Socialisez

FacebookTwitterRSS

Sarkozy précise à Kinshasa ses propositions de paix pour la RDC

Auteur/Source: · Date: 27 Mar 2009
Catégorie(s): Afrique,Monde

Au premier jour de sa tournée éclair en Afrique, le président français Nicolas Sarkozy a clarifié jeudi à Kinshasa son initiative controversée de paix pour la République démocratique du Congo (RDC) puis plaidé à Brazzaville en faveur de la “rénovation” des relations franco-africaines.

Devant le Parlement de Kinshasa, M. Sarkozy s’est longuement attaché à lever les malentendus suscités en RDC par sa proposition, il y a deux mois, en faveur d’un partage “de l’espace” et des “richesses” minières entre la “grande” RDC et le “petit” Rwanda voisin.

Dans un discours aux termes soigneusement pesés, il a salué la “décision courageuse” du président Joseph Kabila d’avoir invité le Rwanda à l’opération militaire conjointe lancée en janvier pour nettoyer l’Est de son pays des rébellions, notamment celles des Hutu rwandais. “Je veux y voir les prémices d’une véritable refondation de la région”, a assuré le président français.

Il a suggéré à tous les pays de l’Afrique des Grands lacs de donner un “nouvel élan” à leur coopération économique autour de “projets qui fédèrent” en matière de transports ou d’énergie, et même proposé d’accueillir à Paris en 2010 une conférence des bailleurs de fonds pour la soutenir.

Saluant “un géant” africain, Sarkozy a martelé que “la vocation du Congo n’était pas d’être le maillon faible de l’Afrique centrale” et dénoncé le “gâchis” d’un pays qui a “la fortune à portée de main” mais “reste pauvre”.

Surtout, il s’est abstenu de réutiliser le mot de “partage”, que Kinshasa avait considéré comme une volonté de démembrer son territoire au profit du voisin et ennemi rwandais et rappelé son attachement à “la souveraineté inaliénable du Congo”.

Il a également rendu hommage à la “fragile démocratie” congolaise, créditant son président d’une transition réussie. Alors que des ONG comme Human Rights Watch se déclarent “préoccupées” par la dégradation de la situation politique, il a plaidé en faveur de la tenue d’élections locales “dans un délai raisonnable”.

Ce discours a été plutôt bien accueilli par la classe politique congolaise. “Je crois que le gouvernement congolais devra s’en inspirer parce que nous sommes la honte du monde. Avec autant de richesses (…) nous ne pouvons pas être pauvres”, a déclaré à l’AFP le président démissionnaire de l’Assemblée nationale, Vital Kamerhe.

Le temps de traverser le fleuve Congo en hélicoptère et Nicolas Sarkozy a rejoint après le déjeuner Brazzaville, où il s’est entretenu avec le président congolais Denis Sassou Nguesso, fidèle allié de Paris dans la région.

Dans le droit fil du discours qu’il avait prononcé en février 2008 en Afrique du Sud, il a une nouvelle fois défendu, devant les parlementaires congolais, sa vision d’une relation franco-africaine “rénovée”, débarrassée des “pesanteurs du passé” et des “soupçons”.

Le chef de l’Etat français s’est ainsi défendu de marquer par sa visite son soutien à son hôte avant la présidentielle de juillet.

Il a également souhaité que ce scrutin se déroule “dans la sérénité et la transparence”, alors que les législatives de 2007 et locales de 2008 avaient été entachées de fraudes, et espéré que la population du Congo profite mieux des “bénéfices” de ses richesses naturelles comme le pétrole.

S’il a crédité Denis Sassou Nguesso, au pouvoir depuis 1997, du retour de “la stabilité et la sécurité” au Congo, le président français s’est enfin entretenu avec des chefs de l’opposition, qui ont salué une “première”.

Contrastant avec la sobriété de celui de Kinshasa, la pompe de l’accueil réservé à Nicolas Sarkozy à l’aéroport de Brazzaville et la présence discrète sur le tarmac de l’avocat Robert Bourgi, considéré comme l’un des gardiens de la “Françafrique”, ont suggéré que la rénovation prônée par le président français n’était pas encore achevée. 


SUR LE MÊME SUJET
Le président français, Nicolas Sarkozy a réaffirmé mardi soir, lors d'un entretien télévisé retransmis sur TF1, France 2 et Canal Plus, sa volonté de jeter les fondements d'un "nouveau système monétaire international" pendant la présidence française du G20 et d'avancer aussi vers une "taxation sur les transactions financières" pour aider au développement de l'Afrique. "On ne peut plus rester dans cette pagaille monétaire qui est extraordinaire. Il faut un nouveau système pour financer le développement de l'Afrique et j'entends que la France montre l'exemple sur la taxation des transactions financières ", a martelé le numéro un français. "Il est capital que ...
Lire l'article
A l’occasion du 25e sommet France-Afrique à Nice (France), le président français, Nicolas Sarkozy, a dévoilé ce 1er juin une nouvelle stratégie pour maintenir ses positions commerciales et en gagner sur le continent africain, de plus en plus convoité par les firmes chinoises et indiennes. Face à la concurrence accrue des investisseurs indiens et chinois en Afrique, le président Nicolas Sarkozy a présenté ce 1er juin à l’occasion du 25e sommet France-Afrique de Nice, son plan d’action pour préserver les positions commerciales française et en gagner sur le continent africain. La place de l'Afrique dans les échanges commerciaux de la France ...
Lire l'article
Bruxelles a finalement répondu positivement à l’invitation lancée par le président congolais Joseph Kabila, en janvier dernier, à l’égard du roi des Belges Albert II. Celui-ci est donc autorisé à se rendre à Kinshasa pour les cérémonies du cinquantenaire de l’indépendance de la RD Congo. Un événement d’une grande portée symbolique, à l’heure où les deux pays tentent de renouer les fils d’une relation souvent tourmentée. Les relations entre la Belgique la RD Congo sont loin d’être un long fleuve tranquille. Une histoire tumultueuse pour ne pas dire tragique – le roi Leopold II fut sans doute l’un des colons les ...
Lire l'article
Le président français Nicolas Sarkozy est arrivé mercredi au Gabon pour apporter son soutien au nouveau chef de l'Etat du pays, Ali Bongo Ondimba, et réaffirmer sa volonté d'en finir avec les relations troubles de la "Françafrique". C'est la deuxième visite de M. Sarkozy au Gabon, après celle qu'il avait faite en juillet 2007 au père de l'actuel chef de l'Etat, Omar Bongo, allié historique de la France qui a tenu le pays d'une main de fer pendant plus de 40 ans, jusqu'à sa mort en juin 2009 à l'âge de 73 ans. Le président français a été l'un des premiers ...
Lire l'article
Le chef de l’Etat Gabonais, Ali Bongo Ondimba est à Franceville (capitale provinciale du Haut – Ogooué, sud – est) depuis ce mardi, en début d’après – midi, où il va accueillir, mercredi en matinée, son homologue Français, Nicolas Sarkozy, en mini tournée africaine. Le Gabon par Franceville et Libreville, sa capitale, vont constituer la première étape de la tournée africaine de Nicolas Sarkozy qui va ensuite se rendre à Kigali, au Rwanda. La visite de 48 heures du chef de l’Etat français au Gabon sera marquée de symboles du point de vue des relations qu’entretiennent Paris et Libreville. Car de ...
Lire l'article
La presse internationale épinglait vendredi Nicolas Sarkozy pour des propos peu amènes, démentis par l'Elysée, qui lui ont été prêtés par le journal français Libération sur des dirigeants étrangers, dont le Premier ministre espagnol José Luis Rodriguez Zapatero. En Espagne, où le président français se rendra en visite officielle les 27 et 28 avril, la presse reprend en choeur une pique supposée de M. Sarkozy mettant en doute l'intelligence de M. Zapatero, critiquant à l'instar d'ABC (droite) "le complexe de supériorité" du dirigeant français. "Stupide, immature, hors de propos: le jugement de Sarkozy sur ses homologues", titrait en Une le quotidien britannique ...
Lire l'article
Un an après un voyage éclair de six heures à Luanda, Nicolas Sarkozy renoue jeudi et vendredi avec l'Afrique pour un périple tout aussi minuté à Kinshasa, Brazzaville et Niamey conçu comme un exemple des liens rénovés qu'il veut instaurer avec le continent noir. En visite en Afrique du Sud en février 2008, le chef de l'Etat avait jeté les bases d'un nouveau "modèle de relations" franco-africaines, enfin débarrassé des outrances de la "Françafrique". Mais la rupture annoncée reste balbutiante, illustrée par le départ précipité il y a un an du secrétaire d'Etat à la Coopération, Jean-Marie Bockel. C'est donc avec ...
Lire l'article
Le gouvernement de la République démocratique du Congo et la rébellion du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) ont trouvé un terrain d'entente, lundi 23 mars à Goma. Les deux parties ont signé un accord de paix prévoyant la transformation du CNDP en parti politique, la libération des membres de l'ex-rébellion détenus par les autorités de RDC et la promulgation par Kinshasa d'une loi d'amnistie des anciens rebelles, selon le document dont l'AFP a reçu copie. Cet accord a été signé à Goma – capitale du Nord-Kivu – une province de l'est du pays particulièrement touchée par la guerre ...
Lire l'article
"L'armée française n'est pas là pour soutenir des régimes" en Afrique, a affirmé mercredi le président français Nicolas Sarkozy, qui s'est en revanche engagé à soutenir "les régimes démocratiques". Nicolas Sarkozy, qui s'exprimait à l'occasion de la 16e conférence des ambassadeurs, a renouvelé son engagement à réviser de manière systématique les accords de défense qui lient la France et les Etats africains. "J'ajoute que tous ces accords, je souhaite qu'ils soient publiés", a-t-il dit. "Nous voulons soutenir les régimes démocratiques", a cependant ajouté le chef de l'Etat français, citant en exemple l'action française en Mauritanie.
Lire l'article
-------------------------------------------------------------------------------- Lire/Imprimer Version PDF: Cliquez ici. -------------------------------------------------------------------------------- (BDP-Gabon Nouveau, 22 mai 2007)  A Monsieur Nicolas Sarkozy, président de la République française. Monsieur, Au nom du mouvement " Bongo Doit Partir - Pour la construction d'un Gabon Nouveau " (BDP-Gabon Nouveau), mouvement gabonais d'opposition en exil dont je suis le leader, je vous transmets les salutations du peuple gabonais. A ce titre, nous félicitons non seulement le peuple français, mais également votre propre personne, pour un scrutin mené selon les règles de l'art, règles qui ont en terre française non seulement garanti le débat démocratique, mais aussi permis l'expression libre du vote populaire qui le 6 mai dernier ...
Lire l'article
France : Sarkozy pour une « taxation sur les transactions financières » pour aider au développement de l’Afrique
Afrique : La stratégie de Sarkozy pour consolider ses parts de marché
Le roi des Belges à Kinshasa pour le cinquantenaire de l’indépendance
Sarkozy au Gabon pour tourner la page de la “Françafrique”
Ali Bongo Ondimba à Franceville pour accueillir mercredi son homologue français, Nicolas Sarkozy
Sarkozy épinglé dans la presse mondiale pour des propos sur ses pairs, malgré les démentis
Sarkozy de retour en Afrique pour y réaffirmer le virage de la rupture
RDC : un accord de paix conclu entre Kinshasa et la rébellion
La France “n’est pas là pour soutenir des régimes” en Afrique, plaide Nicolas Sarkozy
Lettre Ouverte du Dr. Daniel Mengara à Nicolas Sarkozy : « Non, Président Sarkozy: L’Afrique ne veut plus être “aidée”; l’Afrique a besoin qu’on lui


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 27 Mar 2009
Catégorie(s): Afrique,Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*