Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Divungi planche sur les maladies tropicales à Cotonou

Auteur/Source: · Date: 30 Mar 2009
Catégorie(s): Afrique,Santé

Le vice-président de la République gabonaise, Didjob Divungi Di Ndingue, est à Cotonou, au Bénin, où il prend part au Sommet africain sur les maladies tropicales négligées. Ces travaux doivent notamment permettre de dresser le bilan des recherches sur l’ulcère de Buruli, la troisième maladie mycobactérienne chez l’homme après la lèpre et la tuberculose, et d’identifier les moyens de renforcer la lutte contre cette maladie et la prise en charge des personnes atteintes.

Les délégations venues de près d’une quinzaine de pays d’Afrique subsaharienne sont réunies à Cotonou, au Bénin, ce 30 mars pour le Sommet africain des maladies tropicales négligées.

Le vice-président gabonais, Didjob Divungi Di Ndingue, est arrivé depuis le 29 mars dernier dans la capitale béninoise pour prendre part aux travaux qui doivent permettre de faire le point des recherches sur les maladies tropicales délaissées de la recherche médicale.

Organisé par l’ONG Water for all children, le gouvernement béninois et l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les travaux de ce sommet sont principalement axés sur la lutte contre l’ulcère de Buruli, dont les participants vont dresser le bilan des progrès accomplis dans la recherche ces dix dernières années. L’ulcère de Buruli est la troisième maladie mycobactérienne chez l’homme, après la lèpre et la tuberculose.

Les antibiotiques pour traiter l’ulcère de Buruli existent, mais comme ils sont peu accessibles aux populations pauvres et marginalisées des pays en voie de développement et qu’ils doivent être administrés tôt pour être efficaces, bon nombre de victimes en conservent d’importantes séquelles.

Cette infection entraîne des infirmités graves et l’amputation de membres. «Il faut comprendre que cette maladie frappe les plus démunis des pays les plus pauvres», souligne le professeur Jérôme Frenette, spécialiste de cette maladie.

Les statistiques sur la prévalence de l’ulcère de Buruli sont peu fiables, mais on sait toutefois qu’il touche une trentaine de pays tropicaux ou subtropicaux autour du globe et qu’il frappe durement les enfants des régions subsahariennes du centre et de l’ouest de l’Afrique. En Côte-d’Ivoire et au Bénin, on a dénombré 28 000 cas en 30 ans et la maladie est jugée en émergence par l’OMS.

L’ulcère de Buruli est causé par la bactérie Mycobacterium ulcerans. Cet agent infectieux produit une toxine, la mycolactone, qui provoque des lésions tissulaires, en termes crus, la bactérie digère la peau, et inhibe la réaction immunitaire de l’organisme.

«Les victimes sont comme des grands brûlés», résume le professeur Frenette. Cette bactérie fait partie de la triste famille des mycobactéries à qui on doit aussi la tuberculose et la lèpre. Le traitement antibiotique contre l’ulcère de Buruli permet d’obtenir une guérison de 50 % des lésions.

Jérôme Frenette estime qu’on pourrait faire mieux si on connaissait davantage les mécanismes d’action de cette bactérie. «Jusqu’à tout récemment, les recherches s’étaient surtout concentrées sur la peau parce que c’est là que les effets de la maladie sont les plus visibles. Nous avons voulu savoir ce qui se passait dans les muscles parce que les symptômes laissaient croire qu’eux aussi étaient affectés», explique-t-il.

Les compagnies pharmaceutiques consacrent peu de ressources aux maladies négligées comme l’ulcère de Buruli parce que ce ne sont pas des marchés rentables. Selon l’OMS, un habitant de la planète sur six est atteint d’une maladie tropicale négligée, mais moins de 1 % des quelque 1 400 médicaments homologués entre 1975 et 1999 étaient destinés au traitement de maladies tropicales. 


SUR LE MÊME SUJET
Un atelier sur la lutte contre les maladies transfrontalières des cultures en Afrique Centrale et la prévention des ravageurs s’est ouvert mardi à Libreville, sous la supervision du gouvernement gabonais et la FAO. Ces assises de trois jours ont pour objectif de renforcer le travail des organisations nationales en charge de la protection des plantes et de la lutte contre les migrateurs nuisibles dans le but de mieux remplir leurs missions. La rencontre vise par ailleurs à mettre en place une politique en matière de traitement des maladies phytosanitaires dans la sous-région de l’Afrique Centrale qui va mettre en application les ...
Lire l'article
Libreville abrite depuis vendredi un symposium international sur l’émergence des maladies infectieuses organisé par le Centre international de la recherche médicale de Franceville (CIRMF). Cette rencontre, la première du genre dans le pays, va durer deux jours. Elle regroupe cinq pays d’Afrique (Le Gabon, le Congo Démocratique, le Congo Brazzaville, le Tchad le Bénin et le Cameroun) et la France. Les travaux, qui seront sanctionnés par la remise des prix à deux jeunes chercheurs, rassemblent de nombreux spécialistes en médecine humaine et vétérinaire, de biologistes, de environnementalistes, de climatologues, de microbiologistes ainsi que des spécialistes de santé publique, et sciences humaines ...
Lire l'article
Un symposium axé sur les maladies infectieuses émergentes (« Maladies infectieuses, Environnements et Biodiversité »), avec la présence d’experts et d’hommes de Science nationaux et internationaux s'ouvre ce vendredi à l’Institut français du Gabon (Libreville) et s'étendra sur deux jours. L’objectif de ce symposium est d’anticiper et de prévenir l’émergence des maladies infectieuses. Sous le haut patronnage du chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba et organisé par le Centre de recherche de Franceville (CIRMF), en collaboration avec le ministère gabonais de la Santé et l’Institut français du Gabon, ces assises de Libreville porteront sur plusieurs sous-thèmes axés sur le ...
Lire l'article
Libreville accueillera les 4 et 5 novembre prochains, le premier symposium pour le renforcement de la lutte internationale et régionale contre l’émergence des maladies infectieuses, sous le thème «Maladies infectieuses, environnement et biodiversité». Pour répondre aux questions et aux problématiques liées à l’émergence des maladies infectieuses, Libreville réunira les 4 et 5 novembre prochains, quelques uns des plus grands experts internationaux autour du premier symposium visant le renforcement de la lutte internationale et régionale contre l’émergence des maladies infectieuses. Placé sous le haut patronage de la présidence de la République gabonaise, en partenariat avec la France et le Centre International de ...
Lire l'article
Le Réseau d’épidémiosurveillance des maladies animales au Gabon (REMAGA) a achevé le 26 février au Cap Estérias sa campagne nationale d’appui au déparasitage et à la vaccination de la volaille rurale contre la maladie de Newcastle. Les premiers résultats montrent que l’amélioration de la santé et de la résistance des volailles pourrait permettre d’économiser près de 30 milliards de francs CFA et de réduire de plus de 75% la dépendance alimentaire en produits carnés. La campagne nationale d’appui au déparasitage et à la vaccination de la volaille rurale contre la maladie de Newcastle pourrait s’avérer un instrument ...
Lire l'article
Le vice président de la République, Di Djob Divungui Di Ndingue a quitté Libreville dimanche à destination de Cotonou au Bénin où il va représenter le chef de l’Etat gabonais au Sommet sur les maladies tropicales négligées qui s’ouvre ce 30 mars. Cotonou, la capitale béninoise, abrite le Sommet africain sur les maladies tropicales négligées, au nombre desquelles l'Ulcère de Buruli, du 30 mars au 6 avril prochains et dont le thème est « La lutte contre la pauvreté et la maladie: donner de l’espoir aux mères et aux enfants ». Cette décision a été prise en signe de reconnaissance aux ...
Lire l'article
Le vice-président gabonais, Didjob Divungi Di Dinge prend part lundi à Cotonou (Bénin) au sommet africain sur les maladies tropicales négligées, a-t-on appris de bonne source. M. Divungi Di Dinge devrait prononcer une allocution au cours de ce sommet prévu pour s’achever ce lundi soir. Un sommet axé sur plusieurs thèmes notamment concernant l’ulcère de Buruli. Ces travaux seront sanctionnés par une conférence de presse dans la soirée, indique la source et un dîner de gala offert par le président béninois, le docteur Thomas Boni Yayi.
Lire l'article
Quelque 12.000 personnes souffriraient de maladies des yeux au Gabon, a estimé jeudi à Libreville, le représentant régional de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Dr André Ndikuyeze. ''Près de 12.000 souffrent des maladies visuelles au Gabon dont les principales causes sont la cataracte (50%), le glaucome (12%), les opacités cornéennes (5%), le diabète (5%) et le trachome (4%)'', a déclaré le Dr Ndikuyeze à l'occasion de la journée mondiale de la vue. Selon M. Ndikuyeze, chez les enfants, la maladie est due à la carence en vitamine A, à la rougeole, à la conjonctivite du nouveau-né, l'onchocercose et d'autres ...
Lire l'article
Bilharziose, onchocercose, filariose lymphatique … Ces maladies tropicales sévissent dans les régions les plus pauvres de la planète. Et elles sont en fait, délaissées. Une situation jugée inacceptable par un groupe international de chercheurs, qui appellent à la mise sur pied d’un Fonds mondial de lutte contre les maladies tropicales négligées. Ces dernières, il est vrai, touchent un milliard de personnes dans le monde, particulièrement en Afrique, en Amérique du Sud et en Asie, rapporte le site internet www.destinationsante.com Ce groupe rassemble des « références » en la matière : le Dr Lorenzo Savioli, directeur du Département des Maladies ...
Lire l'article
La troisième édition du congrès international de myologie se tiendra du 26 au 30 mai 2008 à Marseille. Ce dernier fera l'état des lieux des nouvelles avancées dans les traitements des maladies musculaires. Deux pistes thérapeutiques connaissent un véritable boom : les thérapies cellulaires et géniques. La thérapie cellulaire, par le biais des cellules souches, constitue un véritable espoir notamment pour guérir ou réparer le coeur. Car les maladies cardiovasculaires sont un véritable fléau. Les cellules souches possèdent des caractéristiques permettant de régénérer pratiquement n'importe quel organe déficient. Pour le coeur, les cellules souches (embryonnaires ou adultes), peuvent ...
Lire l'article
La lutte contre les maladies transfrontalières au centre d’un atelier à Libreville
Libreville abrite un symposium international sur l’émergence des maladies infectieuses
Ouverture du 1er Symposium sur les maladies infectieuses émergentes ce vendredi à Libreville
Gabon : Préparation d’un débat sur “l’émergence des maladies infectieuses”
Gabon : Surveiller les maladies animales pour améliorer la sécurité alimentaire
Gabon: Le vice président de la République à Cotonou au Sommet sur les maladies tropicales négligées
Santé/Afrique: Le VPR à Cotonou pour le sommet africain sur les maladies tropicales négligées
Santé :Environ 12.000 personnes souffriraient de maladies visuelles au Gabon (OMS)
Santé/ Maladies tropicales: un milliard de malades « négligés »
Santé : De nouvelles pistes pour soigner les maladies neuromusculaires


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 30 Mar 2009
Catégorie(s): Afrique,Santé
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*