marc Ona Essangui, le 10 juillet prochain, suite à la plainte déposée par monsieur Ona Essangui pour avoir été interdit de quitter le territoire gabonais sans motif apparent. Attendu le 12 juin dernier à New York pour une conférence sur la transparence des contrats miniers, le coordinateur de PCQVP Gabon avait été retenu sur le tarmac de l’aéroport de Libreville le 6 juin dernier sur instruction du ministère de l’Intérieur. La plainte de Marc Ona Essangui, déposée récemment par son ...
Lire l'article
Le principal porte-parole de la société civile au Gabon, Marc Ona Essangui, a été empêché de prendre l’avion le 6 juin dernier à Libreville alors qu'il était attendu à New York pour une conférence sur la transparence des contrats. Le coordinateur des ONG Environnement Gabon et «Publiez ce que vous payez» envisage de porter plainte au ministre de l’Intérieur, André Mba Obame, qui n’a pas voulu se prononcer sur les motifs de cette mesure. «C'est insensé, absurde. On ne me reproche rien de concret. Il n'y a pas de papier mais je ne peux pas partir. C'est du harcèlement» s’est ...
Lire l'article
Gabon : Paulette Oyane Ondo réclame 52,5 millions de francs à Luc Marat Abyla
Gabon: Marc Ona Essangui
Gabon : ouverture du procès de Marc Ona Essangui contre le ministre de l’Intérieur Mba Obame
Gabon : Marc Ona Essangui poursuit en justice le ministre de l’Intérieur
Gabon : ouverture du procès de Marc Ona Essangui contre le ministre de l’Intérieur Mba Obame
Gabon : Marc Ona et Mba Obame au parquet
Le ministère gabonais de l’intérieur sommé de verser 50 millions CFA à un leader d’ONG
Gabon: Justice : La défense de Marc Ona Essangui réclame 50 millions de FCFA pour préjudice
Gabon : André Mba Obame et Marc Ona règleront leurs comptes au tribunal
Gabon : Marc Ona interdit de quitter le territoire


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 25 Mar 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*